- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Indépendance: Sarkozy rend un hommage contesté aux liens entre la France et l’Afrique

[1]

Indépendance: Sarkozy rend un hommage contesté aux liens entre la France et l'Afrique

Nicolas Sarkozy a célébré mardi à Paris, devant les dirigeants de treize pays d’Afrique francophone, la “force des liens” qui unissent la France et ses anciennes colonies africaines, lors d’un hommage contesté organisé à l’occasion du Cinquantenaire de leur indépendance.

S’exprimant lors d’un déjeuner à l’Elysée, le chef de l’Etat français a d’emblée justifié l’invitation faite à ses pairs et sa décision de faire défiler leurs troupes sur les Champs-Elysées pour la traditionnelle parade du 14 juillet, qui ont suscité de multiples critiques.

“C’est bien mal me connaître que de penser que je puisse être inspiré par un quelconque sentiment de nostalgie envers une période dont j’ai, plus d’une fois, souligné l’injustice et les erreurs”, a-t-il rétorqué à ceux qui ont pu voir dans son geste “l’expression d’un nostalgie coloniale”.

“L’objet de cette rencontre n’est donc pas de célébrer vos indépendances, vous le faites très bien vous-mêmes. Il est de célébrer la force des liens que l’Histoire a tissés entre nos peuples. Et la force de cette rencontre, c’est de construire ensemble notre avenir”, a insisté Nicolas Sarkozy.

“L’invitation a été faite (par la France), par politesse nous répondons, et par intérêt aussi”, a confié en écho son homologue malien, Amadou Toumani Touré, “c’est tout à fait un honneur, sinon un privilège”.

Plusieurs ONG, qui devaient manifester mardi à Paris, ont dénoncé la présence, parmi les contingents africains, de “criminels” et “coupables de violations des droits de l’Homme”, ce que l’Elysée a fermement démenti. L’ex-patron du Parti socialiste, François Hollande a, lui aussi, regretté “le lieu” et “le moment” de cette rencontre.

En réponse à ces critiques, Nicolas Sarkozy a longuement plaidé la “spécificité” des liens franco-africains. “Je sais bien tout ce que la notion de +relations privilégiées+, de +relations spéciales+ charrie de soupçons et fantasmes (…) mais le moment est venu de l’assumer ensemble, sans complexe et sans arrière-pensées”, a-t-il jugé.

Dans ce “passé tumultueux”, il a évoqué la “dette” de la France envers les pays africains, “où commença de briller voici soixante-dix ans la flamme de la France libre et dont les fils ont versé leur sang pour libérer la France”.

Conformément à l’arrêt rendu par le Conseil constitutionnel le 28 mai dernier, le chef de l’Etat en a profité pour annoncer l’alignement des pensions de tous les anciens combattants résidant à l’étranger, quelle que soit leur nationalité.

Très attendue, cette décision devrait bénéficier à 30.000 personnes et fera l’objet, selon l’Elysée, d’un projet de loi “à la rentrée”.

“Votre décision sera unanimement saluée”, s’est réjoui le président camerounais, Paul Biya, au nom de ses pairs (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad et Togo).

En froid avec Paris pour cause de présidentielle reportée sine die, l’Ivoirien Laurent Gbagbo était représenté par son ministre de la Défense.

Comme il l’avait déjà fait lors du sommet Afrique-France à Nice fin mai, le président français a défendu une nouvelle fois sa volonté de rénover les liens de la France avec l’ensemble de l’Afrique. “La vieille notion de +pré-carré+ à vécu, la France ne se prétend plus votre partenaire exclusif”, a-t-il dit.

Et à ses invités, il a confirmé l’engagement de la France à maintenir “un effort soutenu” d’aide au développement. En guise d’exemple, il a annoncé une enveloppe de 180 millions d’euros sur trois ans pour la formation d’au moins 50.000 jeunes africains par an.


SUR LE MÊME SUJET
Le président français, Nicolas Sarkozy, dans une lettre adressé ce samedi à son homologue gabonais, Ali Bongo Ondimba, a apprécié le « partenariat rénové » entre le Gabon et la France, « les positions courageuses » que le pays adopte, ainsi que les priorités de l’agenda international que soutient le président gabonais « avec une constance et une détermination qui forcent le respect ». Cette lettre qui est parvenu à la Rédaction de l’Agence de presse GABONEWS s’inscrit dans le cadre de la célébration du cinquante et unième anniversaire de l’indépendance du Gabon, le 17 août prochain. GABONEWS propose ...
Lire l'article [2]
Lors d'un déjeuner controversé à l'Élysée réunissant 12 dirigeants d'ex-colonies africaines de la France, Sarkozy a annoncé l'alignement des pensions de tous les anciens combattants résidant à l'étranger. Quelle que soit leur nationalité. Par FRANCE 24 avec dépêches (texte) Comme une "réunion de famille". Ce mardi, Nicolas Sarkozy a reçu à sa table les dirigeants de 12 des 14 anciennes colonies africaines de la France qui célèbrent cette année le 50e anniversaire de leur indépendance*. Mercredi 14 juillet, leurs soldats défileront sur les Champs-Élysées pour célébrer, dixit le chef de l’État français, "le lien du sang […] né de la ...
Lire l'article [3]
Nicolas Sarkozy déjeune à l'Elysée avec 13 chefs d'Etat africains (13 juillet 2010) - AFP
Par FTV avec AFP. Nicolas Sarkozy a reçu mardi les chefs d'Etat de 13 ex-colonies en Afrique cinquante ans après leur indépendance. Le président français a invité mercredi leurs soldats sur les Champs-Elysées pour un hommage contesté par le PS et des ONG, symptomatique des ambiguïtés des relations franco-africaines. Nicolas Sarkozy s'est défendu de toute "nostalgie coloniale" lors d'un déjeuner à l'Elysée avec les dirigeants de treize des quatorze anciennes colonies. "D'aucuns ont critiqué la proposition que je vous ai faite de nous réunir aujourd'hui, et d'assister demain (mercredi) à mes côtés au défilé du 14 juillet", a affirmé le président français. Selon lui, ...
Lire l'article [4]
Les populations du Haut Ogooué ; où était natif le défunt président Bongo Ondimba décédé le 8 juin dernier à Barcelone en Espagne, ont rendu, mercredi, un vibrant hommage à cet illustre fils du pays par diverses manifestations. Franceville, chef-lieu de la province du Haut-Ogooué, a célébré mercredi le 1er anniversaire du décès du président Omar Bongo Ondimba. Tôt le matin de mardi, par succession de délégations, des gerbes de fleurs ont été déposées au mausolée d’Omar Bongo Ondimba. La délégation de la présidence de la République, conduite par son secrétaire général, François Engonga Owono, a ouvert le bal. Elle a ...
Lire l'article [5]
Dans un discours télévisé à la nation le 8 juin 2010 à l'occasion du premier anniversaire de la mort de son père Omar. Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a mis en garde contre les divisions dans le pays et a demandé à l'opposition de travailler « à l'unité nationale ». Le reportage de notre correspondant par Yves-Laurent Goma Pour l'anniversaire de la mort d'Omar Bongo de nombreuses manifestations ont eu lieu le 8 juin au Gabon. Bien que la journée n'ait pas été décrétée fériée, une minute de silence a notamment été programmée sur tout le territoire. La journée a commencé ...
Lire l'article [6]
La dépouille mortelle de l’artiste et homme politique Pierre Claver Zeng Ebome est arrivée le 25 mai à Libreville où elle a été escortée par une foule immense depuis l’aéroport jusqu’au gymnase du complexe Omnisport. Depuis hier, les artistes, les députés, les militants et leaders de l’Union nationale (UN), ont tour à tour rendu hommage au «grand homme», dont le corps sera inhumé dans les tout prochains dans son village natal du Woleu-Ntem (Nord), à Ekouasse. La dépouille mortelle de Pierre Claver Zeng, ancien musicien, ancien ministre, député et vice président de l’Union nationale (UN, opposition) est arrivée à Libreville ...
Lire l'article [7]
Par LEXPRESS.fr avec AFP. La visite de Nicolas Sarkozy au Rwanda, la première d'un président français depuis le génocide de 1994, intervient trois mois après la reprise officielle des relations diplomatiques entre les deux pays. Le président français Nicolas Sarkozy a reconnu ce jeudi à Kigali de "graves erreurs d'appréciation" et "une forme d'aveuglement" de la part de la France comme de la communauté internationale au moment du génocide de 1994 au Rwanda, lors d'une conférence de presse commune avec son homologue rwandais Paul Kagame. "Ce qui s'est passsé ici est inacceptable, mais ce qui s'est passé ici oblige la communauté internationale, dont ...
Lire l'article [8]
A la faveur de la réunion sectorielle de restitution du Séminaire gouvernemental au niveau du personnel du ministère des Mines, du Pétrole et des Hydrocarbures, le premier responsable de ce département, Julien Nkoghé Békalé, a bien voulu se prêter aux questions de GABONEWS en déclarant qu’ « il n’y a pas de nuages entre le Gabon et la France, le président Sarkozy vient pour encourager les nouvelles autorités gabonaises ». GABONEWS : Monsieur le ministre, quels sentiments vous animent-ils au sortir de la réunion de restitution du Séminaire gouvernemental que vous venez de dérouler en faveur du personnel de votre département ...
Lire l'article [9]
Sur cette page, vous trouverez les liens vers les pétitions de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National. - Pétition internationale pour l'honneur du Gabon et la dignité de l'Afrique: Signez la pétition, cliquez ici.
Lire l'article [10]
Sur cette page, vous trouverez des liens vers les divers meetings de la Coalition. Meeting de Bruxelles des 30 et 31 mai 2009, "Etats-Généraux de la Réforme au Gabon" portant Modification et révision de la Constitution Gabonaise Meeting de Paris des 20, 21 et 22 février 2009 portant naissance de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National Vous pouvez aussi suivre les activités et news de la Coalition.
Lire l'article [11]
Nicolas Sarkozy salue le « partenariat rénové » entre le Gabon et la France et félicite Ali Bongo Ondimba pour ses « positions courageuses »
Sarkozy rend un hommage controversé aux liens entre la France et l’Afrique
Hommage à l’Afrique contesté
Franceville rend hommage à Omar Bongo Ondimba
Le président gabonais Ali Bongo rend hommage à son père et appelle à l’unité du pays
Gabon : La Nation rend hommage à Pierre Claver Zeng
Sarkozy reconnaît des “erreurs” de la France au Rwanda
« Il n’y a pas de nuages entre le Gabon et la France, le président Sarkozy vient pour démontrer que la France ne lâche pas
Pétitions de la Coalition
Meetings de la Coalition