Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le Parc national de Waka doit-il changer de nom?

Auteur/Source: · Date: 5 Oct 2010
Catégorie(s): Environnement

(Par Ladislas Demaison NDEMBET)

Le parc national de waka doit-il changer de nom? En tout cas, les populations habitant dans sa périphérie le souhaitent parce qu’elles ne se reconnaissent pas dans l’appellation actuelle qui aurait été tirée du nom d’un cours d’eau arrosant la contrée.

A l’occasion d’un atelier de cartographie participative en trois dimensions qui s’est déroulé du 22 septembre au 3 octobre à Fougamou, chef-lieu du département de Tsamba Magostsi, dans le sud du Gabon, les pygmées Babongo et les Tsoghos, riverains du parc, ont indiqué ne pas avoir connaissance de l’existence, dans ces lointaines contrées, d’un cours d’eau dénommé Waka.

Ils ont déploré le fait de n’avoir jamais été consultées par les autorités ayant pris la décision de créer le parc national de Waka, l’une des 13 aires protégées représentant 11% du territoire nationale, mises en place au Gabon, pays situé dans le massif forestier du bassin du Congo, 2ème,poumon vert de la planète, après l’Amazonie.

Les Pygmées Babongo en veulent particulièrement aux exploitants forestiers installés dans la région parce qu’ils n’emploient pas la main d’oeuvre locale et n’assistent les populations ni sur le plan de l’éducation ni sur le plan sanitaire.

Ils ont attiré l’attention des autorités et des défenseurs de la nature sur les dégâts causés dans leurs plantations par les éléphants et les singes mandrills, des animaux interdits de chasse. “Qu’allons-nous devenir si cela continue?” s’est interrogé Jean-Pierre Ekia du village Ozimba, dans le district d’Ikobey.

Une maquette représentant une partie de l’espace Nord du Parc national de Waka a été élaborée par les populations Tsoghos et Pygmées, installées dans la périphérie de cet espace protégé. L’ébauche a été présentée aux autorités, le 3 octobre dernier à Fougamou, à la clôture d’un atelier portant sur la cartographie participative en trois dimensions.

La maquette qui porte sur une superficie de 288m2 (24km de long et 12km de large), donne aperçu de la forêt d’Ikobey habitée par les populations autochtones. Elle a été conçue grâce à la connaissance qu’ont les Tsogho et les Pygmées Babongo de leur milieu naturel.

Les populations autochtones ont situé sur la maquette une roche mystérieuse appelée “Enongué”, les cours d’eau de la région, les villages, les lieux sacrés, les cimetières, les forêts primaires et secondaires, les plantations, les endroits de pêche et de chasse ainsi que les voies de communication reliant les différentes localités de la région.

La cartographie participative est une méthode qui entre dans le cadre de la conservation de la nature et la bonne gestion des ressources naturelles ainsi que des actions en faveur du développement durable, a expliqué Mme Hindou Oumarou Ibrahim, une déléguée venue du Tchad, représentante des délégations étrangères.

La cartographie permet aux communautés autochtones de produire des supports qui serviront comme outils de communication, de dialogue et de négociations pour une prise en compte de leurs droits et de leurs intérêts dans le processus législatif et politique de gestion des ressources naturelles, a-t-elle ajouté.

La cartographie des différents sites situés autour du parc national de Waka a été rendu possible grâce à plusieurs partenaires tels que l’Agence nationale des Parcs nationaux, les ONGs WCS, Brainforest (Gabon), la Fondation Rainforest (Angleterre), le Comité de coordination des peuples autochtones d’Afrique centrale (IPACC), le Comité d’Appui Technique (CTA), le Ministère gabonais des Eaux et Forêts, en collaboration avec le Programme pour l’Environnement en Afrique centrale (CARPE) et le Fonds mondial pour la nature (WWF).

Toute la maquette n’a malheureusement pas été présentée en raison de l’absence d’une partie des populations qui n’ont pu être déplacées à cause d’un pont défectueux au village Tchibanga.
 


SUR LE MÊME SUJET
Le du Parc national de Mayumba enregistrent depuis plusieurs mois dans la partie continentale des cadavres de plusieurs espèces animales dont les causes de décès restent encore inconnues, a appris par correspondance l’AGP ce jeudi à Mouila, capitale provinciale de la Ngounié (au sud du Gabon). Parmi les espèces retrouvées, on note des sitatungas, des tortues marines, et un buffle. L’information a été révélée ce jeudi par le président de l’ONG Nyanga-Tour, Jean Nestor Pama, en campagne de sensibilisation dans les localités jouxtant ce parc national marin. La découverte des cadavres a été faite par une équipe spécialisée dans la recherche ...
Lire l'article
L’Organisation non gouvernementale (ONG) dénommée ‘’Elik-Minkebe’’, basée à Libreville, a installé une antenne à Minvoul, chef-lieu du département du Haut-Ntem, dans la province du Woleu-Ntem, dans le nord du Gabon, afin d’apporter son aide dans la protection du parc national de Minkébé. Situé à cheval entre les provinces du Woleu-Ntem (nord) et de l’Ogooué-Ivindo (nord-est), le parc national de Minkébé, est livré à une exploitation illicite de l’or et au braconnage. ‘’Cette antenne répond à la nécessité de défendre le patrimoine écologique du parc national de Minkébé, victime d’une exploitation abusive de l’or et au braconnage’’, a déclaré le président de ...
Lire l'article
La création du parc national des Monts Birougou qui s’étend sur les provinces de la Ngounié (sud) et de l’Ogooué-Lolo (sud-est), a entraîné un certain essor des villages environnants qui disposent désormais de l’électricité produite par l’énergie solaire. Grâce au parc, les dispensaires situés dans ces lointaines contrées sont régulièrement approvisionnés en médicaments alors que les axes routiers bénéficient également d’un entretien régulier. Mais les populations se plaignent de n’avoir jamais été consultées lors de la création du parc et souhaitent que ses limites soient repoussées afin de pouvoir disposer de plus d’espace pour leurs activités de chasse, de pêche et ...
Lire l'article
Le Centre d’action pour le développement durable et environnemental (CADDE), une organisation non gouvernementale (ONG) a lancé, conjointement avec des pêcheurs nigérians du village Moka, un projet pour la gestion concertée de la mangrove du parc national d’Akanda, une aire protégée située dans le département du Cap Estérias, au nord de Libreville, la capitale gabonaise. Le secrétaire exécutif de l’ONG, Constant Allogho Aubame, a indiqué que le CADDE va lutter contre la coupe intensive de la mangrove, un écosystème où se reproduisent les poissons et les crustacés, utilisé comme combustible par les pêcheurs nigérians du village de Moka pour fumer ...
Lire l'article
Les populations autochtones du Haut-Ntem, à Minvoul où se situe le parc national de Minkébé, l’un des treize (13) parcs que compte le Gabon qui subit actuellement une exploitation anarchique de ses richesses minières par des personnes étrangères du coin, tirent la sonnette d’alarme en direction du gouvernement pour mettre fin à ces pratiques. Située dans le bassin du Congo et riche en biodiversité, la forêt de Minkébé se trouve aujourd’hui en mal, selon les ressortissants du Haut-Ntem à Minvoul qui se sont retrouvés récemment pour faire le point sur la situation qui prévaut actuellement dans leur département. Ils dénoncent ...
Lire l'article
Les ressources halieutiques font l’objet d’un véritable pillage dans le parc national d’Akanda, une aire protégée située dans le nord de Libreville. Des pêcheurs de nationalité nigériane sont particulièrement incriminés, qui pratiquent une pêche illégale intense dans le parc, un des treize sites classés au Gabon pour préserver la biodiversité. Au cours d’une mission de lutte anti-braconnage, le 11 novembre dernier, le conservateur du parc, Jean Jacques Panga, et son équipe ont saisi 50 kg de poisson sur des pêcheurs nigérians. ‘’Les Nigérians étaient à bord d’une vingtaine d’embarcations et pêchaient avec des filets non règlementaires’’, a indiqué M. ...
Lire l'article
La production d'une cartographie situant les zones de fréquentation et d'habitation des populations rurales est au centre d'un séminaire de sensibilisation à grande échelle pour la protection de l'environnement dans les zones de conservation des ressources, ouvert jeudi dernier dans la commune de Fougamou, chef-lieu du département de Tsamba-Magotsi, dans la province de la Ngounié (sud). La réunion de douze jours (23 septembre au 4 octobre) a été organisée à l'intention des populations rurales par l'Agence nationale des Parcs nationaux (ANPN), les ONG Brainforest et Wildlife conservation society (WCS), afin de permettre aux populations vivant et menant leurs activités dans des ...
Lire l'article
L’ONG américaine Wildlife conservation society (WCS) très active dans le domaine de la conservation de la nature, a repris lundi dernier ses activités au parc national des Monts Birougou à Mbigou dans la province de la Ngounié après plusieurs années d’interruption, rapporte mercredi l’AGP. La reprise des activités du WCS en partenariat avec l’ONG locale Muyissi environnement a débuté par une campagne de sensibilisation dans les villages jouxtant le parc. Cette campagne est menée par le nouveau chef de projet de cet organisme à Mbigou, Yves-Eric Moubangou Pangou. Pour cette première mission, le chef de projet WCS qui s’est ainsi attaché les services ...
Lire l'article
Les acteurs de la conservation des parcs nationaux, notamment ceux de Waka et des Monts Birougou ont assisté jeudi à l’ouverture par le directeur technique de l’Agence nationale des parcs nationaux, John Michael Fay, à un atelier portant sur la mise en place d’un Plan de travail annuel (PTA) des Parcs nationaux, rapporte l’Agence de presse gabonaise (AGP). « Les « Défis et enjeux de gestion » des deux parcs par le conservateur de celui des Monts de Birougou, Daniel Nzame et celui de Waka par son conservateur, Benoît Nziengui. Le Parc national des Monts Birougou (PNMB), objet de la première ...
Lire l'article
Décès non élucidés de plusieurs animaux dans le Parc national de Mayumba
Une ONG s’implique dans la protection du parc national de Minkébé
L’impact controversé du parc national des Monts Birougou
Un projet de sauvegarde de la mangrove dans un parc national au nord de Libreville
L’exploitation anarchique des richesses du parc de Minkébé préoccupe les autochtones
Pillage des ressources halieutiques dans le parc national d’Akanda
Elaboration d’une cartographie sur les populations rurales jouxtant le parc de la Waka
Le WCS reprend ses activités au Parc national des Monts Birougou à Mbigou
Le Plan de travail annuel des parcs nationaux de Waka et Birougou au cours d’un séminaire à Mouila
Bongo Doit Partir


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 5 Oct 2010
Catégorie(s): Environnement
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*