Socialisez

FacebookTwitterRSS

Sortie de crise en vue dans le secteur de l’éducation au Gabon (Par Lucien Minko)

Auteur/Source: · Date: 14 Oct 2010
Catégorie(s): Education,Société

La sortie de crise est en vue dans le secteur de l’éducation au Gabon, perturbé par la grève déclenchée samedi 2 octobre dernier, à deux jours de la rentrée scolaire 2010-2011, par la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED), rejoint par le Syndicat des enseignants contractuels de l’Etat gabonais (SECEG).

Le puissant syndicat des enseignants avait préparé, pour cette rentrée scolaire, une véritable “bombe”, qui est en train d’être désamorcée petit à petit par le gouvernement. L’incorporation dans la fonction publique des enseignants qui étaient en attente d’intégration est une avancée significative réalisée par les pouvoirs publics.

Les 889 instituteurs et les 219 professeurs adjoints concernés devraient percevoir leurs premiers salaires sous forme de bons de caisse le 25 octobre prochain, a annoncé le gouvernement mercredi. La satisfaction des autres revendications contenues dans le protocole signé avec la CONASYSED en mai dernier est cependant loin d’être une sinécure.

Si le paiement de la prime d’incitation à la fonction enseignante (PIF) et des rappels de soldes sont des exigences à la portée du gouvernement, l’octroi des parcelles à tous les enseignants s’avère, en revanche, une revendication autrement plus difficile à satisfaire, au regard du nombre des demandeurs.

Mercredi, à l’occasion d’une visite au Lycée Nelson Mandela, le président Ali Bongo Ondimba, a invité “le gouvernement et l’ensemble des partenaires sociaux du monde de l’éducation (écoles, collèges, lycées, universités, instituts de recherche), à privilégier le dialogue franc et sincère pour la mise en œuvre efficace d’une politique éducative ambitieuse, porteuse d’espoir pour notre jeunesse”.

C’est la première fois que le chef de l’Etat s’implique dans la crise qui mine le secteur de l’éducation, afin d’apaiser la tension qui prévaut dans le secteur et d’y ramener la sérénité, dans l’intérêt supérieur de la nation, pour que ne soit pas sacrifié sur l’autel des revendications matérielles l’avenir d’une jeunesse qui représente le futur du pays.

Les pouvoirs publics ne sont cependant pas au bout de leurs peines, qui doivent également se préoccuper de résoudre les problèmes des enseignants expatriés. Ces derniers, qui représentent 98% du corps enseignant dans les matières scientifiques (mathématiques, physique-chimie, biologie..), sont également entrés en grève pour réclamer une amélioration de leurs conditions matérielles.

Toutefois, la grève déclenchée cette année par la CONASYSED est loin d’avoir la même ampleur et la même rigueur que le mouvement initié par le même syndicat le jour de la rentrée scolaire 2008-2009 qui avait paralysé le système éducatif national plus de six mois durant.

Au cours d’une assemblée générale, samedi 9 octobre dernier, la CONASYSED a mis un bémol à son mouvement en instituant un service minimum de six jours, du lundi 11 au samedi 16 au octobre, au cours duquel les cours seront dispensés de 8h00 à 10h00 dans les établissements du premier degré et de 7h30 à 9h30 dans le second degré.

En outre, dans plusieurs établissements du pays sinon tous, le mot d’ordre du syndicat est peu ou pas du tout suivi. C’est ainsi que les cours se déroulent normalement dans bon nombre d’entre eux, à l’instar du lycée technique de Ntoum, chef-lieu du département du Komo-Mondah, à une quarantaine de km de Libreville.

Le ministre de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, le Pr. Léon Nzouba, s’est rendu sur place pour assister à la rentrée dans cet établissement qui a démarré ses activités cette année, avec un effectif de quelque 450 élèves.
A l’école publique du Cap Estérias, localité à 25 km au nord de Libreville, les cours se déroulent aussi normalement. Tous les enseignants sont à leurs postes. Tout comme à l’école publique du premier campement, dans le même département du Cap Estérias.

“Les cours se déroulent normalement dans notre établissement. Il n’y a pas de place ici pour le service minimum. Nos enseignants ne sont pas syndiqués”, a indiqué le directeur de l’école.

Au lycée public Lubin Martial Ntoutoume Obame de Ntoum, où les cours ont démarré une semaine après la rentrée officielle le 4 octobre, la CONASYSED a saisi le proviseur de l’établissement, Placide Ebet Békalé, d’une note circulaire invitant les enseignants à observer le service minimum, de 7h30 à 9h00.

Le censeur du lycée, Jean de Dieu Ikouakangoye, a affirmé que les cours se déroulement normalement de la 6ème en terminale, malgré le mouvement de grève de la CONASYSED. “Chaque élève a reçu son emploi du temps, tout comme les enseignants. Certains sont en classe au moment où nous parlons”, a-t-il dit, soulignant que “c’est la preuve que les cours ont bel et bien démarré”.

Au cours d’une conférence de presse, lundi dernier, le ministre de l’éducation nationale Séraphin Moundounga a estimé que la grève de la CONASYSED se déroule “dans les esprits, pas sur le terrain”. Selon lui, 93% d’enseignants ont repris les cours et ceux qui sont absents ne sont que des cas isolés.


SUR LE MÊME SUJET
Le fou n'est pas l'homme qui a perdu la raison. Le fou est celui qui a tout perdu, excepté la raison. Cette assertion de Gilbert Keith Chesterton a l’avantage de nous avertir qu’en parlant de folie, plus génériquement des maladies mentales, nous pénétrons dans un univers fort complexe. Un monde de l’absurde. Non pas l’absurde au sens que le concevait Albert Camus. Où ‘’l’acte gratuit’’ est la manifestation d’un état second inexplicable. Mais d’une absurdité faite d’élucubrations cliniquement justifiables et compréhensibles. Pour comprendre pourquoi le ‘’fou’’ est celui qui a tout perdu sauf la raison, il faut recourir à une ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais et l’Organisation nationale des employés du secteur pétrolier (ONEP), principal syndicat de ce secteur, s’acheminent vers une sortie de crise, à l’issue des discussions lundi entre les deux parties à la Primature, a constaté l’AGP. Cette rencontre a porté sur le point des avancées réalisées dans la plateforme revendicative déposée par l’ONEP sur la table du gouvernement. Il s’est agit en réalité d’examiner les points ayant trouvé satisfactions et ceux encore en suspend. On rappelle que le cahier de charge de l’ONEP tient en neuf points, entre autre, la modification de certaines dispositions du code du travail, la renégociation des ...
Lire l'article
Le positionnement actuel du leader du Rassemblement pour le Gabon (RPG) pose problème à ses anciens alliés pendant la période de l’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009. Candidat à ce scrutin, Mba Abessole s’est désisté à la deuxième semaine de la campagne électorale de quinze jours, en faveur du candidat indépendant André Mba Obame. La côte de popularité de l’ancien ministre de l’intérieur montait alors crescendo grâce à sa télévision privée TV+. D’où les ralliements en sa faveur, à quelques jours du scrutin. En s’alignant derrière Mba Obame, le Premier ministre démissionnaire Jean Eyéghé Ndong, l’ancien ministre des mines ...
Lire l'article
Face aux nouvelles tensions naissantes dans le secteur de l’Education nationale, suite au suivi défaillant des recommandations de janvier dernier, le gouvernement a procédé le 26 février dernier à l’installation des deux commissions tripartites chargées de faire appliquer les réformes administratives et financières du secteur de l' éducation. La grève record du secteur de l’Education nationale avait trouvé une issue le 13 janvier dernier avec la signature d’un protocole d’accord pour l’octroi de primes et l’accélération de la régularisation administrative et financière des dossiers des enseignants. Le mécontentement des enseignants gabonais qui soufflait depuis quelques jours sur les braises encore ...
Lire l'article
Les Enseignants réunis au sein de la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (CONASYSED) et le gouvernement gabonais ont procédé ce mardi à la présidence de la République, à la signature d’un protocole d’accords de sortie crise, dans ce secteur qui connaît des soubresauts depuis plus de trois mois. Cette signature, qui fait suite à la rencontre qui a eu lieu lundi entre le premier ministre Jean Eyeghé Ndong, son gouvernement et la CONASYSED, a eu lieu en présence du président de la République Omar Bongo Ondimba, garant des institutions. Ces accords permettent ainsi à terme, entre autres, l’amélioration ...
Lire l'article
Les Enseignants réunis au sein de la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (CONASYSED) et le gouvernement gabonais ont procédé ce mardi à la présidence de la République, à la signature d’un protocole d’accords de sortie crise, dans ce secteur qui connaît des soubresauts depuis plus de trois mois. Cette signature, qui fait suite à la rencontre qui a eu lieu lundi entre le premier ministre Jean Eyeghé Ndong, son gouvernement et la CONASYSED, a eu lieu en présence du président de la République Omar Bongo Ondimba, garant des institutions. Ces accords permettent ainsi à terme, entre autres, l’amélioration ...
Lire l'article
Les enseignants adhérant à la Convention nationale des syndicats du secteur de l'éducation (CONASYSED), réunis pour la énième fois en Assemblée générale, samedi à Libreville, ont décidé de maintenir leur grève pour la cinquième semaine consécutive. Selon eux, étant donné qu'aucune avancée n'a été enregistrée durant les quatre réunions de conciliation entre octobre et novembre, les enseignants grévistes considèrent que le climat de confrontation qui prévaut entre les deux parties (gouvernement et enseignants grévistes) fait que les négociations relèvent d’un dialogue de sourds. Ainsi, la CONASYSED accuse le gouvernement d'avoir bloqué les négociations et dit ne pas être pas responsable d'une ...
Lire l'article
La Convention nationale des syndicats du secteur de l'éducation (CONASYSED), réunis mercredi en assemblée générale, a demandé un chronogramme des négociations avant la suspension du mouvement de grève. Comme elle l'avait souhaité, la CONASYSED a été reçu en audience, mardi dernier par le chef de l'Etat, Omar Bongo Ondimba qui leur avait demandé de suspendre la grève et de reprendre le chemin des cours. De même, le président de la République a ordonné au gouvernement de doubler l'enveloppe devant permettre le paiement des rappels des enseignants. Cette enveloppe passe donc de 2,5 milliards francs CFA à 5 milliards francs CFA. Une somme ...
Lire l'article
Les négociations qui ont repris lundi entre le gouvernement et la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (CONASYSED) à Libreville ont à nouveau abouti sur du surplace au point que la grève reste d’actualité, a-t-on appris mardi. Le premier ministre, Jean Eyeghe Ndong, a demandé à la CONASYSED de lever le mouvement de grève en attendant que les solutions soient trouvées. Proposition qui a été rejetée par les membres de la CONASYSED qui réclament au gouvernement l'harmonisation des salaires des enseignants recrutés avant et après 1991 et la régulation des situations administratives. M. Jean Eyeghé Ndong a déploré ...
Lire l'article
Le Conseil des ministres gabonais a annoncé mardi à Libreville la création d'une commission chargée d’examiner les revendications de la confédération nationale des syndicats du secteur de l'éducation nationale. Cette commission, présidée par le premier ministre aura notamment pour mission de proposer l'harmonisation des salaires des enseignants recrutés avant et après 1991, l 'examen des dossiers de recrutement, d'intégration, de titularisation, de confirmation, de reclassement et de rappels des enseignants et autres personnels du secteur éducation. La commission examinera également les autres questions destinées à l'amélioration, des conditions de vie et de travail des enseignants et des autres personnels du ...
Lire l'article
Dans l’univers de la démence (Par Lucien Minko Messi)
Vers une décrispation de la crise dans le secteur pétrolier au Gabon
Alliances politiques : Paul Mba Abessole est un fin stratège politique (Par Lucien MINKO)
Gabon : Le gouvernement étouffe dans l’œuf une nouvelle crise de l’Education
Gabon: Le Gouvernement Gabonais et la CONASYSED signent un protocole d’accords de sortie de crise à l’éducation nationale
Gabon: Le Gouvernement Gabonais et la CONASYSED signent un protocole d’accords de sortie de crise à l’éducation nationale
Gabon: Crise à l’Education: les enseignants grévistes campent sur leur position
Gabon: Crise à l’Education: la CONASYSED veut un chronogramme avant de lever la grève
Gabon: 5ème round des rencontres Gouvernement-CONASYSED: pas toujours de solutions de sortie de crise
Gabon: Revendications syndicales: mise en place d’une Commission chargée d’étudier les solutions de sortie de crise

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Oct 2010
Catégorie(s): Education,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*