Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le Gabon célèbre 50 ans d”indépendance” sous influence française

Auteur/Source: · Date: 18 Août 2010
Catégorie(s): Société

Le Gabon célèbre mardi son demi-siècle d’indépendance dans une stabilité politique qui n’efface pas les critiques sur l’emprise que la France a maintenu sur l’Etat pétrolier africain et le développement souvent jugé insuffisant au regard des richesses naturelles.
Les progrès politiques et sociaux, dans un pays qui n’a connu ni conflits avec ses voisins, ni guerre interne ou coup d’Etat depuis 1964, n’éclipsent pas l’absence d’alternance politique. Omar Bongo, décédé en 2009, a gouverné pendant 41 ans, avant que son fils ne lui succède, au terme d’une élection controversée il y a moins d’un an.
Ce règne sans partage est sans doute aussi lié au soutien de la France qui avait placé M. Bongo au pouvoir en 1967. Jusqu’à sa mort, il a été l’un des symboles de la “Françafrique”, un ensemble de relations opaques, politiques, d’affaires, voire d’affairisme, que la France a noué avec ses anciennes colonies.
“Le sevrage ne pouvait se faire brutalement” à la décolonisation, rétorque Mme Gondjout. Il était “illusoire de rompre les relations avec la France”, ajoute la ministre pour qui “aucun opposant politique ne peut me dire qu’il ne cherche pas à avoir de bonnes relations avec l’Elysée”.
Ces relations, Omar Bongo s’est toujours flatté de les avoir entretenues avec les présidents français de tout bord, ce qui n’a pas empêché les rapports de se tendre entre Paris et Libreville à la fin de sa vie, notamment en raison d’enquêtes en France sur les biens immobiliers “mal acquis” de la famille Bongo accusée de détournement de fonds par des associations.
“Politiquement, nous aurions pu avoir un pays plus démocratique, (avec des institutions) plus solides, avec des libertés plus affirmées”, déplore l’opposant André Mba Obame, ancien ministre de l’Intérieur d’Omar Bongo.
Toutefois, il refuse d’imputer la seule faute à la “Françafrique”. “On ne peut pas passer son temps à tout mettre sur le dos des autres. (…) 50 ans après, le colonialisme ne peut pas (être la seule excuse). On est grand, on est adulte, il faut se prendre en main”.
Corollaire d’une indépendance politique relative, l’exploitation des immenses richesses en bois, pétrole, manganèse et uranium par des multinationales étrangères n’ont pas permis au Gabon de véritablement prendre son essor et la population en a peu profité.
“Il n’y a qu’à regarder l’Indice de développement humain” (le Gabon est 103e sur 182, selon les statistiques 2009 du Programme des nations unies pour le développement), glisse M. Mba Obame.
Le sociologue Anaclé Bissiélo ne peut quant à lui s’empêcher de comparer la “success story des +Bric+” (Brésil-Russie-Inde-Chine) avec le “gâchis de ces cinquante dernières années” au Gabon. “Le décollage est long (…) nous attendions davantage de l’indépendance”, estime-t-il.
L’élection d’Ali Bongo ouvre-t-elle une nouvelle ère? A partir de maintenant, le gouvernement entend faire “moins de politique pour plus de développement”, assure Mme Gondjout qui estime que les relation avec Paris devraient désormais être “privilégiées” et “décomplexées”.
Mais pour la figure de la société civile gabonaise, Marc Ona,”la seule volonté d’Ali Bongo est de mettre rapidement en place un réseau pour s’enrichir plus vite que son père. C’est tout”.
 


SUR LE MÊME SUJET
Biafreries d’Ali: Sous Omar Bongo comme sous Ali Bongo, le Gabon reste dominé par un régime autoritaire
Le 27 janvier dernier, nous publiions un article sur le rapport 2012 de Freedom House sur la Liberté dans le monde qui depuis 2009, classe le Gabon parmi les pays du monde sous dictature puisque “pas libre” du tout. (voir ce lien: http://www.bdpgabon.org/articles/2012/01/27/le-gabon-classe-non-libre). Mais il existe une autre publication par le magazine britannique, The Economist, qui chaque année publie un "Indice de la Démocratie" dans le monde. Il se trouve justement que cet indice n'est pas non plus gentil avec le Gabon d'Ali Bongo puisque le Gabon y est classé parmi les régimes dits "autoritaires". Selon Wikipédia, The Economist calcule cet indice ...
Lire l'article
Décidément, les tenants de l’ordre ancien ont la dent dure ! Comblant le vide médiatique inhérent à chaque période estivale, et comme de coutume stipendiée par des donneurs d’ordre animés par de noirs et inavouables desseins, une partie des media français qui veut faire monter ses numéros de vente, en ces temps douloureux pour la presse, en prenant pour cible ses sempiternelles têtes de turc, a inventé un nouveau truc qui fera, comme par le passé, pschitt. Nous voulons plus particulièrement parler du Journal ‘’Libération’’, vous savez, cette référence de la presse parisienne, le journal créé par Jean-Paul Sartre, qui a ...
Lire l'article
Une association gabonaise a annoncé samedi à l'AFP qu'elle portera plainte lundi à Libreville avec plusieurs ONG locales contre l'ONG Transparency International (TI)-France qui a porté plainte en France contre le président gabonais Omar Bongo Ondimba, décédé en 2009. "Nous avons déjà saisi notre avocat, il a la plainte qui sera déposée lundi auprès du procureur général de la République" de Libreville, a déclaré Albert Kassa, porte-parole de Cashbo qu'il présente comme "une association politique de soutien aux actions du pouvoir en place" au Gabon. "Nous sommes une trentaine d'associations et d'ONG gabonaises" à l'origine de cette "plainte pour propos diffamatoires, calomnieux ...
Lire l'article
Camouflet de Barack Obama aux dictateurs africains : Ces activistes gabonais qui ont influencé l’Amérique ?
Ils n’étaient qu’une poignée d’activistes gabonais à se rendre à une marche de protestation presqu’anonyme le 16 juillet 2010 dernier à Washington. Le but de la marche : reprocher à Hillary Clinton ses paroles de soutien au dictateur gabonais Ali Bongo Ondimba qui avait, au cours d’une élection frauduleuse tenue le 30 août 2009 au Gabon, hérité du trône présidentiel dont son père Omar Bongo Ondimba, décédé le 8 juin 2009, s’était accaparé pendant 42 ans. Mais c’est dans une lettre d’un certain Daniel  Mengara à Hillary Clinton le 7 mars 2010 que l’on trouve la genèse de ce qui, près de ...
Lire l'article
L’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC) a célébré le week-end dernier à Franceville sa journée sous le signe de l’ouverture aux étudiants Gabonais de l’université des sciences et techniques de Masuku (USTM), rapporte mardi l’AGP. « Le but de cette mission à l’USTM était d’informer les étudiants des carrières scientifiques et technologiques sur les opportunités qu’offre le secteur de l’aviation civile dans le monde du travail. Ces jeunes arrivent à une échéance où ils doivent faire un choix de vie. Il était donc important pour nous qu’ils n’ignorent pas le secteur de l’aviation civile », a expliqué Dominique Oyinamono, directeur général ...
Lire l'article
L'Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD/opposition), créée le 30 avril 2005, dirigé par Zacharie Myboto, a célébré ce samedi, en différée, à l'esplanade de Gabon - expo de Libreville, son quatrième anniversaire sous le sceau du « progrès », a constaté GABONEWS. La célébration qui s’est déroulée sous une pluie a débuté par l’exécution de l’hymne national du Gabon (La Concorde) et les prestations des groupes socio – culturels en présence des militants de l’UGDD et des représentants des partis politiques de l’opposition. Situant le contexte qui les réunissait, le secrétaire général de l’UGDD, Mme Ruth Eyang Nang a ...
Lire l'article
Le ministre gabonais des Affaires étrangères, Paul Toungui, a exprimé le mécontentement de son pays face au traitement réservé par la presse française au président Omar Bongo, selon un communiqué diffusé samedi. "Depuis quelques mois, le président (...) Omar Bongo est la cible d'une virulente campagne de dénigrement systématique des médias français portant atteinte à sa personne et, à travers lui, au Gabon", a dit Toungui lors d'une réunion avec des membres du corps diplomatique à Libreville. Cette intervention était la première communication officielle depuis l'annonce, fin février, par la presse française de la saisie des comptes bancaires en France du ...
Lire l'article
Claude Lévi-Strauss « maître de l’école française de l’anthropologie », cent ans, cette année est le sujet du colloque ouvert ce lundi au Centre culturel Français de Libreville (CCF), organisé par l’Association Gabonaise des Anthropologues (AGA) en collaboration avec l’Université Omar Bongo (UOB) et l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). « Cette cérémonie d’ouverture du colloque qui célèbre le centenaire de l’illustre anthropologue français, Claude Lévi-Strauss, sera marquée par trois leçons inaugurales, » a déclaré Stéphanie Nkoghe, présidente du Comité d’organisation. Avant d’ajouter que, « plusieurs activités, communications et débats seront organisées à l’UOB et au Centre national de recherche scientifique ...
Lire l'article
Le Gabon a célébré dimanche le 48ème anniversaire de son accession à la souveraineté internationale, le 17 août 1960, sur une note d'espoir. «Si l'avenir n'appartient à personne celui du Gabon s'offre à nous sous un jour radieux», a déclaré le président Omar Bongo Ondimba, dans un message à la nation, à la veille des manifestations. Le chef de l'Etat a demandé la patience à ses compatriotes face à la lenteur des réformes engagées, depuis son discours-bilan prononcé en décembre 2007, à l'occasion de la célébration de ses 40 ans de pouvoir, et dans lequel il a dénoncé les tares ...
Lire l'article
L’édile de Libreville, Jean-François Ntoutoume Emane, a organisé dans les locaux de l’Hôtel de ville, une manifestation où étaient conviés ces collaborateurs et les riverains de la capitale gabonaise, a constaté GABONEWS Après le défilé militaire et de la société civile, déroulé à la place des fêtes, Jean François Ntoutoume Emane a convié ses collaborateurs et une frange de la société civile à prendre part au dîner qu’il a offert à l’hôtel de ville. Pour l’organisateur, c’est pour répondre à l’appel du président de la République, qui a souhaité inscrire ce 48ème anniversaire de l’accession du Gabon à la souveraineté ...
Lire l'article
Biafreries d’Ali: Sous Omar Bongo comme sous Ali Bongo, le Gabon reste dominé par un régime autoritaire
Gabon: petit pays, grande influence et très grands fantasmes
“Bien mal acquis”: plainte lundi au Gabon contre une ONG française
Camouflet de Barack Obama aux dictateurs africains : Ces activistes gabonais qui ont influencé l’Amérique ?
Haut-Ogooué-aviation : L’ANAC célèbre sa journée sous le signe de l’ouverture aux étudiants Gabonais de l’USTM
Gabon: L’UGDD célèbre sous le sceau du « progrès » son 4ème anniversaire
Le Gabon mécontent de l’attitude de la presse française
Gabon: Le centenaire de Claude Lévi-Strauss « maître de l’école française de l’anthropologie », célébré à Libreville
Le 48ème anniversaire de l’indépendance du Gabon célébré sous le signe de l’espoir
Gabon: Fête de l’indépendance: l’édile de Libreville célèbre le 48ème anniversaire sous le signe de l’Unité nationale


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 18 Août 2010
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Le Gabon célèbre 50 ans d”indépendance” sous influence française

  1. Pingback: Bongo Doit Partir | Le Gabon célèbre 50 ans d”indépendance” sous … : Du Brésil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*