- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Côte d’Ivoire: Gbagbo, sûr de gagner, craint des “violences” post-électorales

Le chef de l`Etat sortant de la Côte d`Ivoire et candidat à la présidentielle de dimanche, Laurent Gbagbo, se dit certain de l`emporter et affirme craindre des “violences” de la part des mauvais perdants, dans un entretien au Journal du Dimanche paru samedi.

Interrogé pour savoir s`il redoutait des violences liées à un scrutin qui doit clore une décennie de crise dans un pays coupé en deux depuis le putsch manqué d`une rébellion en 2002, Laurent Gbagbo a répondu: “Oui, je le crains”.

“Ces violences viendront de ceux qui perdront. Et comme ce n`est pas moi qui vais perdre…”, dit-il, sans toutefois citer le nom de ses principaux adversaires, l`ancien président Henri Konan Bédié et l`ex-Premier ministre Alassane Ouattara.

Devenu chef de l`Etat en 2000 dans des conditions controversées, Laurent Gbagbo, 65 ans, justifie son maintien au pouvoir après l`expiration de son mandat en 2005: “C`est parce qu`il y a eu une guerre que je suis resté dix ans au pouvoir”, assure-t-il, se disant “plutôt fier d`avoir maintenu en place les
institutions de la République”.

Jeudi, le représentant de l`ONU en Côte d`Ivoire, Youn-jin Choi, s`est engagé à “prendre toutes les mesures nécessaires pour sauvegarder le verdict des urnes”, au lendemain d`une mise en garde des forces armées loyalistes ivoiriennes contre “les éventuels fauteurs de troubles”.

L`ancienne puissance coloniale française s`est dite optimiste, tout en restant “vigilante”, et le président américain Barack Obama a appelé à la tenue d`une élection “pacifique”.


SUR LE MÊME SUJET
Côte d’Ivoire: deux pro-Gbagbo inculpés de “crimes économiques”
ABIDJAN — Deux proches de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo ont été inculpés pour des "crimes économiques" commis durant la crise post-électorale, portant à 39 le nombre de figures du camp Gbagbo détenues dans le nord du pays, a annoncé samedi le parquet d'Abidjan. "Deux nouvelles personnes ont été inculpées cette semaine et placées en détention préventive dans les Maisons d'arrêt et de correction de Bouna (nord-est) et de Katiola (centre-nord)", indique dans un communiqué la porte-parole du parquet, Habiba Coulibaly. L'identité des inculpés n'a pas été révélée. Douze personnes qui étaient en résidence surveillée dans ces deux villes depuis avril ont été inculpées ...
Lire l'article [1]
Des "enquêtes préliminaires" ont été ouvertes contre le président ivoirien déchu Laurent Gbagbo et ses proches, a annoncé mardi le gouvernement du nouveau chef d'Etat Alassane Ouattara sur la télévision ivoirienne TCI. "Concernant les personnes capturées depuis le 11 avril (...), l'ancien chef d'Etat, son épouse et une soixantaine de personnes de son clan ont été assignées en résidence surveillée à Abidjan et dans d'autres villes", a déclaré le porte-parole Patrick Achi dans son compte-rendu du conseil des ministres. "Des procédures d'enquêtes préliminaires sont en cours pour les crimes et délits commis par Laurent Gbagbo et son clan", a-t-il ajouté. Laurent Gbagbo, son ...
Lire l'article [2]
La situation militaire semblait s'enliser samedi à Abidjan, où les partisans de Laurent Gbagbo faisaient plus que résister. Des hélicoptères français ont par ailleurs été la cible de tirs lors d'une mission d'évacuation. Selon le commandant Frédéric Daguillon, porte-parole de la force française Licorne, aucun soldat n'a été blessé et les équipages des hélicoptères ont riposté dans la nuit de vendredi à samedi, détruisant au moins un véhicule blindé. Cette mission d'évacuation de diplomates a été annulée, a ajouté le commandant Daguillon. Vendredi soir, c'est la résidence de l'ambassadeur de France à Abidjan qui a été frappée par deux obus de ...
Lire l'article [3]
Alors que la communauté internationale convaincue de sa défaite aux dernières élections ne fait que lui demander de respecter le verdict des urnes qui le donne perdant au scrutin présidentiel du 28 novembre dernier, Laurent Gbagbo et ses partisans ont déclaré la guerre à cette communauté internationale. Une guerre aux relents pseudo-nationalistes qui tue surtout les Ivoiriens. En un mois, ce sont près de 300 personnes qui ont directement trouvé la mort, du fait de la crise post-électorale qui secoue le pays. A ces victimes, généralement tombées sous des balles, il faut certainement plus d'un millier d'autres qui ont certainement succombé ...
Lire l'article [4]
Les trois chefs d'Etat ouest-africains envoyés à Abidjan pour demander à Laurent Gbagbo de quitter le pouvoir, ont entamé mardi leur entretien avec lui peu avant 14H00 au palais présidentiel. Les présidents béninois Boni Yayi, sierra-léonais Ernest Koroma et capverdien Pedro Pires, sont arrivés dans des voitures séparées qui se suivaient au palais présidentiel du Plateau, quartier administratif d'Abidjan. Laurent Gbagbo les attendait à la sortie de leurs véhicules et a donné l'accolade à chacun d'eux, avant de les faire entrer dans un salon de la présidence. Les trois émissaires venaient de rencontrer Choï Young-jin, patron de l'Opération des Nations unies en Côte ...
Lire l'article [5]
La demande par Laurent Gbagbo du départ de la mission onusienne et de la force française Licorne est "ridicule" car Laurent Gbagbo "n'est plus président", a affirmé ce soir Guillaume Soro, premier ministre d'Alassane Ouattara, l'autre président proclamé de Côte d'Ivoire. "Cette décision ne peut pas être (appliquée) puisque M. Gbagbo n'est plus président", a déclaré Guillaume Soro. "Nous trouvons tout à fait ridicule et ubuesque cette démarche d'un président vaincu". "Tout le monde sait que M. Gbagbo n'a aucune qualité pour prétendre demander le départ de la force Licorne et de la force onusienne", l'Onuci, a-t-il insisté. Guillaume Soro a souhaité ...
Lire l'article [6]
Le rapport de la mission d’évaluation des violences post-électorale diligenté par plusieurs Organisations non gouvernementales (ONG) gabonaises a été remis au gouvernement le 29 décembre à Libreville. Ce rapport très attendu lève notamment le voile sur le nombre de décès officiels lors des manifestations, finalement porté à 5 alors que l’opposition en dénonçait plus d'une quinzaine. Près de quatre mois après les violences post électorales à Port-Gentil, le rapport de la mission d'évaluation des Ong dans la capitale économique était très attendu pour lever le voile sur le bilan des émeutes. Synthèse de l’enquête diligentée par plusieurs ONG gabonaises, ce rapport ...
Lire l'article [7]
LIBREVILLE (AGP) - Le Premier ministre gabonais Paul Biyoghé Mba a lancé lundi à Libreville une campagne de sensibilisation d’instruction civique ayant pour thème ’’Oublions nos querelles, bâtissons un édifice nouveau’’, rapporte mardi le quotidien national l’union. M. Biyoghé Mba a indiqué que ’’cette initiative venait au moment où notre pays est confronté à des incidents post-électoraux’’, selon le journal. Cette campagne intervient quelque jours après les violences post-électorales qui ont secoue Port-gentil (ouest), entre le 3 et le 6 septembre derniers, faisant trois morts, selon les autorités gabonaises. L’opposition gabonaise a appelé à des ‘’villes mortes’’ de lundi à mercredi à travers ...
Lire l'article [8]
LIBREVILLE (AGP) – La situation revenait progressivement à la normale lundi matin à Port-Gentil (sud-ouest), après des violences post-électorales qui ont fait officiellement trois morts à la suite de la proclamation des résultats de la présidentielle, selon des sources concordantes sur place. ’’Les taxis et autres véhicules ont commencé à circuler dans la ville. Tout semble calme ici’’, a affirmé Marlyse, une habitante de Bac aviation, quartier populaire ayant été touché par ces violences qui ont duré 3 jours. ’’Certains magasins ont rouvert leurs portes, mais la plupart d’entre eux sont restés fermés aujourd’hui (lundi)’’, a ajouté Marlyse jointe par téléphone par ...
Lire l'article [9]
LIBREVILLE, 5 sept. (AGP) - Les compagnies aériennes desservant Port-Gentil (sud-ouest) ont suspendu leurs vols à destination de cette ville en proie depuis jeudi dernier à des violences post-électorales, a-t-on appris ce samedi de source autorisée. Selon la source, les compagnies aériennes ne desservent plus Port-Gentil depuis jeudi, date à laquelle le ministre de l'Intérieur a proclamé les résultats du scrutin présidentiel de dimanche. Depuis lors, les voyageurs sont contraints de ne prendre que le bateau parce que la ville est inaccessible par voie terrestre, a poursuivi la même source. Air Service, l'une des compagnies les plus régulières à destination de Port-gentil a ...
Lire l'article [10]
Côte d’Ivoire: deux pro-Gbagbo inculpés de “crimes économiques”
Côte d’Ivoire: “enquêtes préliminaires” contre Laurent Gbagbo et ses proches
Côte d’Ivoire: les forces pro-Gbagbo résistent à Abidjan
Crise post-électorale : Le pseudo-nationalisme de Gbagbo tue les Ivoiriens
Côte d’Ivoire: début des entretiens entre Gbagbo et les émissaires africains
Côte d’Ivoire: Gbagbo “ridicule” (Soro)
Gabon : Publication du rapport sur les violences post-électorales à Port-Gentil
Présidentielle : Violences post-électorales : Biyoghé Mba lance une campagne de sensibilisation
Présidentielle/violences : Retour progressif lundi des activités à Port-Gentil après des violences post-électorales
Gabon-vol-suspension: Suspension des vols à destination de Port-Gentil en raison des violences post-électorales
1 Comment (Open | Close)

1 Comment To "Côte d’Ivoire: Gbagbo, sûr de gagner, craint des “violences” post-électorales"

#1 Trackback By World Spinner On 2 Nov 2010 @ 21:59

Bongo Doit Partir | Côte d'Ivoire: Gbagbo, sûr de gagner, craint ……

Here at World Spinner we are debating the same thing……