Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Le défi de la valorisation des ordures

Auteur/Source: · Date: 21 Sep 2010
Catégorie(s): Développement,Environnement,Société

La Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG) a depuis 2000 l’exclusivité du marché des ordures de la capitale gabonaise. Avec 30 bennes et 2000 bacs à ordures déployés dans la ville, elle gère en moyenne 500 tonnes d’ordures ménagères par jour, soit 180 000 tonnes par an, sans pour autant libérer Libreville du diktat des « tas d’ordures ».
La Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG) est face à un défi de taille, en finir avec les «tas d’ordures» de la capitale gabonaise tout en offrant aux déchets un nouveau destin. La convention liant la SOVOG et l’Etat gabonais comporte deux volets, à savoir le programme de collecte et celui de traitement et de valorisation des déchets.

Le premier programme, c’est-à-dire la collecte, débuté le 1er septembre 2002 est opérationnel avec 2000 bacs à ordures déployés dans la ville et des engins d’entretien de la décharge et 30 camions bennes qui sillonnent la ville de 21h à 7h du matin pour évacuer la production journalière d’ordures. Elle a opté pour l’apport volontaire des ordures aux points de ramassages et a placé à cet effet tous les 100m sur les voies accessibles, des bacs à ordures à portée de tous. En moyenne, Elle gère 450 à 500 tonnes d’ordures ménagères par jour, soit 162 à 180.000 tonnes par an. Le second programme qui concerne le traitement et la valorisation des déchets devra être opérationnel en principe en 2011.

Toutefois, le ramassage des ordures accuse encore de lourdes lacunes, à en juger par les «tas d’ordures» qui jonchent de nombreuses artères de la capitale. Sur ce point, la SOVOG jette l’anathème sur l’indiscipline de la population qui ne respecterait pas les horaires de sortie des ordures entre 18h et 21h. Elle a peut-être raison, mais la situation serait-elle différente si les horaires étaient respectés ? Une réponse affirmative est moins évidente au regard de certaines contraintes de l’entreprise.

En effet, la pression démographique due à l’extension de la ville et surtout le développement «anarchique» de quartiers qui accentue le déficit du réseau routier urbain, constituent un sérieux problème pour accéder à tous les points de ramassage.

L’entreprise n’est pas non plus épargnée par des contraintes financières. Selon son directeur général, Laurent Traoré Mantion, «la Convention prévoyait 7 milliards de FCFA par an pour les deux programmes, c’est à dire le ramassage et le traitement des ordures. Mais depuis 2002, 3,6 milliards de FCA seulement sont débloqués pour le ramassage. Le traitement des déchets ménagers attend la mise en service d’une usine qui doit être construite dans la zone d’Owendo, une fois le projet inscrit dans la loi des finances».

Selon son «plan d’industrialisation», l’entreprise doit construire un Centre de valorisation des déchets (CVD) pour le tri et le traitement des trois types de déchets inertes, fermentescibles et spéciaux. Mais depuis 2008, ce projet est toujours en attente, la société n’a toujours pas obtenu un site pour la construction de l’usine.

Pourtant, Laurent Traore Mantion affirme que «dans la convention qui a été signée avec l’Etat, l’Etat doit mettre à la disposition de la société SOVOG un terrain viabilisé, aménagé et déguerpi qui nous permette de faire la valorisation. Dans le cadre du traitement des ordures, la convention internationale déconseille toute installation humaine à moins de 200 mètres autour du site ».

Le 24 juin 2010 le ministre de l’Habitat, Ruffin Pacôme Ondzounga, a proposé au Conseil des ministres un projet de décret portant déclaration d’utilité publique de deux sites d’une superficie de 88 hectares au lieu dit «OGOUMIE» dans le département du Komo-Mondah, pour la construction du Centre de Valorisation des Déchets (CVD) et le relogement des populations de Pointe-Claire. Pour l’instant, rien ne bouge vraiment sur le front de la valorisation des ordures. Et, malgré le travail abattu au quotidien, la SOVOG est loin d’en finir avec les «tas d’ordures». 


SUR LE MÊME SUJET
Un camion de la Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG), en plein service de ramassage des ordures, s’est accidentellement écrasé sur un véhicule de sport stationné sur le bas-côté, au quartier Ozangué (5ème arrondissement de la commune de Libreville), a constaté il y a quelques jours une équipe de notre rédaction de passage sur le lieu de l’incident. L’accident que personne n’a pu expliqué n’a fait aucun blessé mais aura causé des dégâts matériels sur le véhicule stationné, vraisemblablement au mauvais endroit, lors du passage du camion des éboueurs. Un drôle d’accident qui réduit d’un camion le parc ...
Lire l'article
La Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG), en collaboration avec la mairie de Libreville, lancent le 8 août prochain, une opération de ramassage d’ordures ménagères, dénommée « collecte porte à porte », dans certains quartiers de Libreville. Selon un communiqué de la mairie de Libreville, le passage des camions de la Sovog débutera selon un programme bien établi. Les mardis, jeudi, samedi et dimanche, ce seront les quartiers Louis et Batterie IV qui seront visité tandis que les lundis, mercredi, vendredi et dimanche ce seront les quartiers Sablière, Tahiti, Derrière l’hôtel Laîco (représentation de l’Union européenne), Lycée Léon Mba. Les ...
Lire l'article
Les habitants de Mindoubé-rails, exigent leur indemnisation avant de quitter ce site choisi pour abriter l’usine de traitement des ordures ménagères de la capitale gabonaise, Libreville. « Nous ne sommes pas contre l’installation de l’usine, mais nous disons qu’avant toute chose, l’Etat doit nous indemniser et nous trouver un autre lotissement. Sinon, aucun engin ne pourra travailler ici », a prévenu un habitant. Ce terrain identifié à Mindoubé-rails et viabilisé en partie par la Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG) pour un montant de 5 millions de francs CFA dans le but de l’implantation de cette usine est ...
Lire l'article
Brossette nettoyage vient d’acquérir un banaliseur de traitement de déchets biomédicaux. Grace à cette acquisition, la filiale de la Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG) marque un pas décisif dans la conquête du marché de traitement des déchets biomédicaux. La société Brossette nettoyage, spécialisée dans l’assainissement, a procédé le 8 septembre à la présentation du mode de fonctionnement de son nouveau banaliseur, acquis pour le traitement par broyage et stérilisation des déchets biomédicaux. Cet outil permet de transformer par système de broyage et de stérilisation, des déchets de classe 1 en classe 2 (ordures ménagères). Il ...
Lire l'article
Le site d’"Ogoumié" d’une superficie de 88 hectares dans le département du Komo-Mondah a été déclaré d’utilité publique afin d’y construire le centre de valorisation des déchets (CVD), selon le communiqué ayant sanctionné les travaux du conseil des ministre de jeudi dernier. Un deuxième site toujours à ‘’Ogoumié’’ a été également déclaré d’utilité publique pour reloger les populations de Pointe-Claire. En outre, la construction d’un centre de valorisation des déchets viendra soulager la décharge de Mindoubé actuellement très saturée. On rappelle que la Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG) dont la mission initiale était le recyclage se borne exclusivement à la ...
Lire l'article
trois mois et demi de l’ultimatum du gouvernement pour présenter un plan d’industrialisation et de traitement des ordures, la Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG) est face à un défi de taille pour en finir avec les «tas d’ordures» au Gabon. En dehors d’insuffisance de matériels et d’infrastructures, d’autres paramètres tels que la qualité du réseau routier urbain devront également être assurés pour atteindre l’objectif «ville propre». Le 4 mars dernier, le gouvernement a lancé un ultimatum indiquant que «le 1er juillet 2010 au plus tard, en accord avec la mairie de Libreville et ...
Lire l'article
Le Conseil des ministres de jeudi présidé par le chef de l’Etat, Omar Bongo Ondimba, a mis en place une Commission technique interministérielle en vue de proposer au gouvernement des solutions idoines pour la construction d'un Centre de valorisation des déchets. Rappelons que cette structure sera érigée par la Société gabonaise de valorisation des ordures ménagères du Gabon (SOVOG) et les populations riveraines ont commencé à grogner contre leur déguerpissement de la zone.
Lire l'article
Le Conseil des ministres, réunit jeudi à Libreville, autour du président de la République, Omar Bongo Ondimba, a « demandé » au vice –Premier ministre en charge de l’Environnement, conformément à la Feuille de route du Gouvernement, de procéder à la révision de la Convention qui lie l'Etat gabonais à la Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG. Cette révision fait suite à l'Audit mené récemment sur les capacités opérationnelles de la SOVOG, et qui a consisté à vérifier la conformité de la gestion des déchets ménagers à Libreville.
Lire l'article
Les salariés de la Société de valorisation des ordures ménagères du Gabon (SOVOG), ont annoncé mardi à Libreville, la suspension de leur mouvement de grève engagé depuis le 7 février dernier, après le versement par la direction générale de cette société d'une somme de 324 000 000 FCFA à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Selon le directeur général de la SOVOG, Traoré Mantion, "cette grève était légitime mais je déplore le comportement de mon personnel qui fait la grève sans un préavis alors que je travaille chaque jour avec les délégués du personnel ". Les agents de la ...
Lire l'article
Depuis quelques années, les autorités municipales de Libreville ont confié la mission de collecte et de gestion des ordures ménagères à la Société de valorisation des ordures ménagères (SOVOG). Pour ce qui est des ordures industrielles, il reviendrait aux entreprises elles- mêmes de signer directement des contrats avec les prestataires de la place, spécialisés dans ce domaine, pour aboutir à une gestion efficace de ces déchets qui encombrent certains coins de la capitale. Selon les termes du contrat signé avec l’Hôtel de ville de Libreville, la SOVOG a pour mission exclusive le ramassage des ordures ménagères. C’est dire que les opérateurs ...
Lire l'article
Un camion de la SOVOG s’écrase sur un véhicule stationné
L’opération de collecte des ordures « porte à porte » sera lancée la 8 août prochain à Libreville
Implantation d’une usine de traitement des ordures à Mindoumbé: les habitants exigent une indemnisation avant le déguerpissement
Gabon : Brossette Nettoyage s’attaque aux déchets biomédicaux
Le site d'”Ogoumié” choisi pour la construction d’un centre de valorisation des déchets
Gabon : La SOVOG peut-elle relever le défi des «villes propres» d’Ali Bongo ?
Gabon: Vers la création d’un Centre de valorisation des déchets
Gabon: Le Conseil des ministres « demande » une « révision de la Convention qui lie l’Etat gabonais à la SOVOG »
Suspension du mouvement de grève à la Société de valorisation des ordures ménagères
Gabon: Environnement / Gestion des ordures industrielles à Libreville


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 21 Sep 2010
Catégorie(s): Développement,Environnement,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*