Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le Gabon de l’émergence. Radioscopie. Acte I : condition humaine

Auteur/Source: · Date: 27 Oct 2010
Catégorie(s): Griffaronades,Lamentations,Opinion,Politique

Chers Amis,

Constat :
Rien au Gabon ne marche normalement. Le pays est comme recouvert par une enveloppe noire faite de “malchance” et de blocage systématiques à tous les niveaux d’évolution de l’être dans la société.
Les seuls espaces d’emancipation, qui que l’on soit à l’origine, restent tragiquement tributaires d’un certain nombre de contraintes et de pratiques malsaines, toutes savament pensées, établies et entretenues par une nomenklatura dont l’inspiration, au regard des faits et du contenu, nous laisse supposer une forte inclinaison vers les forces maléfiques et sataniques.

Dans ces pratiques, nous pouvons citer quelques unes parmi les plus célèbres que sont la concussion, le népotisme, l’ethnisation, le droit de cuissage sur sujets féminins ou masculins (en recherche d’emploi par exemple), l’inceste, la contrainte à l’initiation maçonnique et au pactisât diabolique, l’envoutement et/ou l’empoisonnement (envers rivaux ou concurrents plus brillants), l’escroquerie, la malhonnêteté et le mensonge systematiques et endémiques (observables quasiment à tous les échelons de la société), le vol, la mendicité (liés à une certaine oisiveté), ainsi qu’une reelle attirance pour la facilité et les chemins de “raccourcis”.

Bien entendu, tous ces comportements sont observés et aggregés sur une base catégorielle qui s’articule autour de la manière dont est organisée et hierarchisee la société ; la haute sphère s’arrogeant les premieres et moins “visibles” pratiques ; et les “makaya”, le menu fretin de toutes ces desormais célèbres “gabonitudes”.

Au mépris de l’excellence, de la transparence, de la libre concurrence et, osons le dire, de l’émergence et de cette foi en dieu si fièrement et hussardement affichées, le pays s’enfonce dans le pire KO de sa jeune histoire à une vitesse prodigieuse dont les effets sont légion :
– les cabinets ministeriels sont bondés de parents et amis dont l’unique bonne tache journaliere consiste à encadrer sur le calendrier national toutes les dates de chaque mois où apparait le nombre “25”, pour s’assurer que ce jour ne sera ni chômé ni férié.
– les rues sont bondées de jeunes gens qui usent leurs semelles, sachets de photocopies sous le bras, à la “quémande” d’un hypothétique emploi ; occasionnant de ce fait des émeutes systématiques à chaque petite annonce (vraie ou fausse) paraissant dans un journal local.
– les églises ne désemplissent pas de receuillir tous ceux et celles qui, traumatisés par la dure réalité du terrain, ont, faute de céder à ces viles contraintes, préfèré se refugier dans la parole biblique pour noyer leurs souffrances et sauver ce qui reste de cette residuelle foi en Dieu et en eux-mêmes.
-la tristesse, le malheur et la souffrance se lisent sur les visages de la plupart de tous ceux qui ne veulent pas rentrer dans la dance ; accélérant de ce fait leur degenerescence physiologique. Résultat : des jeunes de 30, 40 ans devienent vieux avant l’âge, reduisant de ce fait et de maniere tres significative l’espérance de vie d’une grande partie de la population active, dans un pays déjà très sous peuplé.

“C’est l’enfer sur terre”, finissent par lâcher ceux, au bout du désespoir, qui ont tout tenté, en vain.

Que ce soit pour partager un meme bureau entre deux collègues, discuter un même client de moussongou au PK5 entre deux vendeuses, ou se quereller sur les coupes de bois d’okoumé en forêt entre deux abatteurs, les cas de rivalité et de concurrence se soltant par l’envoutement, l’empoisenement ou carrément l’elimination physique pure et simple de l'”adversaire” se font plus fréquents. Le quotidien l’Union nous rapportant chaque jour un episode encore plus palpitant de ces faits divers qui rythment désormais la vie de ce petit million et demi de gabonais, depuis que les Bongo père et fils dirigent le pays.

Bien entendu, les feuilletons les plus haletants de cette saga gabonaise restent inconstestablement ceux se déroulant sur la scène politique ; où l’on a, en quelques semaines d’intervalle, vu tomber tour à tour deux figures emblématiques de l’opposition gabonaise. L’un, PCNE, piqué au crématorium, que dis-je, à l’hôpital militaire du PK13, et l’autre, PMM, empoisonné puis sauvé in-extremis dans un hôpital en France.

Coïncidence ou hasard du calendrier, en tout cas, nombreux sont ceux, au quartier, habitués qu’ils sont depuis 43 ans de ces “célèbres” pratiques, qui ne se font l’ombre d’aucun doute : les deux “gêneurs” de l’opposition ont purement et simplement été effacé de l’ardoise politique nationale, pour mieux faire blanchir la craie de l’émergence…
À qui le tour, se pose t-on d’ores et déjà la question, d’Atsibe Ntsos à Kinguélé, en passant par Rio, où, comme disait Honoré de Balzac, les bars se sont depuis longtemps substitués au parvis des élus locaux – demissionaires – pour constituer l’Assemblée du Peuple, dont le courage revendicatif ne se mesure plus qu’à la quantité de RE(publique)GAB(onaise) posées héroïquement sur la table, laquelle table sera, le temps d’une virée, le theatre d’echauffement et d’achevement d’une flopée de contestations et de récriminations qui n’iront pas plus loin que le bruit des ronflements qui vont par la suite rythmer ces vaines fleurs de rhétorique toute la nuit. Bruit et odeurs (si chers à Chirac) compris, pour madame, les enfants et le malheureux voisin Mabika, dont la seule paroi d’isolement et de tranquilité sera (à jamais) cette maigre et usée feuille de contreplaqué d’à peine 50 milimetres d’epaisseur. Nouvelles normes de plaquage SNBG obligent !

Pierre Akendengué l’avait déjà chanté : “Silence”.
Oui, chers Amis, faites silence.
Faites silence, car le pays pleure ses morts. Qui s’amoncellent et s’etalent sur la route de l’émergence…

Pour finir, n’oubliez jamais que le premier président, Léon Mba, n’aimant pas les cheveux, était toujours coiffé d’un éternel cojak. Le suivant, Omar Bongo, avait lui des cheveux crépus et noircis au cirage “kiwi”. Son successeur par défaut (et par absence de vrais candidats), Ali Bongo, les grille, lui, au babyliss. Son remplacant et futur successeur au trône, son fils, Nourredibe Bongo Ondimba, lui les aura directement métissés.
Alors, qui est donc cet énergumène qui a osé vous dire que l'”émergence” n’était pas une réalité chez Bongo S.A père, fils, petit & arrière petit-fils ?

Enfin, c’etait juste pour vous donner quelques news du pays. Moi, Petit-Léon, votre serviteur, je retourne à mon verre de malamba.

PLMM (toujours en hybernation)

Source: BDP Gabon Nouveau (http://www.bdpgabon.org)


SUR LE MÊME SUJET
L’Agence de Consolidation des Technologies de l’Education (ACTE), une Organisation non gouvernementale (Ong) gabonaise spécialisée dans l’intégration des technologies multimédias dans les méthodes d’enseignement, s’est ouvert ce samedi, au public à la faveur d’une journée portes ouvertes, la deuxième du genre depuis sa création en 2005, a appris GABONEWS d’un membre du bureau actif. L’objectif de cette journée sera d’informer et sensibiliser le public sur les potentialités qu’offrent les technologies dans l'éducation en présentant les services et produits qu’ACTE et ses partenaires fournissent à cet effet. Au Lycée national Léon-Mba, siège de l’Ong, le public sera édifié sur ...
Lire l'article
L’accident de l’avion de la compagnie aérienne privée gabonaise « La Nationale » n’a fait aucune victime, uniquement de gros dégâts matériels et quelques blessés. La promptitude des secours, notamment des Sapeurs Pompiers a permis d’apaiser les cœurs aussi bien des passagers que des témoins.
Lire l'article
La deuxième session des formations courtes et qualifiantes au sein des Centres de formation et de perfectionnement professionnels (CFPP) démarre le 8 août prochain. A cet effet, les jeunes déscolarisés de 16 à 25 ans sont priés de se rapprocher des CFPP pour remplir les formalités d’orientation et d’inscription au plus tard le 5 août. Dans le cadre du Projet d’appui à la formation professionnelle (AFOP), le ministère de l’Enseignement technique et la Formation professionnelle annonce le lancement de la deuxième session des formations courtes et qualifiantes, au sein de tous les Centres de formation et de perfectionnement professionnels (CFPP), ...
Lire l'article
Flavienne Nguema Obone, 78 ans, a été décapitée par son concubin, Edouard Mabounda 75 ans, le 19 juin à Ayemé-Plaine, une bourgade du département du Komo-Mondah (Estuaire). Le corps sans vie de Flavienne Nguema Obone, 78 ans, baignant dans du sang, a été découvert le 19 juin, dans la chambre qu’elle partageait à Ayemé-Plaine, dans le Komo-Mondah (Estuaire), avec ses deux petits fils, Tony et Etienne, indique le quotidien "L’union" dans sa livraison du 20 juin. Le bras gauche et la tête de la victime ont été sectionnés à la machette par son concubin, Edouad Mabounda, 75 ans, ...
Lire l'article
Dans un communiqué parvenu ce mardi soir à la Rédaction de Gabonews, le Gabon prend acte de la situation politique actuelle en Côte d’Ivoire qui a abouti au retrait du Président sortant Monsieur Laurent Gbagbo le lundi 11 Avril 2011. Ggabonews, livre in extenso, la teneur du communiqué rendu public sur les média nationaux. « Le Gabon, à l’instar de la Communauté internationale, prend acte de la situation politique actuelle en Côte d’Ivoire qui a abouti au retrait du Président sortant Monsieur Laurent Gbagbo le lundi 11 Avril 2011. Suivant avec une extrême attention l’évolution de la nouvelle situation politique, institutionnelle et militaire ...
Lire l'article
L’international gabonais du club d’Angers (Ligue 2), Bruno Ecuelé Manga, figurerait sur les tablettes du Paris Saint-Germain (Ligue 1 française), a rapporté le site sportif 365. Selon la source, le défenseur central angevin, âgé de 21 ans, aurait encore été supervisé par un émissaire du club de la capitale française face au Havre (0-0), j vendredi soir, lors de 22eme journée de Ligue 2. Pendant que Bruno Ecuelé taperait sur l’œil d’un grand club, son coéquipier de l’équipe nationale du Gabon, en l’occurrence Roguy Méyé aurait été viré sans vergogne par les dirigeants d’Ankaragücün, club de 1ère division turque ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a condamné jeudi l'attaque armée du convoi des footballeurs togolais dans l'enclave angolaise du Cabinda, sur leur route pour la Coupe d'Afrique des Nations (CAN), en l'assimilant notamment à un "acte terroriste". Le Conseil des ministres tenu jeudi à Libreville a fustigé "l'attaque barbare dont a été victime l'équipe togolaise" le 8 janvier, déclare Libreville dans un communiqué diffusé dans la soirée. Il "condamne fermement ces actes terroristes qui n'honorent ni ses auteurs ni une Afrique qui se bat pour sa sécurité et pour son développement. Aucune cause (...) ne peut justifier de mettre en péril la ...
Lire l'article
Répondant aux questions de l’Agence de Presse privée en ligne GABONEWS, le chef de département de littérature, des sciences du langage et de la communication à l’Institut de recherche de sciences humaines (IRSH) de l’Université Omar Bongo (UOB) de Libreville, Anaclet Ndong Ngoua, a indiqué vendredi que « la prolifération des média est une condition favorable à la mise en place d’une démocratie viable », avant d’ajouter que « la formation des journalistes reste une nécessité ». Dans cet entretien le chercheur soutient que « la doctrine libérale en matière d’information dit que par la loi de l’offre et de la ...
Lire l'article
Arrestation de Marc Ona Essangui: Le BDP-Gabon Nouveau condamne cet énième acte de forfaiture du régime Bongo
Il est parvenu au BDP-Gabon Nouveau ce jour même, à 15h25 heure côte Est des Etats-Unis (20h25 heure du Gabon), la nouvelle de l’arrestation de Marc Ona Essangui par le régime Bongo. Marc Ona et toute son équipe de la Coalition Publiez Ce Que Vous Payez auraient été pris par les services de la DGR et emportés vers une destination inconnue. Marc Ona a, selon nos informations, eu à peine le temps d’appeler l’étranger pour informer ses contacts de son arrestation imminente que nous confirmons comme effective à l’heure où nous publions cet article. Cette arrestation est sans aucun doute faite ...
Lire l'article
Une nouvelle fois, la presse occidentale se signale par des critiques ad hominem contre des dirigeants africains. Alors que la justice française a. conclu qu'il n y avait pas de quoi, fouetter un chat dans le dossier d'accusations monté par des organisations non gouvernementales contre les présidents Omar Bongo Ondimba et Denis Sassou Nguesso notamment, voilà que, par « hasard » les conclusions d'une enquête de police sur les possessions immobilières des chefs d'Etat africains en France est étalé à longueur de colonnes de journaux. Quelques semaines à peine après, deux étudiants gabonais sont expulsés manu militari de France, en ...
Lire l'article
L’Ong ACTE s’ouvre au public ce samedi
Accident d’Avion : aucune perte en vie humaine
Gabon : Acte 2 des formations courtes et qualifiantes dans les CFPP
Gabon : Décapitation humaine à Ayemé-Plaine
« Le Gabon prend acte de la situation politique actuelle en Côte d’Ivoire», communiqué
Ecuelé Manga pisté par le PSG et Roguy Meyé viré sans condition par Ankaragücü
CAN-2010 – Attaque contre le Togo: le Gabon dénonce un “acte terroriste”
Gabon: « La prolifération des médias est une condition favorable à la mise en place d’une démocratie viable », Anaclet Ndong Ngoua
Arrestation de Marc Ona Essangui: Le BDP-Gabon Nouveau condamne cet énième acte de forfaiture du régime Bongo
Bravo au Gabon, pour son acte de dignité

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 1,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 27 Oct 2010
Catégorie(s): Griffaronades,Lamentations,Opinion,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*