Socialisez

FacebookTwitterRSS

Bien Mal Acquis: Une décision qui pourrait «casser la culture du pillage»

Auteur/Source: · Date: 11 Nov 2010
Catégorie(s): Françafrique,Politique,Révélations

Un arrêt de la Cour de cassation autorise une enquête judiciaire française sur la manière dont trois présidents africains se sont constitué un important patrimoine parisien

Audacieux, l’arrêt de principe rendu mardi par la Cour de cassation ouvre des perspectives nouvelles aux associations qui dénoncent la corruption et agissent pour en faire condamner les responsables, aussi puissants soient-ils. En relançant l’enquête sur les «biens mal acquis» par trois potentats d’Afrique, la plus haute juridiction judiciaire française peut aussi faire frémir quelques palais du continent. En filigrane, elle réaffirme aussi, dans une affaire sensible, la prééminence du juge d’instruction que Nicolas Sarkozy souhaitait supprimer.

La Cour autorise l’ouverture d’une enquête judiciaire visant à élucider la façon dont trois chefs d’Etat africains ont acquis à Paris un impressionnant patrimoine, notamment immobilier. Elle le fait d’une façon nette, sans renvoyer le dossier devant une autre juridiction, devant laquelle le parquet, hiérarchiquement lié au Ministère de la justice, aurait pu continuer de faire obstruction.

L’arrêt, salué comme «historique» par les associations anticorruption, leur donne satisfaction en jugeant recevable leur plainte visant le délit de «recel de détournement de fonds publics». Les organisations en question soupçonnent les présidents du Gabon (Omar Bongo, mort en 2009, et Ali Bongo, son fils et successeur), du Congo-Brazzaville (Denis Sassou-Nguesso) et de Guinée-Equatoriale (Teodoro Obiang), d’avoir financé sur fonds d’Etat leur patrimoine parisien.

Ces organisations non gouvernementales (ONG), telle Sherpa, un groupe de juristes spécialisés dans la défense des droits de l’homme et Transparence International France (TIF), section française de Transparency International, considèrent que les biens en question n’ont pu être acquis qu’avec de l’argent public détourné, tant est grande la disproportion entre leur valeur et les revenus affichés par les chefs d’Etat. Les associations plaignantes réclament la restitution aux pays concernés des sommes utilisées dont, selon elles, les citoyens ont été spoliés.

Mardi, les hauts magistrats ont cassé un arrêt de la cour d’appel de Paris qui, le 29 octobre 2009, avait déclaré irrecevable la plainte de TIF, empêchant l’ouverture d’une information judiciaire. Ils ont estimé que les délits reprochés, s’ils étaient établis, «seraient de nature à causer» à TIF «un préjudice direct et personnel en raison de la spécificité du but et de l’objet» de la mission de l’association.

Dans le passé, des actions judiciaires visant la restitution de «biens mal acquis» ont été menées à terme au Royaume-Uni et en Suisse, mais elles avaient été ouvertes à l’initiative d’Etats spoliés (Nigeria et Haïti) après la chute de dictateurs et non à l’initiative d’une ONG internationale. Daniel Lebègue, président de TIF, salue, cette fois, «une décision de portée universelle». «Nous allons pouvoir agir par-delà les frontières et surmonter l’obstruction des Etats et des parquets», espère-t-il. Moins enthousiaste, l’avocat d’Ali Bongo, Me Patrick Maisonneuve, craint «une inflation de plaintes» et l’«instrumentalisation de la procédure pénale».

Conséquence de l’arrêt, la désignation d’un ou plusieurs juges d’instruction devrait intervenir prochainement, ouvrant la perspective, lointaine sinon hypothétique, d’un procès. «C’est le début de la fin de l’impunité de ceux qui appauvrissent leur pays pour leur profit personnel», exulte Me William Bourdon, avocat de TIF et président de Sherpa. Il salue une décision qui «casse la culture du pillage» et «renforce les Africains qui, au péril de leur vie, luttent pour l’intégrité de leurs dirigeants».

A Bangkok, en Thaïlande, où se tient le congrès de Transparency International, la décision française a été ovationnée, mardi. Gregory Ngbwa Mintsa, un militant gabonais qui fut associé un temps à la plainte de TIF, a salué «une grande victoire», estimant que les «détournements de fonds en Afrique sont responsables d’au moins un mort chaque jour».

Quant à Marc Ona Essangui, autre figure gabonaise de la lutte anticorruption, il estime que l’arrêt français peut «pousser les responsables africains à réduire le phénomène de «main basse» sur les ressources, opéré au détriment des populations qui croupissent dans la misère».

La décision de la Cour de cassation intervient au terme de trois années de bataille judiciaire entre les ONG et les autorités françaises, peu désireuses de voir mis en cause des chefs d’Etat considérés comme des «amis de la France».

Une première plainte, déposée en 2007, reposait sur un rapport du Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) recensant les avoirs détournés par des chefs d’Etat. Elle avait donné lieu à une enquête préliminaire confiée à l’Office central de répression de la grande délinquance financière, menée en 2007, dont Le Monde avait révélé le contenu en février 2008. Il était ainsi établi qu’Omar Bongo et ses proches possédaient en France 33 biens immobiliers (appartements, maisons et hôtel particulier), ainsi que 11 comptes bancaires et une considérable flotte de voitures de luxe.

Le président congolais Sassou-Nguesso, lui, détenait au total 18 biens. Sa fille et deux des enfants Bongo se partageaient un hôtel particulier parisien acheté 18,875 millions d’euros en 2007. Quant au président équato-guinéen Obiang, il se distinguait par les trois Bugatti à 1 million d’euros pièce fabriquées spécialement pour son fils Teodorin. C’est cette enquête sans précédent, stoppée à la fin 2007 par une décision de «classement sans suite» du parquet de Paris, qui va être rouverte.

Philippe Bernard jeudi11 novembre 2010

© Copyright Le Temps.ch


SUR LE MÊME SUJET
La décision de la justice française sur les "biens mal acquis" va-t-elle nuire aux intérêts des groupes industriels français sur le continent ? C'est en tout cas ce qu'espère le mouvement génération Omar Bongo Ondimba. "Tout sauf Total Gabon" Cette association, réputée proche du pouvoir gabonais, a annoncé hier le lancement d'une opération de boycott des produits du groupe français Total, intitulée « tout sauf Total Gabon ». Sa présidente, Chantal Ondo, affirme avoir pris cette décision « suite à la réouverture en France du dossier des présumés biens mal acquis ». Elle « consiste à refuser tout produit Total Gabon, à savoir ...
Lire l'article
Le parti au pouvoir et le gouvernement de la République du Congo ainsi que la presse locale fustigent cette semaine l’injustice des organes occidentaux contre l’Afrique, après que la Cour de cassation française eut annoncé mardi que la justice pouvait poursuivre l’enquête sur le patrimoine en France de trois présidents africains, soit l’affaire dite des "biens mal acquis". La plainte visant les présidents gabonais Omar Bongo, congolais Denis Sassou Nguesso et équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema, avait été sollicitée en mars 2007 par l’organisation non-gouvernementale, Transparence Internationale (TI) France. Selon l’accusation de l’ONG, les trois chefs d’Etats ont détourné des fonds publics pour ...
Lire l'article
Une association gabonaise a annoncé samedi à l'AFP qu'elle portera plainte lundi à Libreville avec plusieurs ONG locales contre l'ONG Transparency International (TI)-France qui a porté plainte en France contre le président gabonais Omar Bongo Ondimba, décédé en 2009. "Nous avons déjà saisi notre avocat, il a la plainte qui sera déposée lundi auprès du procureur général de la République" de Libreville, a déclaré Albert Kassa, porte-parole de Cashbo qu'il présente comme "une association politique de soutien aux actions du pouvoir en place" au Gabon. "Nous sommes une trentaine d'associations et d'ONG gabonaises" à l'origine de cette "plainte pour propos diffamatoires, calomnieux ...
Lire l'article
« En date du 09 novembre 2010, la Cour de cassation Française a rendu une décision, annulant un arrêt de la Cour d’appel de Paris, rendu en mai 2009 et ayant conclu au rejet de la demande de l’organisation Transparency International dont la Cour d’appel avait estimé, à juste titre, qu’elle n’avait aucun intérêt juridique pour agir en la matière. Cette décision, d’une rare gravité, ne saurait laisser sans réaction, tous ceux qui sont attachés aux principes d’une société internationale organisée sur la base du respect du droit international et de la souveraineté des Etats. En effet, en décidant que les ...
Lire l'article
La Cour de cassation rendra mardi sa décision finale sur l'ouverture d'éventuelles poursuites en France concernant les logements de luxe et avoirs bancaires détenus par trois présidents africains. Ce dossier est à hauts risques diplomatiques pour Paris. Une éventuelle réponse favorable de la plus haute juridiction française mettrait en péril les relations avec certains pays-clés de son influence économique et politique en Afrique. "Au-delà des relations franco-africaines, c'est bien la capacité de la justice française à poser des limites au pillage des pays du Sud qui est en jeu", estime lundi dans un communiqué l'association CCFD-Terre solidaire. L'enquête menée en 2007 a mis ...
Lire l'article
La Cour de cassation dira le 9 novembre si un juge français a le droit ou non d'enquêter sur l'affaire dite des "biens mal acquis", concernant le patrimoine en France des présidents du Gabon, du Congo et de Guinée équatoriale et de leur entourage. C'est sans surprise que le ministère public s'est opposé mardi, lors de l'audience devant la chambre criminelle de la Cour de cassation, à la tenue d'une telle enquête. En mars 2007, l'ONG Transparence International (TI), spécialisée dans la lutte contre la corruption, avait déposé plainte contre les conditions d'acquisition d'un important patrimoine immobilier et mobilier en France par ...
Lire l'article
La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris doit dire le 29 octobre prochain si elle valide ou non la décision de la doyenne des juges d'instruction du tribunal de grande instance de Paris d'instruire la plainte déposée, notamment pour "blanchiment", qui vise les conditions d'acquisition en France du patrimoine de trois chefs d'Etat africains, a-t-on appris jeudi de source judiciaire. Le 7 mai dernier, le parquet de Paris avait fait appel de la décision de la doyenne, un appel soutenu jeudi par le parquet général également opposé à ce qu'un juge français mène une enquête. Le 20 avril dernier, ...
Lire l'article
C'est ce qu'affirme l'avocat d'une des associations qui a porté plainte devant la justice française sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etats africains, dont Omar Bongo. "La disparition du président Bongo ne change rien aux poursuites en cours dans l'affaire des biens mal acquis", a indiqué, lundi 8 juin, à l'AFP l'avocat Me William Bourdon, en rappelant que "plusieurs membres de sa famille" sont également visés par une plainte devant la justice française. "Une enquête de police a montré que les détournements de fonds dénoncés par Tranparence Internationale France sont imputables à une entreprise familiale", explique l'avocat de ...
Lire l'article
Omar Bongo et les bien mal acquis : Le grand journal CANALPLUS, le 12/02/2009, l'émission Le Grand Journal met a nu les biens mal acquis d'Omar Bongo (42 ans au pouvoir) et de Sassou Nguesso respectivement president du Gabon et du Congo Brazaville
Lire l'article
Le sélectionneur français, l’équipe nationale du Gabon, Alain Giresse, pourrait revenir sur sa décision de quitter son poste d’entraîneur, prise à l’issue du match perdu par l’équipe gabonaise, sur le score sans appel de 2 buts à 0 face aux Lions indomptables du Cameroun dans le cadre des éliminatoires de la Championnat d’Afrique des nations des locaux (CHAN 2009) prévu en Côte d’Ivoire, après s’être longuement entretenu mardi avec le président de la Fédération gabonaise de football, Léon Ababé, pour s’accorder en définitive sur le bien fondé de poursuivre ce partenariat avec le cap fixé désormais sur les prochaines échéances ...
Lire l'article
“Bien mal acquis” : Total va-t-il faire les frais de la décision de la justice française ?
Affaire « bien mal acquis »: Le Congo fustige l’injustice des organes occidentaux contre l’Afrique
“Bien mal acquis”: plainte lundi au Gabon contre une ONG française
« Bien mal acquis » : le Parti démocratique gabonais dénonce (Texte intégral)
Décision sur les “biens mal acquis” des présidents africains
Biens mal acquis par des dirigeants africains: décision le 9 novembre
“Biens mal acquis”: décision de la chambre de l’instruction le 29 octobre
Bien mal acquis : la mort d’Omar Bongo ne change rien
Omar Bongo et les bien mal acquis : Le grand journal CANALPLUS
Gabon: Football: Alain Giresse pourrait revenir sur sa décision et rester le coach des Panthères

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 11 Nov 2010
Catégorie(s): Françafrique,Politique,Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*