Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Mounana, entre attente et suspicion

Auteur/Source: · Date: 15 Juil 2010
Catégorie(s): Economie,Environnement,Santé,Société

Accusé de négligence, le groupe Areva s’est engagé à fournir un suivi médical aux anciens employés de la mine d’uranium. Un an plus tard, les consultations n’ont toujours pas commencé.

L’accord était annoncé comme « sans précédent ». Il y a un an, menacé de poursuites judiciaires, le groupe français Areva signait une convention avec les associations Sherpa et Médecins du monde, et s’engageait à créer des observatoires de la santé autour des sites d’exploitation d’uranium, qu’ils soient ou non encore en activité. Ces structures étaient censées permettre le suivi médical des anciens mineurs, ainsi qu’une veille sanitaire des populations riveraines. Mais les mois ont passé et les consultations n’ont toujours pas commencé.

Les associations, qui se sont rangées aux côtés des anciens mineurs au Niger et au Gabon, se défendent pourtant d’avoir été abusées par le géant de l’énergie. Selon le vice-président de Sherpa, Jean-Pierre Getti, le retard accumulé est dû à la transition politique consécutive au décès du président Omar Bongo Ondimba. Même chose au Niger, où les lenteurs sont imputées aux soubresauts de la vie politique. « Nous sommes prêts à lancer les observatoires, explique Jean-Pierre Getti. Il faut tout simplement que le dossier avance du côté des autorités pour démarrer les examens médicaux, les éventuelles prises en charge, ou pour que les indemnisations commencent. »

Des rapports alarmants

En attendant, pour des centaines d’anciens salariés de la mine d’uranium de Mounana, petite ville nichée dans une cuvette du montagneux Haut-Ogooué, dans le sud-est du Gabon, la vie s’est arrêtée. Depuis que la mine a fermé, en juin 1999, après quarante années d’exploitation, Mounana vit comme figée dans le passé : la Compagnie minière d’uranium de Franceville (Comuf), filiale à 68,4 % d’Areva, qui exploitait la mine depuis 1960, a construit les écoles, les logements et les centres de loisirs. Elle a également aménagé les routes, installé la poste, créé le collège. Les centaines de salariés expatriés qui lui donnaient cette allure de ville cosmopolite et prospère sont partis. Près de 3 000 travailleurs locaux se sont retrouvés sans emploi. Certains sont allés chercher fortune ailleurs. Ceux qui sont restés vivent dans la peur des retombées radioactives héritées de la longue exploitation de la mine. Selon Areva, en quarante ans, 26 000 tonnes d’uranium sont sorties de la mine de Mounana.

Depuis l’arrêt de l’extraction, des rapports alarmants entretiennent la psychose. Celui publié en mars 2009 par la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (Criirad) – une association française – a révélé un taux de radiations supérieur à la normale dans certains points de la ville. Selon la Criirad, la Comuf « a produit 7,5 millions de tonnes de boues radioactives, dont 2 millions de tonnes ont été déversées dans une rivière. Une partie de ces déchets radioactifs est à l’air libre dans la forêt voisine ». Plus loin, l’ONG soutient que des mesures effectuées en 2009 montrent que les logements des cadres et des ouvriers de la Comuf ont été construits avec des matériaux radioactifs : « Les populations sont ainsi soumises à leur insu à des doses de radiations totalement injustifiées », conclut la Criirad. Les craintes se portent également sur les déchets enfouis sous la latérite non loin du site. Des résidus potentiellement dangereux pour la santé et dont certains pourraient rester radioactifs pendant des milliers d’années.

« L’enquête de la Criirad n’a pas été effectuée sur la base d’une méthode scientifique rigoureuse », se défend-on chez Areva. Le groupe nucléaire français en veut pour preuve le fait que la commission locale de surveillance qu’il a mise en place a, elle aussi, mené une étude d’impact environnemental ; ses résultats, rendus publics le 27 mai dernier, ne confirment pas les conclusions de la Criirad. Quant à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), elle a assuré aux autorités gabonaises que la réhabilitation du site opérée par Areva avait été faite dans de « bonnes conditions et ne présent[ait] pas de danger, de risque majeur pour la santé ou l’environnement », argumente Alain Acker, directeur médical du groupe (voir interview).

Néanmoins, la peur a fait naître un climat de suspicion à l’égard du groupe et de sa filiale, que la Criirad accuse de « négligence fautive ». En décembre 2009, la municipalité de Mounana, tenue par l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD), un parti de l’opposition récemment absorbé par l’Union nationale (UN), a accusé la Comuf d’avoir permis à une entreprise sous-traitante, Geofor, de déverser des déchets toxiques sur un site qu’elle était censée réhabiliter et surveiller. La commune de Mounana a porté plainte contre X. Montrée du doigt, la Comuf assure n’y être pour rien et a introduit une plainte similaire auprès du parquet local.

Le dossier est sensible pour le gouvernement, accusé d’avoir « oublié » Mounana depuis la rupture, en janvier 2001, entre Zacharie Myboto, baron local et désormais président de l’UN, et le régime de feu Omar Bongo Ondimba. Lors des municipales de 2008, sa fille, Chantal Myboto-Gondjout, elle aussi rattachée à l’UN, a arraché la commune au parti au pouvoir, le Parti démocratique gabonais (PDG). Bienvenue dans le marigot local.
 


SUR LE MÊME SUJET
La suspicion des damnés de l’uranium
Pendant des décennies, les mineurs de Mounana, dans la province du Haut-Ogooué, ont extrait de l’uranium radioactif pour le compte de la Compagnie des mines de Franceville (Comuf), adossée au géant français Areva. Beaucoup souffrent de graves atteintes aux poumons. La mine est aujourd’hui fermée et les mineurs doutent du dernier dispositif sanitaire mis en place par Areva. Lancé le 19 octobre 2010 par le groupe nucléaire français Areva, l’Etat gabonais et d’anciens travailleurs des mines d’uranium du Gabon, l’Observatoire de la santé de Mounana commence à susciter la suspicion des habitants de cette petite ville minière du Sud-est Gabon. L’observatoire avait ...
Lire l'article
Le groupe nucléaire Areva va indemniser les ayants droits de deux de ses anciens salariés français morts d’un cancer du poumon après avoir travaillé pendant plusieurs années dans la mine d’uranium de Mounana, dans le Sud-Est du Gabon, a-t-on appris vendredi de source officielle. C’est la première fois que le groupe minier qui était établi au Gabon via la Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF) va engager un tel processus conformément à un accord conclu en 2009 avec l’association Sherpa qui défend les intérêts des salariés de Areva exposés à des rayonnements ionisants. 40 000 dossiers médicaux appartenant à des mineurs ...
Lire l'article
Philippe Douillet, l’un de ses responsables du groupe nucléaire français Aréva, a souhaité à la veille de la tenue, ce jeudi, du premier Conseil d’Administration de l’Observatoire de Mounana qu’ « il faut que cet observatoire soit sous le couvert de l’autorité nationale ». S’exprimant sur les ondes de la radio panafricaine, Africa n°1, Philippe Douillet, a déclaré : « Il faut que cet observatoire soit sous le couvert de l’autorité nationale et non d’AREVA pour éviter d’être partie – prenante (…). Il faut que ce soit l’Etat gabonais qui ait en charge la transcription des informations ...
Lire l'article
Le groupe nucléaire français AREVA a fait don d'une halte garderie à Mounana, localité de la province du Haut-Ogooué, dans le sud-est du Gabon, où la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (COMUF), une de ses filiales, a exploité l'uranium pendant près de quatre décennies, a appris l'AGP. La ministre gabonaise de la Santé, Alphonsine Mbié N'na, était attendue vendredi à Franceville, le chef-lieu de la province. Elle doit réceptionner le lendemain la halte-garderie, une structure destinée à accueillir des enfants issus de jeunes filles mères à la situation économique précaire et en provenance de familles démunies. La halte garderie est une ...
Lire l'article
L’Organisation non gouvernementale (ONG) Croissance Saine Environnement, a réclamé ce 11 février que la lumière soit faite sur l’«affaire» des déchets toxiques qui secoue la ville de Mounana dans le Haut-Ogooué, au Sud-est du pays. Lors d’une conférence de presse tenue le 5 février, les autorités municipales de Mounana ont dit avoir découvert des déchets toxiques le 31 décembre 2009 dans un ancien site de la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe français AREVA. Suite à la brouille entre la mairie de Mounana, au Sud-est, et les responsables de la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF) sur ...
Lire l'article
L’Organisation non gouvernementale (ONG) Croissance Saine Environnement, a réclamé ce 11 février que la lumière soit faite sur l’«affaire» des déchets toxiques qui secoue la ville de Mounana dans le Haut-Ogooué, au Sud-est du pays. Lors d’une conférence de presse tenue le 5 février, les autorités municipales de Mounana ont dit avoir découvert des déchets toxiques le 31 décembre 2009 dans un ancien site de la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe français AREVA. Suite à la brouille entre la mairie de Mounana, au Sud-est, et les responsables de la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF) sur ...
Lire l'article
La Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (CRIIRAD) affirme que l’ancien site gabonais d’uranium de Mounana, exploité pendant 40 ans par une filiale du géant français de l’uranium, Areva, présente un niveau de radiation « nettement supérieur à la normale ». Mis en cause au Niger et au Gabon pour ses exploitations d’uranium, le groupe français avait demande une étude sur place. Selon cette étude, les niveaux de radiation sur le site gabonais de Mounana est deux à 50 fois supérieures à la normale. « Pendant les premières années de l’exploitation d’uranium, l’usine de concentration du minerai a déversé ...
Lire l'article
L'ancien site gabonais d'uranium de Mounana présente un niveau de radiation "nettement supérieur à la normale" Dans un rapport, la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (Criirad), dénonce mercredi "certaines valeurs au contact du sol 2 à 50 fois supérieures à la normale". Le gisement d'uranium a été exploité de 1958 à 1999 par la Compagnie des mines d'uranium de Franceville, filiale du groupe nucléaire français Areva. L'association française, dans ce rapport reçu mercredi par l'AFP à Libreville, s'appuie sur des mesures effectuées en mai 2009 sur le site. Selon la Criirad, la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (Comuf) "a ...
Lire l'article
La mise en place de l’observatoire de santé de Mounana, annoncée pour cette semaine, a été repoussée pour la fin de l’année en raison de quelques réglages techniques de dernière minute, a annoncé le chargé de la communication du Groupe AREVA, zone Afrique francophone, Maxime Michaut. « Cela va se faire, mais nous devons nous rassurer que tout est fin prêt pour que l’observatoire soit enfin lancé. Nous attendons les derniers rapports du médecin local avec qui nous sommes en contact depuis quelques jours », a affirmé Maxime Michaut. Cependant une mission préparatoire conduite par le docteur Alain Acker, directeur médical ...
Lire l'article
La tenue du conseil d'administration des actionnaires de la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (Comuf) le 15 mai dernier à Libreville, a servi de pretexte au directeur des réaménagements des sites de Mounana exploités par Areva, Guy Lauret, d’indiquer que le «niveau d’avancement des travaux de réaménagement se situent à hauteur de 98%». «En tant qu’industriels responsables, nous avons des obligations de réaménagements des sites. (…) Des axes d’amélioration seront mis en place pour proposer des pistes dans le cadre du développement durable pour réindustrialiser la région de Mounana durement éprouvée par le départ de l’activité minière» a ajouté Guy ...
Lire l'article
La suspicion des damnés de l’uranium
Gabon : Areva va indemniser pour la première fois deux des ayant droit de ses anciens employés
Santé/Observatoire de Mounana : « Il faut que cet observatoire soit sous le couvert de l’autorité nationale », Philippe Douillet (AREVA)
AREVA fait don d’une halte garderie à la localité de Mounana
Gabon : La vérité sur l’«affaire» des déchets toxiques de Mounana
Gabon : La vérité sur l’«affaire» des déchets toxiques de Mounana
Gabon : niveau de radiation préoccupant à Mounana
Uranium de Mounana: un taux de radiations alarmant
Gabon: Santé :Inauguration de l’observatoire de santé de Mounana repoussée en fin d’année 2008
Gabon : Areva parachève le réaménagement des sites de Mounana


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 15 Juil 2010
Catégorie(s): Economie,Environnement,Santé,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*