Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Areva sous observation

Auteur/Source: · Date: 13 Sep 2010
Catégorie(s): Economie,Société

Par Philippe Perdrix

Accusée d’avoir fait courir aux anciens employés de ses sous-traitants au Gabon, le groupe nucléaire français Areva a – enfin – signé un accord pour la création d’un Observatoire de la santé.

C’est une première mondiale dans le secteur minier au Gabon. L’État, le groupe nucléaire français Areva et des représentants de la société civile vont créer, le 19 octobre, un Observatoire de la santé pour étudier l’impact des activités de la Compagnie des mines d’uranium de Franceville (Comuf, filiale d’Areva).

L’accord a été paraphé le 30 août. Le site de Mounana (sud-est du pays) n’est plus exploité depuis juin 1999. Malgré cela, la polémique n’a cessé d’enfler quant à ses éventuelles conséquences sur la santé des anciens salariés et de leurs familles – des risques d’apparition de cancers notamment. En mai 2007, le leader mondial du nucléaire civil s’était engagé à doter chacun de ses sites de structures de veille sanitaire.

« Si des maladies sont en rapport – avec des liens essentiels et directs – avec l’activité minière, nous nous engageons à réparer », explique Alain Acker, le directeur médical d’Areva. C’est le modèle français appliqué pour les maladies professionnelles qui a été retenu.

« C’est une bonne nouvelle, car les choses ont suffisamment traîné », répond Me William Bourdon, président de l’ONG française Sherpa, qui a signé en juin 2009, avec Médecins du monde, un accord avec le groupe prévoyant, notamment, une indemnisation des victimes. « Je veux croire à la sincérité d’Areva, mais nous serons très vigilants sur le respect des principes de bonne gouvernance de cet observatoire, et tout particulièrement sur sa composition », ajoute-t-il.

Sur les onze membres du conseil d’administration, l’État gabonais et Areva auront quatre représentants, les anciens travailleurs et les représentants de la société civile un seul chacun. Le président sera gabonais. Une structure identique doit être constituée au Niger d’ici à la fin de l’année.
 


SUR LE MÊME SUJET
Le groupe nucléaire Areva va indemniser les ayants droits de deux de ses anciens salariés français morts d’un cancer du poumon après avoir travaillé pendant plusieurs années dans la mine d’uranium de Mounana, dans le Sud-Est du Gabon, a-t-on appris vendredi de source officielle. C’est la première fois que le groupe minier qui était établi au Gabon via la Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF) va engager un tel processus conformément à un accord conclu en 2009 avec l’association Sherpa qui défend les intérêts des salariés de Areva exposés à des rayonnements ionisants. 40 000 dossiers médicaux appartenant à des mineurs ...
Lire l'article
Le géant nucléaire Areva va indemniser les ayants-droit de deux de ses anciens salariés, morts d'un cancer du poumon après avoir travaillé pendant des années dans une mine d'uranium au Gabon, a-t-on appris vendredi auprès d'une des familles et du groupe français. Le groupe nucléaire Areva va indemniser les ayants-droit de deux de ses anciens salariés, morts d'un cancer du poumon après avoir travaillé pendant des années dans une mine d'uranium au Gabon, a-t-on appris vendredi auprès d'une des familles et du groupe français. C'est la première fois que le groupe minier va engager un tel processus, conformément à un accord qu'il ...
Lire l'article
Comment concilier exploitation industrielle des matières premières et préservation des équilibres écologiques ? Irradiation, pollution des eaux, disparition de la pêche… Le rapport publié le 16 août par l’ONG Brainforest concernant les impacts de l’exploitation minière sur les populations locales et l’environnement dans le Haut-Ogooué (est du pays) rappelle aux opérateurs et aux pouvoirs publics que les erreurs du passé ont de lourdes conséquences, actuelles, sur l’environnement et la santé. À Mounana, la Compagnie des mines d’uranium de Franceville (Comuf), filiale du groupe français Areva, a exploité des gisements d’uranium pendant près de quarante ans. Alors qu’elle a cessé ses opérations en ...
Lire l'article
Philippe Douillet, l’un de ses responsables du groupe nucléaire français Aréva, a souhaité à la veille de la tenue, ce jeudi, du premier Conseil d’Administration de l’Observatoire de Mounana qu’ « il faut que cet observatoire soit sous le couvert de l’autorité nationale ». S’exprimant sur les ondes de la radio panafricaine, Africa n°1, Philippe Douillet, a déclaré : « Il faut que cet observatoire soit sous le couvert de l’autorité nationale et non d’AREVA pour éviter d’être partie – prenante (…). Il faut que ce soit l’Etat gabonais qui ait en charge la transcription des informations ...
Lire l'article
Le groupe nucléaire français Areva, l'Etat gabonais et d'anciens travailleurs miniers ont créé mardi un "Observatoire de la santé de Mounana" (sud-est du Gabon), notamment pour définir "l'impact de l'activité minière" sur cet ancien site d'exploitation de l'uranium. "C'est une première mondiale. C'est la première fois qu'un industriel s'engage sur une surveillance sanitaire des anciens salariés" de sites miniers, a déclaré à la presse à Libreville le directeur médical d'Areva, le Dr Alain Acker, à l'issue de l'assemblée générale constitutive de l'observatoire. L'Observatoire de la santé de Mounana (OSM) doit tenir son premier conseil d'administration jeudi à Mounana. "On va déployer la même ...
Lire l'article
L'Etat gabonais et le groupe nucléaire français Areva ont trouvé un "accord définitif" pour créer en octobre un "observatoire de la Santé" à Mounana (sud-est du Gabon), ancien site d'exploitation de l'uranium, selon un communiqué des deux parties. "L'Observatoire de la Santé de Mounana (OSM) a pour objet d'étudier l'impact sanitaire des activités minières de la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (Comuf, filiale d'Areva au Gabon) sur la santé et l'hygiène de ses anciens collaborateurs et des populations locales", est-il expliqué dans ce communiqué transmis mercredi à l'AFP par l'ONG gabonaise de défense de l'environnement Brainforest. L'assemblée générale constitutive de l'Observatoire ...
Lire l'article
Le groupe français Areva, spécialisé dans l'énergie nucléaire, va mettre en place dans quelques semaines un observatoire de santé à Mounana pour suivre les anciens employés du groupe dans l'exploitation des gisements d'uranium de cette ville du sud-est du Gabon, a annoncé son directeur sanitaire, le Dr Alain Acker. De 1960 à 1999, la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe Areva, a exploité le gisement d'uranium de Mounana, à 600 km de la capitale Libreville. Il s'agira pour l'observatoire d'établir si les maladies apparues dans la ville ou ses environs sont liées à l'exposition aux rayonnements découlant de ...
Lire l'article
Le groupe nucléaire français AREVA vient de mettre en place une cellule locale d'information sur la radioactivité dans le site de Mounana,(sud-est du Gabon), où l’entreprise avait exploité l’uranium pendant de longues années, a-t-on appris samedi de source bien informée. Cette cellule regroupe les hauts responsables de la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (COMUF, une filiale d’AREVA),les autorités municipales, la sous-préfecture, les représentants des anciens agents de l’entreprise, les associations et ONG ainsi que lesreprésentants des ministères des Mines, de la Santé et de l'Environnement. Les parties devront « établir un rapport comparatif des pathologies », précise la source. Depuis quelques années, le groupe AREVA ...
Lire l'article
Le groupe nucléaire français AREVA, a procédé le 2 avril dernier à la mise en place à Mounana, dans le Sud-Est du pays, d’un observatoire de santé et d’une commission locale d’information sur la radioactivité. Ces structures de suivi médical et d’information étaient réclamées depuis de nombreuses années par les populations et les autorités gabonaises pour la prise en charge sanitaire des anciens employés de la Compagnie des mines d’uranium de Mounana (COMUF), filiale du groupe nucléaire français, et des populations locales victimes des activités minières dans cette localité. Réclamé depuis plusieurs années par les ONG et les élus locaux ...
Lire l'article
Une délégation du leader français de l’énergie AREVA a été récemment reçue à Libreville par le chef de l’Etat pour une séance de travail destinée à l’étude de nouveaux partenariats avec l’Etat gabonais pour l’exploitation des gisements d’uranium du Haut Ogooué. Selon la présidente du directoire du groupe AREVA, Anne Lauvergeon, la nouvelle conjoncture du marché de l’uranium permettrait au groupe français d’envisager la relance de ses activités minières au Gabon. Le leader français de l’énergie, AREVA, a récemment mandaté une délégation auprès du chef de l’Etat gabonais Bongo Ondimba pour étudier de nouveaux contrats miniers liés à l’exploitation des ...
Lire l'article
Gabon : Areva va indemniser pour la première fois deux des ayant droit de ses anciens employés
Mine d’uranium au Gabon : Areva indemnisera des proches d’ex-salariés
Gabon: Mines : Areva, Eramet et les erreurs du passé
Santé/Observatoire de Mounana : « Il faut que cet observatoire soit sous le couvert de l’autorité nationale », Philippe Douillet (AREVA)
Areva et Gabon créent un “observatoire de la santé” sur un ex-site d’uranium
Accord avec Areva pour un “observatoire de la santé” au Gabon en octobre
Le groupe Areva va installer un observatoire de santé au Gabon
Gabon: Mise en place d’une cellule d’information radioactivité à Mounana par le groupe nucléaire français AREVA
Gabon : AREVA met en place son observatoire de santé à Mounana
Gabon : AREVA veut renouer avec l’uranium du Haut Ogooué


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 13 Sep 2010
Catégorie(s): Economie,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*