Socialisez

FacebookTwitterRSS

Manifestation du 16 juillet à Washington: Des Gabonais écrivent à Barack Obama et autres personnalités américaines, demandent le retrait du soutien au dictateur gabonais

Auteur/Source: · Date: 4 Juil 2010
Catégorie(s): Activités,Diaspora,Politique

Dans une avalanche de lettres adressées le 1er juillet à diverses personnalités américaines, dont Barack Obama, président des Etats-Unis, Carl Levin, le Sénateur qui coiffe le puissant Comité du Sénat américain sur les investigations qui avait dans plusieurs rapports inculpé les Bongo pour détournements de deniers publics, de corruption et d’enrichissement illicite, Nancy Pelosi, Présidente de la Chambre des Représentants (sorte d’Assemblée nationale des Etats-Unis) et bien d’autres, des Gabonais demandent le retrait par la Secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, de ses mots de soutien au dictateur gabonais Ali Bongo. Ces lettres à Obama et autres personnalités américaines font echo à celle déjà envoyée le 30 juin à Hillary Clinton. Essentiellement, les lettres reprochent à la Secrétaire d’Etat ses mots de soutien à Ali Bongo le 8 mars dernier lors d’une conférence de presse conjointe à Washington en marge de la session du Conseil de Sécurité dont le Gabon allait assurer la présidence tournante. Les Gabonais des Etats-Unis demandent ainsi aux diverses personnalités de faire pression sur Hillary Clinton pour qu’elle retire ces mots de soutien que les Gabonais trouvent contradictoires au vu du fait que le Congrès américain venait de mettre en cause Ali Bongo et son père pour enrichissement illicite et détournement massif de biens publics. Les lettres citent également les rapports annuels du Département d’Etat sur les droits de l’homme au Gabon, rapports qui présentenet le Gabon comme un pays dominé par une présidence forte et dont le peuple est dans l’incapacité de changer ses dirigeants, et accuse le pays de se livrer au trafic humain, dont le trafic des enfants. La lettre demande en outre aux Etats-Unis de ne plus recevoir Ali Bongo dans le cadre de visites officielles et d’en faire un persona non grata en terre américaine.

Voici la version de la lettre envoyée aux diverses personnalités, y compris le Président Barack Obama.


President Barack Obama
The White House
1600 Pennsylvania Avenue NW
Washington, DC 20500

Wednesday, June 30, 2010

RE: July 16 Protest at State Department and White House: Gabonese Community in the United States asks Hillary Clinton to Renounce and Revoke Her Words of Support to the 43-Year-Old Bongo Dictatorship in Gabon

Dear President Barack Obama:

This letter is to inform you that the Gabonese community residing in the United States is planning a demonstration at both the State Department and the White House on Friday, July 16 beginning at 10:00am.

During Madam Secretary of State’s joint press conference with the Gabonese dictator at the State Department on March 8, 2010, the Gabonese community in the United States as well as the Gabonese people both within Gabon and around the world were not only deeply outraged and troubled, but also profoundly disappointed and saddened by the words of support Mrs. Clinton conveyed to dictator Ali Bongo Ondimba when she expressed confidence in his ability to diversify Gabon’s economy, create new opportunity for its people, improve government efficiency, eliminate waste, fight corruption, widen the circle of prosperity, promote democracy and end human trafficking, something this regime has not been able to do in 43 years of corruption and criminality.

We find Hillary Clinton’s statements and assertions of support for a 43-year-old corrupt and despotic regime very problematic, and we profoundly disagree.

We are therefore protesting Hillary Clinton’s words of support to the 43-year-old Bongo dictatorship in Gabon. We are also respectfully asking that she revokes and renounces her words. It is our opinion that her blunt and enthusiastic words of support to the Gabonese dictator not only showed poor judgment, but may have equally, in fact, caused irreparable harm to any prospect of Gabon ever engaging on a path to real and sustainable democracy.

Please find attached the letter we are sending Madam Secretary of State requesting that she revokes and renounces her words of support to the 43-year-old regime of the Bongo family in Gabon.

We are also seeking your support in pressuring and asking Secretary of State Hillary Clinton to revoke and renounce her words as we believe it is time she stood for an America that upholds true democratic values and principles around the world.  We ask that she took the engagement, right now, and henceforth, to refuse Ali Bongo the honor of any further official visit to the United States. The dictator should be declared persona non grata and banned from ever meeting again with any U.S. official, including the President of the United States, until such time as Gabon is returned back to, at least, the 1991 Constitution, and free and fair elections are held that will bring to power a legitimate president chosen and trusted by the people. This is especially important as you are currently planning an August meeting with African presidents. Ali Bongo should not be invited.

Mr. President:

As far as we know, despite Gabon having one of the highest per-capita incomes in Africa as an oil-rich country with just over a million people, an income which the CIA World Factbook rates at close to $14,000 (many times higher than those of China and India), 60% of its people still live under the poverty line. Worse, the country lacks basic infrastructure in the form of decent hospitals and roads, basic medical service to the people is inexistent and one in ten children does not live beyond his/her fifth birthday. Meanwhile, the Bongo family owns 39 properties in France worth $200 million, including 70 bank accounts and million-dollar collection automobiles. This is in France alone. And as if this were not enough, Ali Bongo as recently as May 2010 acquired a private luxury hotel in Paris valued at 100 million Euros ($123 million).

We are surprised that Hillary Clinton chose to ignore the fact that in its very own annual reports on Human Rights in Gabon, the State Department’s own Web site has consistently described Gabon as a country “dominated by a strong presidency and the Gabonese Democratic Party (PDG), which has held power since 1968.” The reports have further described the country as one in which the “human rights record remained poor,» with “limited ability of citizens to change their government; use of excessive force, including torture toward prisoners and detainees; harsh prison conditions; arbitrary arrest and detention; an inefficient judiciary susceptible to government influence; restrictions on the right to privacy; restrictions on freedom of speech, press, association, and movement; harassment of refugees; widespread government corruption; violence and societal discrimination against women, persons with HIV/AIDS, and noncitizen Africans; trafficking in persons, particularly children; and forced labor and child labor.”

We are also surprised that she chose to ignore the very recent findings by the United States Senate’s Permanent Subcommittee on Investigations which implicated Ali Bongo in various corruption scandals. The U.S. Senate’s February 2010 report is not mincing its words when it describes Ali Bongo and his deceased father in the following terms: “Omar Bongo, President of Gabon for 41 years until his death last year, and his eldest son, Ali Bongo, Minister of Defense until he took his father’s place as President of the country […] are notorious for accumulating massive wealth while in office in a country known for poverty.” The system of corruption and money laundering which Ali Bongo inherited when his father died on June 8, 2009 is still pretty much intact.

Mr. President, we object to any attempt to find inhumane practices acceptable simply because “it is Africa.” If human right abuses and the fact that a president should stay in power for 42 years are behaviors that are unacceptable to the people of the United States, then such practices should be considered unacceptable in Africa as well. Democracy should not be a matter of negotiation or choice. It should be the rule, even in Africa.

As you yourself proclaimed during your July 2009 visit to Ghana, Africa doesn’t need strongmen, it needs strong institutions.” Gabon’s institutions do not exist. They are all subject to the rule and dictate of one man. This must change and we ask that Hillary Clinton honor your 2009 appeal for democracy and progress in Africa. 

Sincerely,

The Protest Organizers:

Dr. Daniel Mengara
President of “Bongo Doit Partir” (Bongo Must Go)
Associate Professor of French and Francophone Studies at Montclair State University, New Jersey, USA

Mr. André Bouassa
U.S. Representative and Spokesperson for “Union du Peuple Gabonais” (UPG; main Opposition Party in Gabon)
Raleigh, North Carolina 

Mr. Patrick Alain Ambamani
Community Activist, Suitland, Maryland

Mr. Landry Washington
Community Activist, Miami, Florida

Contact & Correspondence
Bongo Doit Partir, Inc.
P.O. Box 3216 TCB
West Orange, NJ 07052, USA
Tel/Fax : 973-447-9763
http://ww.bdpgabon.org



SUR LE MÊME SUJET
Manifestation des Gabonais des Etats-Unis à Washington le 22 août 2011 contre l’achat de la propriété des Kennedy par le dictateur Ali Bongo
Communiqué de Presse - Plateforme Citoyenne – le 31 juillet 2011 Ayant été choquée par l’information divulguée le 21 juillet 2011 par le Washington Post selon laquelle le dictateur gabonais Ali Bongo Ondimba avait, une fois de plus, dilapidé l’argent du Gabon dans l’achat, à hauteur de 6,5 millions de dollars, de la villa huppée du défunt Ted Kennedy sise au 2416 Tracy Place NW à Washington, DC, la Plateforme Citoyenne, une organisation de Gabonais activistes, appelle la communauté gabonaise et les amis du Gabon résidant dans ce pays à un sit-in de protestation le lundi 22 août prochain à 10h00 ...
Lire l'article
Manifestation: Des Gabonais demandent le limogeage de l’ambassadeur des USA au Gabon
Lors du sit-in prévue devant le Secrétariat d'Etat américain à Washington ce mardi 8 février 2011, des Gabonais vont demander le limogeage d'Eric Benjaminson, Ambassadeur des Etats-Unis au Gabon. Dans une lettre adressée à Hillary Clinton (voir ci-dessous), la communauté gabonaise vivant aux Etats-Unis demande qu'Eric Benjaminson soit relevé de ses fonctions. Les Gabonais reprochent à Monsieur Benjaminson d'avoir annoncé la reconnaissance par les Etats-Unis du régime d'Ali Bongo Ondimba qui, aux yeux des Gabonais, n'a pas de légitimité. La communauté gabonaise des USA demande également par ailleurs la démission d'Ali Bongo. Le sit-in des Gabonais aura lieu à partir ...
Lire l'article
Camouflet de Barack Obama aux dictateurs africains : Ces activistes gabonais qui ont influencé l’Amérique ?
Ils n’étaient qu’une poignée d’activistes gabonais à se rendre à une marche de protestation presqu’anonyme le 16 juillet 2010 dernier à Washington. Le but de la marche : reprocher à Hillary Clinton ses paroles de soutien au dictateur gabonais Ali Bongo Ondimba qui avait, au cours d’une élection frauduleuse tenue le 30 août 2009 au Gabon, hérité du trône présidentiel dont son père Omar Bongo Ondimba, décédé le 8 juin 2009, s’était accaparé pendant 42 ans. Mais c’est dans une lettre d’un certain Daniel  Mengara à Hillary Clinton le 7 mars 2010 que l’on trouve la genèse de ce qui, près de ...
Lire l'article
Manifestation des Gabonais à Washington: Rapport, Photos et Vidéos de la marche
Conformément au Communiqué du 25 juin 2010, des Gabonais et amis du Gabon résidant aux Etats-Unis ont marché vendredi 16 juillet à Washington devant le Département d’Etat et la Maison Blanche pour condamner le régime Bongo et demander à Hillary Clinton de révoquer et renoncer à ses mots de soutien au dictateur gabonais. Il s’agissait aussi de demander à Hillary Clinton et à Barack Obama de ne plus rencontrer le dictateur gabonais, et encore moins l’inviter à la Maison Blanche ou à des fonctions officielles pour quelque raison que ce soit. Gage du succès de la manifestation, les organisateurs ont d’ores ...
Lire l'article
Des Gabonais ont marché vendredi 16 juillet à Washington devant le Département d'Etat et la Maison Blanche pour condamner le régime Bongo et demander à Hillary Clinton de révoquer et renoncer à ses mots de soutien au dictateur gabonais. Il s'agissait aussi de demander à Hillary Clinton et Barack Obame de ne plus rencontrer le dictateur gabonais, et encore moins l'inviter à la Maison Blanche lors du meeting qu'Obama plannifie avec les Présidents africains à Washington. Gage du succès de la manifestation, les organisateurs ont dorès et déjà confirmé la réception par Hillary Clinton en personne de la lettre de protestation ...
Lire l'article
Manifestation du 16 juillet à Washington: Des Gabonais écrivent à Hillary Clinton, demandent le retrait de son soutien au dictateur gabonais
Dans une lettre adressée le 30 juin à Hillary Clinton dans le cadre de la marche de protestation qu'ils préparent pour le 16 juin à Washington, des Gabonais demandent à la Secrétaire d'Etat américaine de retirer ses mots de soutien au dictateur gabonais Ali Bongo. Essentiellement, la lettre reproche à la Secrétaire d'Etat ses mots de soutien à Ali Bongo le 8 mars dernier lors d'une conférence de presse conjointe à Washington en marge de la session du Conseil de Sécurité dont le Gabon allait assurer la présidence tournante. La lettre lui demande de retirer ces mots que les Gabonais ...
Lire l'article
Communiqué : Grande Marche et Manifestation des Gabonais à Washington le vendredi 16 juillet 2010
Communiqué de Presse pour diffusion immédiate Pour obtenir le PDF du communiqué, Cliquez ici. Pour voir le programme de la marche, cliquez ici. Chers compatriotes gabonais et amis du Gabon : Lundi 8 mars 2010, en marge de la session du Conseil de Sécurité des Nations Unies dont le Gabon allait assurer la Présidence au mois de mars, Madame Hillary Clinton, Secrétaire d’Etat américain, scandalisait les Gabonais et observateurs du Gabon en déclarant : qu’elle soutient « les efforts entrepris par le Gabon pour diversifier son économie, élargir son cercle de prospérité et créer de nouvelles possibilités pour sa population » ; qu’elle voit en Ali Bongo quelqu’un qui, comme elle-même, ...
Lire l'article
Comme cela avait été annoncé au cours des derniers jours, la sénatrice de New York, Hillary Clinton, a profité d'un rassemblement, jeudi 7 juin à Washington, pour mettre un terme à sa campagne pour l'investiture démocrate à l'élection présidentielle et apporter son "plein soutien" à son ancien rival Barack Obama en vue du scrutin de novembre. Devant ses partisans et amis rassemblés au National Building Museum de Washington, Mme Clinton a déclaré qu'il était désormais temps de "mettre notre énergie, notre passion et nos forces pour faire tout ce que nous pouvons pour faire élire Barack Obama, le futur président des ...
Lire l'article
"Déçu" puis "dégoûté" par Hillary Clinton, le cinéaste américain Michael Moore a décidé, lundi 21 avril, d'apporter son soutien au sénateur de l'Illinois Barack Obama dans la course à l'investiture démocrate. "Au cours des deux derniers mois, les actes et les propos de Hillary Clinton sont passés de décevants à écœurants", écrit le cinéaste sur son site Internet. Michael Moore qui avait exprimé de la sympathie dans ses livres pour Mme Clinton, se dit maintenant "triste" de la façon dont elle a mené sa campagne. Il explique que le débat télévisé diffusé la semaine dernière a été "la goutte d'eau qui ...
Lire l'article
Barack Obama a remporté, samedi 8 mars, les caucus qui ont eu lieu dans l'Etat du Wyoming devant sa rivale Hillary Clinton, selon plusieurs médias américains. Après dépouillement de 96 % des votes, M. Obama obtenait 59 % des voix contre 40 % à Mme Clinton, ont rapporté les chaînes de télévision Fox et CNN. Le Wyoming, un des Etats les plus républicains et les moins peuplés des Etats-Unis, désigne douze délégués sur les 2 025 requis pour obtenir l'investiture comme candidat du parti démocrate. Sept étaient désignés samedi et les cinq autres le seront lors d'une convention locale prévue le ...
Lire l'article
Manifestation des Gabonais des Etats-Unis à Washington le 22 août 2011 contre l’achat de la propriété des Kennedy par le dictateur Ali Bongo
Manifestation: Des Gabonais demandent le limogeage de l’ambassadeur des USA au Gabon
Camouflet de Barack Obama aux dictateurs africains : Ces activistes gabonais qui ont influencé l’Amérique ?
Manifestation des Gabonais à Washington: Rapport, Photos et Vidéos de la marche
Succès de la Manifestation des Gabonais à Washington: Rapport, Photos et Vidéos dès lundi
Manifestation du 16 juillet à Washington: Des Gabonais écrivent à Hillary Clinton, demandent le retrait de son soutien au dictateur gabonais
Communiqué : Grande Marche et Manifestation des Gabonais à Washington le vendredi 16 juillet 2010
Hillary Clinton met un terme à sa campagne et apporte son soutien à Barack Obama
Michael Moore soutient Barack Obama
Barack Obama remporte les caucus démocrates du Wyoming

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne 4,67 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 4 Juil 2010
Catégorie(s): Activités,Diaspora,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Manifestation du 16 juillet à Washington: Des Gabonais écrivent à Barack Obama et autres personnalités américaines, demandent le retrait du soutien au dictateur gabonais

  1. banbang

    5 Juil 2010 a 04:43

    Editorial, un ancien membre de gangs Saddam qui ont frappé, violé, terrorisé des étudiants et des enseignants à l’USTM (à Franceville) chef de section, chef de département par intérim, président de la commission LMD à l’ENS tribalisme, idiotie et bêtise du Gabon.

    Nous nous sommes rapprocher d’un sage de la section et de l’ancien chef de département pour savoir comment il a été recruté comme enseignant, avec un tel passé.

    Je n’étais au courant de rien, j’étais en stage en France, a mon retour j’ai constaté la présence de nombreux jeunes dans la section, et j’ai constaté qu’ils étaient les ¾ de la même ethnie, quand je me suis renseigner, on ma dit que c’étais le chef de section et aussi chargé d’études qui avait recruté ses parents, je n’ai rien dit d’autre, nous rétorque le sage de la section. A suivre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*