Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le Directeur général de la CAISTAB, en homme de terrain, évalue le Projet Ngounié 2008

Auteur/Source: · Date: 14 Juil 2010
Catégorie(s): Economie

Le Directeur général de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB), Mathias Otounga Ossibadjouo, à la tête d’une forte délégation, constituée de technocrates, en homme de terrain, a sillonné, du 9 au 12 juillet, malgré parfois l’état quasi impraticable des voies de communication, les provinces du sud du Gabon, notamment la Ngounié en passant par le Moyen Ogooué et la Nyanga, en vue d’évaluer le programme de relance de la filière café-cacao dans cette partie du pays, a constaté GABONEWS.

Projet mis en œuvre dès l’année 2008, dans la province de la Ngounié, inscrit au calendrier des fêtes tournantes, le « Projet Ngounié 2008 », doté d’une enveloppe de deux (2) milliards de francs CFA, supervisé par la CAISTAB, a pour leitmotiv de poser les bases de la relance de la filière café-cacao dans le pays, et par ricochet l’agriculture globale.

Et l’objectif de la CAISTAB, dans ce processus, est de produire des plants ou de fournir de semences à la population agricole, désireuse de créer des plantations, tout en l’orientant et en l’accompagnant, avec son expertise, dans la tâche.

Ainsi, Mathias Otounga Ossibadjouo, qui dirige cette structure, a pris son bâton de pèlerin pour s’enquérir des avancées sur le terrain, depuis le lancement efficient de l’opération en avril 2010, mais aussi pour inciter davantage la population, réticente, à épouser ce projet et à le porter à bon port.

Que ce soit à Sindara (5 hectares), à Mandilou (10 hectares), dans la Ngounié, ainsi que dans la province du Moyen Ogooué, sur des sites abritant les toutes premières plantations expérimentales de café et de cacao, le constat présente un résultat mitigé. Et pour la plus part des cas, elles sont encore à la charge de la CAISTAB, alors que, selon Mathias Otounga, « derrière chaque plantation, il devrait y avoir un propriétaire », un promoteur.

Selon le patron de la CAISTAB qui n’a pas manqué d’afficher son mécontentement face à cette situation de quasi surplace, d’autant plus qu’il a affirmé sans ambages que « le projet est au point zéro », « l’agriculture est une question de passion ». De ce fait, il a tenu à préciser que « le rôle de la Caisse est juste d’accompagner les personnes qui veulent cultiver. Rien d’autre ».

Pour lui, en présentant, à chaque étape, depuis le Moyen Ogooué, en passant par la Ngounié et la Nyanga, les plants produits par ses délégués provinciaux, avec en prime des rejetons de bananiers sélectionnés en vue d’une association de cultures, Mathias Otoungou Ossibajouo a précisé: « vous avez la preuve que nous sommes capables de créer et de produire une plantation de 500 hectares. Mais il nous faut de la place ».

Pour booster donc l’adhésion de la population, le patron de la CAISTAB a sollicité l’apport des hommes politiques de chaque localité. « Les hommes politiques de la localité doivent conscientiser la population », a-t-lancé.

Sur le terrain, la délégation provinciale de la Ngounié, pour ne citer que celle-là, et leurs équipes ont développé des pépinières autant à Mouila, à Lébamba qu’à Mbigou. Une initiative qui affiche au compteur plus de 475 000 pieds de cacaoyers et 78 000 plants de caféiers qui ne restent qu’à trouver preneurs.

En attendant et surtout dans l’optique de ne pas perdre ces jeunes plants qui devraient revenir à la population locale, si elle s’intéressait à l’agriculture, le Directeur de la CAISTAB a encouragé la réalisation des plantations pilotes afin d’édifier, avec matière à l’appui, la population sur les retombés à venir.

7 et 2 hectares de café respectivement à Moalo et à Mokabo (Mouila), un hectare de cacaoyers, ce sont, entre autres, autant de réalisations qui devraient soutenir l’action de la CAISATAB dans la région.

Et plus loin, le Directeur de cette structure et son équipe ont visité les plantations des compatriotes telles que Marcel Kassa ou de Madame Rashiwa qui reçoivent l’appui de l’institution, et dans lesquelles l’on applique la notion de culture associée, désormais vulgarisée par la CAISTAB.

Ces plantations affichent une association de cultures à l’instar de la banane, du manioc et autres produits qui pourraient être rentables, en moins d’un an, avant que le café ou le cacao ne produise. Une manière de permettre à l’agriculteur d’avoir des ressources pour entretenir son champ.

Le projet Ngounié 2008 est réparti sur quatre secteurs dans la province. On notre la zone Nord 1 composée des localités de Mouila et de Guiétsou, suivie de la zone Nord 2 répartie entre Fougamou, Mandji Ndoulou et Yombi-Sindara.

Le secteur Centre est quant à lui constitué de Lébamba, Ndéndé, Nzenzélé et celui du Sud s’articule autour de Mbigou, Mimongo et Malinga.

Des régions qui ont tour à tour été visité par le directeur de la CAISTAB qui veut résolument engager cette population dans l’agriculture (un pourvoyeur de ressources renouvelables) et répondre à l’idéal du Gabon vert prôné par les autorités gabonaises.


SUR LE MÊME SUJET
La Caisse de Stabilisation et de péréquation (CAISTAB), a mobilisé plus de 1700 jeunes dans le nord du pays pour la réhabilitation des plantations de café-cacao dans la province du Woleu-Ntem (nord), en vue de relancer la culture de rente dans cette partie du pays, a-t-on appris auprès d’une source concordante. Le projet est initié par le gouvernement de la République et mis en branle sur le terrain par la direction générale de la Caisse de Stabilisation et de péréquation du Woleu-Ntem. Cette opération de réhabilitation des plantations de café-cacao dans les villages du septentrion concerne plus de 1700 jeunes qui seront ...
Lire l'article
Une vingtaine d’agents de la main d’oeuvre non permanente de la délégation de l’Ogooué-Ivindo (nord-est) de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) a entamé une grève, lundi dernier, pour exiger le paiement de quatre mois d’arriérées de salaires, a appris l'AGP. Brandissant des pancartes sur lesquelles on peut lire "Pas d’argent, pas de travail jusqu’à nouvel ordre", "quatre mois d’arriérés de salaires, c’est trop"..., les grévistes ont barricadé le bureau de l’agent comptable et celui du responsable provincial de la CAISTAB, Raphaël Onguiti, qui n’a plus été aperçu depuis lors. "C’est une situation déjà connue du ...
Lire l'article
Le directeur général de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB), Mathias Otounga Ossibadjouo, lors de sa descente sur le terrain, notamment dans les provinces du Moyen Ogooué, de la Ngounié et de la Nyanga, du 9 au 12 juillet dernier, en vue de s’enquérir des avancées et faire l’état des lieux des projets de relance de la filière café cacao, sur le tarrain, a doté la délégation provinciale de la Ngounié d’un important lot de matériels. En visite d’évaluation du Projet Ngounié 2008 fondé sur la relance de l’agriculture, particulièrement du café et du Cacao, le Directeur de la ...
Lire l'article
Après une première réunion en avril où l’aspect financier n’a pu être abordé, le comité de gestion de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) s’est une nouvelle fois réuni le 1er juin à Libreville pour examiner son bilan financier de 2007 au premier trimestre 2010, qui fait ressortir plusieurs irrégularités. Le comité de gestion de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) a tenu une nouvelle assemblée générale le 1er juin à Libreville après sa réunion d’avril dernier. Il s’agissait pour le comité de faire le bilan financier des activités de la CAISTAB allant de la période ...
Lire l'article
Une mission conjointe du ministère gabonais de la Santé et des organismes de l’ONU (OMS, UNICEF, FNUAP) séjourne depuis le 20 avril jusqu’au 10 mai prochain à Mouila en vue d’évaluer le personnel formé dans le cadre de l’amélioration de la santé maternelle et infantile dans la région de la Ngounié, a rapporté ce mercredi le correspondant de GABONEWS. La délégation est conduite par le directeur national de la Protection de la mère et de l’enfant (PTME), Dr Vierin Nzame et par le Dr Kéba du service des Nations Unies au Gabon. Au cours d’un entretien accordé à la presse, le Dr ...
Lire l'article
Apres l’embellie des années 70, quand le Gabon produisait 3 000 tonnes de café par an, la production caféière nationale s’était effondrée d’environ 90% au début des années 2000. Depuis quelques années, la filière renaît de ses cendres grâce au coup de pouce de l’Etat.A l’origine de cette régénération de la filière, les préconisations majeures du Document stratégique de croissance et de réduction de la pauvreté, qui ont ouvert sur une nouvelle vision du développement post-pétrole. C’est dans ce cadre qu’est dévolue à la Caisse de Stabilisation et de Péréquation, encore appelée Caistab, la mission de transformer la caféiculture en levier ...
Lire l'article
Une délégation de la Caisse nationale de stabilité et de la péréquation (CAISTAB) séjourne à partir de ce lundi dans certaines localités de la province de la Ngounié (Centre sud), en vue de l'achat du Café et du Cacao dans cette province du pays. En effet, selon cette source, environ un tiers de la population dans ces localités vit directement ou indirectement du cacao et du café. Ainsi, au Gabon, le café et le cacao représentent 20% des recettes d'exportation, et les responsables de la CAISTAB dont le directeur, Mathias Ossibadjouo, récemment primé pour les efforts fournis entendent véritablement redynamiser ce secteur ...
Lire l'article
Les provinces de la Nyanga et de la Ngounié , dans le sud du pays, ayant abrité les festivités du 17 août dernier, sont les premières bénéficiaires du projet gouvernemental de relancer l’activité agricole dans l’arrière pays. Les 16 et 17 juillet dernier, le lancement officiel du projet a été effectué par les responsables de la Caisse de stabilisation et de péréquation (Caistab). En effet, le directeur général du principal organisme chargé de la collecte, de la gestion pépinière et de la création des plantations pilotes, Mathias Otounga Ossibadjuo, a procédé à l’identification des différents sites et au lancement ...
Lire l'article
La Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) a été récompensée par le Réseau des professionnels de la communication pour l’intégration (REPCIAF) grâce aux réformes qui ont été menées par la nouvelle direction de cette structure dirigée par Mathias otounga Ossibadjouo, a rapporté le Quotidien l’Union. Crée comme observatoire de l’évolution des structures économiques du continent, le REPCIAF a récompensé la CAISTAB dont le directeur a été qualifié d’« archétype de bosseur intègre et modèle » pour le traitement administré à cette structure dès son arrivée se traduisant par le « retour de la confiance, aussi bien parmi les usagers ...
Lire l'article
Le Directeur général de la première chaîne de la Radiodiffusion télévision gabonaise (RTG1), David Ella – Mintsa, a déclaré vendredi matin, sur les ondes de Radio – Gabon que « les fêtes du 17 août dans la Nyanga et la Ngounié seront retransmises en direct depuis la cité de l’information ». Le Directeur général de la RTG 1 a fait cette déclaration depuis la Maison de l’information, Georges Rawiri au cours de la cérémonie de la rétrocession de l’édifice au ministre de la Communication, Jean Boniface Assélé, retransmise en direct sur les ondes de Radio – Gabon. Répondant à une autre ...
Lire l'article
CAISTAB: Plus de 1700 jeunes mobilisés pour la réhabilitation des plantations de cacao et café dans le nord du Gabon
Grève d’une catégorie d’agents de la CAISTAB à Makokou
Les capacités d’action de la Délégation de la CAISTAB Ngounié renforcées
Gabon : La CAISTAB planche sur ses états financiers
Gabon: Le personnel de santé de la Ngounié évalué par les experts du ministère de la santé et de l’ONU
Gabon: Gabon-Café: la Caistab, maître d’œuvre de la réhabilitation de la filière.
Gabon: La CAISTAB dans la Ngounié pour l’achat du cacao et du café
Gabon: Café/cacao: la relance des cultures démarre par la Ngounié et la Nyanga
Gabon: Café/Cacao: la CAISTAB récompensée pour ses réformes
Gabon: « Les fêtes du 17 août dans la Nyanga et la Ngounié seront retransmises en direct depuis la Cité de l’information », Directeur général

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Juil 2010
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*