Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Minkébé se vide de son ivoire

Auteur/Source: · Date: 2 Sep 2010
Catégorie(s): Environnement,Société

Le braconnage des éléphants, chassés pour leur ivoire, aurait atteint des proportions démesurées dans la réserve de Minkébé, dans le Haut-Ivindo. Selon un rapport mission binationale Gabon-Congo, des hommes d’affaires camerounais et gabonais seraient les cerveaux tête de ce réseau.

La réserve de Minkébé, dans le Haut-Ivindo, zone transfrontalière avec le Cameroun, est sous le joug d’un réseau de braconniers très intéressés par l’ivoire des éléphants, a révélé le rapport Tri- nationale Dja-Odzala-Minkébé (Tridom) de la mission binationale Gabon-Congo, menée avec la collaboration du programme DFC/WWF-Minkébé.

Selon le chef de brigade de faune de Minkébé-Est, le commandant Jean Samuel Edzang Obame, à la tête de la mission Tridom, qui visait à suivre les activités anthropiques qui sont associées par fois au grand trafic d’ivoires dans ce secteur, les conclusions sont alarmantes, alerte-t-il. «Les pygmées Bakas en provenance de Djoum, au Cameroun, seraient les principaux auteurs commandités en majorité par des hommes d’affaires basés au Cameroun, mais aussi des autochtones, côté gabonais qui pratiquent la chasse dans le parc de Minkébé», a affirmé Jean Samuel Edzang Obame.

Pour le commandant Edzang Obame, tous les stratagèmes sont utilisés pour tromper la vigilance des gardes chasse afin de réaliser de bonnes chasses à l’intérieur de la réserve : entente avec le chef du village sur le pourcentage qui lui reviendra, offre de présents à la population et pour finir, la mise en forêt des pygmées pour la grande épreuve de chasse. «Le commerce d’Ivoire rapporte gros. C’est ce qui explique la chasse des éléphants dans le parc national de Minkébé», a-t-il indiqué.

Le kilogramme d’Ivoire est acheté dans les environs de Minkébé, à 54 000 francs CFA, et à 80 000 à Douala et Yaoundé, au Cameroun. La mission d’inspection a récemment fait une importante trouvaille de 37 pointes d’ivoires ; une queue d’éléphant, neuf fusils de chasse, sept balances à Ivoire, 80 cartouches, trois scies à métaux, 40 pirogues, 34 campements investis. «La pêche est de plus en plus pratiquée comme prétexte dans certains campements. Parce que, en arrière plan il existe un intense trafic d’Ivoires», a arguménté le commandant Edzang Obame.

Si rien n’est fait pour démanteler ce réseau, le braconnage de Minkébé pourrait bien déséquilibrer la biodiversité dans cette zone, mondialement réputée pour sa concentration en éléphants. 


SUR LE MÊME SUJET
L’Organisation non gouvernementale (ONG) dénommée ‘’Elik-Minkebe’’, basée à Libreville, a installé une antenne à Minvoul, chef-lieu du département du Haut-Ntem, dans la province du Woleu-Ntem, dans le nord du Gabon, afin d’apporter son aide dans la protection du parc national de Minkébé. Situé à cheval entre les provinces du Woleu-Ntem (nord) et de l’Ogooué-Ivindo (nord-est), le parc national de Minkébé, est livré à une exploitation illicite de l’or et au braconnage. ‘’Cette antenne répond à la nécessité de défendre le patrimoine écologique du parc national de Minkébé, victime d’une exploitation abusive de l’or et au braconnage’’, a déclaré le président de ...
Lire l'article
Une équipe de l'Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) a pris officiellement possession, vendredi dernier, de quelque 150 défenses d'éléphants et 200 fusils de chasse conservés dans un entrepôt du tribunal de première instance d'Oyem, chef-lieu de la province du Woleu-Ntem, dans le nord du Gabon. L’ivoire et les fusils de chasse ont été saisis sur des braconniers par les services provinciaux des forces de sécurité, du Fonds mondial pour la nature (WWF) et des eaux et forêts du Woleu-Ntem. Le stock va alimenter la base des données que l’ANPN veut mettre en place sur les défenses en ivoire et les ...
Lire l'article
Le président Ali Bongo Ondimba a qualifié ‘’d’inacceptable’’ la situation à Minkébé, une aire protégée dans le nord-est du Gabon, où quelque 4700 immigrés en provenance de 14 pays africains, ont été expulsés début juin, pour s’être livrés sur le site au braconnage à grande échelle des éléphants de l’ordre d’une vingtaine par jour et à l’exploitation anarchique de l’or. ’Ce qui se passait à Minkébé, ce sont des choses qui ne sont pas acceptables’’, a déclaré, mardi à Lambaréné, le chef de l’Etat gabonais, au cours d’une conférence de presse, au terme de son séjour dans le Moyen-Ogooué (centre) ...
Lire l'article
Le site d’orpaillage de Minkébé a été le lieu d’évènements ayant provoqué le tollé au sujet des conditions de rapatriement des immigrés clandestins qui y travaillaient. Après le communiqué du ministre gabonais de la Défense nationale qui établi la version officielle des faits, le conseil des ministres, tenu le 14 juin à Libreville, a également assuré que cette opération s’est déroulée «dans le respect des droits de l’Homme». Le gouvernement verrait même d’un bon œil la mise en place d’une enquête internationale sur cette question. Que s’est-il donc passé à Minkébé et en quoi consistait le tollé de la presse ...
Lire l'article
Les autorités gabonaises et camerounaises ont convenu d’organiser chaque trimestre des missions transfrontalières de 15 jours pour combattre le braconnage qui prende de l'ampleur dans le parc national de Minkébé, situé au nord-est du Gabon, à la frontière avec le Cameroun et le Congo-Brazzaville. La décision a été prise à l’issue d’une mission d’une semaine, du 7 au 15 mars, effectuée au sud Cameroun par l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) et le Fonds mondial pour la nature (WWF), afin de rechercher, avec les autorités de ce pays voisin, les voies et moyens de mettre un terme ...
Lire l'article
Les populations autochtones du Haut-Ntem, à Minvoul où se situe le parc national de Minkébé, l’un des treize (13) parcs que compte le Gabon qui subit actuellement une exploitation anarchique de ses richesses minières par des personnes étrangères du coin, tirent la sonnette d’alarme en direction du gouvernement pour mettre fin à ces pratiques. Située dans le bassin du Congo et riche en biodiversité, la forêt de Minkébé se trouve aujourd’hui en mal, selon les ressortissants du Haut-Ntem à Minvoul qui se sont retrouvés récemment pour faire le point sur la situation qui prévaut actuellement dans leur département. Ils dénoncent ...
Lire l'article
(Par PR BIYAMBOU) ‘’L’Afrique sans la France, c’est la voiture sans le chauffeur. La France sans l’Afrique, c’est une voiture sans carburant’’, aimait dire le défunt président Bongo Ondimba de son vivant. Avec l’annonce de son décès, on avait compris que Omar Bongo Ondimba, ‘’le spécialiste de la diplomatie de coulisse’’, était mort, pour l’Afrique, pour la France mais surtout pour le Gabon où l'héritage du ‘’doyen de l'Afrique’’ a rapidement attisé les rivalités dans la familiale du parti démocratique gabonais (PDG), qu’il créa en 1967 et dans l’opposition gabonaise. Délicate, voire périlleuse, la question de la succession d'un homme ayant régné sans ...
Lire l'article
L’Union Européenne (UE), par le biais du Fonds mondial pour la nature (WWF), a récemment accordée à l’Agence Nationale des Parcs Nationaux (ANPN) du matériel roulant d’une valeur de 48 millions de francs CFA dans le cadre d’un appui de gestion à la conservation du parc national de Minkébé, a –t-on appris du quotidien L’Union du week-end. Le directeur adjoint de l’ANPN, Emile Manfoumbi a reçu de la directrice nationale de WWF, Suparma Biswas, trois véhicules tout-terrain, l’un mis à la disposition du  conservateur dudit parc, et les deux autres aux brigades de faune d’Oyem et de Makokou. Depuis deux ...
Lire l'article
Les responsables du ministère de l’économie forestière et le WWF, par l’entremise de Ndong Obiang Louis Sosthène, conservateur du parc de Minkébé Est, se sont engagés à mettre leur vie au service de la nature et à la défense de la faune et de la flore gabonaise. Une initiative qui devra permettre à la plus grande forêt mondiale, après l’Amazonie (32.000km²), de subsister. En effet, l’impact de la forêt de Minkébé sur la population du Gabon et peut être du monde, est inestimable. Raison pour laquelle la grande équipe du projet de Minkébé, ne ménage aucun effort dans la ...
Lire l'article
La forêt de Minkebé qui s’étend sur plus de 32.000km2 situé au Nord Est du Gabon, fait partie du massif forestier appelé « la forêt du bassin du Congo », pour être la plus grande forêt tropicale au monde après l’Amazonie, a été présentée au public par les agents du ministère de l’économie forestière et du WWF, a constaté GABONEWS. La forêt tropicale de Minkebé victime aujourd’hui de nombreuses pressions telles que : les concessions forestières qui occupent 65% du territoire, l’extension de l’exploitation forestière, qui constitue actuellement un danger pour la survie de cette forêt et du bassin ...
Lire l'article
Une ONG s’implique dans la protection du parc national de Minkébé
150 défenses d’éléphants et 200 fusils de chasse saisis par le tribunal d’Oyem
Le président Ali Bongo Ondimba a qualifié d’inacceptable la situation à Minkébé, une aire protégée dans le nord-est du Gabon
Gabon : Que s’est-il donc passé à Minkébé ?
Patrouilles conjointes pour lutter contre le braconnage dans un parc situé à la frontière du Gabon et du Cameroun
L’exploitation anarchique des richesses du parc de Minkébé préoccupe les autochtones
PDG : Le vide et l’affrontement
L’Union européenne fait un don d’une valeur de 48 millions de francs au parc de Minkébé
Gabon: Le ministère de l’économie forestière s’engage à protéger la forêt
Gabon: Minkebé, la plus grande forêt tropicale au monde après l’Amazonie a été présentée aux médias


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 4,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 2 Sep 2010
Catégorie(s): Environnement,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*