- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

France – Affaire Elf : retour à la case prison

[1]Par Henri Marque
À 66 ans, Loïk Le Floch-Prigent est contraint par la justice à un retour à la case prison pour quelques mois de plus. Malgré les plaintes de son avocat, la justice reproche à l’ancien responsable d’Elf d’avoir triché sur ses “facultés contributives”.

Pour une fois, l’adage aura menti. Le retour en prison pour six mois de Loïk Le Floch-Prigent montre qu’on peut avoir été puissant – au sommet de la puissance – et se retrouver misérable – au fond d’un cachot de banlieue.

Accusé de « détournements gravissimes », l’ex-patron du géant pétrolier Elf (absorbé par Total) avait été trois fois condamné : à trente mois, puis cinq ans de prison ferme, et à quinze mois avec sursis. Il en avait purgé dix-neuf et demi avant de bénéficier d’une suspension de peine pour raison de santé. Me Chouraqui, son avocat, a aussitôt fait appel de sa réincarcération. Il s’indigne de cet « acharnement dévastateur » contre un homme de 66 ans atteint d’un cancer de la prostate et de psoriasis, alors qu’une transaction sur le paiement de ses dettes était intervenue avec son ancienne société.

Cache cash

C’est ce dernier point, pourtant, qui vaut à Loïk Le Floch-Prigent ses nouveaux déboires. La cour d’appel de Versailles puis la Cour de cassation lui reprochent non seulement de ne pas avoir payé l’intégralité des réparations dues à Total, mais d’avoir triché, pour y échapper, sur ses «facultés contributives ». Elles relèvent que, après avoir refusé de toucher sa retraite de crainte qu’elle ne soit saisie, il a reçu une somme de plus de 500 000 euros en provenance d’un compte dont il a affirmé ne pas connaître l’existence.

Il a également assuré travailler bénévolement pour plusieurs chefs d’État africains (au Tchad et au Congo-Brazzaville notamment) sans que la justice en obtienne confirmation. Bref, tout se passe comme si les magistrats le soupçonnaient d’avoir mis quelque part à l’abri, tel un vulgaire braqueur de banque, un magot suffisamment important pour mériter, plutôt que de le rendre, quelques mois supplémentaires de prison.

Une autre figure de l’affaire Elf, Christine Deviers-Joncour, avait fait le calcul inverse. Elle avait intégralement restitué les sommes qu’elle avait perçues pour ses malversations d’intermédiaire. Elle n’en fut pas moins lourdement condamnée. « La justice est une longue patience », avait rappelé Eva Joly lorsqu’elle instruisait le dossier. Il lui aura fallu des années d’investigations inlassables pour débusquer, dans l’écheveau des « bonus » pour l’attribution des forages, les centaines de millions de francs de pots-de-vin et autres bien nommées « rétrocommissions », car une large part en revenait à ceux qui les prodiguaient.

Casse du siècle

Dans ce roman incroyable mais vrai, d’une cupidité jamais égalée, les coupables ont été sévèrement punis, à une ou deux exceptions près. Ils ne devaient sortir de prison qu’après avoir remboursé les 480 millions d’euros réclamés pour leur casse du siècle. Le Floch-Prigent paye aujourd’hui le dernier prix de ce serment des juges unanimement salué à l’époque comme le premier progrès dans la lutte, toujours recommencée, contre la corruption.

Le procès n’a pas réussi, en revanche, à faire la lumière sur les bénéficiaires politiques des caisses noires qui ont permis à Elf d’arroser pendant des années les partis de toutes tendances. Aux dernières heures des débats, en septembre 2003, une avocate camerounaise avait demandé à l’autre principal inculpé, Alfred Sirven : « Pourquoi vous abritez-vous tous derrière les chefs d’État africains ? Pourquoi refusez-vous de livrer les noms des hommes politiques français que vous avez payés ? » Après un moment d’hésitation, l’ancien directeur des affaires générales d’Elf avait fini par lâcher : « On n’oublie pas d’où l’on vient. »

Or, d’où venaient-ils, lui, Le Floch-Prigent et la plupart des autres ? De la politique, pardi ! Et plus précisément de ces officines ministérielles et autres filières paraétatiques qu’Edgar­ Faure appelait en connaisseur les « technostructures » et dont Elf, longtemps célébré comme un fleuron par les discours officiels, était aussi l’inépuisable pourvoyeur. Entre corrupteurs et corrompus, l’omerta aura tenu jusqu’au bout. Jusqu’au seuil de la prison.
 


SUR LE MÊME SUJET
L’affaire Lena Marcelle Mouketou, du nom de l’étudiante de 24 ans, retrouvée morte, le 17 décembre dernier, non loin de la Fondation Jeanne Ebori vient de connaître un nouveau rebondissement. L’enseignant de Psychologie, Jacques-Alain Bitsi, qui l’avait invitée dans un restaurant situé non loin du lieu de la découverte macabre, a été placé sous mandat de dépôt, la semaine dernière. Cette procédure fait suite aux conclusions de l’autopsie pratiquée par le Dr Jean Ndzigué Mba, expert près la Cour d’Appel de Libreville, lesquelles ont mis en exergue l’assassinat de la jeune femme. Bien que les conclusions de l’autopsie ne rencontrent ...
Lire l'article [2]
France-Côte d’Ivoire : Ouattara et Sarkozy signent le retour de la Françafrique
Huit mois après avoir été débarrassé de Laurent Gbagbo, le président ivoirien vient "remercier" son "ami" français à Paris. "La paix est revenue en Côte d'Ivoire." C'est par ces mots que le président ivoirien Alassane Ouattara a lancé vendredi, au siège du Medef, un vibrant appel aux chefs d'entreprise français afin qu'ils s'associent à ce qu'il nomme la "renaissance" de son pays. Au coeur de la crise ivoirienne, déclenchée en décembre 2010 par le refus du président sortant Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite à la présidentielle, nombreuses sont les PME françaises à avoir fui les violences entre les deux camps, ...
Lire l'article [3]
La prison centrale de Libreville vient de se doter de 600 nouveaux matelas. Cette initiative du commandant en chef de la sécurité pénitentiaire, le général Edwige Nkeze, vise à améliorer les conditions de détention des prisonniers, plusieurs fois décriées par la société civile. Dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des détenus, le commandant en chef de la sécurité pénitentiaire, le général Edwige Nkeze, a approvisionné la prison centrale de Libreville de 600 nouveaux matelas. «Après la mise en service du centre de santé, des parloirs, de l’alimentation en eau et en électricité, vous recevez de nouveaux de matelas. ...
Lire l'article [4]
Après presque cinq ans de liberté conditionnelle, l'ancien PDG d'Elf, Loïk Le Floch-Prigent, devra retourner en prison pour ne pas avoir respecté toutes les obligations liées à sa condamnation, a annoncé, jeudi 21 janvier, la Cour de cassation. Celle-ci confirme ainsi l'arrêt rendu en juin par la cour d'appel de Versailles, ordonnant son retour en détention pour six mois. Il était reproché à celui qui est désormais consultant international d'avoir "manqué à l'obligation d'indemniser la partie civile [son ancienne société, depuis absorbée par Total] en proportion de ses facultés contributives". Seules quelques centaines d'euros auraient été versés, au lieu de ...
Lire l'article [5]
Gevy Nguema Bemba, un ressortissant gabonais de 31 ans, a été condamné le 20 juin dernier à Saint Quentin, dans l'Aisne, à cinq ans de prison, dont 2 fermes, pour le viol d'une jeune femme de 19 ans en juin 2006. Alors que ses avocats avaient avancé la thèse de la victime consentante, les arguments de la partie civile ont suffit à convaincre les jurés. Un ressortissant gabonais âgé de 31 ans, Gevy Nguema Bemba, père de famille, vient d'écoper de 2 ans de prison fermes, et trois avec sursis, pour le viol d'une jeune femme de 19 ans le 14 ...
Lire l'article [6]
Le parquet près du tribunal de première instance de Libreville a requis vendredi, six mois de prison ferme à l’encontre de l’ex-employée de la BGFIBANK, Marlène Rapotchombo dans l’affaire de divulgation du secret bancaire l’opposant au procureur de la République, Bosco Alaba Fall, rapporte samedi le quotidien progouvernemental l’Union. La peine a été demandée au terme d’une audience fleuve de près de 9 heures de temps au palais de justice de Libreville où s’est déroulé le procès. Hormis la peine de six mois, le ministère public a exigé à l’accusé de payer une amende de 300.000 FCFA. L’affaire a été mise en délibérée ...
Lire l'article [7]
Le ministre gabonais de l’Intérieur André Mba Obame a annoncé vendredi à Libreville au cours d’une conférence de presse, la construction d’une prison à ‘’Ayemé’’ à 35 km au sud de Libreville, au lendemain de la mutinerie de qui a coûté la vie deux prisonniers à la prison centrale. L’éloignement de ce nouveau pénitencier, a expliqué le ministre Mba Obame obéit à des raison de sécurité, contrairement à la prison centrale qui se trouve en plein centre ville. Selon lui, cette nouvelle prison dont il n’a indiqué la capacité d’accueil, répondra aux normes d’un pénitencier moderne disposant notamment de moyens conséquent aussi ...
Lire l'article [8]
Le bilan, après la prise d’otages par un groupe de détenus inconnus de la prison centrale de Libreville, s’établissait lundi à 3 morts et 7 blessés, côté prisonniers, a annoncé un responsable de prison sous couvert d’anonymat. ’’Le bilan provisoire faisait état de 3 détenus tués après les échanges de coups de feu de ce matin (lundi) et 7 autres sont blessés’’, a indiqué la source qui ne donne pas plus de détails. Une gardienne de prison, enceinte de 4 mois, aurait été aussi violée, a ajouté ce haut responsable, expliquant que les détenus ne veulent négocier qu’avec le chef de l’Etat ...
Lire l'article [9]
Au moins une personne a été tuée lors d'une prise d'otages, toujours en cours, à la prison de Libreville lundi, a affirmé à l'AFP le ministre gabonais de l'Intérieur, André Mba Obame. "Une personne a été tuée, c'est tout ce que je peux vous dire pour l'instant", a affirmé à l'AFP M. Mba Obame en début d'après-midi, alors que des sources proches de l'établissement faisaient état d'au moins "trois morts et plusieurs blessés". Plusieurs dizaines de coups de feu ont été tirés vers 14H30 (13H30 GMT), selon un correspondant de l'AFP sur place. "Un nombre encore inconnu de détenus a pris en otage ...
Lire l'article [10]
Une mutinerie a éclaté ce lundi matin aux environs de 5 heures à la Prison centrale de Libreville; le bilan actuel serait de trois morts du côté des prisonniers et un blessé grave dans les rangs de la garde pénitentiaire, rapportent des sources proches de la Prison centrale. Le soulèvement a eu lieu à 5 heures ce lundi matin avec des incendies et autres dans la prison. De même, les prisonniers retiendraient quelques gardes pénitentiaires. Les négociations ont été ouvertes et l’ancien gouverneur, Mamadou Tsoumou, lui-même détenu, serait le négociateur en vue de sortie de cette crise.
Lire l'article [11]
Affaire Lena Marcelle Mouketou: Le professeur suspecté en prison
France-Côte d’Ivoire : Ouattara et Sarkozy signent le retour de la Françafrique
Gabon : 600 matelas pour la prison centrale de Libreville
Loïk Le Floch-Prigent, retour à la case prison
France : Un gabonais écope de 2 ans de prison fermes pour viol
Affaire Alaba Fall: Le parquet a requis 6 mois de prison ferme pour l’ancienne caissière de BGFIBANK
Gabon: Société : André Mba Obame annonce la construction d’une nouvelle prison à “Ayemé”
Gabon: Mutinerie : Prise d’otages à la prison de Libreville : 3 morts et 7 blessés (bilan provisoire)
Gabon: au moins un mort lors de la prise d’otages à la prison de Libreville
Gabon: Mutinerie à la prison Centrale: trois morts et un blessé grave