Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Découverte de roquettes et obus militaires dans la forêt d’Oyem

Auteur/Source: · Date: 18 Sep 2010
Catégorie(s): Politique,Société

Pris au départ pour des missiles, des obus et des roquettes militaires enterrés ont été découverts dans les forêts voisines de la ville d’Oyem dans le nord du Gabon. Survenue un an, jour pour jour, après la déclaration de Francis Sala Ngouah-Beaud accusant André Mba Obame d’avoir préparé un coup de force, la découverte a fait jaser, aussi bien dans la capitale du Woleu-Ntem qu’à Libreville. La version officieuse des officiels.

La rumeur s’est répandue sur Oyem comme une trainée de poudre : Des missiles enterrés ont été découverts dans la forêt non loin d’Oyem. Dans la capitale du Woleu-Ntem et à Libreville, où la nouvelle est parvenue à certains milieux, on n’a pas hésité à penser à un opposant originaire de cette province, André Mba Obame qui était accusé, le 12 septembre 2009, par le journaliste Francis Sala Ngouah-Beaud, d’avoir contacté les autorités équato-guinéennes et Camerounaises dans l’optique d’une prise du pouvoir par la force.

Les faits : Un cultivateur, puis des paysannes ont découvert en l’intervalle d’un mois, non pas des missiles mais des roquettes et des obus enterrés dans la forêt. Selon un journaliste de la localité joint au téléphone, le cultivateur qui a le premier fait la découverte, l’aurait rapporté aux militaires basés à Eyena-Assi, 2è région militaire. La soldatesque n’aurait, semble-t-il, pas réagi à la déclaration du paysan et de ses enfants.

Le 16 septembre dernier, des cultivatrices ont fait la même découverte dans leurs plantations situées dans l’arrière-forêt du village Alum, à 5 Km environ de la ville d’Oyem «en allant vers la Guinée Equatoriale». La zone est une ancienne carrière de latérite abandonnée à la périphérie de laquelle de nombreuses femmes ont des plantations.

Ayant pris des photos avec son téléphone, une étudiante qui avait accompagné ses parents aux champs a décide d’en informer les autorités. Elle a donc alerté un colonel agissant en qualité de commissaire de police de la ville d’Oyem. S’étant rendu sur les lieux avec quelques hommes, le commissaire de police a établi un procès-verbal de la découverte avant d’alerter le procureur de la République avec lequel il est revenu sur les lieux pour un constat et un procès-verbal respectueux de la procédure idoine.

De sources militaires, au terme de la journée du 17 septembre, le commandant de la 2è région militaire a établi qu’il s’agit d’obus et de roquettes périmés qui ont été enterrés durant l’année 2008. En foi de quoi un procès-verbal de l’acte d’enfouissement a été présenté au procureur de la République par le commandant de la région militaire concernée. L’érosion des sols et le retournement de la terre pour les cultures seraient donc les facteurs de la remontée de ces obus et roquettes à la surface.

De tradition, selon les sources militaires, les explosifs périmés sont détruits par explosion ou enfouissement dans la terre. Le premier procédé est dangereux pour l’artificier chargé de l’opération. C’est donc pourquoi la seconde solution aurait été utilisée. La même source déplore toutefois le laxisme de la hiérarchie militaire de cette région qui aurait dû procéder à cet enfouissement dans une zone militaire interdite aux civils ou alors dans une zone indiquée aux autorités préfectorales comme dangereuse. Car, la poudre contenue dans ces engins prend tout de même quelque temps pour perdre son explosivité. Il faut donc conclure à une fausse alerte. Et, on est bien loin du coup d’Etat de Mba Obame.


SUR LE MÊME SUJET
Un atelier donne depuis lundi des outils d’orientation dans la forêt à des agents de l’administration et des membres des ong de la ville de Makokou (nord ouest) impliqués dans la protection de la nature. Placé sous la direction du directeur de la faune et de la chasse au ministère des Eaux et forêts, Daniel Idiata, cet atelier de cinq jours est coordonné par le projet TRIDOM qui regroupe des aires protégées du Cameroun, du Congo-Brazzaville et du Gabon. Dix huit participants, comprenant les représentants des ministères de l’Intérieur, des Mines, de la Défense et de la Justice prennent part à ...
Lire l'article
Un nourrisson de sexe féminin pesant 2,400kg a été abandonné dans un buisson, mardi dernier à Oyem, chef-lieu de la province du Woleu-Ntem, dans le nord du Gabon. Après avoir passé la nuit à la belle étoile, l’enfant a été retrouvé le lendemain mercredi par une passante qui est allée le confier au service de néonatologie de la maternité du Centre hospitalier régional d’Oyem (CHRO, où il a été tout de suite pris en charge par une équipe médicale. Selon l’infirmière major du service de néonatalogie, Martine Esseng, l’enfant a été amenée, mardi aux environs de 14H00, par une ...
Lire l'article
Mesdames et Messieurs les journalistes, Chers compatriotes. Nous vous avons invités aujourd’hui à cette conférence de presse afin de vous faire part d’une situation alarmante qui concerne l’avenir de notre pays dont nous sommes soucieux et pour lequel nous œuvrons de toutes nos forces afin qu’il se déroule dans la paix et l’harmonie sociales. Le Cercle Odzamboga souhaite prendre à témoin l’ensemble de l’opinion gabonaise sur une situation dont l’épisode le plus récent nous oblige à sortir de notre réserve habituelle. Quels sont les faits ? Ayant constaté qu’une réserve de munitions était devenue dangereusement défectueuse, le commandant de la seconde région militaire basée à ...
Lire l'article
L’armée rassure sur les roquettes découvertes à Oyem
Le chef d’Etat major général des forces armées gabonaises, le général Ella Ekogha, a indiqué, dans un entretien exclusif au quotidien Gabon matin, que les roquettes découvertes sur l’axe reliant Oyem à Assock Medzeng, un village frontalier avec la Guinée-Equatoriale, étaient bel et bien la propriété de l’armée. Ces roquettes avaient été enfouies dans une zone servant de champ de tirs, depuis plusieurs années, au détachement militaire de la deuxième région du Woleu-Ntem (nord). Situé au village Aloum, sur la route de Mengomo, à 8 km d’Oyem, le chef-lieu de province, le site a été gracieusement cédé à l’armée par un ...
Lire l'article
Oyem : « Les obus et roquettes enfouis (…) ne présentaient aucun danger », selon le ministère de la Défense
Après la découverte de munitions sur un site du village Alloum, situé à 5 kilomètres de la ville d’Oyem (Woleu-Ntem), au nord du pays, le ministère gabonais de la Défense Nationale a publié, jeudi, une réponse dans les colonnes des deux quotidiens, Gabon Matin & l’Union, dans laquelle il « tient à rassurer la population locale que les obus et roquettes enfouis (…) ne présentaient aucun danger ». Sur les pages de nos confrères, le ministère de la Défense précise que le terrain rural de « 500 000 » mètres carrés où ont ...
Lire l'article
Le 16 septembre dernier, des cultivatrices du village Alloum, situé à 5 Km environ de la ville d’Oyem en allant vers la Guinée Equatoriale, ont découvert des obus et des roquettes enterrées dans leurs plantations. Face à l’émoi suscité par cette découverte, le ministère de la Défense nationale a publié le communiqué de presse ci-dessous pour clarifier la situation. COMMUNIQUE DE PRESSE Suite à l'article de presse paru dans le journal « l'Union » du mardi 21 septembre 2010, intitulé « les roquettes d'Oyem » et aux nombreux commentaires à ce sujet, le Ministère de la Défense Nationale tient ...
Lire l'article
Un incendie criminel d’une maison à Oyem dans la province du Woleu-Ntem, au Nord du pays, a causé la mort d’un mécanicien sénégalais, de sa femme et leur enfant de trois mois. Cet acte ignoble a de surcroît été commis par l'hôte du couple, Alioune Fall, sur les consignes du commanditaire qui jalousait le commerce prolifique du ressortissant sénégalais. Triste sort pour un couple sénégalais et leur enfant de trois mois, qui ont trouvé la mort dans leur chambre à coucher consumés par un incendie criminel. La mort de Boubacar Seck, ressortissant sénégalais et installé depuis 20 ans à Oyem, dans le ...
Lire l'article
L'armée congolaise a affirmé mardi que la foudre avait mis le feu la nuit précédente à des munitions stockées dans un camp militaire, ce qui a provoqué la chute de quatre obus sur le quartier populaire d'Ouenzé, dans le nord de Brazzaville, sans faire des victime. "Certaines installations pyrotechniques (..) ont été touchées par la foudre, entraînant la mise à feu des munitions en stockage et leur détonation", a indiqué un communiqué de l'Etat-major général des Forces armées congolaises (Fac) diffusé mardi en soirée. Le communiqué affirme que cet accident s'est déroulé dans "la zone de Mpila", sous-quartier de Ouenzé où ...
Lire l'article
La cérémonie d’adieux aux huit militaires français qui ont trouvé la mort dans le crash de l’hélicoptère français au large des côtes gabonaises le 18 janvier dernier, s’est déroulée le 21 janvier à Libreville en présence du chef d’Etat major de l’armée de terre française, Elrick Irastorza. Après la cérémonie, les corps des soldats ont été transportés à l’aéroport pour être rapatriés vers la France, où le chef de l’Etat français, Nicolas Sarkozy, leurs a rendu hommages à l’aéroport d’Orly à Paris. L’ensemble du corps diplomatique et militaire français au Gabon était réuni à Libreville dans la matinée du ...
Lire l'article
La 4ème étape de la course cycliste, Tropicale Amissa Bongo remporté ce vendredi entre Oyem et Bitam (96km) par le suisse Johann Tshopp de Bouygues Telecom a été marquée entre autres par l'abandon du coureur gabonais Djenneni Botetchiraya. Djenneni Botetchiraya de l'équipe Gabon 2 a abandonné au milieu du parcours Oyem - Bitam (96km), tandis que la voiture de dépannage de l'équipe Libyenne a eu des ennuis à près de 20 km de Bitam. La réparation de la panne a duré 5 minutes. Les différents temps forts de la course ont été entre autres la victoire au point chaud d'Oyem par ...
Lire l'article
Des fonctionnaires reçoivent des notions d’orientation dans la forêt à Makokou
Un nouveau-né abandonné dans un buisson à Oyem
Déclaration de l’association « ODZAMBOGHA » sur l’affaire « Roquettes d’Oyem »
L’armée rassure sur les roquettes découvertes à Oyem
Oyem : « Les obus et roquettes enfouis (…) ne présentaient aucun danger », selon le ministère de la Défense
Gabon : L’explication du ministère de la Défense sur les roquettes d’Oyem
Gabon : Un couple et leur bébé périssent dans un incendie à Oyem
Congo: Obus sur Brazzaville: les explosions dues à la foudre, selon l’armée
Gabon : Les hommages aux militaires français morts dans le crash
Gabon: Les échos de la 4ème étape de la Tropicale Amissa Bongo à Oyem

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 18 Sep 2010
Catégorie(s): Politique,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*