Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le coût économique de la dégradation de la biodiversité estimé à 14.000 milliards d’euros par an

Auteur/Source: · Date: 14 sept 2010
Catégorie(s): Afrique,Environnement

L’absence de politiques volontaristes en faveur de la biodiversité va occasionner un coût économique estimé à 14.000 milliards d’euros par an à l’horizon 2050, selon un communiqué de presse publié à Libreville, dans le cadre de la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement (CMAE) prévue du 12 au 16 septembre dans la capitale gabonaise.

«Si des politiques volontaristes pour la biodiversité et les services éco systémiques ne se mobilisent pas, le coût économique de cette inaction sera estimé à 14 000 milliards d’euros par an à l’horizon 2050», souligne le communiqué de presse distribué à l’ouverture de la réunion des experts devant préparer la CMAE, qui se réunira pour la première fois.

«La dégradation de la biodiversité et des services éco systémiques représente une menace dont on commence seulement à bien mesurer les conséquences écologiques, mais aussi sociales et économiques», indique le communiqué, soulignant que «la perte actuelle de biodiversité est de l’ordre de ce qu’elle a pu être lors des cinq grandes phases de disparition des espèces qu’a connu la Planète Terre à l’échelle géologique».

Citant les scientifiques, le communiqué affirme que «ce que des impacts de météorites géantes et des éruptions volcaniques gigantesques ont réalisé, avec comme conséquence une modification progressive de la faune et notamment la disparition des dinosaures, la population humaine est en train de le reproduire».

La biodiversité est un fondement de la réalisation du développement durable, un facteur d’amélioration des conditions de vie des populations et de prospérité économique des Etats, poursuit le texte.

La première conférence des ministres africains de l’environnement, qui s’ouvre jeudi prochain, est centré sur le thème «Biodiversité et lutte contre la pauvreté : quelles opportunités pour l’Afrique?»

 


SUR LE MÊME SUJET
A l’occasion de l’Année Internationale de la Biodiversité, l’Union Internationale de la Conservation de la Nature (UICN) et l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) publient, en français et anglais, une analyse synthétique de l’état de la biodiversité terrestre et marine des 70 états et gouvernements de la Francophonie, a-t-on appris. Cet Atlas montre la biodiversité exceptionnelle abritée par la Francophonie avec des espèces emblématiques comme les gorilles, l’ours blanc, les lémuriens, l’okapi, les grandes tortues terrestres et marines, etc. Il propose aussi une série de pistes d’action pour le futur, adressées à la communauté internationale, à la Francophonie et aux Etats et ...
Lire l'article
Le Gabon va abriter un centre d'excellence de la préservation de la Biodiversité, destiné notamment à assurer la connaissance de l'ensemble de la biodiversité et des ressources naturelles, a appris l'AGP. Le centre d'excellence de la préservation de la Biodiversité devra "assurer la connaissance de l'ensemble de la Biodiversité et des ressources naturelles, en vue d'une gestion durable et responsable à forte valeur ajoutée qui concilie les impératifs de développement et les contraintes de la conservation", a expliqué le ministre gabonais délégué à l'économie, Paul Boundoukou Latha. M. Boundoukou Latha s'exprimait en marge de la conférence panafricaine de haut niveau sur le ...
Lire l'article
Les ministres africains de l'environnement se sont engagés, samedi à Libreville, à adopter bi annuellement un thème pouvant faire l'objet d'une évaluation des efforts déployés par les pays du continent en matière de biodiversité. Dans un texte dit "déclaration de Libreville", adopté à l'issue de la conférence panafricaine de haut niveau sur le thème "Biodiversité et lutte contre la pauvreté: quelles opportunités pour l'Afrique"?, les ministres ont proposé que le premier thème de la série, pour 2011-2012, porte sur la déforestation en Afrique. La déclaration de Libreville propose à cet effet la mise en place d'un comité africain par la Conférence des ...
Lire l'article
La réunion des ministres africains en charge de l’Environnement ont entamé, ce jeudi, à Libreville, leurs travaux en quête d’une position commune autour du « consensus de Libreville », sur la biodiversité avant la tenue, la semaine prochaine, à New-York, de la 65ème Assemblée générale de l’Onu sur la question et la rencontre sur la diversité biologique, dans quelques semaines, à Nagoya(Japon). En présence notamment du Premier ministre, chef du Gouvernement, Paul Biyoghé Mba, des représentants d'organisations internationales, l’ouverture officielle du segment ministériel, après celui des experts (13 au 15 septembre), a été, entre autres, marqué par six ...
Lire l'article
(Par Lucien MINKO) La conférence sur "biodiversité et la lutte contre la pauvreté", qui s’ouvre jeudi prochain à Libreville, comporte un double enjeu: comment exploiter durablement la diversité biologique? Comment l’Afrique peut-elle lutter efficacement contre la pauvreté en développant une «économie verte » ? Le défi est d’autant plus pertinent que plus de 3 milliards de personnes dépendent de la diversité biologique marine et côtière, alors que plus de 1,6 milliard d’autres sont tributaires des forêts et des produits forestiers non ligneux pour leur existence. En outre, la dégradation des habitats et l’érosion de la diversité biologique menacent ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de l’Habitat, de l’urbanisme, du logement, de l’environnement et du développement durable, Pacôme Ruffin Ondzounga, a appelé, lundi à Libreville, à la création d’un Comité panafricain de la plate-forme scientifique pour la biodiversité, à l’ouverture de la réunion des experts chargés de préparer les dossiers de la première conférence des ministres africains sur la biodiversité qui s'ouvre jeudi prochain dans la capitale gabonaise. M. Ondzounga a rappelé que depuis 1988, «les travaux du groupe intergouvernemental sur l’évolution de climat ont permis de parvenir à un consensus scientifique sur la réalité et la portée du réchauffement climatique que ...
Lire l'article
Le premier ministre, Paul Biyoghe Mba, a reçu le 12 juillet à Libreville le comité d’organisation de la conférence des Etats africains en septembre prochain, en prélude au sommet international sur la Biodiversité d’octobre au Japon. Lors de cette rencontre, les deux parties se sont accordées sur un budget d’un milliard de francs CFA pour cet évènement. Déclarée année de la biodiversité, 2010 va abriter un important sommet au mois d’octobre prochain à Nagoya, au Japon, auquel vont participer plusieurs pays. A cet effet, les pays africains ont décidé de se retrouver les 7 et 8 septembre à Libreville ...
Lire l'article
Les pays africains se réuniront au Gabon en septembre pour définir la position commune à défendre lors du sommet sur la biodiversité prévu en octobre à Nagoya (Japon), a annoncé vendredi à la presse le porte-parole de la présidence gabonaise. "Libreville abritera en septembre 2010 la réunion préparatoire au sommet de Nagoya sur la biodiversité. Au cours de (cette) rencontre, les pays africains devraient définir une position commune africaine qui sera présentée au Japon un mois plus tard", a déclaré le porte-parole, Guy-Bertrand Mapangou. Selon M. Mapangou, le président gabonais Ali Bongo a annoncé cette réunion à ses pairs en marge du ...
Lire l'article
A l’occasion de l’Année internationale de la biodiversité, Libreville abritera les 2 et 3 juin prochains une conférence internationale sur les enjeux de la protection des ressources biologiques en Afrique. Les chefs d’Etat et de gouvernement du continent, les ministres, experts scientifiques, acteurs du secteur privé et représentants d’organisations internationales seront réunis à Libreville les 2 et 3 juin prochains pour la conférence internationale sur les enjeux de la protection des ressources biologiques en Afrique. Organisée en partenariat avec le Secrétariat de la Convention des Nations unies sur la Diversité Biologique (CDB) et l’Union Internationale pour la Conservation ...
Lire l'article
Port Gentil, capitale économique du Gabon, bâtie sur du sable, c'est-à-dire non propice à l’agriculture, connaît une situation difficile qui entraîne de sérieuses répercutions sur le contenu du panier de la ménagère, où le riz devient l’aliment de base de 8 foyers sur 10, à cause de la rareté des produits vivriers qui, une fois venus des autres provinces ou des départements de l’Ogooué – Maritime (ouest), se revendent trois à quatre fois plus chers par rapport au prix d’achat initial et entraîne du coup, une cherté de la vie et des complications d’existence dans cette province. Dans la capitale économique ...
Lire l'article
Politique / Une première mondiale : Publication d’un état de la biodiversité de la Francophonie
Un Centre d’excellence de la préservation de la biodiversité au Gabon
La déclaration de Libreville pour une évaluation bi annuelle des efforts en matière de biodiversité
Attendu, le « consensus de Libreville » sur la biodiversité
Les enjeux de la conférence sur biodiversité et la lutte contre la pauvreté
Appel pour la création d’un comité panafricain de la plate-forme scientifique pour la biodiversité
Gabon : 1 milliard de FCFA pour la conférence sur la biodiversité à Libreville
Sommet sur la biodiversité: l’Afrique préparera sa position au Gabon
Gabon : Libreville capitale 2010 de la biodiversité
Gabon: Port Gentil, capitale économique où le coût de la vie est des plus élevé


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading ... Loading ...

Auteur/Source: · Date: 14 sept 2010
Catégorie(s): Afrique,Environnement
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>