Socialisez

FacebookTwitterRSS

Poursuites relancées sur les “biens mal acquis” africains

Auteur/Source: · Date: 9 nov 2010
Catégorie(s): Afrique,Politique,Révélations

La Cour de cassation a relancé mardi les poursuites judiciaires concernant les logements de luxe et les avoirs bancaires détenus en France par trois présidents africains, une décision à haut risque pour Paris.

La plus haute juridiction française a annulé un arrêt de la cour d’appel de Paris de 2009 déclarant irrecevable la plainte de l’organisation Transparency International concernant les familles d’Ali Bongo (Gabon), de Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et de Teodoro Obiang (Guinée équatoriale).

La Cour ordonne le renvoi du dossier à un juge d’instruction de Paris pour que soit instruite cette plainte de l’ONG, qui considère que les biens en question ont été forcément acquis avec de l’argent public détourné.

Une enquête de police de 2007 avait recensé 39 propriétés et 70 comptes bancaires détenus par la famille Bongo et ses proches, 24 propriétés et 112 comptes bancaires pour la famille Sassou Nguesso, ainsi que des limousines de luxe achetées par la famille Obiang.

L’avocat du président gabonais Ali Bongo, Me Patrick Maisonneuve, a critiqué l’arrêt, même s’il souligne que les faits visés sont antérieurs à l’élection de son client.

“Cela risque d’avoir un effet inflationniste sur les plaintes et présente un risque d’instrumentalisation de la justice pénale à des fins politiques”, a-t-il dit à Reuters.

Me Olivier Pardo, avocat du président de la Guinée, s’est dit “étonné” de la décision. “Elle ne signifie pas que ce qu’avance l’association Transparency est juste. Il ne faut pas prendre les chefs d’Etat africains pour des gens sans foi ni loi. C’est fini le temps des rois nègres”, a-t-il dit.

UNE AVANCEE “MAJEURE” POUR TRANSPARENCY

Un juge d’instruction avait déjà dans un premier temps, début 2009, ordonné contre l’avis du parquet une enquête pour “recel de détournement de fonds publics, blanchiment, abus de biens sociaux, abus de confiance”.

Le parquet avait fait appel, suspendant cette décision et, en octobre 2009, la cour d’appel avait déclaré la plainte irrecevable. C’est cet arrêt que la Cour de cassation a annulé.

Transparency a le droit d’agir puisque la lutte contre la corruption est son objet unique et qu’elle y consacre tous ses moyens, dit la Cour. Cet arrêt est un précédent susceptible de permettre d’autres poursuites concernant d’autres chefs d’Etat.

L’affaire a créé dans le passé des remous dans les relations de la France avec les trois pays, pivots de l’influence diplomatique française en Afrique, et où la première société française, Total, a d’importants intérêts.

Les plaignants ont accusé le parquet d’agir comme “bras armé de la raison d’Etat”. Transparency a salué dans un communiqué une “avancée juridique majeure”.

“Cette décision (…) devrait ainsi permettre à l’avenir de surmonter l’inertie du parquet dans certaines affaires politico-financières sensibles”, dit-elle.

L’ONG souhaite que soit faite la lumière sur les conditions d’acquisition des richesses visées, mais aussi sur le rôles des intermédiaires comme les banques.

Lorsque l’enquête sera lancée, le ou les juges d’instructions ne pourront poursuivre les chefs d’Etat, du fait de l’immunité coutumière qui leur est accordée, mais leurs proches n’en bénéficient pas et peuvent donc en théorie être questionnés, voire arrêtés, sauf immunité diplomatique.

Le procès Elf à Paris en 2003 avait démontré que les revenus tirés du pétrole profitaient personnellement aux chefs des Etats en question.

Pour les ONG anti-corruption, les “biens mal acquis” des dictateurs mondiaux ne sont pas symboliques mais pèsent des dizaines, voire des centaines de millions de dollars. Transparency International France souhaite les faire reverser au bénéfice des plus défavorisés des trois pays.
 


SUR LE MÊME SUJET
L’affaire des “biens mal acquis” africains prend de l’ampleur
Par Thierry Lévêque L'enquête judiciaire sur le patrimoine en France de plusieurs dirigeants africains, qui suscite de fortes tensions diplomatiques, prend de l'ampleur avec de nouvelles révélations et un développement probable des investigations. Un livre des journalistes Xavier Harel et Thomas Hofnung sorti cette semaine, "Le scandale des biens mal acquis", apporte de nouveaux éléments, dont un témoignage faisant état, sans preuves matérielles, d'un financement frauduleux de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 par de l'argent gabonais. Malgré l'opposition constante du parquet de Paris, des découvertes policières récentes et de nouveaux éléments transmis aux deux juges d'instruction saisis fin 2010 grâce à ...
Lire l'article
“Biens mal acquis” : le parquet de Paris refuse d’élargir l’enquête
Les juges enquêtant en France sur les biens de plusieurs présidents africains n'ont pas été autorisés par le parquet de Paris à étendre leurs investigations. Une nouvelle plainte a été déposée par Transparency international. Le parquet de Paris a refusé d'élargir l'enquête sur le patrimoine en France des trois présidents africains visés par une plainte déposée en 2008 par Transparency International France dans l'affaire dite des « biens mal acquis ». « C'est une décision ahurissante, contraire à l'efficacité de l'enquête et en ligne avec la logique d'obstruction du parquet depuis 2007 », s'est insurgé Me Bourdon, l'un des avocats de ...
Lire l'article
L'affaire concerne les conditions d'acquisition en France du patrimoine de présidents africains dont l'ancien chef d'Etat gabonais. Le Gabon s'est constitué partie civile dans l'enquête dite des "Biens mal acquis" concernant les conditions d'acquisition en France du patrimoine de présidents africains dont l'ancien chef d'Etat gabonais, a-t-on appris, vendredi 14 janvier, de sources judiciaires. Cette constitution de partie civile a été décidée par le président Ali Bongo, a expliqué à l'Associated Press l'avocat de l'Etat gabonais, Me Patrick Maisonneuve. Ali Bongo a succédé à son père, Omar Bongo, décédé en juin 2009. "Ce ne sont pas des organisations non gouvernementales comme Transparency ...
Lire l'article
Les juges d'instruction Roger Le Loire et René Grouman ont été désignés pour enquêter sur l’affaire des biens mal acquis. Un dossier brûlant qui concerne les conditions d'acquisition d'un important patrimoine en France par les chefs d'État du Congo, de Guinée équatoriale et du Gabon. On connait désormais les juges qui auront la lourde tâche de faire la lumière sur l’affaire des biens mal acquis. Il s’agit des juges d'instruction parisiens Roger Le Loire et René Grouman qui enquêteront sur le patrimoine en France de trois présidents africains, Denis Sassou Nguesso (Congo), Teodoro Obiang Nguema (Guinée équatorial), le défunt chef ...
Lire l'article
La décision devrait faire grand bruit, notamment dans quelques palais africains : la Cour de cassation a donné son feu vert, mardi 9 novembre, à une enquête judiciaire visant le mode d'acquisition, en France, par trois chefs d'Etat africains d'un imposant patrimoine composé notamment d'immeubles et de voitures de luxe. La plus haute juridiction française a cassé un arrêt de la cour d'appel de Paris qui, le 29 octobre 2009, avait déclaré irrecevable la plainte de l'organisation Transparency International-France pour "recel de détournement de fonds publics" et empêchait de ce fait l'ouverture d'une instruction. La Cour ordonne le renvoi du ...
Lire l'article
La Cour de cassation rendra mardi sa décision finale sur l'ouverture d'éventuelles poursuites en France concernant les logements de luxe et avoirs bancaires détenus par trois présidents africains. Ce dossier est à hauts risques diplomatiques pour Paris. Une éventuelle réponse favorable de la plus haute juridiction française mettrait en péril les relations avec certains pays-clés de son influence économique et politique en Afrique. "Au-delà des relations franco-africaines, c'est bien la capacité de la justice française à poser des limites au pillage des pays du Sud qui est en jeu", estime lundi dans un communiqué l'association CCFD-Terre solidaire. L'enquête menée en 2007 a mis ...
Lire l'article
La Cour de cassation dira le 9 novembre si un juge français a le droit ou non d'enquêter sur l'affaire dite des "biens mal acquis", concernant le patrimoine en France des présidents du Gabon, du Congo et de Guinée équatoriale et de leur entourage. C'est sans surprise que le ministère public s'est opposé mardi, lors de l'audience devant la chambre criminelle de la Cour de cassation, à la tenue d'une telle enquête. En mars 2007, l'ONG Transparence International (TI), spécialisée dans la lutte contre la corruption, avait déposé plainte contre les conditions d'acquisition d'un important patrimoine immobilier et mobilier en France par ...
Lire l'article
La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris doit dire le 29 octobre prochain si elle valide ou non la décision de la doyenne des juges d'instruction du tribunal de grande instance de Paris d'instruire la plainte déposée, notamment pour "blanchiment", qui vise les conditions d'acquisition en France du patrimoine de trois chefs d'Etat africains, a-t-on appris jeudi de source judiciaire. Le 7 mai dernier, le parquet de Paris avait fait appel de la décision de la doyenne, un appel soutenu jeudi par le parquet général également opposé à ce qu'un juge français mène une enquête. Le 20 avril dernier, ...
Lire l'article
La justice française va enquêter sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains. Un juge d'instruction a en effet décidé d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" par une association, Transparence internationale France, a-t-on appris mardi de source judiciaire. "C'est une décision sans précédent. C'est la première fois qu'une enquête est possible s'agissant de chefs d'Etat en exercice", s'est félicité Me William Bourdon, l'avocat de Transparence internationale France. L'avocat se dit confiant, en dépit d'un probable appel du parquet. "Le droit est l'allié des plaignants depuis le début de cette affaire. Cet appel sera perçu comme une tentative politique ...
Lire l'article
Le gouvernement congolais a salué jeudi la décision du parquet de Paris de s'opposer à l'ouverture d'une information judiciaire sur le patrimoine en France de trois président africains dont celui du Congo, Denis Sassou Nguesso, répétant que ce dossier était "vide". "Pour nous, c'est une décision de bon sens", a déclaré à l'AFP le porte-parole du gouvernement, Alain Akouala Atipault, également ministre de la Communication. Selon une source judiciaire, le parquet de Paris va requérir un "refus d'informer" et s'opposer ainsi à l'ouverture d'une enquête à la suite d'une plainte d'ONG visant les présidents du Congo, du Gabon et de Guinée équatoriale. Aucune ...
Lire l'article
L’affaire des “biens mal acquis” africains prend de l’ampleur
“Biens mal acquis” : le parquet de Paris refuse d’élargir l’enquête
“Biens mal acquis”, le Gabon se constitue partie civile
Justice : Les juges de l’affaire des biens mal acquis connus !
L’arrêt sur les biens mal acquis ouvre des perspectives pour les ONG anticorruption
Décision sur les “biens mal acquis” des présidents africains
Biens mal acquis par des dirigeants africains: décision le 9 novembre
“Biens mal acquis”: décision de la chambre de l’instruction le 29 octobre
“Biens mal acquis”: le juge décide d’instruire sur les biens de chefs d’Etat africains
Le Congo approuve le parquet de Paris dans l’affaire des biens de présidents africains


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...Loading...

Auteur/Source: · Date: 9 nov 2010
Catégorie(s): Afrique,Politique,Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>