Socialisez

FacebookTwitterRSS

Manifestation du 17 août 2010: Lettre à Nicolas Sarkozy, Président de France : “Si la dictature ne peut être tolérée en France, elle ne doit pas être tolérée au Gabon”

Auteur/Source: · Date: 22 Août 2010
Catégorie(s): Activités,Coopération,Françafrique,Monde,Politique

Ci-dessous, veuillez trouver la lettre remise aux autorités diplomatiques de l’ambassade de France aux Etats-Unis au cours de la manifestation symbolique d’enterrement de la Françafrique qui s’est tenue devant l’ambassade de France à Washington le 17 août 2010.

C’est en effet à l’occasion du 50e anniversaire de l’indépendance du Gabon que des Gabonais, amis du Gabon et autres africains victimes des méfaits avilissants du colonialisme français en Afrique ont organisé cette manifestation ayant pour objectif réel et symbolique de prier pour les martyrs africains et enterrer définitivement, au cours d’une cérémonie funéraire en bonne et due forme, la Françafrique.

Les Manifestants ont non seulement lu devant l’ambassade leur “Manifeste de l’Africain Fatigué“, mais aussi remis ce Manifeste et une Lettre adressée au Président français Nicolas Sarkozy à un diplomate de l’ambassade venu les rencontrer devant le portail de l’ambassade.

Ci-dessous, donc, le contenu de la lettre.

    * Pour voir la première partie de la vidéo, cliquez ici.
    * Pour voir la seconde partie de la vidéo, cliquez ici
    * Pour lire le Manifeste de l’Africain Fatigué, cliquez ici.
    * Pour lire la Lettre du Dr. Daniel Mengara à Nicolas Sarkozy au nom des manifestants, Voir ci-dessous.


Lettre ouverte du Dr. Daniel Mengara à Nicolas Sarkozy, Président de France : “Si la dictature ne peut être tolérée en France, elle ne doit pas être tolérée au Gabon”

A Monsieur Nicolas Sarkozy, Président de la République française.

Monsieur,

Au nom du mouvement « Bongo Doit Partir » (BDP-Gabon Nouveau), mouvement gabonais d’opposition en exil dont je suis le leader, de l’Union du Peuple Gabonais, premier parti d’opposition gabonais représenté en ce jour par son représentant aux Etats-Unis, M. André Bouassa, des membres de la société civile présents avec nous au-devant de l’ambassade de France aux Etats-Unis, du peuple gabonais et des Africains aujourd’hui engagés dans la lutte contre les misères causées par la Françafrique, je vous transmets les salutations du peuple gabonais et, partant, des peuples africains.

Monsieur le Président,

Ce jour du 17 août est un véritable jour symbole, non seulement pour les Gabonais qui y obtinrent de la France leur indépendance il y a 50 ans, mais également pour toute l’Afrique des colonisés et des esclavagisés, dont les innommables souffrances sous le joug des colons constituent le pire holocauste que l’humanité n’ait jamais connu.

Il se trouve que l’héritage anti-démocratique de la France en Afrique ne peut aujourd’hui se concevoir que sous la forme d’inhumanités sciemment orchestrées par la classe politique française, qu’elle soit de gauche ou de droite, en vue de l’exploitation sans vergogne du continent. Dans cette tendance, il n’y a eu aucune considération ni pour le progrès humain ni pour les droits de l’homme. Le résultat en est une Afrique traumatisée par les complicités entre la France et ses appointés au pouvoir dans les pays anciennement colonisées par elle.

Monsieur le Président, il n’est un mystère pour personne que c’est à un véritable déni de démocratie, et donc de progrès, que la France s’est livrée dès lors qu’elle a fait de la Françafrique son seul mode de construction de rapports avec l’Afrique.

Cependant, 50 ans après les indépendances, les jeunes générations africaines qui aujourd’hui aspirent à autre chose veulent prendre en main la destinée de leur continent. Cette jeunesse croit fermement aux valeurs inaliénables de la démocratie et de l’état de droit. Dans votre élection au poste de président de la République française, cette jeunesse a vu la décision souveraine d’une France qui a décidé, librement, de vous confier la direction de sa destinée. Nous nous garderons bien alors, nous Africains, quelles que soient les vues politiques parfois controversées qui ont été les vôtres de par le passé, de vouloir ici remettre en cause le verdict de la démocratie tel qu’il s’était majestueusement exprimé en terre française par le biais du vote populaire libre qui vous conduisit au pouvoir. De quel droit nous permettrions-nous, dans un tel cas, de douter de la capacité de vos compatriotes à décider pour eux-mêmes ce qui est bon pour la France ? Les Français avaient librement choisi Nicolas Sarkozy; nous respectons le choix souverain des Français.

Il est, hélas, hautement regrettable de constater, Monsieur le Président, que la France n’ait jamais voulu rendre à l’Afrique francophone ce genre de politesse souveraine. La France a plutôt mille fois  découragé, et même mille fois compromis, l’éclosion en terre africaine des valeurs cardinales de la démocratie dont la France se clame et se proclame pourtant inspiratrice depuis le 18ème siècle.  Il apparaît en effet que l’action débilitante de ses dirigeants, restés fossilisés comme ils le sont de manière héréditaire dans une vieille conception du monde, ait consisté à systématiquement bafouer toute possibilité d’affirmation des droits de l’Homme en Afrique et à semer chez nous, non pas ces valeurs universelles et démocratiques qui élèvent l’Homme et le libèrent, mais celles-là mêmes qui l’animalisent. La vieille France dont nous parlons ici est celle qui ne voit en l’Afrique nègre qu’incapacité, infantilisme et animalité. Et c’est, en dernière analyse, cette vieille France des de Gaulle, des d’Estaing, des Chirac et autres Mitterrand qui, avec sa vieille vision de l’Afrique, a fait de votre pays une terre de contradictions.

Nous espérions franchement mieux de vous, Monsieur le Président, vous qui régnez sur une France que vous aviez juré de moderniser, y compris dans ses rapports avec l’Afrique. Pour nous Africains, les contradictions de la France sont devenues insoutenables.

De quelles contradictions parlons-nous ? De celles-là mêmes qui se dessinent dans votre propre discours depuis votre élection et qui rappellent aux observateurs avertis que nous sommes la vieille maxime africaine selon laquelle en France, gauche ou droite au pouvoir, c’est bonnet blanc-blanc bonnet.

Vous dites, Monsieur, représenter la jeunesse des idées françaises et une nouvelle manière de faire qui serait une cassure, une rupture, d’avec les paroles en l’air de vos prédécesseurs. Soit !

Expliquez-nous cependant, Monsieur le Président, pourquoi, à peine élu le 6 mai 2007, vous receviez déjà dans le sacro-saint symbole démocratique de la France libre, un dictateur de la trempe d’Omar Bongo qui, depuis 1967, c’est-à-dire, quarante-deux longues années, avait tyrannisé son pays ?

Expliquez-nous également pourquoi, au mois de juillet 2007, vous décidâtes de rendre visite au même dictateur, alors même que vous savez qu’il n’hésiterait pas à utiliser votre visite comme une légitimation de sa dictature et de sa gestion désastreuse du Gabon, au moment même où le rapport 2007 de l’Institut de la Banque mondiale montrait l’effondrement au Gabon de toutes les valeurs qui promeuvent la bonne gouvernance ?

Depuis 2007, votre politique africaine s’est révélée encore plus inhumaine, encore plus désastreuse et encore plus arrogante que celle de tous vos prédécesseurs réunis, la Françafrique ne se cachant même plus de ses pratiques mafieuses en Afrique.

Monsieur le Président,

Dans l’équation de drames humains qui lient historiquement la France à l’Afrique, vous nous permettrez de douter de vos bonnes intentions. Pour nous Africains en général, et Gabonais en particulier, la France s’est souvent distinguée par le verbe qui crée l’espoir et l’action qui tue immédiatement cet espoir dans l’œuf. Le Général de Gaulle donna jadis aux Africains les indépendances d’une main, mais les reprit immédiatement de l’autre en imposant aux Nègres que nous étions des dirigeants qui, avec l’appui direct de la France, semèrent au sein de leurs peuples la dictature, l’arbitraire et la pauvreté. François-Xavier Verschave, un compatriote à vous, appela ” Françafrique ” cette politique déshumanisante de la France vis-à-vis de l’Afrique. Quelques décennies plus tard, François Mitterrand prononça à La Baule un discours libérateur empli d’espoirs nouveaux pour le continent noir, mais quand déferla sur l’Afrique le tsunami des revendications démocratiques, la France de Mitterrand s’empressa de sauver ses marionnettes, faisant ainsi le choix des compromissions mafieuses qui meurtrissent encore aujourd’hui tout un continent. Votre prédécesseur immédiat, ci-devant Jacques Chirac, a tout simplement fini de tuer en Afrique tout espoir de renouveau, réussissant même l’exploit de s’aliéner toute l’Afrique francophone. Aujourd’hui, vous n’en douterez pas, il y a cassure irrémédiable entre l’Afrique et la France. Le pire c’est quand vous-même, Monsieur le Président, contredisez vos propres promesses en faisant désormais de la Françafrique débridée la politique officielle de la France.

Il se trouve, hélas, que la France n’est pas n’importe quel pays. La France est un pays avec un passé colonial, donc un pays qui a des responsabilités historiques dans la débâcle africaine. Il ne vous est donc pas possible, Monsieur, de renier ce passé, étant entendu que la pauvreté qui sévit actuellement en Afrique francophone trouve ses origines dans le rôle triplement déshumanisant que la France y a joué au cours des siècles : ce rôle fut historiquement cruel car la France fut esclavagiste ; ce rôle fut historiquement, socialement, culturellement et économiquement débilitant car  la France fut impérialiste et colonisatrice ; ce rôle continue, de nos jours, à être inhumain car la France de vos prédécesseurs, et celle que vous avez instaurée, Monsieur le Président, se refuse à la repentance. Or, c’est cette repentance de la France que les Africains attendent, pour recommencer à croire en la possibilité d’une grande France des droits humains avec laquelle l’Afrique pourrait partager dans le contexte de rapports équitables.

Votre refus de repentance, hélas, ne peut que nous faire douter de la possible finalité humaniste de vos visites en Afrique. Qu’est-ce qui nous permettrait, en effet, de croire que vos passages dans nos pays se situeraient dans une dynamique autre que celle qui consiste à apporter le soutien politique traditionnel de la France aux tyrans africains, ce qui veut dire la perpétuation des misères de nos peuples ? Pour les Africains, cette démarche semble non seulement se situer aux antipodes de vos discours de campagne, mais également prononcer le deuil d’une Afrique qui n’en peut plus du subir le dictat de la Françafrique depuis 50 ans. Le pire c’est que vous ne vous en cachez pas.

Pourquoi la France semble-t-elle s’obstiner à être cruelle, Monsieur le Président ?

Ce qui nous préoccupe, nous Africains, ce n’est pas votre refus d’accueillir en France tous les miséreux du monde. On peut vous concéder, sur ce point, le raisonnement selon lequel les Africains ont besoin de rester chez eux pour y contribuer au développement de leurs propres pays. Ce qui reste problématique et qui nous pousse à nous interroger, c’est le décalage notoire et historique entre le discours « humaniste » des dirigeants de France quand ils arrivent au pouvoir et la duplicité qui semble toujours caractériser leurs actes une fois bien installés au pouvoir.

L’histoire du pays qu’on appelle aujourd’hui ” France ” semble pourtant contenir des réponses assez parlantes aux questions que les Africains se posent. L’histoire de France n’a jamais été, en réalité, une histoire de cassures. Au contraire, elle a plutôt toujours été une affaire de continuités. Tout comme la Révolution française ne put totalement briser l’esprit épris de monarchie des Français (le Président français est encore aujourd’hui une sorte de monarque avec des pouvoirs à peine limités), les changements de régimes politiques en France n’ont jamais rien changé à la politique africaine de la France. Il suffit pour cela de se rappeler du fameux discours de François Mitterrand à La Baule en juin 1990, discours qui fit rêver l’Afrique des jeunes, tellement il promettait enfin, chose jamais vue jusqu’alors, aux Africains la fin des dictatures et l’avènement de la démocratie. Or, ce discours, se rend-on enfin compte aujourd’hui, ne fut, si l’on ose dire, que du pipeau. Il n’a abouti à aucune conséquence autre que le renforcement paradoxal des dictatures africaines avec … l’aide de cette même France qui n’a jamais cessé, depuis lors, de s’interposer entre les Africains et leurs libertés.

Il nous semble, hélas, Monsieur le Président, que par refus de mémoire ou par cécité mémorielle, vous êtes en train de vous priver de l’opportunité d’étudier un peu plus profondément l’histoire de votre propre pays. Si vous l’aviez fait, vous auriez vu qu’il existe bel et bien un lien ombilical entre la pauvreté et l’instabilité chroniques de l’Afrique aujourd’hui et le rôle hautement néfaste que les nations européennes jouèrent sur le continent noir depuis le Moyen Age. Si vous aviez vraiment été élève de l’histoire de votre propre pays, vous auriez découvert que:

– Quand un esclavage tel que celui qui fut alimenté en Afrique par les Européens depuis le 15e siècle enlève à un continent plus de 30 millions d’âmes dans sa tentative de les transplanter à l’autre bout du monde, c’est tout un continent qui s’en retrouve déstabilisé politiquement, culturellement et économiquement, et ceci de manière durable vu que le dépeuplement qui en a résulté a mené à un déficit humain, donc économique, conséquent.

– La France a, en réalité, toujours eu besoin de l’Afrique. C’est l’Afrique qui a fait la France au prix de son sang. Savez-vous que  le commerce des esclaves et l’exploitation inhumaine des Africains comme esclaves dans les possessions antillaises de la France représenta, vers la moitié du 18ème siècle, près de 25% de l’économie française, à un moment où cette économie était secouée par des crises financières successives qui en avaient pratiquement vidé les coffres ? Savez-vous que c’est grâce à la traite négrière et à l’exploitation des colonies que la France avait pu se construire une économie capable de rattraper, tant bien que mal, le retard accusé par rapport à l’Angleterre, elle aussi engagée dans le commerce colonial ?

L’économie française, osons-nous affirmer, Monsieur le Président, s’est construite sur le sang des Africains. Nous en voulons pour preuve ces lignes tirées d’un article intitulé ” Dossier : La France qui s’exporte ” publié sur le site du ministère des affaires étrangères (diplomatie.gouv.fr) par votre propre gouvernement. Cet article dit : ” Au début des années 60, la France n’avait pas ou peu de vocation exportatrice. Longtemps tourné vers ses anciennes colonies d’Afrique et d’Asie qui constituaient un marché captif, son commerce extérieur avec les pays industrialisés ne s’est en effet développé que progressivement avec la décolonisation, puis la suppression du protectionnisme et l’instauration du Marché commun européen. Mais cela n’a pas été sans mal. “ 

Comme vous le voyez, cet article reconnaît au moins que les marchés coloniaux ” captifs ” de votre pays furent, jusqu’aux années 1960, la principale source de richesses extérieures pour la France et que la France eut grand mal à se recentrer sur l’Europe après tant d’années de dépendance vis-à-vis des richesses tirées des ” marchés captifs ” coloniaux. Il n’y a aucune raison de croire que les marchés captifs que la France contrôle encore aujourd’hui en terre africaine ne continuent de contribuer à la survie économique de la France, surtout quand on considère les compagnies françaises installées en Afrique et les monopoles mafieux dont ils jouissent encore, sans compter les fuites de capitaux que la mafia françafricaine n’a cessé d’organiser et qui saignent toujours à blanc le continent noir !

Pour bien juger du rôle néfaste qu’ont joué les Occidentaux dans la débâcle de l’Afrique, il suffit de regarder les chiffres suivants :

– L’Afrique sub-saharienne reçoit chaque année une ” aide ” internationale évaluée à près de 10 milliards de dollars seulement, mais elle dépense chaque année 14 milliards de dollars pour payer la dette qui découle de cette ” aide “.

– La corruption et les détournements causés par le mariage entre la classe politique mafieuse africaine et ses associés étrangers ont causé, en 1991, la sortie de 200 milliards de dollars des coffres africains vers des comptes privés à l’étranger. Comparez cela à la dette générale de l’Afrique à l’époque, qui se situait à environ 320 milliards de dollars et vous verrez que, sans les réseaux de corruption internationale qui se sont tissés entre les Occidentaux et leurs relais nègres sur le continent, l’Afrique n’aurait pratiquement pas de dette.

– L’Afrique, entre 1970 et 2002, a reçu 540 milliards de dollars en ” aide ” (qui ne sont en fait que des prêts à taux d’intérêts prohibitifs) ; elle en a remboursé $550 milliards, MAIS est restée à devoir encore près de 295 milliards. Autrement dit, elle a emprunté 540 milliards pour rembourser plus de 845 milliards au moins !!!  Et vu que les 295 milliards restants n’ont cessé d’augmenter avec les intérêts gigantesques que l’Afrique doit payer sur sa dette, et considérant que l’Afrique doit continuer à emprunter pour survivre dans un contexte de ruine économique totale, c’est le cercle vicieux qui s’installe. Le continent est tout simplement condamné à continuer à ne vivre que de la dette et à se vider de ses ressources à cause de la dette. Le parasitisme économique de l’Europe a donc fait de ce continent une vache laitière dont les ressources ne profitent qu’à l’Europe, et non point  aux populations paupérisées du continent noir. Et ceci ne concerne que les transactions monétaires relatives à la dette ! Or, il y a de nombreux autres circuits par lesquels l’argent africain sort du continent pour aller enrichir les nations occidentales. Il est estimé par exemple que 70% des capitaux privés qui sortent de l’Afrique sont des capitaux fugitifs, c’est-à-dire des capitaux résultant de détournements et de vols en sol africain par ses élites dirigeantes. Ces capitaux se retrouvent légalement investis en Occident, contribuant ainsi à la création d’emplois et à la croissance des économies occidentales au détriment des économies africaines.

Dans votre discours du 6 mai 2007, Monsieur le Président, vous aviez lancé ” à tous les Africains un appel fraternel ” pour leur dire que vous vouliez les aider à ” vaincre la maladie, la famine et la pauvreté et à vivre en paix “. Vous avez également ajouté : ” Je veux leur dire que nous déciderons ensemble d’une politique d’immigration maîtrisée et d’une politique de développement ambitieuse “.

Non, Monsieur Sarkozy, l’Afrique ne veut plus être ” aidée “. L’Afrique n’a plus vraiment besoin ni de l’aide de la France, ni de sa présence, surtout si cette présence continue à soutenir l’animalisation du continent par dictateurs interposés. L’Afrique n’a que trop souffert de ces paternalismes qui, sous prétexte d’aide, l’ont enfoncée un peu plus. Ce qu’elle veut, c’est qu’on la laisse en paix et qu’on arrête de la prendre pour une Afrique mendiante en constante quête d’aumône. Les aumônes de l’Occident, à l’instar de l’ADP française, ont semé sur le continent encore plus de pauvreté que si on avait laissé ce continent se débattre dans ses propres problèmes et les résoudre par lui-même. Où en sont aujourd’hui les fameux ajustements structurels imposés par le FMI et la Banque mondiale? Où en sont les exigences de démocratisation ? Tout ce qui en a résulté, finalement, c’est une dette encore plus débilitante et des sociétés encore plus pauvres.

Et vous savez pourquoi ces ajustements structurels n’ont pas marché ? C’est parce que les Occidentaux ont tendance à parler avec la langue fourchue. Ils aiment appliquer à l’Afrique des solutions au rabais qu’ils n’accepteraient jamais pour eux-mêmes. Dans leurs propres théories économiques, ils ont depuis des siècles démontré qu’aucune économie ne pouvait se développer si elle contenait en elle des vices comme la corruption, le népotisme, l’autoritarisme despotique et le manque de libertés politiques et économiques. Or, ce sont ces mêmes occidentaux qui ont voulu faire croire aux Africains que le développement pouvait se passer dans des contextes où la dictature et la corruption régnaient et annihilaient la créativité citoyenne ; ils ont voulu faire croire aux Noirs que dictature et développement pouvaient cohabiter, alors que tout le monde savait que seule la démocratie véritable pouvait créer les conditions pertinentes à un développement durable. Et aujourd’hui, il est clair que la Banque mondiale et le FMI, les porte-voix des nations qui dominent le monde, n’ont fait qu’accentuer les malheurs de l’Afrique en n’insistant pas sur l’obligation de démocratie, alors même que l’équation était simple : démocratie d’abord, développement après, exactement comme vient de l’affirmer en ce mois d’août Barack Obama aux jeunes Africains.

Non, Monsieur Sarkozy. L’Afrique francophone ne veut plus être aidée par la France. Ce dont cette Afrique a besoin, c’est véritablement que la France la laisse en paix pour que, toute seule, elle retrouve les équilibres politiques et économiques naturels qui lui permettraient de sortir de la pauvreté et de l’instabilité politique grâce à son propre génie. L’aide de la France, dans ce contexte, est une aide empoisonnée. Elle rappelle l’histoire de ce pompier qui provoqua volontairement lui-même un incendie qu’il s’activa par la suite à éteindre, tout cela dans le but de se faire acclamer en héros. La misère de l’Afrique francophone ayant pour cause la France, il nous apparaît contradictoire que cette France continue à vouloir jouer les pompiers sur des terres qu’elle aura elle-même calcinées.

Nous Africains voulons donc que la France cesse de s’ingérer dans les affaires africaines. L’Afrique en a assez d’être aidée. De l’aide de la France, elle ne veut plus. Il n’y a plus aucun pays en Afrique francophone aujourd’hui qui n’ait assez d’intellectuels ou de cadres qui ne soient capables de maîtriser les rouages des économies modernes. Il n’y a aucun pays en Afrique francophone où les citoyens ne veuillent d’une démocratie où l’on respecte les institutions et la voix du peuple. Il n’y a aucun pays en Afrique francophone où l’on ne souhaite la fin de l’hégémonie économique et politique de la France. Ce n’est donc pas de l’aide de la France dont l’Afrique a besoin aujourd’hui, mais de son désengagement, et qu’à la place subviennent de vrais partenariats.

Autrement dit, la solution aux problèmes politiques et économiques de l’Afrique passe nécessairement par un désengagement politique de la France, afin de permettre, à terme, l’émergence de vrais partenariats bénéfiques à tous. Mais pour qu’un tel partenariat puisse s’instaurer, les conditions suivantes doivent être remplies :

1) Consignation à bases de l’armée française, de manière à ne plus en faire un instrument de protection et de restauration des régimes dictatoriaux qui seraient mis en difficulté par des révoltes citoyennes; ceci suppose la cessation immédiate de tout soutien politique, économique et militaire aux dictateurs africains ;

2) Laisser les Africains, par des soulèvements populaires ou autres, défaire eux-mêmes les dictatures réfractaires et ériger, à leur place, des institutions plus adaptées aux besoins démocratiques de chacun de nos pays selon un esprit bien africain ;

3) Respecter la souveraineté des peuples, leur droit inaliénable à désigner leurs propres dirigeants et leur capacité à décider pour eux-mêmes de la destinée de leurs pays.

4) Ne plus apporter de soutien politique aux hommes politiques africains en période électorale. La France est connue pour déclarer, et donc, valider, la victoire des dictateurs africains après des élections truquées alors même que de tels résultats ne passeraient pas le test de la démocratie en France. Pourquoi accepter pour l’Afrique ce que la France serait incapable d’accepter pour elle-même?

5) Déclarer la suspension des relations diplomatiques et économiques avec tout pays africain qui aurait à sa tête un président élu dans des conditions douteuses et qui se refuserait à la transparence électorale. Vous en avez une pléthore: Gabon, Togo, Cameroun, Congo Brazza, et j’en passe.

6) Déclarer un embargo économique immédiat contre tout pays avec un président ayant passé plus de 15 ans au pouvoir qui se refuserait à le quitter immédiatement et sans conditions. Ceci impose de faire une liste exhaustive de tous les pays incriminés. Nous pourrions vous aider à faire une telle liste si vous le désirez.

7) Geler les fonds et investissements que les dictateurs ont détournés de leur pays et déposés dans des banques françaises et étrangères. Cet argent appartient aux Africains et il doit être retourné aux gouvernements respectifs de ces pays dès lors que l’alternance démocratique aura été avérée.

8) Nier la légitimité aux fils de présidents arrivés au pouvoir dans le cadre de successions dynastiques, comme ce fut le cas au Gabon et au Togo.

Voilà, Monsieur, au minimum, le type d’aide que l’Afrique attend de la France, c’est-à-dire un désengagement clair et net des affaires africaines tant sur le plan politique qu’économique. Nous en avons assez de voir le continent décrit comme un continent de mendiants alors que l’Afrique est tout sauf pauvre. La pauvreté africaine est systémique et non systématique. Elle est conjoncturelle et non structurelle. Tout ce dont l’Afrique a besoin, c’est de démocratie et d’état de droit. Et ceci ne sera pas possible tant que la France télécommandera de Paris les affaires africaines.

Vous conviendrez avec nous, Monsieur le Président, qu’une situation de dictature, aussi bénigne qu’elle puisse paraître, ne pourrait être tolérée dans un pays démocratique comme le vôtre. Elle ne doit pas non plus être tolérée au Gabon ou dans les autres pays d’Afrique. Autrement dit, la mesure de l’engagement de votre pays dans le cadre de la protection et de la promotion des droits humains en Afrique se doit d’être faite sur la base d’une seule considération : si le peuple français que vous représentez trouverait inacceptable, voire intolérable, de vivre sous les mêmes conditions de privations politiques et/ou économiques que le peuple gabonais, alors votre choix est simple, vous devez, comme nous, exiger de vos appointés en Afrique qu’ils démocratisent ou qu’ils partent. Mieux même encore, vous devez vous garder d’envoyer l’armée française les protéger de l’ire de leurs peuples. On ne peut ni contorsionner la démocratie ni la calculer, ni même la négocier. Elle doit s’imposer à tous comme la seule voie vers la paix et la prospérité pour tous, Africains comme Européens.

Autrement dit, il est temps que la France accepte la nature incontournable des aspirations démocratiques des peuples africains. Il est temps qu’elle accepte les vertus de la démocratie qu’elle-même dit avoir inspirées au monde civilisé. La démocratie, Monsieur, n’est pas un vain mot. Parce que c’est le seul système politique qui, tout en garantissant et protégeant les droits des citoyens, galvanise les énergies qui travaillent et le génie qui innove, la démocratie ne peut que transformer positivement l’Afrique. En 10 ans, l’Afrique sera capable, si démocratisée, d’éliminer par ses propres forces la corruption, le militarisme, la dictature, les détournements, le sectarisme, le tribalisme, et poser les jalons qui diminueront les misères, la maladie et la pauvreté, donc réduiront les émigrations en terre française qui vous irritent tant.

Par ailleurs, Monsieur, les économistes vous diront que les 300 millions de personnes qui vivent dans l’aire francophone aujourd’hui, une aire dont l’Afrique représente le plus gros morceau, sont une mine d’or inexploitée pour l’économie française. Au jour d’aujourd’hui, l’Afrique francophone n’est pas solvable, donc elle est en effet économiquement inutile à la France non pas parce qu’elle ne lui apporte rien (ce qui est faux), mais parce qu’elle est incapable de consommer français.

Imaginez pourtant demain une Afrique francophone débarrassée de ses dictateurs, grisée par ses nouvelles libertés et lancée à la conquête des nouvelles opportunités nationales et internationales qui en découleraient; imaginez demain cette Afrique devenir solvable, réduire ses dettes et commencer à consommer les productions françaises à des niveaux non seulement individuels, mais aussi industriels; imaginez demain ses économies grandir, devenir soutenables et porter une Afrique francophone économiquement forte vers une mondialisation dont elle saura, comme d’autres, tirer les dividendes. Monsieur, cette Afrique libre qui se lèverait pour devenir un partenaire valable est celle qui enrichira la France car il y a un marché de 300 millions de francophones à développer.

Oubliez, Monsieur Sarkozy, l’Europe dans laquelle la France se débat péniblement aujourd’hui. C’est dans une Afrique libre et rénovée que se trouve le salut économique de la France, pas ailleurs. Mais pour parvenir à créer cette Afrique des renouveaux et des espoirs, il n’y a qu’une seule chose à faire, Monsieur Sarkozy: Lâchez les dictateurs et les faux démocrates que la Françafrique a contribué à fabriquer un peu partout dans son ancienne chasse gardée et n’intervenez plus dans les affaires africaines, ni pour apporter de l’aide, ni pour vous impliquer dans ses affaires politiques.

Nous savons l’Afrique capable de se prendre elle-même en charge. Il y a aujourd’hui en Afrique des richesses économiques et humaines qui pourraient lui assurer, dès les premières dix années d’autonomie et de démocratie réelles, la stabilité et les transformations nécessaires à sa brave évolution vers le développement durable. Bref, Monsieur le Président Sarkozy, nous sommes optimistes pour l’Afrique. Mais pour que la nouvelle Afrique voulue par les jeunes francophones puisse éclore, elle a besoin que la France la laisse en paix.

Une question continue à tarauder l’esprit des Africains, Monsieur. Que ferez-vous demain si nous, Gabonais et autres Africains confrontés à la dictature, décidions de faire nôtres les articles 11 et 35 de la Déclaration française des Droits de l’homme et du citoyen de 1793 qui stipulent que ” Tout acte exercé contre un homme hors des cas et sans les formes que la loi détermine, est arbitraire et tyrannique ; celui contre lequel on voudrait l’exécuter par la violence a le droit de le repousser par la force ” (Article 11)  et que ” Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré et le plus indispensable des devoirs ” (Article 35) ? Oseriez-vous, Monsieur, vous opposer à un tel élan légitimé à une époque où la France avait elle-même dû reconquérir sa dignité humaine face aux despotismes de ses monarchies ?

Monsieur le Président, l’Afrique est prête pour un nouveau partenariat que vos prédécesseurs n’ont ni su ni voulu respecter. La France que vous allez désormais incarner en sera-t-elle capable?

Fait à Washington, le 17 août 2010

Dr. Daniel Mengara
Président, « Bongo Doit Partir »
Professeur d’études francophones, Montclair State University, New Jersey, USA.

P.O. Box 3216 TCB
West Orange, New Jersey, 07052, USA
Tel: 973-447-9763
Fax: 973-447-9763
Site: http://www.bdpgabon.org


SUR LE MÊME SUJET
La Françafrique peut-elle faire ses valises en 2012 ?
En 2007 déjà, certains candidats à la présidentielle avaient rivalisé de promesses sur le thème de la rupture avec la Françafrique. Les révolutions dans le monde arabe et les revendications démocratiques qui s’expriment en Afrique subsaharienne ont depuis changé la donne. Alors que les peuples africains dénoncent de plus en plus bruyamment les élections truquées et que le financement occulte de la vie politique française s’étale au grand jour, le contexte 2012 est favorable à l’irruption de la thématique « Françafrique » dans le débat de la présidentielle et des législatives. A quelques mois de l’échéance, Billets d’Afrique inaugure une ...
Lire l'article
Les événements inquiétants qui adviennent ces jours-ci au Gabon -avec en point d'orgue, pour le moment, deux morts et l'incendie du consulat de France à Port-Gentil- méritent de rappeler quelques secrets de la Ve République blanciste… De la sorte, on comprendra mieux, et en profondeur, ce qui se joue actuellement du côté de Libreville… Largage gaullien de Nègres En 1960, le général de Gaulle largua les anciennes colonies de l'Afrique dite française, au motif que les Français sont des Blancs et les Africains des « Nègres » ou des « Bougnoules ». Selon ses propres mots. Les uns et les ...
Lire l'article
Le député PS André Vallini a estimé, mardi 9 juin, que le président gabonais Omar Bongo, décédé la veille, avait financé en France des campagnes électorales pour le compte de la droite comme "peut-être" de la gauche."Nous savons tous précisément qu'Omar Bongo a financé de nombreuses campagnes électorales à droite mais aussi à gauche, parfois, peut-être. On l'a entendu dire. Je crains hélas que cela soit un peu vrai, y compris concernant la gauche", a-t-il déclaré dans les couloirs de l'Assemblée nationale. M. Vallini était interrogé sur les propos de l'ex-président Valéry Giscard d'Estaing, selon qui Omar Bongo a financé la ...
Lire l'article
Sur cette page, vous pouvez accéder aux articles contenant les tous derniers commentaires laissés par les visiteurs sur ce site. Les articles sont classés du plus récent article commenté (en haut) au plus vieux (en bas). Notre site dispose aussi de divers types de forums interactifs: Nos forums “Palabres” vous permettent de vous exprimer en toute liberté et de “palabrer” avec d’autres compatriotes sur des sujets d’intérêt national, régional, international ou multinational. Vous avez quatre choix de discussions: - Forum "Palabres" par email: Ce forum "liste de discussion" permet les débats directement par email. Les membres répondent aux messages des autres membres ...
Lire l'article
Pour imprimer le PDF de la pétition et nous envoyer la pétition par Courrier postal ou par fax, cliquez ici. (et prière de faire circuler partout dans le monde): Lisez la pétition, ensuite pour signer la pétition directement sur ce site, remplissez les informations dans le formulaire ci-dessous. PETITION INTERNATIONALE POUR L'HONNEUR DU GABON ET LA DIGNITE DE L'AFRIQUE La Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National vous invite à signer la pétition ci-après. La raison principale de la présente pétition est la suivante : Le régime Bongo, au pouvoir depuis 41 ans, a perverti l'imaginaire et compromis le devenir de générations ...
Lire l'article
La campagne d’entretien routier de l’année 2009 a été lancée ce lundi à Libreville par le ministre des Travaux publics, Flavien Nziengui Nzoundou, lors de la réception de la deuxième tranche du matériel roulant devant servir à l’amélioration et à la construction de ces routes. " Nous fêtons également la mise sur rampe de la campagne de l’entretien routier 2009. Vous comprenez que les Gabonais attendent beaucoup du projet du président de la République, « Des actes pour le Gabon ». Près de 12 milliards de francs CFA ont été consentis en l’espace de 2 ans par l’Etat pour la ...
Lire l'article
Le développement des pays les plus pauvres ne peut pas être sacrifié sur l'autel de la crise financière et économique actuelle, a déclaré samedi le président français Nicolas Sarkozy lors d'une conférence de l'Onu à Doha. Ses déclarations ont été accueillies avec scepticisme par les organisations non gouvernementales (ONG) présentes à cette conférence sur le financement du développement. Le président en exercice du Conseil européen a promis, au nom de l'Union européenne, que celle-ci respecterait son objectif en matière d'aide publique au développement (APD) : porter celle-ci à 0,7% de son PIB en 2015 au lieu de 0,3% à 0,4% aujourd'hui. "Alors que ...
Lire l'article
Forums "Palabres" du BDP-Gabon Nouveau Nos forums "Palabres" vous permettent de vous exprimer en toute liberté et de "palabrer" avec d'autres compatriotes sur des sujets d'intérêt national, régional, international ou multinational. Vous avez trois choix de discussions: - Articles "Palabres": Vous pouvez vous exprimer sur chaque article publié sur notre site. Il suffit de cliquer sur le titre de l'article et d'aller au bas de la page pour poster un commentaire auquel d'autres pourront répondre de manière interactive. Tous les grands débats sur le Gabon, en toute franchise et sans langue de bois, directement sur ce site. Pour voir les articles avec les commentaires les plus ...
Lire l'article
Est-ce un coup d’éclat entre deux démagogues ? Ou le geste de Silvio Berlusconi envers la Libye de Mouammar Kadhafi, de payer cinq milliards de dollars au titre de la « dette coloniale » italienne, servira-t-il de précédent pour d’autres revendications, voire transactions ? En clair, la France doit-elle, elle aussi, payer sa « dette » coloniale ? Kadhafi en avait l’un de ses thèmes favoris: l’Italie doit payer pour ses années de colonisation de la Libye. Et, contre toute attente, le président du Conseil italien a accepté de débourser deux cents millions de dollars (au fait, pourquoi des dollars et ...
Lire l'article
La Françafrique peut-elle faire ses valises en 2012 ?
Bongo Doit Partir
Troubles au Gabon : la vérité peut-elle encore attendre ?
Bongo a financé des campagnes à droite et “peut-être” à gauche
Commentaires
Pétition Honneur et Dignité
Gabon: « La route doit reprendre et elle doit avancer au Gabon », M.Nziengui Nzoundou, ministre des Travaux public
Le développement ne doit pas être sacrifié, dit Nicolas Sarkozy
Forums
Après l’Italie, la France doit-elle payer une « dette » coloniale?

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (6 votes, moyenne 3,17 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 22 Août 2010
Catégorie(s): Activités,Coopération,Françafrique,Monde,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à Manifestation du 17 août 2010: Lettre à Nicolas Sarkozy, Président de France : “Si la dictature ne peut être tolérée en France, elle ne doit pas être tolérée au Gabon”

  1. AKOMA MBA

    1 Sep 2010 a 13:27

    ARRÊTONS D’ACCUSER LA FRANCE DE TOUS NOS MAUX AU GABON. POUR SE PRENDRE EN MAIN IL FAUT ALLER MENER LE COMBAT AU GABON SINON TOUT CE QUE VOUS DÎTES A L’AIR DE SURENCHÈRE.

  2. David CABAS

    26 Août 2010 a 21:01

    SarkoGate : Raccompagnons Nicolas Sarkozy à la frontière … de l’Elysée : http://www.facebook.com/group.php?gid=142284815808171

    Rejoins moi !

    David CABAS
    david.cabas.over-blog.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*