Socialisez

FacebookTwitterRSS

Rufin, Kouchner et autres amusements

Auteur/Source: · Date: 12 Juil 2010
Catégorie(s): Françafrique,Monde

L’académicien Jean-Christophe Rufin, qui vient de retrouver sa liberté de parole en quittant son poste d’ambassadeur de France au Sénégal, paraît décidément bien candide. Dans un article paru dans Le Monde du 6 juillet[1], Rufin semble s’étonner que la politique française en Afrique ne dépende que de l’Elysée et non du Quai d’Orsay. Et que de plus elle ne répondrait qu’à des intérêts corporatistes ou privés, à l’inverse, croit-il, de ce qui se passait du temps où sévissait le couple De Gaulle-Foccart. Pour l’ex-diplomate, c’étaient principalement les intérêts de la France qui alors motivaient la politique franco-africaine post-indépendance. Et il en rajoute : Nommé par Sarkozy en 2007 au poste d’ambassadeur, il aurait cru, dit-il, aux boniments de ce dernier sur la fin des relations troubles entre la France et l’Afrique. J’espérais l’écrivain un peu plus dégourdi que le diplomate. Tant d’années pour prendre conscience de la sincérité des hommes politiques, il est fort le Rufin… A moins bien sûr, car cela est toujours possible, que cette prise de conscience ne soit que de la comédie.

Les deux accusations de Jean-Christophe Rufin sont étonnantes. D’une part, l’Elysée ne s’est jamais départi de sa tutelle dans les affaires africaines. Depuis De Gaulle justement, tous les présidents français en ont fait leur chasse gardée. Les parlementaires n’ont jamais eu leur mot à dire, pour autant qu’ils aient été mis au courant, sur des manœuvres de militaires, voire de barbouzards, en terre africaine. Sarkozy, tout entier dans ses ruptures, ne fait qu’utiliser un système et des réseaux bien utiles, mais n’a vraiment rien inventé, ni innové.

Pour ce qui est des réseaux de lobbying qui seraient soi-disant récents, Rufin montre-là une vision de l’histoire un peu datée. Les relations actuelles de l’Etat français avec ses homologues africains ne sont, malheureusement et à peu de choses près, que la continuation de celles qui ont motivé l’aventure coloniale. Les métropoles se sont lancées dans ces conquêtes ultra-marines d’abord pour soutenir des capitaines d’industries. La France n’a pas fait exception à cela. Les colonies sont nées de comptoir et non l’inverse. La prétendue grandeur de la métropole n’a souvent été qu’un prétexte pour justifier des politiques et des budgets d’Etat. Et pour ceux qui n’auraient pas compris, la semaine de villégiature du nouvel élu Sarkozy en 2007 sur le yacht de Vincent Bolloré rappelait, mais rappelait simplement, les règles du jeu. Et bien entendu Bolloré aurait bientôt ses retours d’ascenseurs, au Togo ou au Cameroun par exemple.

L’intervention de Rufin, même si elle ne nous apprend rien, nous rappelle que cette foutue Françafrique est immortelle. Le soutien de la France à des despotes africains n’est pas une erreur, une mauvaise appréciation de la réalité ou un racisme cynique. C’est simplement le plus court chemin pour engranger de bonnes affaires. Vous faites l’étonné Monsieur Rufin ?

Finissons par la pièce de choix : Bernard Kouchner. Ce personnage ne cesse de m’éblouir par son endurance à défendre l’indéfendable. Le premier acteur, si ce n’est le créateur, de cette ingérence humanitaire qui se plait à mélanger l’humanitaire, la politique, les médias, voir les armes si nécessaire, n’en est pourtant pas à son coup d’essai. Dans les marécages du Biafra, sur les plages de Mogadiscio ou au milieu des collines rwandaises, cet homme transpire et bizarrement personne ne l’ignore. Le résultat de tant d’agitations n’est pourtant pas vraiment glorieux. Mais gare à celui qui mettrait en doute son honnêteté : Même ses missions d’audit auprès de dictatures (Birmanie, Gabon) n’ont rien de répréhensibles. Il l’a assuré récemment “Ce n’est que de la calomnie”. Et pourtant malgré (ou à cause de ?) toutes ces ambiguïtés, Bernard Kouchner est l’une des personnalités les plus appréciées des français.

Un autre ministre du gouvernement, bien bousculé actuellement, Eric Woerth, doit le jalouser. Christine Ockrent, “Madame” Kouchner dans le privé, est depuis février 2008, directrice générale de l’AEF (Audiovisuel Extérieur de la France). Les conflits d’intérêt avec les responsabilités de son compagnon et actuel ministre des affaires étrangères françaises, ne choquent pas grand monde.

Interviewé par une journaliste de RFI, à propos des accusations de Rufin , mais pas seulement, et agacé par une question sur cette résistance apparente de la Françafrique, Kouchner ne s’est pas démonté : “Moi, madame, je ne sais pas ce qu’est la Françafrique, je connais l’Afrique-France pas plus… et je ne voudrais pas être prétentieux, mais je citerais par exemple ce que la France a fait au Soudan et précisément au Darfour, et aussi ce que nous avons fait au Tchad, oui Madame au Tchad “… Au Darfour, je ne vois pas vraiment ce qu’a fait la France, par contre le soutien de la France à Idriss Déby, je vois très bien, et si aider un dictateur sanguinaire à garder son trône est une source de fierté pour lui, je commence à mieux comprendre pourquoi ce cynique personnage fait de la politique et a raccroché son stéthoscope.

SylvainD.


SUR LE MÊME SUJET
Gabon: Des étudiants pas comme les autres
Cinq enseignants gabonais ont passé huit mois à Charleville, et ont suivi au lycée François-Bazin une formation professionnelle dans les filières industrielles. Ou quand des profs gabonais viennent prendre des cours à Charleville-Mézières. Vendredi, cinq enseignants venus du pays africain ont reçu leur attestation de formation, après huit mois passés à étudier au lycée professionnel François-Bazin. L'initiative est venue du ministère de l'Enseignement technique et de la formation professionnelle du Gabon qui a décidé, avec le soutien de la Banque africaine du développement, de faciliter la reconversion d'enseignants gabonais dans différentes filières industrielles. Choisi par le gouvernement africain pour mener l'entreprise à bien, ...
Lire l'article
Le ministre en charge de l’Environnement et du Développement Durable, Ruffin Pacôme Ondzounga, a , à la demande du bureau du segment technique(Experts), présenté au segment ministériel dont les travaux ont démarré , ce jeudi, à Libreville, le projet de déclaration dit « consensus de Libreville », lequel exprime la position que pourrait adopter l’Afrique à le réunion plénière de haut niveau sur la biodiversité (20- 22 septembre prochains) lors de l’Assemblée générale des Nations-Unies (AGNU), a constaté GABONEWS. Dans son propos, le ministre a indiqué : « les ressources tirées de ...
Lire l'article
Dans sa volonté de concrétiser le projet de société du Président de la République ‘‘ l’Avenir en confiance’’, en matière de logements à travers les activités menées par son département ministériel, le ministre de l’Habitat, du Logement et de l’Urbanisme, Pacôme-Rufin Ondzounga, a récemment déclaré, à la presse nationale et internationale, que l’«L’Etat d’avancement des projets actuels se situent autour de 30 à 40% de la première phase », a constaté un journaliste de GABONEWS. D’emblée, le ministre Pacôme Rufin Ondzounga, a rappelé qu’il y a des travaux effectués en amont pour la construction de 5000 logements. Des travaux, ...
Lire l'article
Les récents propos du ministre français des Affaires étrangères, selon lesquels la tension franco-algérienne s’explique par la présence au pouvoir de "la génération de l’indépendance" ont été condamnés par les politiques et les associations. Les réactions n’ont pas tardé après la publication dans le Journal du Dimanche (JDD) d’une interview de Bernard Kouchner. Le ministre français des Affaires étrangères revenait, le dimanche 21 février, sur les relations de plus en plus tendues qu’entretiennent Paris et Alger. Selon lui, la présence au pouvoir de la génération de l’indépendance algérienne ne facilite pas les rapports entre les deux pays. "La génération de l'indépendance algérienne est ...
Lire l'article
Bernard Kouchner, au centre d'une polémique en raison de ses contrats de consultant médical sur le continent noir, suite à la publication du livre de Pierre Péan, entreprend cette semaine une tournée en Afrique. Elle débutera demain au Rwanda par une rencontre avec le président Kagame. On sait que le ministre des Affaires étrangères a été l'artisan d'une normalisation peu glorieuse avec le régime de Kagame alors que le juge Bruguière avait courageusement établi la responsabilité de ce dernier dans le déclenchement du génocide dont furent victimes les Hutus comme les Tutsis. Autant l'on peut comprendre que la France fasse ...
Lire l'article
Le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner a espéré jeudi que l'élection présidentielle au Gabon, qui doit désigner le successeur d'Omar Bongo, n'aurait "pas plus" d'un mois de retard. "J'espère, maintenant avec un petit retard par rapport aux 45 jours qui était prévu pour l'élection présidentielle, qu'il y aura peut-être un mois, autour d'un mois de retard", a indiqué M. Kouchner à Dakar, lors d'une conférence de presse au terme de sa visite au Sénégal. "J'espère que cela ne sera pas plus. La France n'a pas de candidat, la France soutient que les Gabonais doivent décider eux-mêmes dans le jeu des ...
Lire l'article
"On assiste là à une belle démonstration de langage diplomatique". Le "compliment" formulé en fin d'interview par un auditeur de France Inter est mérité. Invité de la radio publique ce matin (18 mai), Bernard Kouchner a pris soin d'esquiver les questions polémiques pendant une bonne demi-heure. L'une d'elles lui a même fait perdre la parole... Après une première partie très calme [voir vidéo], le ministre des Affaires étrangères s'est d'abord échauffé quand les journalistes entourant Nicolas Demorand ont évoqué sa position (très évolutive) sur la Turquie dans l'Union Européenne en désaccord avec celle de Nicolas Sarkozy. Est-il toujours favorable à l'ouverture ...
Lire l'article
La Une et trois pages dans Libération pour une enquête et un "Retour sur les liaisons dangereuses entre le ministre des Affaires étrangères et les dictateurs africains qui lui ont payé des études sur leur système de santé." "Quoi que l’on pense du livre de Pierre Péan, l’enquête que nous publions confirme que pendant longtemps, trop longtemps, l’actuel ministre des Affaires étrangères a porté les deux casquettes, publique et privée, dans ses relations africaines. Diplomate consultant, consultant diplomate, professeur, le conflit d’intérêt est bien là et il est difficile de le dissiper. (...) Quand on passe un peu de temps au ...
Lire l'article
Mis en cause par Pierre Péan dans son livre Le Monde selon K, Bernard Kouchner se défend sur tous les fronts. A l'Assemblée nationale, à la télévision, dans la presse, le ministre des affaires étrangères réfute tout mélange des genres entre activités publiques et privées en Afrique. "Je suis l'objet de la publication d'un livre calomnieux, d'une entreprise de déstabilisation qui est évidemment politique mais aussi éditoriale. L'auteur du livre est coutumier du fait", assure-t-il dans un entretien au Figaro. Sur le plateau de France 2, le ministre déclare qu'il portera "probablement" plainte contre contre l'auteur du Monde selon K. Le ...
Lire l'article
Bernard Kouchner : “La France n’interviendra plus dans le conflit tchadien”
Alors que les rebelles tchadiens ont repris ces derniers jours leur offensive vers la capitale, N'Djamena, Bernard Kouchner a très nettement pris ses distances avec ce conflit, dimanche 16 juin à Abidjan."Il n'y a pas de position de la France à entretenir. C'est un général irlandais qui commande l'Eufor (la force européenne chargée de protéger les réfugiés), avec dix-sept nations", dont la France, a répondu le chef de la diplomatie française à la question d'un journaliste sur la position de Paris dans la crise tchadienne. "La France n'est pas intervenue et n'interviendra plus", a-t-il ajouté lors de cette conférence de ...
Lire l'article
Gabon: Des étudiants pas comme les autres
Biodiversité : Rufin Pacôme Ondzounga présente le rapport du segment technique à l’ouverture des travaux du segment ministériel
Habitat- Logement : « L’Etat d’avancement des projets se situent autour de 30 à 40% », Pacôme-Rufin Ondzounga (Ministre)
Des propos polémiques de Kouchner font grincer Alger
Point de vue. Kouchner et les dictateurs africains
Gabon: M. Kouchner espère “pas plus” d’un mois de retard pour la présidentielle
France – Gabon: Kouchner évite Bongo
Gabon, le “rapport invisible” de Kouchner (Libération)
Bernard Kouchner rejette les accusations portées contre lui
Bernard Kouchner : “La France n’interviendra plus dans le conflit tchadien”

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 12 Juil 2010
Catégorie(s): Françafrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*