Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon – Mounana : Alain Acker : “Les choses ont pris plus de temps que prévu”

Auteur/Source: · Date: 15 Juil 2010
Catégorie(s): Economie,Environnement,Santé

Jeune Afrique : Pourquoi les observatoires de la santé ne fonctionnent-ils pas encore ?

Alain Acker : Nous sommes en train de mettre en place une veille sanitaire autour du site de Mounana, comme nous nous y étions engagés. Vous savez qu’il y a eu le décès du président Omar Bongo Ondimba puis une longue transition ; les choses ont pris plus de temps que prévu. Mais nous sommes en train de finaliser, avec les autorités, le statut de l’association qui va gérer cet observatoire. Le dossier est au ministère de l’Intérieur et à celui des Mines ; nous attendons aussi la signature d’un décret, par le chef de l’État, qui reconnaîtra cette association comme étant d’utilité publique.

Les locaux destinés à accueillir les visites médicales sont presque terminés sur l’ancien site de la Comuf. Nous allons nous appuyer sur les médecins de l’hôpital de Mounana pour envoyer les convocations dès fin juillet-début août, et le travail de consultation et d’évaluation sanitaire commencera dans quelques semaines. Le directeur général de la Comuf est en train de commander le matériel médical, et je vais prochainement envoyer une mission technique à Mounana pour tout mettre en place.

En quoi consistera cette surveillance médicale ?

La surveillance médicale, c’est une visite tous les deux ans avec, éventuellement, une radio des poumons et une prise de sang ; c’est aussi une veille sanitaire pour les anciens mineurs et pour les populations qui vivent autour du site. Pour mettre en place le dispositif, nous avons fait un relevé de toutes les maladies soignées à l’hôpital de Mounana depuis les années 1950 : nous avons recensé les gens qui ont été accueillis, le traitement qui a été prescrit et le devenir de ces patients. Nous avons également répertorié tous les anciens mineurs vivants, soit plus de 1 000 personnes, leur habitat, l’exposition à laquelle ils ont été soumis. Ce travail de fond a été effectué ; il est aujourd’hui terminé. Les résultats de cette étude seront connus début septembre.

En cas de contamination avérée, comment se feront la prise en charge et l’indemnisation des malades ?

Si les maladies apparaissaient, liées de façon certaine et directe à l’exploitation de la mine, nous nous engageons à les prendre en charge selon le modèle français de réparation des maladies professionnelles.
 


SUR LE MÊME SUJET
L’Observatoire de la santé Mounana (OSM) a repris il y a une semaine les consultations médicales destinées aux ex-salariés de la compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF), rapporte ce mardi une source digne de foi. Selon le calendrier arrêté, la première phase des consultations prendra fin le 20 décembre prochain avant de relancer l’opération dirigée par le docteur Catherine Ondo-Eyene succédant à Angélique Kombila. Réservés uniquement aux anciens salariés résidant à Mounana, Moanda et leurs environs n’ayant pas été consultés entre octobre 2010 et mars 2011 lors du lancement des consultations de l’observatoire de Mounana. Ces visites consistent en une ...
Lire l'article
Reportage au Gabon : Mounana, 40 ans d’extraction de l’uranium… et après ?
Par Anne-Cécile Bras 26 000 tonnes d’uranium ont été extraites des gisements de Mounana dans le haut Oggooué dans le sud-est du Gabon. En 1999, la COMUF, la Compagnie des mines d’uranium de Franceville, filiale d’Areva, décide de cesser l’exploitation, faute de réserves économiquement exploitables. Aujourd’hui, selon les responsables de la COMUF, les travaux de réhabilitation et de démantèlement du site seraient pratiquement finis et conformes aux réglementations internationales. Mais, les mineurs et des ONG gabonaises et françaises ne font pas le même constat : non seulement le réaménagement du site de Mounana serait loin d’être terminé et l’exploitation du minerai aurait ...
Lire l'article
Entamées la semaine dernière, les consultations médicales des anciens employés de la Compagnie d’uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe nucléaire français AREVA, se poursuivent ce lundi, mercredi et vendredi prochains à l’Observatoire de la santé de Mounana à plus de 600 km au sud-est de Libreville où était exploité le minerai d’uranium. Cette deuxième phase concerne les ex-salariés nés entre 1930 et 1935 (70 à 75 ans), qui se feront examiner par les médecins commis à cette mission par le groupe AREVA et l’Etat gabonais. Ces consultations, qui portent essentiellement sur des prises de sang et des radios des poumons, se ...
Lire l'article
Le groupe nucléaire français AREVA a fait don d'une halte garderie à Mounana, localité de la province du Haut-Ogooué, dans le sud-est du Gabon, où la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (COMUF), une de ses filiales, a exploité l'uranium pendant près de quatre décennies, a appris l'AGP. La ministre gabonaise de la Santé, Alphonsine Mbié N'na, était attendue vendredi à Franceville, le chef-lieu de la province. Elle doit réceptionner le lendemain la halte-garderie, une structure destinée à accueillir des enfants issus de jeunes filles mères à la situation économique précaire et en provenance de familles démunies. La halte garderie est une ...
Lire l'article
Initialement prévues pour le 19 octobre prochain, les activités de l’Observatoire de la santé de Mounana (OSM) débuteront le 4 octobre. Cette structure permettra d’étudier l’impact sanitaire des activités de la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (COMUF) sur ses anciens agents mais également sur les populations locales. Mis en place pour d’étudier l’impact sanitaire des activités de la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (COMUF) sur ses anciens agents, mais également sur les populations locales, l’Observatoire de la santé de Mounana (OSM) lancera ses activités le 4 octobre prochain. Selon le communiqué de la COMUF, tous les anciens employés de ...
Lire l'article
L’Organisation non gouvernementale (ONG) Croissance Saine Environnement, a réclamé ce 11 février que la lumière soit faite sur l’«affaire» des déchets toxiques qui secoue la ville de Mounana dans le Haut-Ogooué, au Sud-est du pays. Lors d’une conférence de presse tenue le 5 février, les autorités municipales de Mounana ont dit avoir découvert des déchets toxiques le 31 décembre 2009 dans un ancien site de la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe français AREVA. Suite à la brouille entre la mairie de Mounana, au Sud-est, et les responsables de la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF) sur ...
Lire l'article
L’Organisation non gouvernementale (ONG) Croissance Saine Environnement, a réclamé ce 11 février que la lumière soit faite sur l’«affaire» des déchets toxiques qui secoue la ville de Mounana dans le Haut-Ogooué, au Sud-est du pays. Lors d’une conférence de presse tenue le 5 février, les autorités municipales de Mounana ont dit avoir découvert des déchets toxiques le 31 décembre 2009 dans un ancien site de la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe français AREVA. Suite à la brouille entre la mairie de Mounana, au Sud-est, et les responsables de la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF) sur ...
Lire l'article
Le groupe nucléaire français AREVA, a procédé le 2 avril dernier à la mise en place à Mounana, dans le Sud-Est du pays, d’un observatoire de santé et d’une commission locale d’information sur la radioactivité. Ces structures de suivi médical et d’information étaient réclamées depuis de nombreuses années par les populations et les autorités gabonaises pour la prise en charge sanitaire des anciens employés de la Compagnie des mines d’uranium de Mounana (COMUF), filiale du groupe nucléaire français, et des populations locales victimes des activités minières dans cette localité. Réclamé depuis plusieurs années par les ONG et les élus locaux ...
Lire l'article
La Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe français AREVA, devrait mettre en place avant la fin de l’année 2008 l’observatoire de Mounana censé évaluer et surveiller l’impact sanitaire des anciennes activités minières sur les populations et leur environnement. Les Organisations non gouvernementales (ONG) et les élus locaux dénoncent depuis plusieurs années l’impact sanitaire des déchets radioactifs des activités d’exploitation de l’uranium, près de dix ans après la cessation des activités de la COMUF, en réclament la mise en place effective de l’observatoire sanitaire initialement annoncé pour fin 2007. Près de dix ans après l’interruption des activités ...
Lire l'article
La mise en place de l’observatoire de santé de Mounana, annoncée pour cette semaine, a été repoussée pour la fin de l’année en raison de quelques réglages techniques de dernière minute, a annoncé le chargé de la communication du Groupe AREVA, zone Afrique francophone, Maxime Michaut. « Cela va se faire, mais nous devons nous rassurer que tout est fin prêt pour que l’observatoire soit enfin lancé. Nous attendons les derniers rapports du médecin local avec qui nous sommes en contact depuis quelques jours », a affirmé Maxime Michaut. Cependant une mission préparatoire conduite par le docteur Alain Acker, directeur médical ...
Lire l'article
Reprise effective des consultations médicales des ex-salariés de Comuf à Mounana
Reportage au Gabon : Mounana, 40 ans d’extraction de l’uranium… et après ?
Début des consultations médicales à l’Observatoire de la santé de Mounana
AREVA fait don d’une halte garderie à la localité de Mounana
Gabon : L’Observatoire de la Santé de Mounana en selle le 4 octobre
Gabon : La vérité sur l’«affaire» des déchets toxiques de Mounana
Gabon : La vérité sur l’«affaire» des déchets toxiques de Mounana
Gabon : AREVA met en place son observatoire de santé à Mounana
Gabon : L’observatoire sanitaire d’AREVA à Mounana avant 2009
Gabon: Santé :Inauguration de l’observatoire de santé de Mounana repoussée en fin d’année 2008


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 15 Juil 2010
Catégorie(s): Economie,Environnement,Santé
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*