Socialisez

FacebookTwitterRSS

Suppression abusive des bourses des étudiants gabonais à l’étranger: Qu’on arrête l’amalgame!

Auteur/Source: · Date: 18 Sep 2010
Catégorie(s): Education,Opinion

L’Etat gabonais est dans l’illégalité totale du fait que la bourse perçue par les étudiants gabonais, a été votée par la loi des finances 2009-2010 qui prend effet jusqu’à la prochaine loi des finances de février ou mars 2011. Pendant ce temps, tous les ayants droits de la République Gabonaise doivent bénéficier de leurs allocations ou prestations, à l’instar des étudiants boursiers

Je rappelle au pouvoir adultérin gabonais que la loi dans une République qui se respecte n’est pas quelque chose que quelqu’un peut suspendre n’importe comment. La Commission nationale des bourses et stages, cherchant à tout mettre à plat, crée un amalgame total, une injustice et une dégénérescence des étudiants gabonais à l’étranger ; en effet, elle n’a pas tenu compte des étudiants nouvellement admis en diplôme d’études approfondies (dans les universités françaises notamment) et ceux qui sont en train de préparer leurs thèses ou leurs soutenances de thèse. Les agents des Bourses et étages n’ont pas également tenu compte des redoublements. Elle veut créer une confusion entre les étudiants boursiers éternels en France, aux Etats-Unis, au Canada, au Maroc, au Sénégal et ceux qui sont dans leurs droits. Nous sommes dans une République bananière, une République des ingénus. La loi des finances 2009-2010 a bien prévu un budget de fonctionnement et d’investissement. A l’intérieur du budget de fonctionnement, il y a les bourses d’étudiants payées par les contribuables gabonais et non par la dynastie Bongo et leurs sbires, comme on veut toujours nous le faire comprendre. Tout étudiant gabonais boursier doit, donc bénéficier de sa bourse jusqu’en décembre 2010. Et normalement, pour un pays comme le nôtre, peuplé de moins d’un million d’âmes, tous les élèves, collégiens, lycées et étudiants gabonais devraient bénéficier gracieusement une bourse d’études.

La Diaspora gabonaise de France, du Canada et des Etats-Unis demande au peuple gabonais de ne pas accepter ce principe césarien. En effet, le directeur général des Bourses et stages et le parti d’Etat-PDG veulent se sucrer sur le dos des contribuables gabonais. Il faut attendre la prochaine commission d’attribution des bourses qui siégera en octobre 2010. Et cette commission qui doit décider de la suppression ou pas des allocations d’études sous réserve de présentation des résultats académiques de la deuxième session en cours dans de nombreuses universités étrangères. Les bourses d’étudiants ne peuvent pas être supprimées en cours d’exercice de la loi des finances 2009-2010.

Tous les étudiants gabonais frappés par cette mesure sans aller au terme de leurs droits doivent saisir la Chambre administrative du Gabon. Tout ce que le gouvernement de Monsieur Alain Bongo-Ondimba fait c’est illégal. En effet, c’est un pouvoir hors la loi qui prend des décisions pour se donner une légitimité. C’est un pouvoir qui agit de manière anti-constitutionnelle. Autrement dit, c’est un pouvoir qui veut séduire le peuple gabonais qui ne l’a pas élu (cf. les vrais résultats des élections présidentielles anticipées d’août 2009 auprès des instances internationales. Arrêtez d’illusionner le peuple gabonais.

Que dit le parti d’Etat-PDG sur la situation de Patience Dabany (mère d’Alain Bongo-Ondimba) émargée à la fonction publique gabonaise comme professeur des universités ? Nous attendons également que la Cour des comptes publie sans délai, la liste de tous ceux qui ont détourné les biens de l’Etat gabonais entre 1967 et 2010. Nous espérons que tous ceux qui ont pillé financièrement la banque du Gabon et du Luxembourg figureront sur cette liste.

In fine, nous Diaspora Gabonaise de France et des Etats-Unis, nous nous insurgeons contre cette décision illégale, dictatoriale et exigeons le rétablissement sans délai des allocations jusqu’à la prochaine Commission d’attribution des allocations. Nous demandons également aux étudiants gabonais de France et des Etats-Unis de ne pas libérer leurs chambres dans les résidences universitaires et de réfléchir à une action visant à occuper la résidence ou le Château Bongo-Ondimba de 65 millions d’euros ainsi que tous les immeubles considérés comme biens mal acquis sis à Paris.

Dr. Jean Aimé Mouketou


SUR LE MÊME SUJET
Les taux de bourses des étudiants gabonais résidant en France seront revus à la hausse à partir du 1er janvier 2012 avec effet rétroactif au mois de septembre 2011, a-t-on appris auprès des responsables français du Centre national des oeuvres universitaires (CNOUS). Les nouveaux montants tels que désormais exigés par les autorités françaises aux étudiants étrangers désireux d’obtenir un titre de séjour étudiant en France , 536 euros pour le premier cycle, 615 pour le second et 777 pour le cycle doctoral seront appliqués. Interrogé à cet effet, le délégué fédéral de l'UJPDG-France, Vivien Péa qui était monté au créneau il ...
Lire l'article
A la veille de la célébration de la fête nationale, le président de la République, dans son traditionnel discours à la nation, a annoncé que les bourses des étudiants gabonais à l’étranger se verraient augmenter de 10%, tandis que ceux effectuant leurs études dans le pays, auront un surplus de 25% afin qu’étudier au Gabon ne soit plus considéré comme une punition.
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a adopté, jeudi à Libreville, un projet de décret portant création d’une Agence nationale des bourses et stages (ANBG), selon le communiqué final ayant sanctionné le conseil des ministres réuni jeudi à Libreville autour du président Ali Bongo Ondimba. Le gouvernement a ainsi validé la création de l’ANBG, annoncée par le chef de l’Etat, lors du dernier conseil des ministres délocalisé à Makokou (nord-est), le 30 mars dernier. Etablissement public à caractère administratif jouissant de l’autonomie de gestion administrative et financière, l’ANBG est rattachée à la présidence de la République et placée sous la tutelle ...
Lire l'article
Le nombre d’étudiants gabonais au Canada, aux Etats-Unis et en France dont la bourse a été supprimée par la Commission nationale d’attribution , d’allocation de bourses d’études et de stages (CNOAAES), s’élève à 2487, rapporte la presse , ce samedi, au moment où se poursuit l’examen des dossiers introduits en recours. Dans un communiqué daté du 23 septembre dernier, le président de la CNOAAES, Massard K. Makaga Etienne informait : « Après avoir statué en première instance, la Commission a débuté l’examen des dossiers introduits en recours » et que ...
Lire l'article
L’Union nationale (Un), le plus grand parti d’opposition gabonaise, a dénoncé les décisions de la Commission nationale d’orientation, d’attribution, d’allocations des bourses d’études et des stages (Cnoaaes) de supprimer la bourse à 2487 étudiants gabonais sur les 3373 bénéficiaires scolarisés au Canada, aux Etats-Unis et en France, soit un taux de 74%, lit -on dans une déclaration transmise vendredi à Afriscoop. Pour l’UN, la mesure constitue une « grave violation des droits d’étudiants » dont la bourse en est un, puisque inscrite dans « la loi n°16/66 du 09 août 1996 ». L’Un entend soutenir la démarche des parents d’élèves lésés, ...
Lire l'article
A l’orée de la rentrée scolaire 2010-2011, la Direction générale des bourses et stages (DGBS) a démarré en août ses travaux d’attribution et de renouvellement des bourses d’études des étudiants gabonais. Dans un communiqué daté du 6 septembre, cette direction précise les raisons pour lesquelles certaines bourses sont supprimées. «Dans un souci de transparence», la Direction générale des bourses et stages (DGBS) publie depuis le mois d’août par voie de presse, les résultats de la Commission d’attribution et de renouvellement des bourses d’études en Licence, Master et Doctorat. Comme chaque année, il y aura toujours beaucoup d’appelés et peu d’élus, ...
Lire l'article
Les étudiants de l'Université Omar Bongo (UOB) de Libreville sont entrés mercredi en grève pour réclamer le paiement de leurs bourses, a constaté un journaliste de l'AGP. Mercredi matin, les étudiants ont posé des barricades et brûlé des pneus sur la voix publique, a-t-on constaté. ''On nous a dit que la bourse sera à nouveau payée par trimestre. Nous ne voulons pas de ça'', a indiqué à l'AGP un étudiant ayant exigé l'anonymat. Une rencontre avec les autorités rectorales n'avait pas abouti à des solutions concrètes pouvant satisfaire les doléances des étudiants, selon les grévistes. Les grévistes réclament aussi que le nombre des repas ...
Lire l'article
N’ayant pas perçu leurs bourses depuis plus de quatre mois, les étudiants gabonais au Brésil, menacés d’expulsion de leur logement et donc de se retrouver à la rue dans un pays à l’insécurité certaine, envisagent d’assiéger leur ambassade si à la date du 20 décembre leur situation demeure inchangée. Menacés d’être expulsés de leurs logements du fait de n’avoir pas pu honorer leurs loyers depuis bientôt cinq mois, la vingtaine d’étudiants gabonais au Brésil, ont lancé, à travers un communiqué de presse publié le 9 décembre dernier, un préavis de grève qui arrivera à échéance le 20 décembre courant. Ils ...
Lire l'article
L'Ambassadeur d'Italie au Gabon, Raffaele De Benedictis, a annoncé vendredi au ministre de l'Education nationale et de l'Instruction civique, Michel Menga M'Essono, qu'il compte offrir aux futurs bacheliers gabonais, des bourses d'études en Italie en vue de leur perfectionnement dans les domaines cibles de la formation. Ces bourses d'études sont destinées aux nouveaux bacheliers ayant un background dans la langue italienne et désirant poursuivre leurs études dans ce pays. Le souhait du diplomate italien au Gabon est de voir la langue italienne être enseigné dans les écoles et les universités gabonaises d’ici les années à venir. Ces bourses d'études offrent l'exonération des droits ...
Lire l'article
Pour la 3e année consécutive, Total Gabon offre 2 bourses d’études à la rentrée 2008-2009 à des élèves gabonais des lycées et collèges afin de poursuivre leurs études supérieures (1er cycle) à l’Institut Supérieur de Technologie d’Afrique Centrale (ISTAC) de Pointe-Noire au Congo. Pour prétendre à ces bourses d’études, Total Gabon précise dans son communiqué qu’il faut être âgé d’au moins 24 ans et être titulaire ou futur titulaire d’un Baccalauréat C, D, E, F ou S (les élèves de Terminale sont admis sous réserve de réussite au Baccalauréat) pour participer au concours d’admission de l’ISTAC. Il faut également ...
Lire l'article
Enseignement supérieur / Les taux de bourses des étudiants gabonais revus à la hausse en janvier 2012
Société / Les bourses des étudiants gabonais augmentées de 10 et 25%
Le gouvernement gabonais valide la création d’une agence nationale des bourses et stages
Suppression de bourses à plus de 2400 étudiants gabonais au Canada, aux Etats-Unis et en France avant l’examen des recours
Gabon : l’opposition dénonce la suppression de bourses d’étudiants
Gabon : La roue des bourses et stages
Gabon: Les étudiants de l’UOB en grève pour exiger le paiement des bourses
Gabon : Le cri de détresse des étudiants gabonais au Brésil
Gabon: L’Ambassade d’Italie au Gabon offre des bourses d’étude aux jeunes étudiants gabonais
Gabon/Libreville : Total Gabon offre des bourses d’études aux étudiants gabonais

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne 2,25 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 18 Sep 2010
Catégorie(s): Education,Opinion
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

3 Réponses à Suppression abusive des bourses des étudiants gabonais à l’étranger: Qu’on arrête l’amalgame!

  1. young's

    21 Sep 2010 a 12:44

    je suis decu de mon président et de sa decision au pifffff

  2. juvenal

    18 Sep 2010 a 19:52

    NB: nous menons le même combat pour un Gabon meilleur, luttons contre l’anarchie mais faisons-le dans l’honnêtété intellectuelle.

  3. juvenal

    18 Sep 2010 a 19:47

    quelques remarques

    Pour commencer, je ne suis pas Pdégiste et je haie ce parti qui prend en otage le Gabon et l’alternance autant que vous, si non plus encore.Seulement, je déplore que votre article mêle un peu émotion et objectivité.

    En effet, si d’une part, je déplore autant que vous l’option malheureuse que le gouvernement gabonais a adopté à savoir la réduction drastique et brutale du nombre de boursiers et que, d’autre part, je doute de l’objectivité des agents de la DGBS dans la mise en oeuvre des critères de suppression, je trouve quand même abhérant que vous dites, sans parcimonie dans votre article, que les bourses doivent être versées à tous ces étudiants jusqu’en décembre. Or, vous n’êtes pas sans ignorer que les situations ne sont pas homogènes et que pour certains (voire la majorité), les bourses sont accordées d’octobre 2009 à septembre 2010. Dès lors, il est normal qu’une fois septembre arrivé, il y’ ait des suppressions.Ces suppressions ne traduisant pas systématiquement le non respect de la loi des finances de l’exercice en cours vue que durant l’année académique écoulée les bourses de ces étudiants ont été payées conformément aux prévisions budgétaires de ladite loi. Pour ces étudiants là, tout nouveau paiement de bourses au delà de septembre 2010 résultera alors d’un nouvel accord des autorités compétentes (ou plutôt incompétentes) de notre pays et seuls les étudiants ayant fait l’objet d’un accord de janvier 2009 à décembre 2010 se verront verser leurs bourses sans interruption jusqu’à ladite date.

    Pour finir, sur le plan juridique,il est pédagogiquement grave de dire qu’en supprimant les bourses le pouvoir agit de ” manière anti-constitutionnelle”. Le cadre des bourses est aménagé par une loi et donc si violation de légalité il y’a, il s’agit bien de violation de la loi ( loi au sens organique).

    NB: nous menons le même combat pour un Gabon meilleur, luttons mais contre l’anarchie mais faisons-le dans l’honnêté intellectuelle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*