Socialisez

FacebookTwitterRSS

L’Observatoire de la Santé de Mounana, le médecin après la mort…

Auteur/Source: · Date: 22 Oct 2010
Catégorie(s): Santé

Attendu depuis 2007, l’observatoire médical de Mounana (OSM) a débuté ses prestations le 4 octobre dernier, près de deux semaines avant la tenue, à Libreville, de l’assemblée générale constitutive portant création de cette structure chargée du suivi médical des anciens employés de la COMUF, filiale du groupe nucléaire français AREVA.

Les consultations médicales (prise de sang et radio pulmonaire) concernent quelque 1056 anciens employés de la Compagnie minière de l’Ogooué (COMUF), qui a exploité l’uranium pendant près de quatre décennies à Mounana, petite localité de la province du Haut-Ogooué, dans le sud-est du Gabon.

L’opération se poursuivra jusqu’en 2011, ont indiqué les responsables de la COMUF, précisant qu’elle ne se limitera pas à la région de Mounana mais s’étendra à tout le pays où résident des anciens miniers.

Faute de réserves économiquement rentables, l’exploitation de l’uranium a pris fin en juin 1999 sur le site de Mounana, à 500 km au sud-est de Libreville. Certains anciens agents s’estiment infectés à la suite de leur exposition à l’uranium pendant qu’ils étaient en fonction.

Sous la pression de ces anciens employés, des ONG, dont Sherpa, et de l’Etat gabonais, la COMUF a été contrainte de mettre sur pied en 2007, un Observatoire de la santé, qui n’a débuté ses prestations que le 4 octobre dernier.

Ancienne ouvrière de la main d’œuvre non permanente et fille d’ancien minier, Eliane Mvoula estime que l’observatoire est arrivé trop tard. ‘’C’est le médecin après la mort’’, soupire-t-elle. ‘’Plusieurs anciens salariés sont décédés et nul ne sait avec exactitude si c’est à cause de l’uranium ou d’autres maladies’’, note-t-elle.

‘’Mais si on croit ce que les ONG ont dit, la mort de la plupart d’entre eux est due à l’exposition à l’uranium’’, ajoute Mme Eliane Mvoula, ‘’On a trop attendu’’, lance l’ancienne ouvrière. ‘’Depuis que les ONG ont commencé à parler de cette affaire, la COMUF a donné l’impression que tout est normal. L’entreprise a cessé l’exploitation depuis une dizaine d’années. C’est à ce moment là que les responsables et l’Etat auraient dû penser à débuter le suivi post-professionnel’’, a estimé l’ancienne ouvrière.

Eliane Mvoula s’est interrogée sur le sort réservé aux anciens ouvriers vivant hors de la province du Haut-Ogooué. ‘’Les communiqués de la COMUF que diffusent presque chaque jour les radios locales ne s’adressent qu’aux anciens travailleurs de la région où nous sommes. Et les autres’’?, a-t-elle interrogé.

‘’Je pense qu’il y a beaucoup de manquements que les responsables de la COMUF devraient se dépêcher de combler, vu le retard qu’ils ont déjà pris», a-t-elle conclu.

Ancien employé de la COMUF, Philippe Nguia, un octogénaire, a effectué sa visite médicale le lundi 4 octobre à l’OSM. Il apprécie sa chance. «C’était presque inespéré, mais Dieu merci… Je pense que c’est une bonne chose qu’on nous fasse faire ces visites pour déceler les maladies qu’on a pu trainer depuis que nous avons cessé de travailler’’, a confié l’ancien minier.

Mais Philippe Nguia ne peux s’empêcher d’avoir une pensée pour tous ceux qui, anciens miniers comme lui, sont décédés alors qu’ils auraient peut-être pu être sauvés par l’observatoire. ‘’De nombreux collègues ne sont malheureusement plus là’’, a-t-il dit, ému.

‘’Je me réjouis qu’on ait pensé à nous faire subir ces visites et j’espère que les malades seront traités comme il se doit’’, a-t-il déclaré, encourageant l’Etat gabonais et la COMUF à renforcer leur partenariat, afin de ne pas abandonner le projet à mi-chemin.

L’Assemblée générale a consacré, outre les textes constitutifs de l’OSM, ses statuts et tous les aspects visant à pérenniser ses activités. L’observatoire comprend ainsi un Conseil d’administration de dix membres, dont le président est désigné par le président de la République, un conseil scientifique, un comité médical et une unité de coordination. Le premier conseil d’administration s’est d’ailleurs tenue jeudi dernier à Mounana, siège social de l’OSM.

Le président du conseil d’administration, le Pr. David Benoni a expliqué que l’Assemblée générale avait pour but de mettre en place les statuts de l’observatoire. Selon M. Benoni, le conseil d’administration aura pour missions notamment de donner des directives à l’observatoire de santé. Composée de toutes les parties prenantes, l’Observatoire travaillera sur la base des standards internationaux. ‘’Il n’y a pas lieu de douter de cet outil’’, a déclaré M. Benoni.

Le Dr Alain Acker, représentant AREVA, a expliqué, pour sa part, que beaucoup de travail a été fait en amont par les différentes parties prenantes que sont l’Etat gabonais, les représentants de la société civile notamment, les représentants des anciens travailleurs des mines de Mounana et AREVA, depuis la décision prise, en 2007, de créer l’observatoire de santé de Mounana.

Cette première phase a pris un certains mais le plus important aujourd’hui est que l’observatoire se mette au travail et analyse, selon les normes scientifiques reconnues, l’ensemble des éléments sanitaires autour de la ville de Mounana, a ajouté le Dr Acker.

Selon les responsables d’AREVA, l’Observatoire de la santé de Mounana est une première mondiale. Aucune entreprise minière au monde n’est dotée d’un tel outil. Après le Gabon, AREVA compte installer des structures similaires dans tous les pays où il opère.


SUR LE MÊME SUJET
Philippe Douillet, l’un de ses responsables du groupe nucléaire français Aréva, a souhaité à la veille de la tenue, ce jeudi, du premier Conseil d’Administration de l’Observatoire de Mounana qu’ « il faut que cet observatoire soit sous le couvert de l’autorité nationale ». S’exprimant sur les ondes de la radio panafricaine, Africa n°1, Philippe Douillet, a déclaré : « Il faut que cet observatoire soit sous le couvert de l’autorité nationale et non d’AREVA pour éviter d’être partie – prenante (…). Il faut que ce soit l’Etat gabonais qui ait en charge la transcription des informations ...
Lire l'article
Le groupe nucléaire français Areva, l'Etat gabonais et d'anciens travailleurs miniers ont créé mardi un "Observatoire de la santé de Mounana" (sud-est du Gabon), notamment pour définir "l'impact de l'activité minière" sur cet ancien site d'exploitation de l'uranium. "C'est une première mondiale. C'est la première fois qu'un industriel s'engage sur une surveillance sanitaire des anciens salariés" de sites miniers, a déclaré à la presse à Libreville le directeur médical d'Areva, le Dr Alain Acker, à l'issue de l'assemblée générale constitutive de l'observatoire. L'Observatoire de la santé de Mounana (OSM) doit tenir son premier conseil d'administration jeudi à Mounana. "On va déployer la même ...
Lire l'article
Entamées la semaine dernière, les consultations médicales des anciens employés de la Compagnie d’uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe nucléaire français AREVA, se poursuivent ce lundi, mercredi et vendredi prochains à l’Observatoire de la santé de Mounana à plus de 600 km au sud-est de Libreville où était exploité le minerai d’uranium. Cette deuxième phase concerne les ex-salariés nés entre 1930 et 1935 (70 à 75 ans), qui se feront examiner par les médecins commis à cette mission par le groupe AREVA et l’Etat gabonais. Ces consultations, qui portent essentiellement sur des prises de sang et des radios des poumons, se ...
Lire l'article
Le groupe nucléaire français AREVA a fait don d'une halte garderie à Mounana, localité de la province du Haut-Ogooué, dans le sud-est du Gabon, où la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (COMUF), une de ses filiales, a exploité l'uranium pendant près de quatre décennies, a appris l'AGP. La ministre gabonaise de la Santé, Alphonsine Mbié N'na, était attendue vendredi à Franceville, le chef-lieu de la province. Elle doit réceptionner le lendemain la halte-garderie, une structure destinée à accueillir des enfants issus de jeunes filles mères à la situation économique précaire et en provenance de familles démunies. La halte garderie est une ...
Lire l'article
Initialement prévues pour le 19 octobre prochain, les activités de l’Observatoire de la santé de Mounana (OSM) débuteront le 4 octobre. Cette structure permettra d’étudier l’impact sanitaire des activités de la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (COMUF) sur ses anciens agents mais également sur les populations locales. Mis en place pour d’étudier l’impact sanitaire des activités de la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (COMUF) sur ses anciens agents, mais également sur les populations locales, l’Observatoire de la santé de Mounana (OSM) lancera ses activités le 4 octobre prochain. Selon le communiqué de la COMUF, tous les anciens employés de ...
Lire l'article
Un Observatoire de la santé, crée en 2007 par la Compagnie minière d'uranium de Franceville (COMUF) qui a exploité l'uranium à Mounana pendant près de quatre décennies, débute ses consultations lundi prochain dans cette localité à 500 km au sud-est de Libreville, a appris jeudi l'AGP. Environ 1056 anciens salariés de la COMUF sont concernées par cette opération médicale placée sous la supervision du Dr. Angélique Yelessa Kombila qui devrait être assistée par ses confrères Alain Acker du groupe médical AREVA et Othar Zourabichvili de Quanta Médical. Selon des sources proches de la COMUF, tous les anciens employés de la compagnie directement ...
Lire l'article
L'Etat gabonais et le groupe nucléaire français Areva ont trouvé un "accord définitif" pour créer en octobre un "observatoire de la Santé" à Mounana (sud-est du Gabon), ancien site d'exploitation de l'uranium, selon un communiqué des deux parties. "L'Observatoire de la Santé de Mounana (OSM) a pour objet d'étudier l'impact sanitaire des activités minières de la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (Comuf, filiale d'Areva au Gabon) sur la santé et l'hygiène de ses anciens collaborateurs et des populations locales", est-il expliqué dans ce communiqué transmis mercredi à l'AFP par l'ONG gabonaise de défense de l'environnement Brainforest. L'assemblée générale constitutive de l'Observatoire ...
Lire l'article
Le groupe français Areva, spécialisé dans l'énergie nucléaire, va mettre en place dans quelques semaines un observatoire de santé à Mounana pour suivre les anciens employés du groupe dans l'exploitation des gisements d'uranium de cette ville du sud-est du Gabon, a annoncé son directeur sanitaire, le Dr Alain Acker. De 1960 à 1999, la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe Areva, a exploité le gisement d'uranium de Mounana, à 600 km de la capitale Libreville. Il s'agira pour l'observatoire d'établir si les maladies apparues dans la ville ou ses environs sont liées à l'exposition aux rayonnements découlant de ...
Lire l'article
Le groupe nucléaire français AREVA, a procédé le 2 avril dernier à la mise en place à Mounana, dans le Sud-Est du pays, d’un observatoire de santé et d’une commission locale d’information sur la radioactivité. Ces structures de suivi médical et d’information étaient réclamées depuis de nombreuses années par les populations et les autorités gabonaises pour la prise en charge sanitaire des anciens employés de la Compagnie des mines d’uranium de Mounana (COMUF), filiale du groupe nucléaire français, et des populations locales victimes des activités minières dans cette localité. Réclamé depuis plusieurs années par les ONG et les élus locaux ...
Lire l'article
La mise en place de l’observatoire de santé de Mounana, annoncée pour cette semaine, a été repoussée pour la fin de l’année en raison de quelques réglages techniques de dernière minute, a annoncé le chargé de la communication du Groupe AREVA, zone Afrique francophone, Maxime Michaut. « Cela va se faire, mais nous devons nous rassurer que tout est fin prêt pour que l’observatoire soit enfin lancé. Nous attendons les derniers rapports du médecin local avec qui nous sommes en contact depuis quelques jours », a affirmé Maxime Michaut. Cependant une mission préparatoire conduite par le docteur Alain Acker, directeur médical ...
Lire l'article
Santé/Observatoire de Mounana : « Il faut que cet observatoire soit sous le couvert de l’autorité nationale », Philippe Douillet (AREVA)
Areva et Gabon créent un “observatoire de la santé” sur un ex-site d’uranium
Début des consultations médicales à l’Observatoire de la santé de Mounana
AREVA fait don d’une halte garderie à la localité de Mounana
Gabon : L’Observatoire de la Santé de Mounana en selle le 4 octobre
Début lundi des activités de l’Observatoire de la santé de Mounana
Accord avec Areva pour un “observatoire de la santé” au Gabon en octobre
Le groupe Areva va installer un observatoire de santé au Gabon
Gabon : AREVA met en place son observatoire de santé à Mounana
Gabon: Santé :Inauguration de l’observatoire de santé de Mounana repoussée en fin d’année 2008

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 22 Oct 2010
Catégorie(s): Santé
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*