Socialisez

FacebookTwitterRSS

« Cette année nous avons (…) les bacheliers vieux de deux voir trois ans parce qu’on estime que les gabonais sont dans un besoin de formation », Jean Lekouma (DG IST)

Auteur/Source: · Date: 24 Sep 2010
Catégorie(s): Education

A quatre jours (lundi prochain) de la rentrée académique 2010-2011, à l’Institut Supérieur de Technologie (IST), le Directeur Général de cet établissement, Jean Lekouma, a déclaré lors d’une interview accordée à un journaliste de GABONEWS : « Cette année nous avons recruté les bacheliers vieux de deux voire trois ans parce qu’on estime que les gabonais sont dans le besoin de formation ».

GABONEWS (GN): – A la veille de la rentrée à l’IST, quel bilan faites- vous de l’année écoulée ?

Jean LEKOUMA (JL) : – Avant de répondre à cette question, je voudrais faire un rappel d’histoire, pour dire que l’IST a été crée en 1994, à la demande des opérateurs économiques qui ne trouvaient pas des cadres moyens sur la place dans la mesure où les grandes écoles ne formaient que des ingénieurs, des agents d’exécution et au milieu, il y avait pratiquement un vide.

A la demande des opérateurs, ce vide devrait être comblé par des cadres moyens de niveau DUT (diplôme universitaire de technologie), BTS (brevet technique supérieur) en particulier pour pallier cette carence.

Comme vous le savez, cette enceinte était occupée par INC (Institut national des cadres) qui formait des cadres plus moyens que ceux de l’IST : c’étaient des cadres sans baccalauréat (bac), aujourd’hui, pour rentrer à l’IST, il faut avoir un niveau bac au minimum, pour la formation initiale.

Il est vrai qu’au départ les effectifs n’étaient pas ceux que nous observons aujourd’hui, car ils ont pris des allures très exponentielles. Je me souviens que lors d’une discussion avec le tout premier Directeur général, M. Mangouala, ce dernier me disait qu’il avait démarré avec à peu près 68 candidats contre près de 2400 actuellement ; ce qui montre bien que nos jeunes ont un besoin énorme de formation.

Donc, depuis 1994, l’IST a sorti des cadres moyens, détenteurs du DUT dans quatre filières de formation à savoir : l’informatique, la gestion des entreprises et des administrations avec une option entrepreneuriale et enfin les techniques de commercialisation.

Pour revenir maintenant au bilan de l’année écoulée, moi je le trouve très satisfaisant au regard des missions qui nous sont assignées, à savoir : former les jeunes gabonais.

Nous nous réjouissons de l’écho, très favorable, que nous avons de la part des sociétés au sujet de nos étudiants qui font partie de ceux qui ne chôment pas trop. Il est bien vrai qu’au départ, il y avait un besoin énorme pour peu de concurrence tandis qu’aujourd’hui, malgré le foisonnement des établissements privés pour les mêmes formations, certes, le taux de recrutement et d’employabilité n’est peut être plus celui de départ, mais qu’à cela ne tienne, nos étudiants sont très appréciés sur le marché de l’emploi.

En ce qui est du bilan écoulé, il s’inscrit toujours dans la même logique. Nous avons toujours organisé notre année académique sur la base d’un calendrier pédagogique que nous ficelons, dès la fin de l’année, c’est-à-dire, dès le mois de juin-juillet. Ce calendrier met en avant le recrutement des enseignants composé à près de 80% de vacataires et 15% de permanents. Notre souhait est, bien évidemment, d’inverser cette tendance pour qu’il y ait quand même un peu plus d’enseignants disponibles parce que le vacataire, c’est vrai qu’il nous apporte sa force de travail et son expérience, mais, quand il a des contraintes, il nous lâche, sans préavis ; ce qui est souvent déplorable et perturbe notre calendrier.

GBN : – Quel est l’impact du patronat dans cet établissement et quelles difficultés rencontrez- vous lorsqu’on sait que l’IST est situé en plein cœur de la zone industriel ?

JL : – Tout d’abord, le patronat occupe une place de choix dans tout ce qui se fait à l’IST. Les chefs d’entreprises sont associés au maximum dans la formation. De toute évidence, au finish ceux sont eux les recruteurs. Donc, ils suivent au même titre que nous, l’évolution des étudiants.

Nous sommes dans le monde de l’émergence (vision du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, ndlr) où tout le monde aspire à une bonne formation ; ce que le ministre de l’Enseignement Supérieur nous demande, d’ailleurs, c’est d’être plus transparents de façon à ne léser personne.

Au titre des difficultés, il y a le fait de partager l’enceinte avec d’autres partenaires telle que l’ANFPP (Agence nationale de la formation professionnelle et de perfectionnement ). Nous subissons ainsi les grèves des autres parce que nous partageons le même portail ; une situation qui a des répercutions sur la formation à l’IST. On n’a pas le choix que de subir ces grèves, qui plus est, perturbent notre calendrier académique.

GN : – Parlez-nous un peu des perspectives à court, moyen et long terme ?

JL : – Les perspectives s’inscrivent toujours dans le cadre de la politique du gouvernement car nous n’avons pas à inventer la roue. Aujourd’hui, la formation telle que définie par nos autorités doit s’accentuer sur les trois piliers indiqués par le chef de l’Etat : « Gabon vert, Gabon des services, Gabon industriel ».

A notre niveau nous avons déjà un des piliers, autrement la gestion administrative des carrières. En ce qui concerne le pilier industriel, malheureusement nous ne formons pas dans cette filière qui nécessite des baccalauréats de la série F; pour le moment nous nous limitons à la formation du tertiaire.

Aussi, avons-nous sollicité auprès de notre tutelle l’acquisition d’un espace personnel pour la délocalisation de l’institut qui subit les affres des autres centres avec lesquels nous partageons la même enceinte. Le terrain a été trouvé sur la route du Cap-Estérias ( nord de Libreville).

GN : – Quelle différence existe –t-il entre les formations dispensées à l’IST et celles de le CFPP (Centre de formation et de perfectionnement professionnel)

JL : – La différence se situe déjà au niveau du recrutement. Au CFPP, le recrutement concerne presque tous les niveaux et ils forment des DTS (Diplôme technique supérieur) tandis que chez nous, il faut avoir au minimum le bac.

Nous recrutons même les détenteurs de bac vieux de deux(2), voire trois(3) ans parce qu’on estime que les gabonais sont dans le besoin de formation. Avant, on prenait le bac de l’année en cours. Aujourd’hui, on pense que nous n’allons pas condamner un jeune bachelier qui a perdu un, deux ou trois ans ; qui n’a pas trouvé sa filière et peut être un bon élève. Nous le savons, celui qui a échoué en droit n’est pas forcement celui qui doit échouer en marketing.

Donc, on a élargi un peu le champ de recrutement et cette année on a pris les bacheliers de 2008, 2009 et 2010.

Maintenant, pour revenir à la question sur la différence (IST/ CFPP), nous formons avec, à la clé, un diplôme universitaire de technologie, in fine, une licence professionnelle au bout de trois ans. Comme nous avons aussi intégré le système LMD (Licence, master et doctorat), depuis plus de cinq (5ans), l’IST fait la différence, à ce niveau, par rapport à l’ANFPP qui ne produit que des cadres d’exécutions. 


SUR LE MÊME SUJET
Centre de Recherche et d’Innovation sur le Sport: “Nous avons lancé des enquêtes d’impact socio-économique de la CAN”
Des enquêtes sont organisées par le Centre de Recherche et d’Innovation sur le Sport, à l’université Claude Bernard de Lyon 1 (France), en partenariat avec l’Institut national de la jeunesse et des sports (INJS) du Gabon, a affirmé le directeur de centre, le Pr Thierry Terret. Peut-on connaître les raisons de votre présence au Gabon ? Pr Thierry Terret : Je suis à Libreville pour plusieurs raisons. Mais, fondamentalement, nous sommes à la deuxième étape suivant la signature d’une convention entre mon centre de recherche à Lyon et l’Institut national de la jeunesse et des sports (INJS) de Libreville. Une ...
Lire l'article
CAN: “Nous avons le dos au mur”, affirme Gerets à propos du Maroc
Le sélectionneur belge du Maroc Eric Gerets a rappelé jeudi que les Lions de l'Atlas avaient "le dos au mur" après la défaite contre la Tunisie tout en se montrant "confiant" dans ses joueurs avant la rencontre contre le Gabon lors de la 2e journée du groupe C de la CAN-2012. Lors de la conférence de presse, il a aussi ironisé sur la pression mais estimé qu'il reconnu qu'il jouait "le tournoi le plus important de sa carrière d'entraîneur". Q: Que est votre état d'esprit avant la rencontre capitale contre le Gabon? R: On sait que nous avons le dos au mur. On ...
Lire l'article
Le président du CLR, Jean Boniface Assélé a animé une conférence de presse en milieu de semaine afin d’expliquer la position de son parti à l’orée des élections législatives de décembre prochain. Confiant de ce que son parti politique le CLR (Centre des Libéraux réformateurs), membre de la Majorité Républicaine, fera bonne figure lors des législatives, le président Jean boniface Assélé a fait le point de la situation politique actuelle avant de réaffirmer l’engagement de sa formation politique à soutenir l’action du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba. Trois questions essentielles ont constitué la trame de cette conférence de presse à ...
Lire l'article
Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) a décidé de s'impliquer, en tant que partenaire au développement, dans la formation des instituteurs au Gabon, a appris l'AGP. L'organisation onusienne entend contribuer notamment aux efforts des autorités gabonaises en vue de l'amélioration de la qualité de l'éducation, par le renforcement des capacités pédagogiques des enseignants sur l'utilisation des approches novatrices et éprouvées. "Bien appliquées dans les salles de classe, ces approches devraient améliorer nettement le rendement scolaire des enfants", a affirmé la représentante sous-régionale de l'UNICEF, Mme Béatrice Wakimunu, à l'ouverture, lundi à Libreville, d'un atelier destiné à valider les référentiels de ...
Lire l'article
Islam : « Nous avons voulu sortir du cadre exclusif de construction de mosquées», Mohalim Osseny, Président du Conseil Supérieur des Affaires Islamiques du Gabon Présidant la clôture des travaux des « Journées de solidarité musulmane », tenues à la mosquée Hassan II de Libreville, les 21 et 22 mars, le Président du Conseil Supérieur des Affaires Islamiques du Gabon (CSAIG), Mohalim Osseny, a déclaré, à la faveur d’une interview qu’il a bien voulu accorder à GABONEWS, que la communauté musulmane qu’il dirige entend désormais sortir du cadre exclusif de construction de mosquées via la variation et la diversification ...
Lire l'article
Le président de l’Union Nationale (UN, opposition), Zacharie Myboto, au sortir de la rencontre qui a réuni mercredi, dans un hôtel de Libreville, le Chef de l’Etat Français, Nicolas Sarkozy, et les formations politiques de l’opposition, a déclaré à GABONEWS que « la pratique démocratique » au Gabon a figuré en bonne place dans leurs échanges. « Cela a été des échanges très fructueux et nous en sortons absolument ravis. Nous nous sommes parlés très franchement, et cela a été une très bonne rencontre», a déclaré M. Myboto en compagnie notamment de Jean Eyeghé Ndong, ancien premier ministre, autre membre ...
Lire l'article
Stade National de Tundavala, Lubango,(GABONEWS) - A l’issue de la victoire (1-0) des Panthères du Gabon sur les Lions Indomptables du Cameroun, ce mercredi soir, en phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), à Lubango, en Angola, l’entraîneur de l’équipe gabonaise, Alain Giresse, a estimé, lors d’une conférence de presse que « Nous avons simplement gagné un match qu’on a voulu gagner » en se refusant d’être « euphorique ». « Nous savions que cette rencontre devait être difficile. Nous avons été persévérants dans nos efforts, organisés, avec la réussite: les 3 points contre le Cameroun », ...
Lire l'article
MOUILA (AGP) – Le secrétaire national du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) chargé des questions de liberté et des institutions, Sébastien Mamboundou Mouyama a déclaré dimanche à Mouila que cette formation politique se doit de reconquérir les places qu’elle a perdu dans certaines circonscriptions électorales, à l’issue du scrutin présidentiel du 30 août dernier. ‘’Nous avons beaucoup pêché dans certaines localités où le parti a obtenu moins des voix qu’il en fallait (…), nous devons reprendre nos places que nous avons perdu’’ a affirmé M. Mamboundou Mouyama. Se projetant sur les échéances législatives prochaines de 2011, M. Mamboundou Mouyama a demandé ...
Lire l'article
Jean Paul Neyer Anguilé, Secrétaire Général de l’Association Amitié Gabon–Chine, dans une interview accordée à GABONEWS, a déclaré que ce groupe venait appuyer la coopération entre les deux pays qui célèbrent ce lundi 20 avril, le 35ème anniversaire de l’établissement de leurs relations diplomatiques. GABONEWS (GN): - Quel est le but de votre association ? Jean-Paul Neyer Anguilé (JPNA): - Comme son nom l’indique, l’Association Amitié Gabon–Chine a pour but de promouvoir l’amitié entre les peuples gabonais et chinois GN: - Quelle est sa portée ? JPNA: - « Nous ne pouvons pas parler en tant que tel de portée. Disons que l’association a ...
Lire l'article
Le premier ministre, président d’honneur de l’Association des étudiants et jeunes diplômés du 2ème arrondissement (Elitis), Jean Eyeghe Ndong, a récompensé ce samedi au cours d’une cérémonie tenue à l’Ancienne Sobraga, les nouveaux bacheliers de sa circonscription politique. En effet, c’est en présence des élus locaux de la circonscription, des parents et amis que s’est déroulée cette cérémonie. Des attestations, des cadeaux, des félicitations et des encouragements ont été adressés aux 96 bacheliers session 2008 du 2ème arrondissement par le premier ministre et les élus locaux. Selon le recensement effectué par les membres de l’Elitis, l’arrondissement compte 28 bacheliers dans l’Enseignement technique et ...
Lire l'article
Centre de Recherche et d’Innovation sur le Sport: “Nous avons lancé des enquêtes d’impact socio-économique de la CAN”
CAN: “Nous avons le dos au mur”, affirme Gerets à propos du Maroc
« Il n’y a pas que le PDG, dans la Majorité Républicaine, nous allons nous battre afin d’exister du mieux que nous pouvons », Assélé
L’UNICEF s’implique dans la formation des instituteurs gabonais
Islam : « Nous avons voulu sortir du cadre exclusif de construction de mosquées»
« Nous avons parlé – avec Nicolas Sarkozy- des problèmes (…) qui concernent la pratique démocratique», Zacharie Myboto
Gabon: « Nous avons simplement gagné un match qu’on a voulu gagner », (Alain Giresse)
Ngounié/Présidentielle : ’’Nous devons reprendre nos places que nous avons perdu’’ (Mamboundou Mouyama)
Gabon: « Nous sommes un groupe d’appui à la coopération entre nos deux pays » (Jean Paul Neyer Anguilé, Secrétaire Général de l’Association d’Amitié Gabon
Gabon: Jean Eyeghé Ndong récompense 96 nouveaux bacheliers de sa circonscription politique


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 24 Sep 2010
Catégorie(s): Education
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*