Socialisez

FacebookTwitterRSS

Union nationale: Se tromper d’interlocuteur

Auteur/Source: · Date: 29 Juil 2010
Catégorie(s): Politique

En voulant défendre le maire de Moanda incarcéré depuis un certain temps à la maison d’arrêt de Franceville, les patrons de l’Union nationale se sont visiblement trompés d’interlocuteur.

oanda, Jean Rémy Lépémengoye a été écroué à la prison centrale de Franceville, les responsables de l’Union nationale qui avaient gardé un silence de mort sur cette embarrassante affaire, sont sortie de leur réserve. En effet, les responsables de l’UN étaient, lundi dernier, rencontrer le ministre de l’Intérieur, Jean François Ndongou, pour évoquer l’incarcération à la prison centrale de Franceville, du maire de la cité minière à qui il est reproché d’importantes malversations financières, dans la gestion de l’argent public mis à sa disposition pour le pavage de la route du marché de cette localité.
Selon des informations dignes de foi, la délégation de l’Union nationale conduite par le président Zacharie Myboto, est allée demander à son hôte d’appliquer la loi. C’est-à-dire faire en sorte que le militant de l’UN, qui se trouve présentement dans les geôles de Franceville, est détenu de façon illégale.
Visiblement, on peut affirmer que les patrons de l’Union nationale se sont trompés d’interlocuteur, car la personne la mieux indiquée dans cette affaire est sans aucun doute le ministre de la Justice. Selon les requérants en effet, le mis en cause aurait dû passer tout au plus 72 heures pendant sa garde à vue.
En engageant une telle démarche auprès du ministre de l’Intérieur qui est totalement ‘’incompétent pour connaître de ce dossier’’ car n’étant pas ministre de la Justice, le président Myboto et les autres cadres de son parti cherchent à politiser une affaire qui n’a pas lieu de l’être et qui, de notre point de vue, devrait exclusivement relever du domaine de la Justice.
En effet, si le juge d’instruction qui s’est occupé de cette affaire a décidé, en son âme de conscience, et certainement en se fondant sur son intime conviction, de placer le maire de Moanda, Jean Rémy Lépémengoye, en détention préventive à la maison d’arrêt du chef lieu de province du Haut Ogooué, c’est qu’il avait de bonnes raisons de le faire. Autrement dit, le magistrat était en possession d’éléments matériels (preuves) qui soutiennent son accusation et prouvent si besoin en était, que le mis en cause est effectivement responsable des faits qui lui sont reprochés, à savoir des malversations financières.
De plus, si le magistrat a décidé de le placer sous mandat de dépôt, c’est très certainement pour éviter que le premier magistrat de la ville de Moanda ne fasse d’une part disparaître les preuves, et d’autre part, qu’il n’influence pas toutes les personnes qui seraient de près ou de loin mêlées à cette affaire. En droit, cela s’appelle la ‘’subordination de témoin’’.
Quand les patrons de l’Union nationale demandent au ministre Ndongou de saisir son collègue patron de la Justice, Anicette Nanda Oviga, savent-ils seulement qu’ils sont en train de vouloir une chose et son contraire ? Comment peut-on demander l’application de la loi et se retrouver en même temps à demander l’immixtion du ministre de l’Intérieur dans la procédure en cours ? En réalité, les responsables de l’UN mettent le doigt là où il ne faut pas, c’est-à-dire dans un engrenage.
En voulant coûte que coûte obtenir du ministre de l’Intérieur d’obtenir, comme on dit en droit, l’élargissement de leur militant, les patrons de l’UN cherchent à notre avis à mettre la ‘’justice sous leurs ordres’’, alors que le magistrat, dans son travail, sait qu’il ne doit avoir pour seul chef, que la loi, rien que la loi.
Au stade actuel de cette affaire et de la procédure en cours, il est prématuré, voire présomptueux, de penser que le pouvoir judiciaire en veut en la personne du maire de Moanda. Il n’en est rien. Il a eu des ‘’comportements déviants’’ que l’un des Vice présidents de cette formation politique, en l’occurrence l’ancien Premier ministre Jean Eyeghé Ndong n’a eu d cesse de dénoncer, du temps où il trônait à l’immeuble du 2 Décembre, ancien siège de la primature.
Nous devons tous le reconnaître : la justice instruit à charge et à décharge. Cela veut dire que si, au terme de la procédure, le maire de Moanda, qui n’est pas encore jugé, est finalement l’auteur des malversations qui lui sont reprochées, à ce moment-là, il sera jugé et il restera en prison.
Mais si le magistrat venait à s’apercevoir que les accusations portées contre lui sont infondées, il retrouvera à coup sûr la liberté, parce qu’ayant bénéficié d’un non lieu et quittera la maison d’arrêt de Franceville.
Agir autrement pour les responsables de l’Union nationale n’est, ni plus, ni moins, qu’une manière de ‘’vouloir noyer le poisson’’, comme l’a dit un haut cadre de notre administration, qui se demande pourquoi le directoire de l’Union nationale cherche à ‘’politiser’’ une affaire qui, en définitive, ne relève que de la Justice. Et donc de l’Etat de droit que tous, pourtant, réclament à cor et à cri.
Théophile ASSOUMOU-MOMBEY 


SUR LE MÊME SUJET
Après avoir défendu, envers et contre tous, Gbagbo et Kaddafi, Pretoria avance ses pions au sein de l’Union africaine avec une candidature contre Jean Ping. Une ambition assumée, un volontarisme affiché… Mais la cohérence n’est pas toujours au rendez-vous. Desmond Tutu, qui ne décolère pas depuis que son invité vedette, le dalaï-lama, s’est vu privé de visa pour venir souffler avec lui au Cap les quatre-vingts bougies de son anniversaire, et Jean Ping, tout ébaubi encore de se retrouver face à une concurrente déclarée – qui n’est autre que l’ex-épouse de Jacob Zuma – à la présidence de la Commission de ...
Lire l'article
Union africaine : Ping en duel avec Dlamini-Zuma
Deux candidats déclarés, deux styles. Entre Jean Ping le consensuel et Nkosazana Dlamini-Zuma l’ambitieuse, la bataille diplomatique est déjà engagée pour remporter la présidence de la Commission de l'Union africaine. « Mais qu’on me dise ce qu’on me reproche ! » lance Jean Ping. Dans son grand bureau moquetté au dernier étage du siège de l’Union africaine (UA), à Addis-Abeba, le président de la Commission reçoit ses amis avec des accents d’homme blessé. Ping n’a fait qu’un mandat. Il ne comprend pas pourquoi, en vue du prochain sommet de l’UA, en janvier 2012, l’Afrique du Sud présente contre lui une candidate, et pas n’importe qui : Nkosazana Dlamini-Zuma, ex-ministre ...
Lire l'article
Ben Moubamba: Union nationale – La réforme ou la mort
Au sortir des tragiques élections gabonaises d’août 2009, l’ensemble des candidats « malheureux » du scrutin présidentiel, ont tenté  de créer une synergie au sein d’un Front du Refus du Coup d’État Électoral. C’est ce processus qui a conduit certains acteurs politiques à mettre en place une Coalition de partis d’Opposition et d’autres (dont j’en suis) à créer le nouveau Parti Union Nationale. De fait, l’Union Nationale s’est dotée d’un Président entouré de Vice-présidents et d’un Secrétariat Exécutif. Lancé tambour-battant le parti UN (1) a rapidement capitalisé autour de fortes ressources humaines et le Peuple Gabonais a repris espoir. Tout ne pouvait être ...
Lire l'article
Le gouvernement a haussé le ton face aux agissements de l’ «ex-Union nationale», dont un groupe de manifestants aurait notamment détruit, le 16 juillet, 4 véhicules à usage de taxi au quartier Derrière la Prison à Libreville. Dans le communiqué publié ci-après, le gouvernement, qui évoque une «volonté délibérée des responsables de l’ex Union nationale de continuer à fouler aux pieds les lois et règlements en vigueur en République gabonaise», avertit que «cette situation ne saurait plus être tolérée». Communication du gouvernement Le Gouvernement de la République constate, pour le regretter, que malgré l’Arrêté N°001/MISPD du 27 janvier 2011 portant dissolution ...
Lire l'article
Gabon : Déchirement au sein de l’ex Union Nationale, Ben Moubemba perce l’abcès
Les propos de Bruno Ben Moubamba ne laissent personne indifférent. « Ce qui est désolant c’est que l’Union Nationale est devenue une sorte de secte à la gloire d’un homme. Ce n’est pas ce qui était prévu. Un co-fondateur de l’UN comme moi doit absolument s’aligner derrière un Grand Stroumpf. Mais ils vont bientôt redécouvrir que j’ai de la ressource et que personne ne me fait peur. On ne me verra jamais aller me ridiculiser pour un homme fut-il le Pape », a déclaré Bruno Ben Moubamba. Et de poursuivre : « Ma belle mère est fang et ma soeur est fang-punu, ...
Lire l'article
Lundi, la Cour constitutionnelle a rendu publique la décision prise lors de sa séance plénière du 28 février dernier indiquant que les élus de l’Union nationale (UN, parti de l’opposition dissout après l’auto proclamation et la prestation de serment d’André Mba Obame en tant que président de la République le 25 janvier dernier, suivi de la nomination d’un contre gouvernement), conservent leur mandat électif « à titre individuel ». « Les élus de l’ancien parti politique dénommé Union Nationale conservent leurs mandats à titre individuel, sans préjudice de la constatation de la déchéance de l’un quelconque de ces élus dans ...
Lire l'article
Indignez-vous donc, Mesdames et Messieurs du PDG ! Dans un communiqué publié dans le journal L’Union du lundi 3 janvier 2011, relatif aux détournements constatés à la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), le gouvernement « de l’émergence » a franchi un pas supplémentaire dans la désinformation, le ridicule et l’amalgame, en essayant d’établir une connivence imaginaire entre les dirigeants de l’Union Nationale et des médias étrangers, contre de supposés intérêts du Gabon et du peuple gabonais. En réalité, ce gouvernement ne fait que révéler au grand jour sa fébrilité, sa vacuité, son irresponsabilité et son incompétence proverbiale. Oui, ...
Lire l'article
Le parti regroupant les candidats déchus de la précédente élection présidentielle vient d’être porté sur les fonts baptismaux au Quartier Général de l’Union Gabonaise pour la Démocratie et le Développement (UGDD), avec la dénomination « Union Nationale (UN) », et ayant pour président l’ancien leader de l’UGDD, Zacharie Myboto en l’occurrence, a constaté GABONEWS. Le président de « Union Nationale » est assisté de cinq Vice-présidents qui ont pour noms : Casimir Oyé Mba, Jean Eyeghé Ndong, Pierre Claver Nzeng Ebome, Jean Ntoutoume Ngouah et Bruno Ben Moubamba. L’ancien ministre de l’Intérieur et deuxième dauphin du porte-étendard du Parti Démocratique ...
Lire l'article
Pour la première fois, les principaux adversaires du chef de l’État essaient sérieusement de s’entendre pour constituer une véritable alternance. Côté présidence, on observe... Tirant les leçons de leur défaite à la dernière présidentielle, des candidats malheureux ont annoncé la création d’un « grand parti » de l’opposition avant fin janvier. La nouvelle formation sera animée notamment par ceux qui étaient, il y a quelques mois encore, des piliers du régime Bongo Ondimba. Née à la mi-novembre, l’idée a d’abord fait sourire ceux qui savent que, au Gabon, l’unité de l’opposition n’a jamais été évoquée qu’au conditionnel. Pourtant, huit personnalités, dont les ...
Lire l'article
western Union BGFIbank a fait un don de vivres à la communauté musulmane de Libreville le 19 septembre, pour soutenir les fidèles qui observent la privation du mois du Ramadan durant lequel les musulmans observent un jeûne du lever au coucher du soleil. Du lait, des dattes, du sucre et du thé ont été remis par le directeur général de la société aux imams Tidjani Babagana et Omar Moubamba, qui ont salué le soutien actif de la société de transfert d’argent à la communauté musulmane du Gabon. La société Western Union BGFIbank a à nouveau marqué son implication auprès de ...
Lire l'article
Union africaine : l’OPA de Jacob Zuma
Union africaine : Ping en duel avec Dlamini-Zuma
Ben Moubamba: Union nationale – La réforme ou la mort
Gabon : Fin de récréation pour l’Union nationale
Gabon : Déchirement au sein de l’ex Union Nationale, Ben Moubemba perce l’abcès
Politique / Malgré la dissolution l’Union nationale, ses élus à l’Assemblée Nationale conservent leur mandat
Gabon : Union Nationale(UN) le mensonge d’Etat érigé en morale de gouvernement
« Union Nationale (UN) »est la dénomination du « Grand parti », créé ce mercredi, par la coalition des candidats perdants de la présidentielle
Quand opposition veut rimer avec union
Gabon : Le zakat de Western Union aux musulmans de Libreville


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 1,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 29 Juil 2010
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*