Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le Brésil et la France vont aider les pays du bassin du Congo à surveiller leurs forêts

Auteur/Source: · Date: 15 Juil 2010
Catégorie(s): Monde

Assurer le suivi des forêts, étudier leur évolution sont des enjeux stratégiques dans la lutte contre les changements climatiques. La déforestation est à l’origine de 18 % environ des émissions mondiales de CO2.
Dans ce contexte, l’accord qui lie, depuis le 1er juillet, les instituts de recherche pour le développement français (IRD), de recherche spatiale brésilien (INPE) et l’Agence gabonaise d’études et d’observation spatiale (Ageos) est inédit. “Exemplaire, assure Michel Laurent, président de l’IRD, car nous nous associons avec des puissances émergentes pour échanger nos connaissances issues de technologies de pointe.”
Cet accord tripartite permettra de surveiller les forêts tropicales du bassin du Congo, le deuxième plus grand massif forestier tropical après l’Amazonie. Ou un éventuel accident pétrolier sur une plate-forme du golfe de Guinée. Dès 2012, une antenne installée à Libreville pour capter les données satellites commencera à fonctionner, assurant une observation sur un rayon de 2 600 kilomètres. Le Mali et le Niger pourront en profiter, d’autres pays aussi, s’ils le souhaitent. Le coût du projet s’élève à 12 millions d’euros.
“C’est une façon de lutter contre la “fracture spatiale” qui prive les pays du Sud des technologies indispensables aux scientifiques”, estime Laurent Durieux, de l’IRD au Brésil. Selon ce chercheur, un état des lieux établi grâce au système de télédétection est un préalable indispensable aux politiques de protection des forêts.
L’IRD étudie la forêt amazonienne depuis la Guyane et a développé une technologie permettant de lire des images, en dépit de la couverture nuageuse caractéristique des zones équatoriales humides.
Les Brésiliens ont une longue expérience à partager : depuis vingt ans, ils assurent la surveillance quotidienne de l’Amazonie, qui représente 40 % de la forêt tropicale mondiale. Le satellite sino-brésilien CBERS fournit, gratuitement, des images de la Terre, et l’INPE a créé des techniques d’analyse de ces images qu’il est prêt à partager avec les scientifiques gabonais ou d’autres pays tropicaux, africains, asiatiques et sud-américains.
“Pour la première fois, le Brésil va partager sa technologie spatiale dans le cadre de la coopération Sud-Sud, et nous voulons offrir une totale autonomie à nos partenaires”, précise Claudio Almeida, de l’INPE. Ce chercheur dirige le nouveau centre de surveillance de Belem (Etat du Para), où seront formés les futurs techniciens du Gabon.
Présent à la signature de l’accord, le conseiller en environnement du président Bongo s’est félicité de cette coopération triangulaire : “Même un petit pays d’Afrique centrale peut participer au suivi des forêts et aider ses voisins”, s’est réjoui Etienne Massard, qui préside la toute nouvelle Ageos. Il vient de faire entrer son pays dans le Groupe d’observation de la terre (GEO) et voudrait créer, au Gabon, un pôle d’excellence spatiale.
Les forêts amazonienne et gabonaise ont le même écosystème, un héritage du supercontinent fracturé au jurassique, le Gondwana. Mais elles ne souffrent pas des mêmes maux : celle du Brésil est menacée par la pression des agriculteurs qui abattent les arbres pour planter du soja ou élever leur cheptel, alors que celle du Gabon souffre davantage d’une exploitation forestière plus ou moins bien contrôlée. Les images satellite pourront le vérifier.
Pour le directeur de l’INPE, Gilberto Câmara, l’enjeu de cet accord tripartite est à long terme : “Le Brésil a l’ambition de devenir le premier pays tropical développé, mais peut-il le faire en respectant son environnement ?” Les moyens de surveillance déployés doivent aider à relever ce défi, et le Brésil souhaite que d’autres pays puissent disposer des mêmes outils pour maîtriser l’utilisation de leurs ressources naturelles.
 


SUR LE MÊME SUJET
Près de 70 (69 au total) nouveaux agents des eaux et foret ont reçu lundi au Cap Estérias (30 km au nord de Libreville) leurs parchemins après trois à cinq ans de formation selon les niveaux de formation. Parmi les 69 nouveaux agents sortis de l’Ecole nationale des eaux et forêts (ENEF), 26 sont des ingénieurs et les 43 autres sont des techniciens supérieurs des eaux et forêts. A l’occasion ils ont étés appelé par la marraine de cette promotion, Marie Thérèse Vané à faire preuve d’humilité dans leur démarche professionnelle. "L’humilité doit vous amener à comprendre que tout édifice ne se ...
Lire l'article
Deux cents (200) pays se sont engagés auprès des organisateurs à diffuser le signal de cette rencontre historique qui mettra aux prises le Gabon et la Brésil, le 10 novembre au stade de l'Amitié Sino-gabonais de Libreville. La confrontation historique Gabon-Brésil restera à coup sûr gravée dans la mémoire des amoureux du balon rond. Si l’on en croit Cédric Pouho, promoteur, invité lundi soir du magazine "Grand Sport" sur la première chaîne de télévision Gabonaise ( RTG1), il s'agit- là d’une « forte exportation mondial » du match entre le futur organisateur de la coupe du Monde (Brésil) et le ...
Lire l'article
Les forêts du Bassin du Congo jouent un rôle primordial dans la régulation climatique, selon un haut responsable de l’Institut de recherche en écologie tropicale (IRET), basé à Makokou, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Ivindo, dans le nord -est du Gabon. ‘’A l’échelle planétaire, nos forêts jouent un rôle primordial dans la régulation climatique’’, a affirmé, mardi à Libreville, le directeur de l’IRET, Alfred Ngomanda, à l’ouverture du 4ème séminaire-atelier ACP-Forenet/Afrique centrale sur la ‘’conservation et la gestion durable des forêts tropicales’’. ‘’La gestion durable des écosystèmes du Bassin du Congo impose désormais aux scientifiques africains d’acquérir une ...
Lire l'article
Le ministère gabonais des eaux et forêts a été doté de quatre nouvelles directions générales pour tenir compte des nouvelles orientations de ce département ministériel, a annoncé le communiqué final du conseil des ministres réuni jeudi à Libreville par le président Ali Bongo Ondimba. Chacune des directions générales va gérer un pan du vaste secteur de l’environnement pour la protection duquel le Gabon a décidé de s’impliquer de manière résolue, conscient que les ressources biologiques renouvelables de la planète représentent une opportunité unique pour le développement économique et social. La Direction générale des forêts (DGF) va gérer le couvert ...
Lire l'article
Les pays d’Afrique centrale sont à la recherche d’un cadre légal et institutionnel susceptible d'optimiser les retombées des produits forestiers non ligneux dans le renforcement de la sécurité alimentaire et la lutte contre la pauvreté dans la sous-région. Plus de 100 millions de personnes vivent des produits forestiers non ligneux dans les pays du bassin du Congo, second massif forestier de la planète, après l’Amazonie. Les spécialistes estiment sous-estimées l’importance et la contribution, à la sécurité alimentaire, des PFNL qui procurent aux populations des aliments, des plantes médicinales, de l’énergie, des équipements de pêche et des matériaux de ...
Lire l'article
Ouverture depuis ce lundi à Libreville d’un atelier d’évaluation à mi-parcours de planification et de formation des techniciens du système d’information géographique (SIG) du projet de cartographie participative dans le bassin du Congo qui tient ses travaux du 1er au 6 du mois courant dans la capitale gabonaise, a constaté GABONEWS. Initié par l’Organisation non gouvernementale (Ong) Brainforest, l’atelier dont les travaux ont été ouverts par le ministre des Eaux et Forêts, de l’environnement et développement durable, Martin Mabala, durera près d'une semaine. L’objectif étant la promotion des droits des communautés forestières afin d’avoir un meilleur accès ...
Lire l'article
La Banque africaine de développement (BAD) a octroyé le 30 avril dernier un don de 23,6 milliards de F.CFA à la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC) pour la conservation des écosystèmes des forêts du bassin du Congo. Ces fonds doivent permettre de renforcer la gestion durable de ce bassin forestier, le deuxième plus grand de la planète, qui joue un rôle de premier plan dans la lutte contre le changement climatique. Face à l'importance de la préservation des forêts du Bassin du Congo au regard des impératifs du réchauffement climatique, la Banque africaine de développement (BAD) a ...
Lire l'article
Le collectif des étudiants gabonais du Brésil a adressé le message de condoléances suivant au Président Omar Bongo Ondimba (lire la suite) Ayant appris avec une vive émotion la disparition subite de la première Dame du Gabon, Epouse du Président de la République, Son Excellence Hadj Omar BONGO ONDIMBA, le Collectif des étudiants Gabonais au Brésil présente au Chef de l´Etat, aux enfants, ainsi qu´à toute la famille éplorée, ses condoléances les plus attristées, et les assure de son soutien moral. Nous prions le Tout Puissant de leur donner force, courage et persévérance dans cette dure épreuve et douloureuse circonstance. À notre maman ...
Lire l'article
Jean-Louis Borloo souhaite faire de la lutte contre la déforestation une des priorités de la présidence française de l'Union européenne, qui débute le 1er juillet. C'est dans cette perspective que le ministre de l'écologie s'est rendu à Kinshasa (République démocratique du Congo) et à Brazzaville (République du Congo), du 22 au 25 mai, pour y rencontrer ses homologues. Deux textes sont actuellement en discussion à la Commission de Bruxelles. Le premier, qui devrait être présenté en juin, imposerait l'obligation d'acheter du bois certifié par un label écologique pour pouvoir l'importer en Europe. Le second, prévu à l'automne, vise à établir une ...
Lire l'article
La présidente et directrice générale du Fonds pour l'environnement mondial (FEM), Monique Barbut a annoncé mardi à Libreville que son institution projette de débloquer une enveloppe de 40 millions de dollars pour appuyer un programme de gestion des écosystèmes forestiers dans les pays membres du Bassin du Congo. Mme Barbut a fait cette annonce à la veille de l'ouverture mercredi à Libreville des travaux d'une rencontre des ministres des Forêts des pays membres du Bassin du Congo. La réunion qui se tiendra dans la capitale gabonaise prendra fin vendredi. Selon Mme Barbut, arrivée mardi soir à Libreville, l'enveloppe du FEM ...
Lire l'article
Près de 70 nouveaux agents des eaux et forets reçoivent leurs parchemins
Deux cents (200) pays diffuseront la rencontre amicale Gabon-Brésil du 10 novembre prochain à Libreville
Les forêts du Bassin du Congo jouent un rôle primordial dans la régulation climatique
Quatre nouvelles directions générales au ministère des eaux et forêts
Un cadre légal et institutionnel pour la gestion des produits forestiers non ligneux dans le bassin du Congo
Un atelier d’évaluation du projet de cartographie participative dans le bassin du Congo se tient à Libreville du 1er au 6 février
CEEAC : 23,6 milliards de F.CFA de la BAD pour les forêts du Bassin du Congo
Gabon: Les étudiants gabonais du Brésil adressent leurs condoléances au Président Omar BONGO ONDIMBA
La pression démographique menace les forêts du Congo
40 millions de dollars pour préserver les forêts du Bassin du Congo


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 15 Juil 2010
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*