Socialisez

FacebookTwitterRSS

Finances publiques: 255,6 milliards de francs CFA, déficit accusé par le gouvernement en 2008

Auteur/Source: · Date: 30 Juin 2010
Catégorie(s): Economie

La Chambre du Conseil de la Juridiction Financière qui a siégé dernièrement à Libreville a fustigé la gestion et l’emploi des deniers publics en 2008 et la tenue des écritures comptables du gouvernement, dont le déficit budgétaire de l’exercice 2008 s’élève à 255,6 milliards de francs CFA soit plus de 3 fois le montant déclaré par le gouvernement.

Le président de la Cours des Comptes, Gilbert Ngoulakia, a, pour planter le décor, dans ce qui ressemble à un cri d’alarme, attiré l’attention des uns et des autres sur la nature des missions de la Cour des Comptes dans le contexte institutionnel gabonais.

« Nous agissons en tant qu’assistant du gouvernement et du parlement en matière de finances publiques. Nos avis, recommandation sont plutôt techniques », a-t-il expliqué.

Le premier axe d’enquête retenu par la Cour des Comptes n’est autre que la non prise en compte des recommandations de ladite Cour par les responsables financiers.

« L’inobservation des recommandations de la juridiction financière par le gouvernement s’illustre également par la confusion entretenue entre les comptes budgétaires et de trésorerie, l’imputation à tort dans la charge de la dette publique des dépenses étrangères à celle-ci, ainsi que par le paiement des dépenses d’investissement en un seul règlement en violation du code des marchés publics », explique –t-on de nouveau.

Le deuxième axe critique est la non réalisation des objectifs fixés par le gouvernement. En dépit de la hausse du budget grimpant de 1798 milliards de Francs CFA à plus 2655,288 milliards de francs CFA, en raison renchérissement des cours du pétrole. Vérification faite, par le juge des comptes mettent à nu des carences : des dérapages subsistent quant à l’encadrement de la masse salariale. De plus, au regard de l’exécution des lois de finances 2008. « le gouvernement s’est encore illustré par la violation des autorisation parlementaires en effectuant des dépenses d’investissement non prévues grâce aux modifications opérées en cours de gestion », soutien la Cour.

Pour exemple, cette entité a cité les 47,5 milliards de francs CFA des fêtes tournantes détournées pour des dépenses politiques (élections locales de 2008).

« Les différentes administrations sont plus préoccupées par la consommation intégrale de leurs crédits que par l’utilisation efficace et rationnelle desdits » indique la Cour des Comptes.

L’exposé de synthèse du rapport d’exécution des lois de finances 2008, à permis à la Cour des Comptes de démontrer que le budget présenté par le gouvernement, sur la différence entre les ressources et charges avec un déficit d’un peu plus de 75,4 milliards de francs CFA. Ces résultats, selon la Cour des Comptes, connaissent des omissions qui falsifient ces derniers.

« Il ressort que des vérifications de la Cour des Comptes que les dépenses atténuées et les avances au Budget non régularisées qui s’élèvent respectivement à 27 milliards et à 153,2 milliards de francs CFA ne sont pas en compte dans le calcul du solde » affirme la Cour.

De ce fait, le vrai déficit budgétaire en 2008 est de 255,6 milliards de francs CFA soit plus de 3 fois le montant déclaré par le gouvernement.

Pour clore son argumentaire, le président Ngoulakia, a exhorté le gouvernement à suivre les avis techniques pour réellement entrer dans le concept de l’émergence prônée par le président Ali bongo, « en matière de financement, si le gouvernement ne s’empresse pas de suivre les avis techniques, on passe à côté de la plaque et on enregistre ce que l’on continue d’enregistrer jusqu’ici ».

Pour se dédouaner, le premier ministre, Paul Biyoghé Mba, au nom du gouvernement de l’Emergence a expliqué que « quoique l’action gouvernementale continue, les griefs faits à juste titre portent sur l’exercice 2008 », tout en prenant l’engagement devant la Cour des Comptes de faire en sorte que « ce rapport de la Cour des Compte sera exploité au maximum, pour corriger les erreurs qui y sont décelées ».


SUR LE MÊME SUJET
Selon la Banque des Etats de l’Afrique Centrale, (BEAC) le Gabon a, pour le compte de l’exercice de l’année 2010, réalisé 1.703, 6 milliards de francs CFA de recettes publique. Justifiant ces statistiques, la BEAC soutien que cette performance est tirée par le niveau d’encaissement des recettes pétrolières en hausse de 38%. Il ressort aussi que le pétrole a permis de réaliser 982,1milliards de francs CFA tandis que les recettes hors-pétrole s’élèvent à 721,5 milliards de francs CFA. Les dépenses, quant à elles, s’élèvent à 1511,7 milliards de francs CFA, selon des statistiques de la BEAC de fin novembre 2010. L’exécution du budget de ...
Lire l'article
Le Gabon a recouvré en 2010, des recettes publiques de l’ordre de 1703,6 milliards de FCFA, contre 1441,5 milliards de FCFA en 2009, soit une hausse de 18,2 %, a appris l’AGP. Selon la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), les statistiques relatives aux opérations financières fin décembre n’étant pas encore disponibles, la situation des finances publiques à fin novembre 2010 se présente ainsi qu’il suit : l’exécution du budget s’est soldée par un excédent primaire de 251,2 milliards de FCFA, un excédent base ordonnancements de 191,9 milliards de FCFA et un solde global ‘’base caisse’’ de ...
Lire l'article
Le budget du Gabon pour l'année 2010 a été arrêté à 2.214,5 milliards de francs CFA, soit 118,6 milliards de plus que celui que l'année 2009, selon le projet de loi de Finances rectificative adopté mardi en Conseil des ministres, indique un communiqué publié ce mercredi à Libreville. L'année dernière, le budget s'élevait en effet à 2.095,9 milliards de FCFA, une augmentation qui, selon le communiqué gouvernemental, provient de la plus value pétrolière et d'un meilleur recouvrement des recettes douanières. Le communiqué indique que 118,6 milliards de FCFA seront consacrés à certaines dépenses urgentes et sensibles comme le recrutement de 1.772 enseignants ...
Lire l'article
Le budget de l’exercice 2010, établi en recettes et en dépenses à hauteur de 2.096 milliards francs CFA, a été approuvé, en séance plénière par les Sénateurs, à Libreville et enregistre une hausse de 554,4 milliards de francs CFA par rapport à l’exercice précédent qui était de 1541,6 milliards de francs cfa. Cette année, on note une contraction du budget de fonctionnement de 29,39 milliards de francs CFA, liée principalement à une réduction de 36,97 milliards de fracs CFA des dépenses des biens et services. Aussi, dans l’exercice 2010, les dépenses hors amortissement de la dette s’évalueraient-elles à 1.775 milliards ...
Lire l'article
Le Porte-parole du gouvernement, René Ndémezo’Obiang, rendant public le rapport final du Conseil des ministres de jeudi à Libreville, a annoncé que le budget 2009, a été revu en baisse de 232,2 milliards de francs CFA.Selon le communiqué, le projet de loi des finances rectificatives 2009 est marqué par la poursuite du programme économique et financier entamé depuis avril 2007, appuyé par la FMI. A ce titre, rapporte la note « il se situe dans le prolongement du projet de société du Président Bongo Ondimba, « Mon Projet: des actes pour la Gabon », réaffirmé dans sa déclaration de politique générale ...
Lire l'article
Les traitements et salaires atteindraient 370 milliards contre 336 milliards de francs CFA pour l’année 2009, soit une augmentation de 34 milliards de francs CFA liée entre autres à l’attribution d’une prime d’incitation au personnel enseignant de l’Education nationale pour un montant de 16 milliards de francs CFA, a rapporté ce jeudi à Libreville, le Porte-parole du gouvernement, René Ndémezo’Obiang, à l’issue du Conseil des ministres. Outre cette augmentation liée à l’attribution d’une prime d’incitation au personnel enseignant de l’éducation nationale, le Porte-parole du gouvernement note également que l’augmentation de l’allocation de rentrée scolaire, dont le coût global est évalué ...
Lire l'article
Le ministre de l’Economie et des Finances, Blaise Louembé, était le 21 octobre devant les députés de l’Assemblée nationale pour défendre le projet de loi de finances rectificative 2008 adopté le 18 septembre par le gouvernement, et qui pourrait connaître quelques ajustements dus à la dégradation de la conjoncture économique et financière internationale.L’ancien Trésorier payeur général, Blaise Louembé, a pris son baptême du feu à la tête du département des Finances le 21 octobre dernier dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, où il a défendu le projet de loi de finances rectificative 2008 élaboré par son prédécesseur et adopté par le ...
Lire l'article
Le nouveau ministre des Finances, Blaise Louembé, a présenté le projet de loi des finances 2009, qui a été adopté par le gouvernement lors du Conseil des ministres du 14 octobre à Libreville. Ce budget prévisionnel établit les charges à près de 2 485,5 milliards de francs CFA, en s’appuyant sur des estimations qui porteraient les ressources de l’Etat tous secteurs confondus à 2 414,9 milliards de francs CFA, soit une augmentation de 38% par rapport à 2008. Etant donné l’influence potentielle de la conjoncture financière mondiale sur l’économie nationale, une vigilance accrue de la cellule de veille a été ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a annoncé mardi soir à l'issue du conseil des ministres, que la masse salariale 2009 a été fixée à 336 de francs CFA contre 312,2 milliards en 2008. Cette augmentation s'expliquerait essentiellement par le renforcement des capacités en ressources humaines du fait de l'harmonisation et de l'élargissement de la taille de l'administration. Les dépenses relatives aux biens et service, arrêtées à 185 milliards de francs CFA en 2008 connaissent une hausse de 23,7 milliards de francs CFA pour s'établir à 212,8 milliards de francs CFA. Cette majoration permettrait de financer de nouveaux lycées, des collèges d'enseignement secondaire ...
Lire l'article
Le budget de l’Etat pour l’année 2008 a été augmenté de plus de 830 milliards de francs CFA, soit une hausse de 69,9% par rapport à la loi de finances initiale, principalement due à la flambée des prix du pétrole qui a entraîné une hausse de 32,6% des revenus pétroliers. Réuni le 18 septembre en Conseil des ministres à Libreville, le gouvernement a adopté ce projet de loi de Finances rectificative pour l’exercice 2008, qui stipule également la poursuite du programme économique et financier conclu avec le Fonds monétaire international (FMI) depuis avril 2007. La manne pétrolière a permis à ...
Lire l'article
Economie / 1.700 milliards de francs CFA de recettes publiques en 2010 au Gabon
Plus de 1700 milliards de FCFA de recettes publiques recouvrées au Gabon en 2010
Le budget 2010 du Gabon porté à 2.214,5 milliards de francs CFA
Le budget de l’exercice 2010 voté à hauteur de 2.096 milliards de francs CFA par les Sénateurs
Gabon: Le budget 2009 en baisse de 232,2 milliards francs CFA
Gabon: Les traitements et salaires atteindraient 370 milliards contre 336 milliards francs CFA pour l’année 2009
Gabon : Derniers ajustements de la loi de finances rectificatives 2008
Gabon : Louembé table sur un budget de 2 485,5 milliards de francs CFA en 2009
Gabon: La masse salariale de 2009 plafonnée à 336 milliards contre 312,3 milliards de FCFA en 2008
Gabon : La loi de Finances 2008 rectifiée à la hausse de près de 69,9%

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 30 Juin 2010
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*