Socialisez

FacebookTwitterRSS

394 milliards FCFA pour le développement du palmier à huile au Gabon

Auteur/Source: · Date: 16 Oct 2010
Catégorie(s): Développement,Economie

Le gouvernement gabonais vient de signer avec le Groupe singapourien Olam un contrat de près de 394 milliards de francs CFA pour le développement de la culture du palmier à huile, annonce un communiqué du Groupe publié samedi à Libreville.

“A l’horizon 2014, quelque 200.000 hectares de palmiers à huile auront été plantés pour une production annuelle prévisionnelle de un million de tonnes d’huile de palme”, indique le communiqué dont la PANA a reçu une copie

Le directeur général de Gabon Advance, filiale gabonaise de Olam International Limited, M. Gagan Gupta, souligne dans ce communiqué que “30 pc des plantations appartiennent aux Gabonais et qu’Olam garantit l’achat des produits chimiques pour encourager les entrepreneurs gabonais”.

Le Gabon, qui veut devenir le premier producteur africain d’huile de palme, va se lancer, dès ce mois d’octobre, dans l’augmentation des plantations de palmiers à huile sur des centaines de milliers de kilomètres carrés, indique- t-on.

La première phase du projet concerne le début de la plantation en octobre de 50.000 hectares de palmeraies dans la région de Lambaréné (centre).

Cette première phase va nécessiter un investissement de l’ordre de 98 milliards de FCFA, soit 200 millions de dollars américains, et devrait créer 700 emplois directs et 21.000 emplois indirects, selon le communiqué.

La seconde phase du projet, qui débutera en 2013, concernera la plantation de 150.000 hectares de palmiers à huile entre les villes de Tchibanga et Mayumba pour 295 milliards de francs CFA, soit 600 millions de dollars américains, avec 40.000 emplois à créer.

Le Nigeria est actuellement le premier pays producteur africain d’huile de palme avec une moyenne annuelle de 600.000 tonnes.


SUR LE MÊME SUJET
La Gabon veut devenir le premier producteur africain d’huile de palme
Le Gabon ambitionne de devenir le premier producteur africain d'huile de palme d'ici 2017, a appris l'AFP lundi lors d'une visite du président gabonais Ali Bongo dans les pépinières de palmeraies dans la région de Kango, à 60 km au sud-est de Libreville. "Avec 200.000 hectares" en 2017 "le Gabon sera le premier producteur (d'huile de palme) d'Afrique", a délaré Shyan Ponnapa, directeur général du projet, ajoutant qu'une usine de fabrication d'huile de palme d'une capacité de production d'un million de tonnes par an devrait voir le jour en 2012. Le président Bongo a visité lundi les 5.000 hectares de pépinières de ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a débloqué 15 090.240.00 FCFA pour payer la Prime d’incitative à la fonction enseignante (PIFE) au titre de l’année 2011, a annoncé mercredi à Libreville le ministère du Budget, des comptes publics (…), dans un communiqué dont copie est parvenue à l’AGP. Selon le communiqué, seuls les enseignants affectés aux ministères des Affaires sociales, de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Jeunesse et sports ont droit à la PIFE. Sur 19321 enseignants tous départements ministériels confondus recensés, 14.688 ont été jugés éligibles à la PIFE par le ministère du Budget, qui a rejeté ...
Lire l'article
Le géant indien Tata Chemicals a fait part de son intention de participer, avec la multinationale Singapourienne Olam international limited, au projet de construction d’une usine d’engrais dans la zone franche de l’Ile Mandji, au nord de Port-Gentil, la capitale économique du Gabon, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Maritime (ouest). Le groupe indien compte injecter près de 130 milliards de FCFA pour acquérir 25% du capital de la coentreprise entre Olam, dont la part va passer de 80 à 62,9% et le gouvernement gabonais, dont la participation tombera de 20 à 12%. L’intérêt du groupe indien, troisième producteur ...
Lire l'article
Une deuxième usine d’huile de palme d'une capacité d'un million de tonnes par an, entrera en fonction au Gabon en 2014, à la suite de celle de la Société d’investissement pour l’agriculture tropicale (SIAT GABON) située à Makouké dans la province du Moyen-Ogooué (centre), a appris mercredi l’AGP. Implantée à Kango à une centaine de km au sud de Libreville, l’usine, propriété de la société Olam Palm Gabon, filiale du groupe singapourien Olam international, traitera toute la production provenant de la palmeraie locale qui s’étend sur une superficie de près de 8000 hectares. La période d’avril à septembre 2011 sera consacrée ...
Lire l'article
Le groupe singapourien OLAM va exécuter au Gabon un projet industriel de développement de 300.000 ha de palmiers à huile, a appris l’AGP vendredi à Libreville. 50.000 hectares de palmeraies doivent être plantés dans la région de Lambaréné, chef-lieu de la province du Moyen-Ogooué, dans le centre du Gabon, dans le cadre de la première phase du projet qui démarre en octobre prochain. Une production annuelle de 280.000 tonnes d’huile de palme est attendue au cours de cette première phase qui va créer 700 emplois directs et 21.000 indirects pour un investissement de l’ordre de 118 milliards de FCFA contre 295 ...
Lire l'article
Le Gabon qui voudrait se hisser en tête des pays producteurs d’huile de palme, va, dès ce mois d’octobre aménager de nouvelles plantations sur des centaines de milliers de kilomètres carrés. La première phase du projet concerne le début de la plantation en octobre de 50 000 hectares de palmeraies dans la région de Lambaréné (Centre du Gabon). Cette première phase va nécessiter un investissement de l’ordre de 98 milliards de francs CFA ( 200 millions de dollars US) et devrait créer 700 emplois directs et 21 000 emplois indirects, précise le communiqué. La seconde phase du projet qui débutera en 2013 ...
Lire l'article
La Banque africaine de développement (BAD) a accordé un prêt de 10 millions d'euros (6,5 milliards de FCFA) à la Société d'investissement pour l'agriculture tropicale (SIAT), afin de lui permettre d'étendre ses plantations d'hévéa. Multinationale belge, Siat Gabon dispose, pour le moment, d'une surface plantée de 11,610 ha d'hévéa, dont 5028 ha à Mitzic, 2094 ha à Bitam, 1988 ha à Kango et 2.500 ha de plantations villageoises. La société envisage de porter cette superficie à 4 100 ha d'hévéa nucléus à Bitam et Mitzic, dans le Woleu Ntem (nord) à raison de 500 ha par an, entre 2010 à 2016. Le projet ...
Lire l'article
Les experts de la banque mondiale, du secrétariat du NEPAD, du bureau régional de la FAO et de la CEEAC se sont concertés du 22 au 26 à Libreville sur l’établissement d’un fonds subsidiaire de 2 milliards de francs CFA. Ce fonds financé par la banque mondiale au profit de la CEEAC et de ses Etats membres est destiné à la mise en œuvre du Programme détaillé pour le développement de l’agriculture africaine (PDDAA). Une importante réunion technique s’est tenue du 22 au 26 février dernier au siège de la CEEAC à Libreville entre les délégués de la banque ...
Lire l'article
Les chenilles du palmier à huile, « Tsoumbi » en langue Nzebi du Gabon, est un aliment très appréciés par de nombreux connaisseurs à l’instar du jeune gabonais Ondo Emile, dont l’activité principale est l’extraction de ces chenilles dans les palmiers au Cap Estérias (Nord de Libreville). « Le Tsoumbi est très apprécié dans le Haut Ogooué et dans quelques autres provinces du pays. On peut les faire cuire de plusieurs manières: faire frire, puis les manger sans assaisonnement, dans la patte d’arachide, au chocolat ou même en paquet…», a déclaré Emile Ondo. Selon ce jeune homme, l’extraction de ces insectes ...
Lire l'article
Le ministre gabonais des Finances, Paul Toungui, son homologue des Travaux Publics, Flavien Nziengui Nzoundou, l’ambassadeur de France au Gabon, Jean Marc Simon ainsi que le directeur de l’Agence française de développement au Gabon, Eric Bollard, ont signé le 11 juillet dernier à Libreville deux conventions de financement d’un montant global de près de 30 milliards de francs CFA. La première convention concerne la réhabilitation de la route nationale 2 et la seconde constitue un fond d’expertise et de renforcement des capacités. Réunis le 11 juillet dernier au cabinet du ministre des Finances, Paul Toungui, les représentants français ont paraphé ...
Lire l'article
La Gabon veut devenir le premier producteur africain d’huile de palme
Le gouvernement gabonais débloque plus de 15 milliards de FCFA pour payer la PIFE
Le géant indien Tata Chemicals va injecter 130 milliards de FCFA dans la construction d’une usine de fabrication d’engrais au Gabon
Une seconde usine d’huile de palme au Gabon en 2014
Un groupe singapourien va exécuter un projet de développement du palmier à huile au Gabon
Gabon : Le Gabon voudrait se hisser en tête des pays africains producteurs d’huile de palme
6,5 milliards de FCFA de la BAD pour le développement de l’hévéaculture au Gabon
CEEAC : 2 milliards FCFA pour le développement de l’Agriculture
Gabon: Découverte / « Tsoumbi » ou les chenilles du palmier à huile très appréciées par de des connaisseurs
Gabon : 30 milliards de FCFA de la France pour le développement

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 16 Oct 2010
Catégorie(s): Développement,Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à 394 milliards FCFA pour le développement du palmier à huile au Gabon

  1. Bernard N I

    16 Oct 2010 a 10:08

    Bonjour,
    J’aimerais juste réagir à cet article: 394 milliards de fcfa pour le développement du palmier à huile au Gabon.
    Pour cela, je vous invite à consulter le site: notre-planete.info; il y a dans ce site un article du 18 décembre 2009 qui à pour titre: L’huile de palme que nous consommons détruit les forêts d’Asie du Sud-est. La Malaisie et L’Indonésie en sont les principales victimes; déforestations massives, appauvrissement des sols, pollutions et contributions au réchauffement climatique. Les conséquences pour l’environnement et l’écologie sont chaotiques. Il y a dans ce pays des ONG pour la préservation de l’environnement, que font-elles? Ne peut-on pas saisir des institutions internationales pour faire annuler de tels contrats?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*