Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: La machine à détruire continue son travail en douce !

Auteur/Source: · Date: 2 Sep 2010
Catégorie(s): Analyses,Education,Opinion,Révélations

Parlons du concours de l’IF (l’Institut des Finances de Libreville).

Monsieur le Ministre des Finances,

Messieurs les responsables du concours de l’IF,

Depuis le mois de janvier 2010 où le concours de l’IF (Institut des Finances) de Libreville s’est déroulé, nous sommes aujourd’hui en septembre 2010 et les résultats ne sont toujours pas officialisés alors que les corrections ont eu lieu quelques semaines après les épreuves et que nous savons que les résultats originaux vous avaient été transmis peu de temps après les corrections.

Questions :

– Nous savons que ces résultats sont sur votre bureau depuis plusieurs mois, pourquoi ?

– Pourquoi une aussi longue attente pour publier les résultats d’un concours national dont l’intérêt est national ?

– Pourquoi dans ce pays le Gabon une évaluation des compétences d’intérêt national doit-elle être à la discrétion des humeurs de quelques individus au pouvoir ?

– Au regard de l’effectif des participants à ce concours, effectif dérisoire compte tenu de la faible population nationale, combien de jours, de semaines, de mois faut-il à notre grand ministère des finances pour que les copies soient corrigées et que les résultats soient publiés en temps raisonnable ?

– Monsieur le ministre, n’avez-vous pas honte de continuer dans ce types de magouilles qui n’ont fait qu’enfoncer notre pays depuis près de 43 ans ?

– Nous savons, monsieur le ministre, que la rétention de l’information publique devant ce type d’épreuve a toujours pour but final de tricher et de tromper la nation.
Tromper la nation en modifiant les vrais résultats. Vous les modifiez en substituant les noms des méritants (vrais admis) par ceux de vos familles, maîtresses et autres protégés et privilégiés de la nation qui, pourtant, n’en valent pas une syllabe pour la plupart.
Il y a chaque année le même manège, pour ne citer que l’exemple du concours de la douane d’il y a quelques années où après avoir publié une première fois les résultats du concours, sans gène ni honte ni respect pour ceux qui voyaient leurs noms publiés comme étant reçus, les mêmes voyous ont du annuler cette liste qui peut-être ne leur plaisait pas à cause de son contenu ethnique ?
Car nous savons aussi que ces manœuvres ont aussi pour finalité de répondre à l’ineptie qu’Omar Bongo prêchait à dessein sous le jargon insipide de géopolitique en limitant un nombre d’admis à divers concours nationaux par groupe ethnique voire même supprimer les noms de certains groupes ethniques sous prétexte satanique et antirépublicain qu’il faut équilibrer les compétences entre groupes ethniques.
Etaient-ce Lepen ou Hortefeux ?

Cette politique insidieusement épuratrice conduit de nombreux responsables politiques gabonais à soustraire certains noms de telle ou telle ethnie des listes finales d’admission à plusieurs concours de la fonction publique au profit d’abord de leur groupe ethnique puis de leur famille au sens large du terme. Pour quel type de nation ?

A dire que ces idiots que vous allez malhonnêtement affranchir auront des responsabilités dans les finances nationales, quel drame perpétuel pour le Gabon ?
D’ailleurs nous le constatons quand nous faisons un simple audit des différentes administrations de notre pays, le Gabon, par la pléthore insipide, soporifique, inepte et inapte d’inspecteurs des finances, d’inspecteurs des impôts, d’inspecteurs des douanes.
A dire que la majorité de ces « hauts fonctionnaires » sont à ces postes par piston (la fraude perpétuelle) et non par la sélection au mérite !

– Que voulez-vous, chers compatriotes que ces incapables fassent comme travail au bénéfice du Gabon si ce n’est juste se contenter de détourner les deniers publics pour rattraper leur déficience, et pour conforter tout cela en maintenant coute que coute le système qui les a affranchi au « ciel » ?

Nous invitons tous les gabonais à suivre de près, dès aujourd’hui, tous les concours nationaux de quelque corps que ce soit (fonction publique, gendarmerie, police, armées, douanes etc…) qui ont eu lieu ou qui auront lieu prochainement pour constater d’eux-mêmes la bêtise dans laquelle ce régime a conditionné et condamné la psychologie de notre société par-delà celle de tout un pays.
Nous le disons parce que nous en sommes arrivés, autant de citoyens que nous sommes, à devoir participer directement ou indirectement à ce genre de manœuvres c’est-à-dire privilégier d’abord nos intérêts personnels au détriment de celui de la nation entière. Autrement dit étouffer et bâillonner ceux qui méritent vraiment pour dérouler le tapis et protéger leurs contraires, comme si la finalité c’est-à-dire la tache à remplir dans tel ou tel poste de responsabilité ou dans une quelconque fonction ne nous interpelait pas ?

Comme si un titre, une fonction ou une autre désignation à responsabilité de ce genre n’ont aucune tache à accomplir, mon dieu ! Où sommes nous ?
Imaginez-vous un seul instant que ces comportements se retrouvent dans d’autres corps de métiers telle que la santé, et si la personne qui est censée prendre en charge votre santé n’était pas qualifié dans le domaine ou encore approximativement, quel type de traitement vous réservera-t-il ? de l’approximatif si ce n’est une improvisation mortelle.
C’est peut être pour cette raison qu’ils préfèrent aller se faire soigner en Espagne, en France, en Afrique du sud voire même jusqu’en Chine. Triste !
C’est peut-être aussi pour cette même raison que malgré tous les Inspecteurs du Trésor, des Douanes, des Finances et blablabla que regorge le Gabon, ils préfèrent s’engraisser plutôt que d’engraisser le pays en rendant son économie prospère et fertile, puisqu’ils en sont incapables. Comme quoi, la fin justifie toujours les moyens utilisés.

Prenons le cas de l’enseignement et de l’éducation nationale, si ceux qui ont la responsabilité de transmettre les valeurs fondamentales (le respect du travail, le respect de la tache bien accomplie, le respect des institutions….) n’ont pas eux-mêmes ces notions, comment voulez-vous que le pays marche ?
Souvenez-vous des années où l’on se vantait même au Gabon des « MST » (Moyennes Sexuellement Transmissibles), croyez-vous qu’un homme, mentalement équilibré et conscient des efforts qu’il a du consentir pour arriver à un statut socio-professionnel digne d’un citoyen méritant, puisse admettre ou cautionner ce genre d’agissement ?

Imaginez donc le gâchis, le chaos, le crime perpétré dans l’imaginaire des jeunes gabonais. Mon dieu !
Un jeune gabonais, que peut-il bien se représenter comme valeurs dans sa tête qui puisse lui permettre d’apporter du bien à son pays alors qu’il s’aperçoit, au jour le jour, que trop de valeurs fondamentales sont violées, tronquées et prostituées ?
On peut donc comprendre, malgré nous, cette frénésie des jeunes gabonais et même des adultes à vouloir emprunter les « raccourcis » de l’ascenseur social. Ils se prostituent de quelque façon que ce soit.

Comment voulez-vous que le citoyen qui mérite vraiment de diriger pour redresser ce pays aux potentiels énormes puisse être élu ?

Il ne le sera jamais tant que ceux qui ont la responsabilité des fondements de nos institutions ne l’auront pas méritée, à l’image de celui qui le dirige depuis septembre 2009, on pourrait même remonter à décembre 1967, soit près de 43 ans.

Voilà, avec ces exemples simples et concrets toute personne normalement constituée peut projeter l’avenir de ce pays sous le joug d’une dictature héréditaire et constituée.

Maudits soient ceux qui œuvrent sans fin pour ce chaos.

Monebon
Membre du BDP-Gabon Nouveau

Source: BDP-Gabon Nouveau
 


SUR LE MÊME SUJET
La première session du Conseil Franco-Gabonais des Affaires s’est tenue à Libreville ce lundi 10 mai à la Chambre de commerce de Libreville. Elle a été recommandée par le "Plan d’action pour la mise en œuvre d’un partenariat stratégique entre la République gabonaise et la République française (2010-2014) " signé le 24 février lors de la visite du président français au Gabon. A l’issue de cette 1ère session, le représentant des investisseurs français au Gabon, Didier Lespinas, a accordé une interview à Gaboneco.com. Il brosse le menu de la rencontre, le traitement prochain de la dette intérieure et confirme l’échéance ...
Lire l'article
Une séance de travail a réuni le 1er février dernier à Libreville le ministre gabonais du Travail, de l’Emploi et de la Prévoyance sociale, Maxime Ngozo Isondou autour des responsables des organisations professionnelles en vue de recueillir des propositions des employés pour parvenir à une capitalisation du temps de travail au lendemain de l’instauration de la journée de travail continue. Capitalisé le temps de travail au lendemain de l’instauration de la journée de travail continue est désormais l’élément que compte maîtrisé l’Eta gabonais par tous les moyens possibles avec le concours des responsables des entreprises sur le sol gabonais. A cet ...
Lire l'article
Le ministre du travail de l’Emploi et de la Prévoyance Sociale, Maxime Ngozo Issondou, a devisé ce lundi avec les responsables syndicaux en vue d’une évaluation de la mise en œuvre de la journée de travail continue sur le territoire national, tout en reconnaissant que «l’instauration de la journée continue au Gabon a entraîné pas mal de difficultés ». Il ressort que l’instauration de la journée continue au Gabon a entraîné une kyrielle de difficultés, comme le reconnaît le ministre Maxime Ngozo Issondou, « avec l’instauration de cette mesure, un certain nombre de difficultés se sont accrues, essentiellement liées au transport. ...
Lire l'article
Le ministre du travail de l’Emploi et de la Prévoyance Sociale, Maxime Ngozo Issondou, a devisé ce lundi avec les responsables syndicaux en vue d’une évaluation de la mise en œuvre de la journée de travail continue sur le territoire national, tout en reconnaissant que «l’instauration de la journée continue au Gabon a entraîné pas mal de difficultés ». Il ressort que l’instauration de la journée continue au Gabon a entraîné une kyrielle de difficultés, comme le reconnaît le ministre Maxime Ngozo Issondou, « avec l’instauration de cette mesure, un certain nombre de difficultés se sont accrues, essentiellement liées ...
Lire l'article
Une grande confusion a régné lundi date de l’application d’un décret pris le 29 décembre au cours du Conseil des ministres par le gouvernement et relatif à la nouvelle organisation des horaires de travail en République gabonaise. En effet, le conseil des ministres avait approuvé la mise en application dès le 1er janvier 2010 ( en réalité le lundi 4 janvier) du nouvel horaire de travail fixé de 7h30 à 15h30 avec une pose modulable de 30mn, privant ainsi les travailleurs des 2 heures de pose habituelles...depuis les années 60, date de l’indépendance. Si le gouvernement par la voix du ministre du ...
Lire l'article
De nouveaux horaires de travail seront appliqués à partir de lundi au Gabon avec l'institution de la journée continue qui met fin à un système dans lequel l'activité journalière de huit heures était interrompue entre 12H00 et 14H30 locales. "Les modalités de mise en oeuvre de la journée de travail continue en République gabonaise" seront communiquées lundi par le ministre du Travail et de l'Emploi aux responsables de services publics, d'organisations patronales et syndicales ainsi que des sociétés parapubliques et privées, selon un communiqué diffusé dimanche par la chaîne publique de télévision RTG1. Cette journée continue, en vigueur "dès le 1er janvier ...
Lire l'article
Vingt quatre médailles du travail ont été décernés vendredi à Makokou, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Ivindo (Nord-est), à l’occasion de la célébration de la fête du travail, rapporte samedi le correspondant de l’AGP. Une seule employés a reçu la médaille d’or, illustrant au moins trente ans de travail, 9 la médaille d’argent (au moins 20 ans de travail) et les autres se sont vue honorés de la médaille de bronze totalisant au moins 10 ans de travail. Ce sont les agents de la mairie qui ont été les plus nombreux parmi les récipiendaires, suivi de deux agents du service agricole et ...
Lire l'article
Le Ministre d'Etat en charge du Travail, de l'Emploi, de la Prévoyance Sociale et des Relations Sociales, François Engongah Owono, a annoncé jeudi à Libreville dans d'un communiqué dont l'AGP a reçu copie, que la fête du travail prévue le 1er Mai prochain se déroulera sans défilé dans la capitale gabonaise. Cette décision, précise le communiqué, fait suite au deuil national qui frappe la République gabonaise, en la perte de sa Première Dame, Edith-Lucie Bongo Ondimba, décédée le 14 mars dernier à Rabat, au Maroc. Aussi, seules les activités officielles retenues, notamment l'allocution circonstancielle du Ministre du Travail, la lecture du Manifeste ...
Lire l'article
Sur cette page, vous pouvez accéder aux articles contenant les tous derniers commentaires laissés par les visiteurs sur ce site. Les articles sont classés du plus récent article commenté (en haut) au plus vieux (en bas). Notre site dispose aussi de divers types de forums interactifs: Nos forums “Palabres” vous permettent de vous exprimer en toute liberté et de “palabrer” avec d’autres compatriotes sur des sujets d’intérêt national, régional, international ou multinational. Vous avez quatre choix de discussions: - Forum "Palabres" par email: Ce forum "liste de discussion" permet les débats directement par email. Les membres répondent aux messages des autres membres ...
Lire l'article
D'après des expériences menées par des scientifiques de l'agence de recherche agronomique (ARS), dans les états du Maryland et de l'Alabama, les patates douces fournissent deux à trois plus d'hydrate de carbone que le maïs. Le même résultat a été obtenu pour le manioc dans l'état de l'Alabama. Le rendement en hydrate de carbone d'une plante est directement lié au rendement de production de bioéthanol. Deux étapes de base entrent dans la fabrication du bioéthanol : l'hydrolyse et la fermentation. L'hydrolyse est une réaction chimique, accélérée par des enzymes (les cellulases), qui décomposent les chaînes d'hydrate de carbone, en composés organiques. ...
Lire l'article
Gabon : «Il faut laisser le temps au temps, et à la machine de se mettre en place» (Didier Lespinas)
Journée de travail continue : l’Etat gabonais consulte
«L’instauration de la journée continue au Gabon a entraîné pas mal de difficultés » Maxime Ngozo Issondou, ministre du travail de l’Emploi
«L’instauration de la journée continue au Gabon a entraîné pas mal de difficultés » Maxime Ngozo Issondou, ministre du travail de l’Emploi
Gabon : Confusion totale dans l’apprentissage de la journée de travail continue
Le Gabon applique la journée de travail continue à partir de lundi
Gabon: 24 médailles du travail décernées à Makokou à l’occasion de la fête du travail
Gabon: La fête du travail se déroulera sans défilé à Libreville (ministère du travail)
Commentaires
Biocarburant : La patate douce plus rentable que le maïs pour la production d’éthanol


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne 2,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 2 Sep 2010
Catégorie(s): Analyses,Education,Opinion,Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*