Socialisez

FacebookTwitterRSS

Economie : Haro sur le business de terres agricoles

Auteur/Source: · Date: 28 Juil 2010
Catégorie(s): Economie,Société

Pour assurer leurs approvisionnements alimentaires et/ou énergétiques, de nombreux pays achètent des terres agricoles dans les pays en développement. Un phénomène qui prend de l’ampleur au point que la communauté internationale tire la sonnette d’alarme.

Le phénomène n’est pas nouveau, mais il semble s’emballer depuis les crises alimentaires de 2007-2008 et la flambée des prix des matières premières. L’appropriation de terres agricoles de pays du Sud par des investisseurs publics ou privés s’est accélérée, au point d’inquiéter la communauté internationale. L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la Banque mondiale ou encore le Fonds des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) se penchent très sérieusement sur le sujet aujourd’hui.

Le principe ? Des investisseurs issus de pays dépendants des importations alimentaires et cherchant à externaliser et sécuriser leur production alimentaire nationale, achètent des terres agricoles dans d’autres pays. L’Arabie saoudite, le Japon, la Chine, l’Inde, la Corée, la Libye et l’Égypte font partie des principaux acheteurs actuels. «Ce qui est nouveau, c’est la taille des acquisitions, les nouvelles motivations qui y président (des économies d’échelle offertes par la production à grande échelle jusqu’à la sécurité alimentaire et énergétique), le manque considérable de transparence et de consultation publique et l’implication accrue des gouvernements», note la Coalition internationale pour l’accès à la terre (ILC) dans un rapport.

«Entre 2000 et 2050, les surfaces cultivées mondiales auront progressé de 19 %, à un rythme moyen de 7,5 millions d’hectares nouvellement cultivés par an, soit un rythme presque deux fois plus rapide que celui observé entre 1961 et 2000. Les nouvelles surfaces agricoles auront été trouvées essentiellement en Afrique subsaharienne et en Amérique latine, et dans une moindre mesure en Asie», selon les prévisions du modèle Agrimonde.

L’achat de terres, dans des pays où généralement règne l’insécurité alimentaire, pour externaliser la production alimentaire devrait donc se poursuivre. Conscients des risques de dérive, les principaux observateurs prêchent pour un encadrement de ces pratiques, sans toutefois trouver la manière d’appréhender le problème.

Le phénomène est difficile à estimer, du fait du manque de transparence de ces nombreuses transactions. Près de 20 à 30 millions d’hectares de terres auraient fait l’objet d’acquisition ces dernières années, un chiffre probablement sous-évalué. La Banque mondiale a identifié environ 400 projets répartis dans 80 pays, dont près du quart (22 %) sont en cours de réalisation. La plus grande partie (37 %) de ces projets d’investissement est destinée à la production alimentaire (cultures et élevage) et énergétique, agrocarburants principalement (35 %). L’Afrique concentre la moitié des projets, suivie par l’Asie, l’Amérique latine et l’Europe de l’Est. Parmi les critères de choix des investisseurs, la Banque mondiale note la disponibilité des terres, la faible mécanisation et la gouvernance foncière médiocre.

Une étude de la FAO, de l’Institut international pour l’environnement et le développement(IIED) et du Fonds international de développement agricole (FIDA) souligne que si les fonds souverains jouent un rôle important dans ces transactions, le secteur privé et les investisseurs non étrangers ont un rôle non négligeable dans ces pratiques. Ainsi, l’accaparement de terres à des fins spéculatives par les élites locales, via la privatisation de terres collectives, ne doit pas être sous-évalué. Face à ces acteurs souvent peu scrupuleux, les populations locales ont peu de poids. Les droits d’usage coutumiers sont ignorés, ils sont dès lors expulsés ou privés de l’usage des terres.

«D’aucuns jugent que ces opérations à grande échelle menacent les droits fonciers des pauvres, en particulier des détenteurs de droits coutumiers et collectifs, la sécurité alimentaire des pays hôtes et l’environnement. Mais on peut estimer qu’ils constituent des investissements dans un secteur et des régions qui en ont grandement besoin, et contribuent peut-être à lutter contre la pauvreté et atteindre les objectifs de développement, ainsi qu’à satisfaire les besoins alimentaires de la planète», a indiqué le Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest (CSAO) et l’OCDE, dans un document de travail de décembre 2009.

Sur le terrain, le tableau est moins rose car «ces opérations ne bénéficient malheureusement pas à la population». Face à ces dérives, les observateurs proposent d’encadrer ces pratiques, à défaut de pouvoir les interdire. Cependant, «obtenir un accord international sur la question sera très long», analyse Michel Clavé, directeur de l’agriculture et de l’agroalimentaire du groupe Crédit Agricole et président de la mission sur les cessions d’actifs agricoles. La mission propose donc d’établir un label «agro investissement responsable», qui engagerait les investisseurs et les pays hôtes.

De leurs côtés, la FAO et la Banque mondiale planchent sur le sujet. La première a lancé une initiative sur la gouvernance foncière, principal problème dans les pays hôtes, tandis que la seconde promeut sept principes pour des investissements responsables dans l’agriculture. Mais difficile de croire que, sans cadre réglementaire strict, ces instances parviendront à moraliser ces pratiques.

Publié le 28-07-2010 Source : Actu-Environnement Auteur : Gaboneco
 


SUR LE MÊME SUJET
Le groupe français Eramet, à travers sa filiale Maboumine, va lancer en 2014 une usine pilote en vue de l'exploitation à Mabounié (centre ouest Gabon) d'un gisement important comprenant du niobium, des terres rares, du tantale et de l'uranium, a-t-il annoncé vendredi. Des représentants d'Eramet et Maboumine ont été reçus vendredi par le ministre des Mines et du pétrole Alexandre Barro Chambrier pour faire le point sur le projet alors que le site est connu depuis des années. Une usine pilote sera construite sur le site en 2014, a expliqué Philippe Vectren, directeur général délégué d'Eramet, dont la filiale Comilog exploite le ...
Lire l'article
51.000 exemplaires du rapport « The report Gabon 2010 » de l’économie gabonaise ont été distribués en anglais à travers le monde par le cabinet d’intelligence économique spécialiste des économies émergentes Oxford business group (OBG), en vue d‘aider les investisseurs potentiels à profiter pleinement des opportunités du marché gabonais. Selon les responsables d’OBG, le succès de la première édition de ce rapport a permis à l’Etat gabonais via le ministère de l’Economie, du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme de renouveler sa confiance au groupe à travers le scellement d’un nouveau partenariat pour cette année en vue du « The report, ...
Lire l'article
Après un premier succès en 2010, l’Etat gabonais à travers le ministère de l’Economie, du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme, a renouvelée son partenariat avec le cabinet d’intelligence économique spécialiste des économies émergentes Oxford business group (OBG), en vue de l’élaboration de la deuxième édition du guide « économique du Gabon » édité en anglais sous l’appellation de « The report Gabon 2011 ». C’est à la faveur d’une rencontre d’échange avec la presse nationale et internationale, ce mercredi, que l’annonce du renouvellement de partenariat entre l’Etat gabonais et Oxford a été faite. Selon la directrice d’OBG au Gabon, Isabelle ...
Lire l'article
jEn marge de leurs discussions, le 27 août, à Libreville, concernant le projet d’entrée de l’État gabonais dans le capital d’Eramet (et de la Comilog, sa filiale gabonaise), Patrick Buffet, le PDG du groupe minier, et le président Ali Bongo Ondimba, ont aussi évoqué divers projets communs dans les « terres rares », c’est-à-dire contenant des minerais qui ne le sont pas moins. L’idée est de permettre à la Comilog, qui possède déjà un permis de recherche sur le gisement de Mabounié (niobium, terres rares, tantale et uranium), d’entreprendre des sondages pour évaluer le potentiel d’exploitation du pays.
Lire l'article
En marge de leurs discussions, le 27 août, à Libreville, concernant le projet d’entrée de l’État gabonais dans le capital d’Eramet (et de la Comilog, sa filiale gabonaise), Patrick Buffet, le PDG du groupe minier, et le président Ali Bongo Ondimba, ont aussi évoqué divers projets communs dans les « terres rares », c’est-à-dire contenant des minerais qui ne le sont pas moins. L’idée est de permettre à la Comilog, qui possède déjà un permis de recherche sur le gisement de Mabounié (niobium, terres rares, tantale et uranium), d’entreprendre des sondages pour évaluer le potentiel d’exploitation du pays.
Lire l'article
Dans le cadre de la réalisation du programme de sécurité alimentaire, le gouvernement a annoncé le 25 juillet à la mise en place de 5 grandes zones agricoles sur l’ensemble du territoire national. Une initiative qui vise à «tourner la page de la culture de rente», mais qui pourrait se heurter à la réticence des bailleurs de fonds à accompagner les opérateurs agricoles. Le ministre de l’Agriculture, Raymond Ndong Sima, a annoncé le 25 juillet à la création de 5 zones agricoles sur l’ensemble du territoire national, destinées assurer l’autosuffisance et la sécurité alimentaire du pays. «La promotion des zones agricoles ...
Lire l'article
Dans le cadre de la politique de développement agricole, un atelier de trois programmes nationaux axé sur la lutte contre l’insécurité alimentaire et une meilleure gestion des ressources alimentaires a été lancé le 20 janvier à Libreville par le ministre de l’Agriculture, Raymond Ndong Sima. Ces programmes financés par l’Union européenne (UE) et le Fonds des Nations Unies pour l’Agriculture (FAO) à hauteur de 600 millions de francs CFA, doivent permettre de réduire la dépendance alimentaire du pays, qui exporte plus 80% de ses denrées alimentaires. Le ministre de l’agriculture, Raymond Ndong Sima, a lancé le 20 janvier dernier à ...
Lire l'article
L’Institut national supérieur d’agronomie et de biotechnologie (INSTAB) de Franceville vient d’organiser la première conférence sur les perspectives de valorisation des techniques de production agricole en Afrique. Ces travaux ont permis aux étudiants gabonais de découvrir les secteurs du développement agricole qui sont encore négligés dans le pays, notamment l’apiculture ou l’arboriculture, et qui pourrait participer à la création d’emplois et la sécurité alimentaire. Au terme des travaux de la première conférence sur les perspectives de valorisation des techniques de production agricole en Afrique qui se sont tenus les 11 et 12 avril derniers à Franceville, les organisateurs de l’Institut ...
Lire l'article
La première session ordinaire du Conseil économique et social (CES) pour l’exercice 2009 ouvert le 17 février livre ses premières recommandations. La Commission chargée de la production animale et végétale a formulé des propositions sensées assurer la qualité des produits locaux et leur promotion sur le marché national. Attendues depuis septembre 2008, les recommandations du Conseil économique et social (CES) sur la sécurité alimentaire au Gabon ont commencé à ressortir des débats des conseillers qui se sont retrouvés depuis le 17 février dernier pour faire le point sur l’intercession qu’ils devaient mettre à profit pour étudier leurs domaines respectifs de ...
Lire l'article
La première école supérieur de formation aux métiers bancaires dans les pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), BGFI Business school, a effectué jeudi à Libreville sa première rentrée académique 2008/2009 avec 36 étudiants. Selon l’administrateur directeur général de BGFI Business scholl, Henri Claude Oyima, cette école est un facteur d’accompagnement qui va contribuer à la maitrise du risque de rupture des compétences au sein du Groupe BGFIBANK à travers le recrutement et l’intégration des meilleurs élèves de la sous région. La nouvelle école offrira aux étudiants des formations innovantes devant valoriser les compétences professionnelles acquises ...
Lire l'article
Gabon: une usine pilote Eramet en 2014 sur un site riche en terres rares et en niobium
Economie / 51.000 exemplaires du rapport économique Gabon 2010 déjà distribués par Oxford Business Group
Economie / Oxford Group Business sollicité à nouveau pour l’édition 2011 de « The report Gabon »
Gabon: Eramet sonde les terres rares
Gabon: Eramet sonde les terres rares
Gabon : Les 5 zones agricoles de Ndong Sima
Gabon : Trois programmes agricoles pour booster la culture du manioc
Gabon : Franceville valorise les nouvelles techniques agricoles
Gabon : Le CES accouche ses premières recommandations agricoles
abon: Economie: BGFI Business school démarre sa première année avec 36 étudiants


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 28 Juil 2010
Catégorie(s): Economie,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*