Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : «On est assis sur un volcan», alerte Mba Obame

Auteur/Source: · Date: 9 Juil 2010
Catégorie(s): Politique

Dans un entretien accordé ce 9 juillet à RFI, le secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN, opposition), André Mba Obame, revient notamment sur les dernières législatives partielles et la gestion des deniers publics, tout en dénonçant une «désillusion totale».

André Mba Obame, le 6 juin dernier à l’issue des législatives partielles vous avez reconquis votre siège de député êtes vous satisfait ?

«Oui absolument, vous savez toute élection est toujours incertaine donc je me suis battu et malgré les tentatives de fraudes et d’intimidation, tout ce qui a été mis en place par le pouvoir pour m’humilier, parce que c’était ça l’objectif. Mais les populations de chez moi m’ont renouvelé massivement leur confiance; je leur remercie pour ça.

Alors ce jour là il y avait cinq partielles, l’opposition a gagné deux sièges à la Chambre en votre bénéfice et à celui de Jean Eyeghé Ndong. En revanche elle en a perdu trois, et Casimir Oye Mba a donc été battu. Est-ce que vous êtes déçu ?

Ecoutez, je suis déçu par le comportement du pouvoir en place, avant le 6 juin l’Union nationale et l’opposition, l’ACR, on avait attiré l’attention sur les fraudes qui se préparaient. On nous disait qu’on exagérait et que c’était des élections sans enjeux et que le pouvoir ne trouvait pas l’utilité d’aller jusque là, mais tout le monde reconnait que effectivement à Ntoum, à Mulundu, et à Bendjé il y a eu beaucoup des fraudes, d’énormes fraudes, même de nature inconnue jusque là : falsification massive des faux récépissés des cartes d’identité pour faire voter de faux électeurs. Tout le monde sait maintenant que le PDG ne peut pas gagner d’élections au Gabon sans frauder.

Mais tout de même un ancien ministre de l’Intérieur comme vous sait bien qu’il est plus difficile de frauder dans une élection locale que dans une élection nationale non ?

Oui mais c’était cinq partielles, donc vous pouvez déplacez massivement des populations d’un siège à un autre en leur donnant des fausses pièces d’identité. Ce qui est difficile lorsqu’il y a 120 sièges en jeu le même jour. Mais bon il y a trois recours, donc on attend que la Cour dise enfin, je dis bien, enfin, le droit.

A la lumière de ces partielles, que faut-il faire pour que les législatives de la fin 2011 soient transparentes ?

Il y a beaucoup de chose à revoir. Nous avons nous, demandé une révision profonde du Code électoral (…) La loi sur la biométrie a été votée, qu’on introduise les données biométriques dans la confection des listes électorales, les cartes d’électeurs. Nous l’avons dit au Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, nous l’avons rencontré que l’ambassadeur de France, l’Union européenne… nous leur disons que tout doit être fait pour que les élections de 2011 soient transparentes sinon elles n’auront pas lieu, ça c’est clair ! Parce que les Gabonais sont fatigués d’aller voter et que leur vote ne soit pas pris en compte. Et vous savez très bien que lorsque les populations ne croient au bulletin de vote, ils cherchent d’autres moyens, or nous ne devons pas en arriver. C’est pour cela que 2011 est l’élection de la deuxième chance.

Alors quand Ban Ki-Moon est passé chez vous le 1er juillet, vous lui avez remis un mémorandum très sévère contre Ali Bongo. Vous accusez le président d’avoir confisqué le pouvoir et vous le mettez en garde contre la colère des citoyens, mais n’y a-t-il pas des efforts de sa part notamment dans le domaine économique ?

Ce que l’on remarque c’est qu’il y a une gestion calamiteuse des deniers publics. Vous êtes en France, vous savez ce qui se dit : des achats d’hôtels particuliers à 100 millions d’euros, c’est inimaginables. Même le président Bongo n’a pas été aussi loin.

Vous savez ce que le Pouvoir répond, grâce à cet hôtel particulier les ministres de passage en France ne sauront plus obligés d’aller à l’hôtel à grands frais.

Donnez-moi un exemple d’un pays qui ait un hôtel particulier en France où les ministres et les hauts fonctionnaires de passage sont logés ! Ca ne se passe pas comme ça et ça ne se passera pas comme ça. De toutes les façons les opérateurs économiques au Gabon vont vous dire, la dette privée n’est pas payée, les entrepreneurs attendent d’être payés, on nous dit qu’il n’y a pas d’argent et pendant ce temps-là, on voit effectivement des dépenses à grands frais. Vous voyez l’industrie forestière, en 2009 une décision abrupte, irréfléchie, brutale, est prise pour arrêter les exportations du bois et tout le secteur forestier est maintenant sinistré.

Alors il y a des projets, notamment l’électricité dans le Woleu-Ntem chez vous, pour l’eau potable à Libreville, l’éducation. Est-ce que ce n’est pas du concret ça ?

Vous me parlez d’électrification du Woleu-Ntem. Vous savez, ce Pouvoir ce caractérise par des effets d’annonces. Depuis huit mois, les Gabonais ont assisté une avalanche d’annonces. Et d’ailleurs, le journal le quotidien L’Union a fait dernièrement un récapitulatif sur les mesures annoncées depuis huit mois et qui n’ont pas connu de début d’exécution. C’est impressionnant, actuellement le climat est à la désillusion totale.

Alors, tout de même le régime a décidé de recenser les fonctionnaires pour distinguer les vrais des faux, est-ce qu’il n’y a pas une vraie lutte contre les gabegies des années passées ?

Mais vous avez les résultats ? Ca c’est un serpent de mer ! Qu’on nous donne les vrais résultats du recensement. Là on ne fait que différer la publication des résultats. Aujourd’hui, personne ne peut vous dire exactement le nombre de fonctionnaires fantômes.

Alors monsieur Mba Obame, monsieur Ali Bongo et vous avez été de très bons amis. Depuis la présidentielle du mois d’août c’est la rupture, est-ce que vous vous êtes revus ces derniers temps ?

Non, monsieur Ali Bongo et moi, nous ne nous sommes pas revus, il n’y a pas urgence à ce qu’on se voit. Mais lui, il sait l’acte qu’il a posé, c’est-à-dire le coup d’état électoral, il en connait les conséquences. Aujourd’hui, sur la vie de tous les jours des Gabonais, on est assis sur un volcan qui peut entrer en éruption à tout moment. Les Gabonais sont des gens patients, mais il ne faut pas en abuser. Je compte sur lui parce que je sais que quelque part, c’est quelqu’un qui aime son pays. Alors qu’il fasse ce qu’il faut pour éviter que les Gabonais continuent à subir la situation explosive que nous connaissons aujourd’hui».
 


SUR LE MÊME SUJET
Au moins un militaire a été tué et deux blessés dans la nuit de lundi à mardi en Guinée-Bissau lors d'une opération de recherche de suspects après l'attaque contre des objectifs de l'armée qualifiée de tentative de coup d'Etat, a indiqué à l'AFP une source militaire. Une équipe de l'armée dépêchée à Luanda (quartier sud de Bissau) a été engagée dans des échanges de tirs avec un groupe de suspects qui étaient armés et ont ouvert le feu sur mes hommes. J'en ai perdu un, deux autres ont été blessés par balles, a affirmé à l'AFP le chef de cette équipe, ...
Lire l'article
Politique : Bruno Ben Moubamba en guerre contre les fans d’André Mba Obame
Toujours attendu à Libreville depuis l’annonce de son retour au pays, pour venir combattre la sorcellerie politique, l’exorciste politique du Gabon, ne reste pas les mains mortes sur son facebook. Désormais il passe à la vitesse grand V en s’attaquant aux fans du président virtuellement élu (André Mba Obame) avec 42% à l’élection d’Aout 2009. Bruno Ben Moubamba : « Ce qui est désolant c'est que l'Union Nationale est devenue une sorte de secte à la gloire d'un homme. Ce n'est pas ce qui était prévu. Un co-fondateur de l'UN comme moi doit absolument s'aligner derrière un Grand Stroumpf. ...
Lire l'article
L’unité anti-émeutes de la gendarmerie nationale a pris position mercredi devant l’entrée de l’université Omar Bongo (UOB) de Libreville croyant à une grève des étudiants. Ceux-ci avaient en effet en vue d’observer un mouvement d’humeur pour dénoncer l’exclusion définitive de huit étudiants de la faculté de droit et sciences économique par les autorités rectorales. L’assemblée générale des étudiants envisageaient de se réunir pour décider de la tenue du mouvement destiné à dénoncer les ‘’exclusions arbitraires’’ des étudiants et attirer l’attention des plus hautes autorités du pays, dont le président Ali Bongo Ondimba, sur ces abus. Le mouvement a été renvoyé à une ...
Lire l'article
Dans un entretien accordé à RFI que nous publions in extenso, le Secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Faustin Boukoubi, répond aux affirmations d’André Mba Obame, qui a accuse le parti au pouvoir d’avoir orchestré «une fraude inimaginable» aux législatives partielles du 6 juin. André Mba Obame vient de retrouver son siège de député à la faveur des dernières législatives partielles du mois de juin dernier, mais il dénonce des fraudes et des intimidations lors de ce scrutin. Qu’avez-vous à lui répondre ? «Monsieur Mba Obame parle de fraude en affirmant que le PDG ne peut jamais gagner ...
Lire l'article
Interview de l’opposant gabonais, secrétaire exécutif de l’Union Nationale Le mois dernier était créée, à Libreville, l’Union Nationale (UN), qui fédère trois partis d’opposition (UGDD, MAD et RNR) et cinq candidats à l’élection présidentielle de 2009. Parmi eux, celui qui officiellement est arrivé en seconde position à l’issue du scrutin : André Mba Obame, ancien ministre de l’Intérieur d’Omar Bongo Ondimba. Il dresse un bilan sévère des premiers mois de la mandature d’Ali Bongo Ondimba et présente les objectifs la nouvelle formation politique. A l’exception de Pierre Mamboundou (président de l’Union du Peuple Gabonais ), l’opposant historique de feu Omar Bongo Ondimba, ...
Lire l'article
Ancien ministre de l’Intérieur, André Mba Obame, 52 ans, est arrivé deuxième à l’élection présidentielle du 30 août au Gabon, remportée par Ali Bongo, fils du président Omar Bongo, mort en juin après quarante et un ans au pouvoir. S’estimant vainqueur et dénonçant un «coup de force électoral», Mba Obame, qui dit sa vie menacée et dénonce des «arrestations arbitraires», a déposé, comme huit autres candidats, un recours en annulation du scrutin. La Cour constitutionnelle a un mois pour statuer. Pourquoi avez-vous mis en garde la France dans une déclaration récente ? La France savait qu’il y aurait un coup ...
Lire l'article
Déployant d'important moyens et un discours incisif, le candidat indépendant, André Mba Obame, bat depuis le 15 août dernier une campagne remarquée, une des seule qui semble à même de concurrencer la propagande de la machine électorale du Parti démocratique au pouvoir (PDG, au pouvoir). Dans une interview qu'il a accordé le 25 août dernier à RFI, l'ancien ministre de l'Intérieur, a expliqué les dispositifs qu'il a déployé pour prévenir la fraude et n'exclut pas que d'autres candidats s'alignent derrière lui avant le scrutin du 30 août prochain. © gaboneco ; André Mba Obame lors d'un ...
Lire l'article
Les nouvelles en provenance du Gabon font état d'une aggression policière armée contre les militants de la liberté qui ont manifesté aujourd'hui à Libreville pour demander la démission d'Ali Bongo du gouvernement et des élections transparentes. Des militants du BDP-Gabon Nouveau faisant partie de la marche nous informent en temps réel par téléphone d'une débandande de la foule sous les tirs de gaz lacrimogène et même de balles réelles. 11h16, heure du Gabon: Un journaliste de RTN contacté au téléphone par le Dr. Daniel Mengara a fait état d'une débandade sans pareil et au moins plusieurs blessés très graves qui serait proche ...
Lire l'article
Alerte! Daniel Mengara recherché à Minvoul par le gouvernement gabonais?
Des nouvelles remontant de Minvoul dans le Nord du Gabon font état du fait que le gouvernement gabonais avait dispatché des soldats dans la petite ville de Minvoul pour y rechercher Daniel Mengara. Minvoul est la ville natale de Daniel Mengara. Il semblerait que le gouvernement gabonais ait eu vent d'une rumeur faisant état du fait que Daniel Mengara serait passé par le Cameroun pour entrer clandestinement au Gabon. Arrivés à Minvoul à bord de deux camions contenant des soldats, dont certains blancs (des Français?), lesdits soldats ont fait des perquisitions dans la maison de la vieille mère de Daniel Mengara, ...
Lire l'article
Les ministères gabonais de la Défense et de l’Intérieur ont annoncé le déploiement de patrouilles mobiles et statiques à Libreville et à l’intérieur du pays pour prévenir une «présumée attaque» qui serait en préparation contre le Gabon, dans un communiqué officiel dont APA a reçu copie mardi à Libreville. «Depuis un certain temps, des actes de violence sont perpétrés dans les pays de la sous-région par un groupe armé identifié», indique le communiqué, soulignant que des informations concordantes font état de la préparation d’une attaque du même genre que celle qui a frappé en février dernier la République voisine de Guinée ...
Lire l'article
ALERTE – Guinée-Bissau/coup d’Etat avorté: un militaire tué, deux blessés mardi
Politique : Bruno Ben Moubamba en guerre contre les fans d’André Mba Obame
Fausse alerte à la grève à l’université Omar Bongo de Libreville
Gabon : Boukoubi répond à Mba Obame
André Mba Obame : « Les Gabonais méritent mieux »
Mba Obame : «On est assis sur une bombe»
Gabon : Mba Obame, «beaucoup de rebondissements ne sont pas exclus»
Alerte: Blogging en Live: Aggression policière commanditée par Ali Bongo contre les manifestants de la liberté au Gabon
Alerte! Daniel Mengara recherché à Minvoul par le gouvernement gabonais?
L’armée gabonaise en alerte pour prévenir une présumée attaque extérieure


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne 2,67 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 9 Juil 2010
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à Gabon : «On est assis sur un volcan», alerte Mba Obame

  1. Gabonais de France

    11 Juil 2010 a 05:07

    Il ne suffit pas de critiquer son temps, il faut lui donner une forme et un avenir.

    Il est temps, grand temps que les Gabonais se réunissent autour du Feu de la clairvoyance.

    AIMONS LE GABON

  2. KanKan

    11 Juil 2010 a 01:15

    Mba Obame arrête ton cinéman. Maintenant tu dis qu’Ali aime son pays comme toi. A quel jeu tu joues? S’il aime son pays, pourquoi tu dis le combattre?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*