Socialisez

FacebookTwitterRSS

Biens mal acquis: “Une grande victoire pour les peuples spoliés”

Auteur/Source: · Date: 9 Nov 2010
Catégorie(s): Françafrique,Politique

En jugeant recevable ce mardi la constitution de partie civile de l’association Transparence International France dans l’affaire dite des biens mal acquis, la cour de cassation a ouvert la voie à une enquête sur le patrimoine dans l’Hexagone de trois présidents africains.

C’est une nouveauté. Pour la première fois en France, une enquête sur l’origine du patrimoine d’un chef d’Etat étranger va être ouverte à la demande d’une association, Transparence International. Cette décision va permettre la désignation d’un juge d’instruction et l’ouverture d’une information judiciaire pouvant mettre en cause plusieurs présidents africains.
Tout commence en 2007, lorsque le rapport “Biens mal acquis” met en cause Ali Bongo, Denis Sassou Nguesso, et Teodoro Obiang, les présidents du Gabon, du Congo-Brazzaville et de Guinée équatoriale. La justice française se trouve alors dans une impasse, car le droit international prévoit que pour que les pays pillés par leurs dirigeants obtiennent que l’argent volé leur soit rendu, il faut que l’Etat en fasse la demande. Comment imaginer que les dynasties en place s’en prennent à leur propre patrimoine familial?
Triple victoire
La décision de la cour de cassation risque de changer en profondeur cet état de fait. Myriam Savy, du service presse de la branche française de Transparence International, salue “cette décision qui constitue une avancée juridique considérable qui va au-delà de biens mal acquis”. En effet, “pour la première fois en France, l’action en justice d’une association de lutte contre la corruption au nom des intérêts qu’elle s’est donné pour objet de défendre est jugée recevable”, déclare-t-elle. Cela “devrait ainsi permettre à l’avenir de surmonter l’inertie du parquet dans certaines affaires politicofinancières sensibles.”
Selon Jean Merckaert, co-auteur du rapport “Biens mal acquis”, il s’agit d’une triple victoire: “C’est historique, nous explique-t-il. C’est une grande victoire pour les peuples spoliés par leurs dirigeants, pour la justice française, mais également pour les ONG françaises”.
Au Congo-Brazzaville, quatrième producteur de pétrole mondial, 70% de la population vit avec moins d’un dollar par jour. Et selon le FMI, entre 2003 et 2005, il manquerait plus d’un milliard de dollars dans le budget du pays. Le régime en place, s’il détourne l’argent du pétrole, ne pourra plus le placer en France désormais.
“Pourtant, le parquet a tout fait pour étouffer l’affaire, poursuit Jean Merckaert. Sûrement en vertu des vieilles amitiés franco-africaines. C’est tout à l’honneur du conseil constitutionnel ne ne pas avoir cédé”.
Et de conclure: “C’est le début d’une nouvelle ère. Les dirigeants corrompus ne pourront plus investir en France. Et ce, grâce à la volonté d’une ONG. Comme quoi, avec de la détermination, il est possible de faire vaciller les montagnes de la délinquance financière”.


SUR LE MÊME SUJET
L’avocat Robert Bourgi entendu dans l’affaire des « biens mal acquis »
Par RFI. Interrogé, le 22 septembre 2011, par les policiers de la brigade financière dans l'enquête préliminaire ouverte après ses accusations de financement occulte de politiciens français par des chefs d'Etat africains, l'avocat franco-libanais est à nouveau entendu ce jeudi 6 octobre 2011. Cette fois, c'est le juge chargé de l'instruction du dossier des « biens mal acquis » qui doit l'auditionner. Trois chefs d'Etat, ainsi que plusieurs membres de leurs familles, sont visés par cette procédure judiciaire dite des « biens mal acquis » : le Congolais Denis Sassou Nguesso, l'Equato-Guinéen Téodoro Obiang Nguema, et feu le Gabonais Omar Bongo. Ils ...
Lire l'article
“Biens mal acquis” : le parquet de Paris refuse d’élargir l’enquête
Les juges enquêtant en France sur les biens de plusieurs présidents africains n'ont pas été autorisés par le parquet de Paris à étendre leurs investigations. Une nouvelle plainte a été déposée par Transparency international. Le parquet de Paris a refusé d'élargir l'enquête sur le patrimoine en France des trois présidents africains visés par une plainte déposée en 2008 par Transparency International France dans l'affaire dite des « biens mal acquis ». « C'est une décision ahurissante, contraire à l'efficacité de l'enquête et en ligne avec la logique d'obstruction du parquet depuis 2007 », s'est insurgé Me Bourdon, l'un des avocats de ...
Lire l'article
Le parquet de Paris a refusé un réquisitoire supplétif au juge Roger Le Loire, qui enquête sur les biens mal acquis, en France, par les chefs d’Etat de la Guinée Equatoriale, du Gabon, du Congo et leurs proches. Selon l’enquête du juge d'instruction, les familles visées par la plainte déposée à Paris en 2008 par l'organisation Transparence International France (TIF), pour "recel de détournement de fonds publics", ont continué sur leur lancée en procédant à de nouvelles acquisitions. Les menaces liées à l'instruction judiciaire en cours sur leurs éventuels biens mal acquis en France n'ont pas tempéré leur goût du ...
Lire l'article
Le dossier sensible des « biens mal acquis » a été confié à deux juges d’instruction français. Leur mission est d’enquêter sur le patrimoine en France de trois présidents africains : le Gabonais feu Omar Bongo Ondimba, l’Équato-Guinéen Teodoro Obiang Nguema et le Congolais Denis Sassou N’Guesso. Les juges d’instruction Roger Le Loire (doyen des juges d’instruction parisiens) et René Grouman ont été choisis pour prendre en main l’enquête sur les conditions dans lesquelles des biens ont été acquis en France par plusieurs familles de chefs d’État africains, a-t-on appris vendredi 3 décembre. La Cour de cassation de Paris a autorisé le ...
Lire l'article
Les juges d'instruction Roger Le Loire et René Grouman ont été désignés pour enquêter sur l’affaire des biens mal acquis. Un dossier brûlant qui concerne les conditions d'acquisition d'un important patrimoine en France par les chefs d'État du Congo, de Guinée équatoriale et du Gabon. On connait désormais les juges qui auront la lourde tâche de faire la lumière sur l’affaire des biens mal acquis. Il s’agit des juges d'instruction parisiens Roger Le Loire et René Grouman qui enquêteront sur le patrimoine en France de trois présidents africains, Denis Sassou Nguesso (Congo), Teodoro Obiang Nguema (Guinée équatorial), le défunt chef ...
Lire l'article
Ali Bongo ne pouvait rester insensible dans l’affaire des biens mal acquis déclenchée par une plainte de Transparency International sur le patrimoine en France de trois dirigeants africains dont son défunt père Omar Bongo Ondimba. Le président gabonais s’est publiquement prononcé sur la question le 18 novembre à Libreville en dénonçant notamment une «attitude arrogante et prétentieuse» des plaignants. Le président Ali Bongo s’est prononcé le 18 novembre à Libreville sur l’affaire des biens mal acquis, relative au patrimoine en France de trois dirigeants africains dont son défunt père Omar Bongo Ondimba son prédécesseur à la tête du pays. ...
Lire l'article
La décision devrait faire grand bruit, notamment dans quelques palais africains : la Cour de cassation a donné son feu vert, mardi 9 novembre, à une enquête judiciaire visant le mode d'acquisition, en France, par trois chefs d'Etat africains d'un imposant patrimoine composé notamment d'immeubles et de voitures de luxe. La plus haute juridiction française a cassé un arrêt de la cour d'appel de Paris qui, le 29 octobre 2009, avait déclaré irrecevable la plainte de l'organisation Transparency International-France pour "recel de détournement de fonds publics" et empêchait de ce fait l'ouverture d'une instruction. La Cour ordonne le renvoi du ...
Lire l'article
La Banque mondiale et la Suisse ont appelé mardi à une action concertée contre le pillage des pays en développement et les biens mal acquis qui trouvent souvent refuge dans les places financières internationales. Cet appel a été lancé lors d'un forum organisé à Paris sur le thème "pas de refuge pour les biens mal acquis", en présence d'adversaires de la corruption venus du monde entier, membres d'ONG ou représentants gouvernementaux. "Des milliards sont volés chaque année aux pays en développement, qui se trouvent ainsi privés d'opportunités économiques", a souligné Ngozi Okonjo-Iweala, la directrice générale du groupe de la Banque mondiale. Selon ses ...
Lire l'article
L'ONG Transparence internationale avait porté plainte en 2008 concernant les biens acquis en France par Omar Bongo du Gabon, Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang de Guinée Equatoriale. Clos avant d’être ouverte ? La Cour d'appel de Paris a refusé jeudi qu'un juge d'instruction lance une enquête sur l'affaire dite des «biens mal acquis» présumés par les présidents du Gabon, du Congo et de Guinée équatoriale et de leur entourage, a-t-on appris de source judiciaire et auprès de l'un des avocats. La chambre de l'instruction de la cour d'appel a jugé irrecevable la plainte de l'ONG Transparence International, spécialisée dans la ...
Lire l'article
La justice française va enquêter sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains. Un juge d'instruction a en effet décidé d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" par une association, Transparence internationale France, a-t-on appris mardi de source judiciaire. "C'est une décision sans précédent. C'est la première fois qu'une enquête est possible s'agissant de chefs d'Etat en exercice", s'est félicité Me William Bourdon, l'avocat de Transparence internationale France. L'avocat se dit confiant, en dépit d'un probable appel du parquet. "Le droit est l'allié des plaignants depuis le début de cette affaire. Cet appel sera perçu comme une tentative politique ...
Lire l'article
L’avocat Robert Bourgi entendu dans l’affaire des « biens mal acquis »
“Biens mal acquis” : le parquet de Paris refuse d’élargir l’enquête
Biens Mal acquis : Les acquisitions continuent malgré la plainte
Biens mal acquis : deux juges d’instruction pour trois présidents
Justice : Les juges de l’affaire des biens mal acquis connus !
Gabon : Ali Bongo se prononce sur les biens mal acquis
L’arrêt sur les biens mal acquis ouvre des perspectives pour les ONG anticorruption
Banque mondiale/Suisse/Afrique: “Pas de refuge pour les biens mal acquis”
Biens mal acquis : la justice refuse l’ouverture d’une enquête
“Biens mal acquis”: le juge décide d’instruire sur les biens de chefs d’Etat africains

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 1,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 9 Nov 2010
Catégorie(s): Françafrique,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*