Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Une opposition politique forte de deux grandes coalitions

Auteur/Source: · Date: 21 Oct 2010
Catégorie(s): Politique

Après la présidentielle, on la disait laminée. Mais l’opposition s’est pourtant reconstituée et soudée autour de deux coalitions. Les nouvelles alliances tiendront-elles jusqu’aux législatives de l’année prochaine ?

Amorcée pendant les manœuvres préélectorales de 2009, la bipolarisation de l’opposition s’est confirmée, ces derniers mois, par son regroupement autour de deux principaux blocs. D’une part, la Coalition des partis politiques pour l’alternance (CPPA), qui regroupe l’Union nationale (UN) de Zacharie Myboto et cinq autres partis gravitant autour d’elle, et, d’autre part, l’Alliance pour le changement et la restauration (ACR), constituée de sept partis, autour de l’Union du peuple gabonais (UPG) de Pierre Mamboundou.

Les deux blocs discutent sur les points qui les rapprochent, mais il n’a, contrairement à la rumeur persistante, jamais été question d’une éventuelle fusion. En coulisses, on explique que les négociateurs parlent de « stratégie commune à adopter en vue des législatives de 2011 ». Si le candidat d’un bloc est en situation de l’emporter, l’autre s’abstiendra de lui faire concurrence.

Le temps des promesses

Ce partage du territoire pourrait être fait en fonction des résultats obtenus dans les régions lors de la présidentielle. La CPPA s’engagerait notamment à ne pas faire de concurrence à l’ACR dans la Nyanga, la Ngounié et l’Ogooué-Maritime, qui ont massivement voté Mamboundou.

De son côté, l’UN se réserverait l’Estuaire et les régions du Nord, fiefs respectifs de Jean Eyéghé Ndong et d’André Mba Obame, ainsi que les circonscriptions remportées aux dernières municipales par l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD), l’ancien parti de Zacharie Myboto.

Au sein des principaux partis, personne ne doute de la victoire des forces de l’opposition aux prochaines législatives. Même si, au sein de l’UPG, le cas Pierre Mamboundou, 64 ans, suscite l’incertitude. Fondateur du parti en 1989, l’opposant classé deuxième à la présidentielle, avec 25,66 % des suffrages, n’est pas apparu en public depuis janvier 2010. Une rumeur persistante le dit malade. Il aurait même séjourné dans un grand hôpital parisien entre juillet et août.

Taboue il y a encore quelques mois, la question de sa succession se pose de plus en plus ouvertement et pourrait fragiliser le parti si son « indisponibilité » devait se prolonger. Pour l’instant, l’UPG, qui compte 7 députés et 91 conseillers municipaux et départementaux, entend bien améliorer son score en 2011.

Quant à l’UN, elle était « vouée à l’échec », selon ses contempteurs. Pour ces derniers, seul le rejet viscéral d’Ali Bongo Ondimba constituerait le ciment de cette entente contre-nature – ce que les principaux intéressés qualifient unanimement de « vision erronée ».

Têtes d’affiche de l’UN

Toujours est-il que, huit mois après sa création et contrairement aux prévisions, l’UN tient toujours la route. Ni les ego dits surdimensionnés de ses ténors ni les vieilles rancunes ou inimitiés ne l’ont fait imploser. Qu’est-ce qui fait donc tenir cet attelage d’anciens dignitaires en rupture de ban ? « C’est l’assurance que, ensemble, ils parviendront un jour à conquérir le pouvoir », soutient un journaliste proche de la coalition. À la vérité, pour éviter le choc des ambitions, dans une logique de partage des bénéfices avant l’heure, chacun des leaders de l’UN a choisi son itinéraire.

À commencer par le député et ancien ministre de l’Intérieur, André Mba Obame, arrivé troisième à la présidentielle, avec 25,33 % des suffrages : secrétaire permanent de l’UN, il est programmé pour être le futur candidat du parti à la prochaine échéance présidentielle. Deuxième grosse pointure, l’ancien Premier ministre Jean Eyéghé Ndong, qui pourrait revenir à la primature en cas de victoire aux législatives de 2011, dans le cadre d’une cohabitation encore inédite au Gabon, mais sérieusement envisagée à l’UN. « Si nous remportons une majorité de sièges, nous mettrons en place une plateforme gouvernementale avec les autres forces », confie-t-il prudemment.

Quant à Zacharie Myboto, en cas de victoire, il se verrait bien briguer le perchoir de l’Assemblée nationale. En réserviste, l’autre ex-Premier ministre, Casimir Oyé Mba, est tout aussi décidé à revenir dans le jeu, en dépit de son échec à reconquérir son siège de député de Ntoum (Estuaire) lors des législatives partielles de juin face à Julien Nkoghé Bekalé, actuel ministre des Mines.

Reste Bruno Ben Moubamba, le très médiatique activiste de 43 ans révélé peu avant la présidentielle et propulsé vice-président de l’UN en février. La trajectoire de celui-ci, résolu à jouer la « carte jeune », pourrait croiser celle de Mba Obame d’ici au prochain scrutin…

Hostilités de bonne guerre

En attendant, les leaders de l’opposition ne ratent aucune grande occasion pour se manifester. Ils ont notamment été reçus par le président français, Nicolas Sarkozy, en visite officielle au Gabon les 24 et 25 février 2010, et par le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, de passage à Libreville en juillet.

Chaque fois, le discours est sans concession. Ils déplorent, notamment, la « faillite » de la démocratie, « l’achat des consciences », la révision « illégale » des listes électorales. Ils exigent, entre autres, l’introduction de la biométrie, la révision du code électoral, le retour du scrutin à deux tours, un accès aux médias publics égal à celui des partis de la majorité…

Au quotidien, les opposants passent au crible l’action du gouvernement. Véhéments, leurs communiqués fustigent « l’amateurisme » de l’équipe dirigée par Paul Biyoghé Mba, et dénoncent le limogeage de tous les hauts cadres de l’administration soupçonnés d’être « proches de l’opposition ».

Le spectre des cavaliers seuls

Mais rien ne garantit que les plans de l’opposition se déroulent comme prévu. Les législatives partielles de juin ont montré que le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) est loin d’être mort. Il est d’ailleurs parvenu à attirer dans la majorité plusieurs partis, dont le Rassemblement pour le Gabon (RPG) de Paul Mba Abessole, pourtant ancré dans l’opposition lors de la présidentielle.

Par ailleurs, l’accord négocié entre les blocs ACR et CPPA ne fera pas que des heureux. Même privé de l’investiture de son parti, rien n’empêchera un mécontent de se présenter en indépendant dans une circonscription électorale où, conformément aux accords, sa formation politique aura choisi de ne pas présenter de candidat. Cette pratique, qui a longtemps miné le parti au pouvoir, pourrait bien contrarier les plans de l’opposition.
 


SUR LE MÊME SUJET
Quelques jours après avoir annoncé sa volonté de participer aux élections législatives du 17 décembre prochain, le secrétariat exécutif de l’Union du Peuple Gabonais (UPG, opposition), réuni le week-end écoulé a tenu à rassurer ses militants sur le bienfondé de cette décision. Expliquant cette décision, le secrétaire exécutif de l’UPG, Matthieu Mboumba a rassuré les militants de l’UPG. Il est hors de question de trahir la mémoire ou de brader l’héritage politique du Président, Pierre Mamboundou. « Bien au contraire, a-t-il souligné, cette décision permettra au parti de garder la tribune de l’Assemblée Nationale afin de continuer à faire entendre ...
Lire l'article
Le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, a décidé jeudi à Mouila, chef-lieu de la province de la Ngounié (sud) de fusionner l’Ecole nationale d’administration(ENA) et l’Institut de l’économie et des finances (IEF), deux grandes écoles supérieures du pays, à l’occasion d’une conférence de presse au terme du 8ème du conseil des ministres tenu à l’intérieur du pays. Selon le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, cette réforme vise de faire de ce pôle de formation le cadre par excellence de formation des grands commis de l’Etat. La future école sera implantée à Fougamou, une localité située dans la province de la ...
Lire l'article
La dernière trouvaille du Pouvoir illégitime d’Ali BONGO ONDIMBAAprès avoir décidé unilatéralement de réviser la Constitution de la République, dans l’unique optique de renforcer un pouvoir que les gabonais lui ont clairement refusé dans les urnes, Ali BONGO ONDIMBA vient de franchir un pallier supplémentaire sur l’échelle de la négativité politique, en ordonnant à la Cour constitutionnelle de fabriquer de vrais- faux procès verbaux de l’élection présidentielle du 30 août 2009, afin d’en inverser les résultats. Tripatouiller la loi fondamentale du pays, au mépris des engagements internationaux dûment ratifiés par le Gabon et du bon sens politique le plus élémentaire, ...
Lire l'article
Au terme de son séjour de quatre jours dans la province du Woleu-Ntem (nord), sanctionné par un Conseil des Ministres qu’il a présidé ce mercredi, le Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, a donné un aperçu de ce qui va constituer la trame des grandes « décisions » d’Oyem. Les actions annoncées par le Président de la République touchent essentiellement l’économie et le social ayant pour points culminants: l’électricité, la fibre optique, l’eau potable, la route, le foncier, le patrimoine immobilier de l’Etat et la protection de la veuve et de l’orphelin, entre autres. L’ENERGIE Le Chef de l’Etat a annoncé qu’après le ...
Lire l'article
L’opposition gabonaise, organisée autour des partis de la Coalition des partis politiques pour l’Alternance (CPPA, opposition) et de quelques partis de l’Alliance pour la restauration et le Changement (ACR, opposition), faute certainement d’activités pouvant les mettre sous les feux de l’action, ont encore opté de gagner la rue, ce samedi, à travers un meeting et une marche sur le ministère de l’Intérieur. OBJET AVOUE: RECLAMER L’APPLICATION DE LA BIOMETRIE Objet avoué de ce meeting et de cette marche, réclamer l’application de la biométrie dans la révision de la liste électorale, alors qu’ils ont, en leur temps, combattu cette idée émise par ...
Lire l'article
Le Président du Mouvement de Redressement National (MORENA, opposition), Luc Bengono Nsi, a déclaré mardi dernier à la Chambre de Commerce de Libreville, à l’occasion de la rentrée politique de son parti que « Pierre Mamboundou (Président de l’Union du peuple gabonais - UPG, opposition-) reste fidèle à son comportement », a constaté GABONEWS. D’emblée, cet ancien candidat malheureux à l’élection présidentielle du 30 août 2009, a réaffirmé sa solidarité à la Coalition des Partis Politiques pour l’Alternance (CPPA), regroupant six partis politiques dont le MORENA. C’est d’ailleurs, cette coalition qui est récemment montée au créneau pour dénoncer la rencontre de ...
Lire l'article
Suite au branle-bas né dans la classe politique gabonaise après la récente rencontre, à Paris (France), du président de l’Union du peuple gabonais (UPG, opposition), parti de l’Alliance pour le changement et la Restauration (ACR, opposition) et le président de la République Ali Bongo Ondimba, chef de file du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), l’ACR est monté au créneau ce jeudi pour « faire sa mise au point » et taire la guerre des communiqués qui en a découlé, a constaté GABONEWS. GABONEWS livre, in extenso, le communiqué rendu public ce jeudi, en après-midi, à Libreville, par le Secrétaire ...
Lire l'article
Serait-ce la fin annoncée des coalitions politiques ? Ce 21 janvier, ces groupements ont été sommés par la Cour constitutionnelle de se conformer à la loi relative au fonctionnement des partis politiques. Si ce rappel à l’ordre apparaît plus que normal, l’inquiétude des partis pourrait bien se confirmer dans le «chemin de croix» à parcourir pour se faire légalement reconnaître auprès du ministère de l’Intérieur. Formées sur le tas lors la dernière élection présidentielle, les coalitions politique ont été sommées ce 21 janvier de se conformer à la loi relative à au fonctionnement des partis politique. La Cour constitutionnelle leur ...
Lire l'article
Pour lire ce document en version PDF, cliquez ici. Dr. Daniel Mengara Coordonnateur et leader du BDP-Gabon Nouveau C'est à croire que l'opposition gabonaise n'a jamais voulu prendre le pouvoir dans un Gabon où le régime Bongo n'a plus rien à offrir de viable à la nation. L?élection du 27 novembre 2005 était, pour les pacifistes de tous bords, la seule occasion restante de pouvoir encore en finir avec la dictature bongoïste par des moyens révolutionnaires pacifiques, avec un minimum de dégâts mais avec la promesse d'un changement immédiat. Tout ce que cela demandait, c'était une opposition courageuse sachant véritablement ce qu'elle veut. L?opposition ...
Lire l'article
NOUS avons reçu hier un communiqué de presse émanant de Paul Okili Boyer, un opposant de 30 ans, vivant en exil depuis 20 ans sur le territoire français et plus précisément à Avignon. Dans cette déclaration datée du 5 juin 2003, l'ancien détenu politique annonce la fin de son combat contre le chef de l'Etat et donne raison aux choix politique du président Bongo. " Par le présent communiqué, je soussigné Paul Okili Boyer, ayant été de 1975 à 1983 détenu politique dans mon pays le Gabon pour des faits d'atteinte à la sûreté de l'Etat gabonais, et suivant cela avoir ...
Lire l'article
Politique / Opposition : Le secrétariat exécutif de l’UPG rassure ses militants
Vers une fusion de deux grandes écoles au Gabon
GABON : vers un bras de fer Opposition Politique contre Ali BONGO ONDIMBA pour le contrôle du Pouvoir… !?
Politique / Le séjour du Chef de l’Etat dans le Woleu-Ntem s’achève sur de Grandes annonces
Politique / Opposition: un meeting et une marche pour saboter le retour de Pierre Mamboundou?
Politique / « Pierre Mamboundou reste fidèle à son comportement », Luc Bengono Nsi (Président du MORENA, opposition)
Politique – Opposition / Après la guerre des communiqués, l’ACR fait sa mise au point et « déclare clos l’incident avec la CPPA»
Gabon : La fin annoncée des coalitions politiques ?
C’est quoi cette opposition ? Le malheur du Gabon, c’est d’avoir eu une opposition inepte
Opposition/BDP-Gabon Nouveau: Paul Okili Boyer se retire du combat politique


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 21 Oct 2010
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*