Socialisez

FacebookTwitterRSS

Justice : Vers la recevabilité de l’affaire des «biens mal acquis» ?

Auteur/Source: · Date: 26 Oct 2010
Catégorie(s): Politique,Société

La plus haute juridiction française, la Cour de cassation, se prononcera le 9 novembre prochain si un juge français a oui ou non le droit d’enquêter sur l’affaire des «biens mal acquis». Ce dossier concerne le patrimoine immobilier en France des présidents du Gabon, du Congo et de Guinée équatoriale et certains de leurs proches, patrimoine estimé à 160 millions d’euros. Le ministère public français s’est toujours opposé à l’ouverture d’une enquête sur ces biens.

Un juge français aura-t-il le droit d’enquêter sur l’affaire des «biens mal acquis» ? La réponse à cette interrogation sera connue le 9 novembre prochain, date à laquelle se prononcera la Cour de cassation française, la plus haute juridiction du pays.

En mars 2007, l’ONG Transparence International (TI), spécialisée dans la lutte contre la corruption, avait déposé une plainte contre les conditions d’acquisition d’un important patrimoine immobilier et mobilier en France, estimé à près de 160 millions d’euros, par trois chefs d’Etat africains, Denis Sassou Nguesso (Congo), Teodoro Obiang Nguema (Guinée équatorial), le défunt chef de l’Etat gabonais Omar Bongo Ondimba, et certains de leurs proches. A l’issue d’une enquête préliminaire approfondie, le parquet avait pourtant classé le dossier.

Ce 26 octobre l’avocat de TI, maître Emmanuel Piwnica, a demandé à la Cour de cassation de «censurer» la décision de la cour d’appel, car «contrairement à ce qu’elle dit» dans son arrêt, «le parquet n’a pas le monopole de la défense des intérêts collectifs.»

«Nous nous situons sur le terrain de la corruption et, qu’on le veuille ou non, selon l’article 435-6 du Code pénal, les poursuites ne peuvent être engagées qu’à l’initiative du ministère public», lui a répondu l’avocat général Gilles Lucazeau, avocat général à la chambre criminelle de la Cour de cassation, après avoir répété que Transparence International n’avait subi aucun «préjudice direct».

Selon lui, si le législateur a réservé les poursuites au ministère public, c’est qu’il a dû estimer que les relations diplomatiques étaient un «domaine hautement sensible». «C’est peut-être critiquable, mais c’est la loi qui le dit», a-t-il ajouté. La lutte contre la corruption est «une priorité de la Chancellerie», «la plus grande fermeté a été demandée au ministère public» dans cette matière, s’est insurgé maître Piwnica.

En décembre 2008, TI avait déposé une seconde plainte, classée elle aussi. Elle avait alors déposé plainte avec constitution de partie civile, une procédure qui permet de contourner le parquet et de saisir directement un juge d’instruction.

En mai 2009, une juge du pôle financier de Paris avait redonné espoir à l’ONG, en donnant son feu vert à l’ouverture d’une enquête. Le parquet avait immédiatement fait appel de cette décision, estimant que le plaignant n’avait juridiquement pas d’intérêt à agir. Mais le 29 octobre 2009, la cour d’appel de Paris avait donné raison au ministère public et jugé TI irrecevable. L’association s’était alors pourvue en cassation.
Publié le 26-10-2010 Source : Le Parisien Auteur : Gaboneco  


SUR LE MÊME SUJET
“Biens mal acquis” : le parquet de Paris refuse d’élargir l’enquête
Les juges enquêtant en France sur les biens de plusieurs présidents africains n'ont pas été autorisés par le parquet de Paris à étendre leurs investigations. Une nouvelle plainte a été déposée par Transparency international. Le parquet de Paris a refusé d'élargir l'enquête sur le patrimoine en France des trois présidents africains visés par une plainte déposée en 2008 par Transparency International France dans l'affaire dite des « biens mal acquis ». « C'est une décision ahurissante, contraire à l'efficacité de l'enquête et en ligne avec la logique d'obstruction du parquet depuis 2007 », s'est insurgé Me Bourdon, l'un des avocats de ...
Lire l'article
Les juges d'instruction Roger Le Loire et René Grouman ont été désignés pour enquêter sur l’affaire des biens mal acquis. Un dossier brûlant qui concerne les conditions d'acquisition d'un important patrimoine en France par les chefs d'État du Congo, de Guinée équatoriale et du Gabon. On connait désormais les juges qui auront la lourde tâche de faire la lumière sur l’affaire des biens mal acquis. Il s’agit des juges d'instruction parisiens Roger Le Loire et René Grouman qui enquêteront sur le patrimoine en France de trois présidents africains, Denis Sassou Nguesso (Congo), Teodoro Obiang Nguema (Guinée équatorial), le défunt chef ...
Lire l'article
L'eurodéputée Europe Ecologie Eva Joly tacle Nicolas Sarkozy dans une tribune publiée par Mediapart , estimant que le président a contribué à renforcer la Françafrique qu'il avait promis de démanteler. "Loin de mettre fin à la Françafrique et de faciliter la lutte contre les dictatures et contre l’accaparement des ressources des pays du sud, monsieur Sarkozy a contribué à les renforcer", écrit-elle. "Alors que le parquet de Paris aurait pu, sur la base du travail réalisé par la police et certaines ONG, ouvrir une véritable enquête sur l’origine de la richesse des familles Obiang, Bongo et Nguesso, il n’a eu ...
Lire l'article
La décision devrait faire grand bruit, notamment dans quelques palais africains : la Cour de cassation a donné son feu vert, mardi 9 novembre, à une enquête judiciaire visant le mode d'acquisition, en France, par trois chefs d'Etat africains d'un imposant patrimoine composé notamment d'immeubles et de voitures de luxe. La plus haute juridiction française a cassé un arrêt de la cour d'appel de Paris qui, le 29 octobre 2009, avait déclaré irrecevable la plainte de l'organisation Transparency International-France pour "recel de détournement de fonds publics" et empêchait de ce fait l'ouverture d'une instruction. La Cour ordonne le renvoi du ...
Lire l'article
La Cour de cassation a relancé mardi les poursuites judiciaires concernant les logements de luxe et les avoirs bancaires détenus en France par trois présidents africains, une décision à haut risque pour Paris. La plus haute juridiction française a annulé un arrêt de la cour d'appel de Paris de 2009 déclarant irrecevable la plainte de l'organisation Transparency International concernant les familles d'Ali Bongo (Gabon), de Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et de Teodoro Obiang (Guinée équatoriale). La Cour ordonne le renvoi du dossier à un juge d'instruction de Paris pour que soit instruite cette plainte de l'ONG, qui considère que les biens ...
Lire l'article
La Cour de cassation rendra mardi sa décision finale sur l'ouverture d'éventuelles poursuites en France concernant les logements de luxe et avoirs bancaires détenus par trois présidents africains. Ce dossier est à hauts risques diplomatiques pour Paris. Une éventuelle réponse favorable de la plus haute juridiction française mettrait en péril les relations avec certains pays-clés de son influence économique et politique en Afrique. "Au-delà des relations franco-africaines, c'est bien la capacité de la justice française à poser des limites au pillage des pays du Sud qui est en jeu", estime lundi dans un communiqué l'association CCFD-Terre solidaire. L'enquête menée en 2007 a mis ...
Lire l'article
La Cour de cassation dira le 9 novembre si un juge français a le droit ou non d'enquêter sur l'affaire dite des "biens mal acquis", concernant le patrimoine en France des présidents du Gabon, du Congo et de Guinée équatoriale et de leur entourage. C'est sans surprise que le ministère public s'est opposé mardi, lors de l'audience devant la chambre criminelle de la Cour de cassation, à la tenue d'une telle enquête. En mars 2007, l'ONG Transparence International (TI), spécialisée dans la lutte contre la corruption, avait déposé plainte contre les conditions d'acquisition d'un important patrimoine immobilier et mobilier en France par ...
Lire l'article
Le Parquet de Paris a jugé irrecevable le 26 février la plainte du Cri du conseil de la diaspora (CCD) camerounaise déposé le 2 février contre le président Paul Biya pour «recel de détournement de fonds publics». La décision de la justice française aurait été motivée par un manque flagrant d’indices des plaignants. Accusé de «recel de détournement de fonds publics» par plusieurs ressortissants réunis autour du Cri du conseil des camerounais de la diaspora (CCD), le président Paul Biya a été blanchi par la justice française le 26 février. Cette association lui reprochait d’avoir constitué en France ...
Lire l'article
L'ONG Transparence internationale avait porté plainte en 2008 concernant les biens acquis en France par Omar Bongo du Gabon, Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang de Guinée Equatoriale. Clos avant d’être ouverte ? La Cour d'appel de Paris a refusé jeudi qu'un juge d'instruction lance une enquête sur l'affaire dite des «biens mal acquis» présumés par les présidents du Gabon, du Congo et de Guinée équatoriale et de leur entourage, a-t-on appris de source judiciaire et auprès de l'un des avocats. La chambre de l'instruction de la cour d'appel a jugé irrecevable la plainte de l'ONG Transparence International, spécialisée dans la ...
Lire l'article
La justice française va enquêter sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains. Un juge d'instruction a en effet décidé d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" par une association, Transparence internationale France, a-t-on appris mardi de source judiciaire. "C'est une décision sans précédent. C'est la première fois qu'une enquête est possible s'agissant de chefs d'Etat en exercice", s'est félicité Me William Bourdon, l'avocat de Transparence internationale France. L'avocat se dit confiant, en dépit d'un probable appel du parquet. "Le droit est l'allié des plaignants depuis le début de cette affaire. Cet appel sera perçu comme une tentative politique ...
Lire l'article
“Biens mal acquis” : le parquet de Paris refuse d’élargir l’enquête
Justice : Les juges de l’affaire des biens mal acquis connus !
“Biens mal acquis”: Eva Joly tacle Sarkozy
L’arrêt sur les biens mal acquis ouvre des perspectives pour les ONG anticorruption
Poursuites relancées sur les “biens mal acquis” africains
Décision sur les “biens mal acquis” des présidents africains
Biens mal acquis par des dirigeants africains: décision le 9 novembre
Justice : Paris blanchit Biya dans une affaire de biens mal acquis
Biens mal acquis : la justice refuse l’ouverture d’une enquête
“Biens mal acquis”: le juge décide d’instruire sur les biens de chefs d’Etat africains


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Oct 2010
Catégorie(s): Politique,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*