Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : La société civile en guerre contre la corruption

Auteur/Source: · Date: 26 Juil 2010
Catégorie(s): Société

« La corruption, tous pour le non », pouvait-on lire sur la façade de la salle des fêtes de l’hôtel de ville de Mouila où se tenait jeudi une conférence sur les différentes formes de corruption.

Il y avait peu de participants malgré la présence de la fédération Mussobini qui regroupe plus d’une vingtaine d’associations.

Colette Moudouma (de l’association locale Toumanguianou, «Essayons voir» en langue Ipunu, NDLR) a fait le tour du thème en parlant notamment des conséquences subies par de nombreux citoyens gabonais chaque jour.

La politique a été pointée comme étant la source de la corruption, a affirmé Mme Moudouma en prenant l’exemple de l’achat des consciences avant les élections. Elle affirme que cette gangrène engendre la perte de confiance des citoyens envers leurs dirigeants et pourrait déboucher sur l’instabilité du régime au pouvoir.

Selon la banque mondiale, c’est pourtant la corruption discrète qui entrave le développement de notre pays. Cette forme de corruption est définie comme le manquement des fonctionnaires au devoir de fournir des biens ou services financés par les administrations publiques.

La corruption commence à l’école et l’Université et cela est déplorable! Quand un élève nanti achète une note pour passer dans la classe supérieure, personne ne peut en sortir gagnant. La société attend de sa jeunesse qu’elle mette en valeur toute son énergie et son dynamisme pour construire un développement durable.

«Là où le balai ne passe pas, la poussière ne s’en va pas toute seule». Les dirigeants doivent bien sûr montrer l’exemple mais surtout prendre des sanctions envers ses administrés qui profitent d’une once de pouvoir pour arrondir leurs fins de mois. Pour endiguer la corruption comme pour faire évoluer les comportements des automobilistes, seule la répression est efficace! Il faut rapidement changer cette mentalité et redonner le goût du service et du travail bien fait.

Par C. LAN 


SUR LE MÊME SUJET
L’association locale Toumanguianou (Essayons voir en langue Ipunu), dirigée par Colette Moudouma et soutenue par l’ONG « On ne m’achète pas » de Claire Obone a tenu jeudi à l’hôtel de ville de Mouila, une conférence sur la corruption en présence principalement des membres de la fédération Mussobini regroupant plus d’une vingtaine d’association du chef-lieu de la province, rapporte vendredi l’AGP. ’’ Nous disons non à la corruption’’, a déclaré unanimement la majorité des femmes de la fédération à la fin de la conférence, tout en regrettant l’absence des autres membres. ‘’Pour un si bon thème, on aurait voulu une participation ...
Lire l'article
Le président gabonais, Ali Bongo Ondimba a décidé d’instaurer une journée nationale de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite, à l’issue du conseil des ministres de jeudi, à Libreville. Cette journée qui sera célébrée chaque 9 décembre, vise entre autres, à sensibiliser, conscientiser, prévenir et susciter chez l’agent public et le citoyen, des comportements tendant à rejeter la corruption et l’enrichissement illicite et à cultiver les valeurs d’éthique et d’intégrité. L’instauration de cette action, a également pour objectif, de vulgariser et de sensibiliser sur les axes stratégiques de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite. Elle a aussi pour but d’impliquer les ...
Lire l'article
Alors que le nouveau président gabonais Ali Bongo prêtait serment, ce vendredi, à Libreville, l'opposant André Mba Obame poursuit sa grève de la faim. Il répond aux questions de LEXPRESS.fr. Elu à la présidence du Gabon le 30 août dernier, Ali Bongo Ondimba, 50 ans, a prêté serment ce vendredi à Libreville, à la faveur d'une cérémonie d'investiture empreinte de solennité. Dans son discours, le fils aîné et successeur du défunt Omar Bongo a promis "un Gabon exempt de la corruption et de l'injustice", vivant "en paix et dans la sécurité", "où les plus méritants seront récompensés et où la sanction juste ...
Lire l'article
Les associations de protections des droits des consommateurs sont montées au créneau suite aux nouvelles perturbations du réseau de la Société d'eau et d'électricité du Gabon survenues les 14 et 15 février derniers à Libreville. Le Réseau gabonais pour la protection des consommateurs (RGPC) organiseront une marche pacifique à cet effet le 20 février prochain pour protester contre la hausse constante des prix de l'électricité ainsi que les délestages intempestifs qu'ils attribuent à un abus de monopole de la société de fourniture d’électricité. Malgré les explications fournies par la Société d'eau et d'électricité du Gabon (SEEG) sur les incidents qui ...
Lire l'article
Le maire de la commune de Lébamba, Malabana Inguemba a sommé mardi tous les commerçants exerçant au marché municipal de se conformer à la mercuriale en vigueur pour mettre un terme à la flambée de prix des produits agricoles, dans la capitale départementale de la Louétsi-Wano. " Les prix des produits alimentaires issus du travail de la terre généreuse de notre localité doivent revenir à la normale et au plus vite", a martelé l'édile de Lébamba en s'adressant aux commerçants de vente en détail. "Gare aux commerçants véreux et récalcitrants", a prévenu le premier magistrat de la commune, ajoutant que : ...
Lire l'article
Détails de la plainte de la société civile gabonaise contre Alaba Fall, procureur de la république
Voici les détails de la plainte de la société civile gabonaise contre Alaba Fall, procureur de la république du Gabon. Marc Ona EssanguiLe Réseau Gabonais de Bonne Gouvernance (ROLGB) présidé par M. Georges MPAGA, (Tel. +241 – 07 51 99 32) , l’ONG AFRIQUE-HORIZONS, présidé par M. Alain MOUPOPA (Tel. +241 06 73 34 73), Marc ONA ESSANGUI, Président de Brainforest (+241 07 29 41 40) agissant comme acteurs de la Société Civile au Gabon, pour latransparence et la bonne gouvernance, ont porté plainte vendredi 10 octobre contre M. Alaba Fall Bosco, Procureur de la République du Gabon et neveu du Président  ...
Lire l'article
Le Collectif des organisations libres de la société civile gabonaise porte plainte contre le Procureur de la république
Marc Ona EssanguiLe Réseau Gabonais de Bonne Gouvernance (ROLGB) présidé par M. Georges MPAGA, (Tel. +241 – 07 51 99 32) , l’ONG AFRIQUE-HORIZONS, présidé par M. Alain MOUPOPA (Tel. +241 06 73 34 73), Marc ONA ESSANGUI, Président de Brainforest (+241 07 29 41 40) agissant comme acteurs de la Société Civile au Gabon, pour latransparence et la bonne gouvernance, ont porté plainte vendredi 10 octobre contre M. Alaba Fall Bosco, Procureur de la République du Gabon et neveu du Président  Omar Bongo Ondimba, devant la nouvelle Commission Nationale de Lutte contre l’enrichissement illicite. COLLECTIF DES ORGANISATIONS LIBRES DE LA ...
Lire l'article
Libreville a célébré le 26 juin dernier la Journée mondiale contre la drogue avec de nombreuses manifestions, des conférences, des exposés et des missions de sensibilisation contre la consommation et le trafic de drogues. A cette occasion, le président de l'association gabonaise de lutte contre la toxicomanie "Agir pour le Gabon", Alphonse Louma, a appelé à la mise en place d'une réelle politique des pouvoirs publics pour lutter efficacement contre le trafic de drogues et la recrudescence de sa consommation dans nos sociétés. A l'instar de la communauté internationale, le Gabon a célébré le 26 juin dernier la Journée ...
Lire l'article
Plus de 500 membres des syndicats et ONG gabonaises étaient réunis le 21 juin dernier dans la grande salle de réunion de la Chambre de Commerce de Libreville pour sceller la naissance du Front des organisations de la société civile pour lutter contre la pauvreté et pour la bonne gouvernance au Gabon. Cette nouvelle union se compose des centrales syndicales USAP, UTG et Intersyndicales, de la coalition Publiez ce que vous payez (PCQVP) ainsi que de la coalition contre Vie Chère. Ce front est coprésidé par Fridolin Mvé Messa, président de l'USAP et Marc Ona Essangui, président de la coalition ...
Lire l'article
C'est la grande salle de réunion de la Chambre de Commerce de Libreville qui a accueilli samedi 21 juin 2008 dernier plus de 500 personnes composées des membres des syndicats et ONG gabonaises pour sceller la naissance de ce front. Composé de centrales syndicales (USAP, UTG, Intersyndicales) et des coalitions (Publiez ce que vous Payez, Vie Chères), ce front est copésidé par l'USAP (Fridolin MVE MESSA) et Publiez ce que vous Payez (Marc ONA ESSANGUI). Voici la déclaration lue par Marcel LIBAMA du Syndicat de l'Education Nationale (SENA): DECLARATION La communauté internationale est aujourd’hui unanime à reconnaître qu’une crise alimentaire majeure menace ...
Lire l'article
Gabon: Un collectif d’association s’insurge contre la corruption
Ali Bongo Ondimba instaure une journée nationale de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite
André Mba Obame: “Contre la dictature et la guerre civile”
Gabon : La société civile entre en guerre contre la SEEG
Gabon: Société : Le maire de Lébamba va- t- en guerre contre la valse des étiquettes
Détails de la plainte de la société civile gabonaise contre Alaba Fall, procureur de la république
Le Collectif des organisations libres de la société civile gabonaise porte plainte contre le Procureur de la république
Gabon : La société civile demande plus d’engagement pour lutter contre la drogue
Gabon : Un Front uni de la société civile contre la vie chère
Naissance d’un “FRONT DE LA SOCIETE CIVILE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE AU GABON”


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Juil 2010
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*