Socialisez

FacebookTwitterRSS

14 juillet à Paris: “de qui se moque-t-on?”, demandent des Africains

Auteur/Source: · Date: 14 Juil 2010
Catégorie(s): Monde

Le Béninois Francis Kpatindé a baissé le son de sa télévision, mercredi, quand les soldats de 13 pays africains défilaient à Paris, pour la fête nationale française. “De qui se moque-t-on?”, s’est-il demandé, choqué que Paris célèbre ainsi l’indépendance de ses ex-colonies.
“Est-ce qu’on imaginerait que le Royaume-Uni demande au président américain de venir commémorer à Londres l’indépendance des Etats-Unis” (obtenue en 1776)?, interroge M. Kpatindé, ancien rédacteur en chef de l’hebdomadaire Jeune Afrique, né il y a 54 ans au Dahomey, actuel Bénin.
Ce porte-parole d’un organisme international à Dakar, s’exprimant à titre strictement personnel, n’a pas non plus apprécié de voir des chefs d’Etat africains au pouvoir depuis 23 ou 28 ans entourer le président français, à la tribune.
“La plupart des dirigeants africains convoqués à Paris n’incarnent pas l’Afrique de l’espoir, l’Afrique des Lumières, l’Afrique de la démocratie. Plusieurs d’entre eux sont d’anciens officiers ayant troqué l’uniforme militaire contre un costume de chef d’Etat. Où sont les intellectuels, les chercheurs, les artistes africains?”, demande-t-il.
A Dakar, le directeur de la radio privée sénégalaise Futurs Medias, Mamoudou Ibra Kane, a aussi senti “l’exaspération” le gagner, au moment de cette “grande parade sur les Champs-Elysées”.
Pour lui, les Sénégalais ne pouvaient pas se reconnaître dans cette cérémonie parisienne. “C’est très difficile de faire passer dans l’opinion qu’il est pertinent pour l’ancienne puissance coloniale de célébrer elle-même, dans sa capitale, les 50 ans d’indépendance de ses anciennes colonies”, dit-il.
“Le président Nicolas Sarkozy ne s’est pas déplacé en Afrique pour les célébrations des indépendances, ni au Sénégal ni ailleurs. Et on voit 13 chefs d’Etat africains accourir autour de lui pour le 14 juillet, jour de la fête nationale française… Cela illustre peut-être ce complexe du colonisé que certains gardent encore vis-à-vis de Paris”, suggère-t-il.
A Libreville, où le défilé était retransmis en direct par la première chaîne publique de télévision, la presse gabonaise était partagée mercredi, voyant dans cette cérémonie un signe d'”honneur” ou de “mépris”.
“Le Gabon et l’Afrique honorés à Paris”, titrait à sa Une Gabon-Matin, édité par l’Agence gabonaise de presse (officielle).
Le quotidien se réjouissait que “des contingents du continent noir” puissent “témoigner, sur le sol où sont tombés des milliers de braves tirailleurs (soldats africains ayant combattu dans l’armée française, ndlr) des progrès réalisés par les pays d’Afrique en matière de défense et de sécurité”.
L’Afrique “n’a pas intérêt à se cabrer contre ses +maîtres+ d’hier. Elle n’a pas non plus intérêt à s’isoler ou à se renfermer sur elle-même à l’ère de la mondialisation”, jugeait ce journal.
Mais le bimensuel privé Misamu présentait plutôt comme “un triste jour” ce “14 juillet 2010 qui ravive le souvenir de tant d’années de colonisation, de domination, de spoliation, d’humiliation, de chosification”.
L’invitation à défiler à Paris “embarque des âmes naïves dans des considérations qui n’ont de sens qu’aux yeux du colonisateur alors que bien d’Africains n’y voient que démagogie et grossier mensonge d’un pays qui n’a guère changé de considération envers ses anciennes colonies. Une considération empreinte de mépris”, a estimé Misamu.
 


SUR LE MÊME SUJET
Le Béninois Francis Kpatindé a baissé le son de sa télévision, mercredi, quand les soldats de 13 pays africains défilaient à Paris, pour la fête nationale française. "De qui se moque-t-on?", s'est-il demandé, choqué que Paris célèbre ainsi l'indépendance de ses ex-colonies. "Est-ce qu'on imaginerait que le Royaume-Uni demande au président américain de venir commémorer à Londres l'indépendance des Etats-Unis" (obtenue en 1776)?, interroge M. Kpatindé, ancien rédacteur en chef de l'hebdomadaire Jeune Afrique, né il y a 54 ans au Dahomey, actuel Bénin. Ce porte-parole d'un organisme international à Dakar, s'exprimant à titre strictement personnel, n'a pas non plus apprécié de ...
Lire l'article
Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, est présent, ce mercredi 14 juillet, parmi la douzaine de chefs d’Etat africains invités par leur homologue français, Nicolas Sarkozy, à la tribune officielle, pour le défilé du 14 juillet, fête nationale française, selon l’Elysée. A cette occasion des militaires venus de treize pays (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Mali, Mauritanie, Madagascar, Niger, Sénégal, Tchad, Togo) ont remonté le boulevard Des Champs Elysées, une première, pour ainsi marquer le cinquantenaire des indépendances des ex-colonies africaines acquises en 1960. Absence des présidents ...
Lire l'article
Le président gabonais, Ali Bongo Ondimba a quitté Libreville lundi pour Paris où il assistera mercredi prochain aux manifestations du 14 juillet, fête nationale de la France. Ali Bongo Ondimba assistera notamment au grand défilé militaire sur les Champs Elysées qui verra la participation d’un détachement militaire gabonais aux côtés des autres troupes d’anciennes colonies françaises. Le numéro gabonais et d’autres présidents africains francophones et d’autres présidents africains francophones ont été invité par le président français Nicolas Sarkozy au défilé. En avril dernier, le gouvernement français avait annoncé, un budget de 16,3 millions d’euros pour fêter le cinquantenaire des indépendances de ses 14 ...
Lire l'article
Gabon – France : Ali Bongo Ondimba à Paris pour assister au défilé du 14 juillet
Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba quittera Libreville lundi en fin d’après-midi pour Paris en France où il assistera à la fête du 14 juillet, la fête nationale française, a appris APA de source proche de la présidence gabonaise. Selon la même source, le président Ali Bongo Ondimba assistera notamment au grand défilé militaire sur les Champs Elysées qui verra la participation d’un détachement militaire gabonais aux côtés des autres troupes d’anciennes colonies françaises. Le numéro gabonais a été invité avec d’autres présidents africains francophones par le président français Nicolas Sarkozy à assister au défilé. En avril dernier, le gouvernement français ...
Lire l'article
La France a, contrairement à la Belgique, invité des détachements militaires provenant de ses anciennes colonies à défiler lors de sa Fête nationale, le 14 juillet à Paris, à l'occasion du 50e anniversaire de leur indépendance, a-t-on appris auprès du ministère français de la Défense. Des détachements de treize pays africains (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, République centrafricaine, Congo-Brazzaville, Gabon, Madagascar, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad et Togo) défileront aux côtés de l'armée française sur les Champs Elysées. En Belgique, la participation de militaires congolais au défilé de la Fête nationale, le 21 juillet, un moment envisagée, a été annulée à ...
Lire l'article
Manifestation du 16 juillet à Washington: Des Gabonais écrivent à Hillary Clinton, demandent le retrait de son soutien au dictateur gabonais
Dans une lettre adressée le 30 juin à Hillary Clinton dans le cadre de la marche de protestation qu'ils préparent pour le 16 juin à Washington, des Gabonais demandent à la Secrétaire d'Etat américaine de retirer ses mots de soutien au dictateur gabonais Ali Bongo. Essentiellement, la lettre reproche à la Secrétaire d'Etat ses mots de soutien à Ali Bongo le 8 mars dernier lors d'une conférence de presse conjointe à Washington en marge de la session du Conseil de Sécurité dont le Gabon allait assurer la présidence tournante. La lettre lui demande de retirer ces mots que les Gabonais ...
Lire l'article
La France a le statut de "paradis fiscal" pour des dirigeants "qui sévissent contre leurs peuples en Afrique francophone", accuse la coalition anti-corruption "Publiez ce que vous payez". Des ONG gabonaises, membres de la coalition anti-corruption "Publiez ce que vous payez" (PCQVP) "exigent" une enquête parlementaire sur l'achat par le Gabon d'un immeuble à Paris, apprend-on par communiqué, lundi 31 mai. Selon deux journaux, cet immeuble parisien a coûté 100 millions d'euros. L'achat de cet immeuble, situé dans le 7e arrondissement, avait été annoncé par la présidence gabonaise dans un communiqué publié le 19 mai, sans précisions de montant. Biens mal acquis PCQVP-Gabon, qui ...
Lire l'article
Le parquet de Paris a fait appel le 7 mai dernier de la décision de la doyenne des juges d'instruction du tribunal de grande instance d'instruire la plainte déposée visant trois présidents africains pour «recel et détournement de fonds publics», «blanchiment», «abus de biens sociaux» et «abus de confiance». L'aval de la juge d'instruction tombé le 4 mai dernier avait engendré une levée de bouclier, mettant notamment en lumière l'incrimination collatérale des plus hautes institutions bancaires françaises. Déclenchée le 4 mai dernier par la juge d'instruction Françoise Desset, qui avait donné son aval pour l'ouverture d'une information judiciaire sur les ...
Lire l'article
Le gouvernement congolais a salué jeudi la décision du parquet de Paris de s'opposer à l'ouverture d'une information judiciaire sur le patrimoine en France de trois président africains dont celui du Congo, Denis Sassou Nguesso, répétant que ce dossier était "vide". "Pour nous, c'est une décision de bon sens", a déclaré à l'AFP le porte-parole du gouvernement, Alain Akouala Atipault, également ministre de la Communication. Selon une source judiciaire, le parquet de Paris va requérir un "refus d'informer" et s'opposer ainsi à l'ouverture d'une enquête à la suite d'une plainte d'ONG visant les présidents du Congo, du Gabon et de Guinée équatoriale. Aucune ...
Lire l'article
Sur cette page, vous trouverez des liens vers les divers meetings de la Coalition. Meeting de Bruxelles des 30 et 31 mai 2009, "Etats-Généraux de la Réforme au Gabon" portant Modification et révision de la Constitution Gabonaise Meeting de Paris des 20, 21 et 22 février 2009 portant naissance de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National Vous pouvez aussi suivre les activités et news de la Coalition.
Lire l'article
14 juillet à Paris: “de qui se moque-t-on?”, demandent des Africains
Le président Ali Bongo Ondimba parmi la douzaine de chefs d’Etats africains aux festivités du 14 juillet à Paris
Ali Bongo Ondimba à Paris pour assister au 14 juillet
Gabon – France : Ali Bongo Ondimba à Paris pour assister au défilé du 14 juillet
Treize pays africains défileront le 14 juillet sur les Champs Elysées
Manifestation du 16 juillet à Washington: Des Gabonais écrivent à Hillary Clinton, demandent le retrait de son soutien au dictateur gabonais
Des ONG demandent une enquête sur l’achat par le Gabon d’un immeuble à Paris
Justice : Paris bat en retraite dans l’affaire des biens des présidents africains
Le Congo approuve le parquet de Paris dans l’affaire des biens de présidents africains
Meetings de la Coalition


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Juil 2010
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*