Socialisez

FacebookTwitterRSS

Biens Mal Acquis, remastérisés, remixés et biafrisés

Auteur/Source: · Date: 13 Nov 2010
Catégorie(s): Françafrique,Politique,Révélations

Sans commentaires:

2009:
http://www.youtube.com/watch?v=dEUtipRb2rw&feature=related
Oct 2010:
(1ère PARTIE)
http://www.youtube.com/watch?v=fYSWzY3WybA&feature=related
(2ème PARTIE): Documentaire diffusé sur ARTE le 19 octobre 2010

http://www.youtube.com/watch?v=AWKo7PbFQYs&feature=related
(3ème PARTIE)
http://www.youtube.com/watch?v=_OV_fNienPY&feature=related
(4ème PARTIE et fin)
http://www.youtube.com/watch?v=pAJ8CjOGNB8&feature=related


SUR LE MÊME SUJET
L’affaire des “biens mal acquis” africains prend de l’ampleur
Par Thierry Lévêque L'enquête judiciaire sur le patrimoine en France de plusieurs dirigeants africains, qui suscite de fortes tensions diplomatiques, prend de l'ampleur avec de nouvelles révélations et un développement probable des investigations. Un livre des journalistes Xavier Harel et Thomas Hofnung sorti cette semaine, "Le scandale des biens mal acquis", apporte de nouveaux éléments, dont un témoignage faisant état, sans preuves matérielles, d'un financement frauduleux de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 par de l'argent gabonais. Malgré l'opposition constante du parquet de Paris, des découvertes policières récentes et de nouveaux éléments transmis aux deux juges d'instruction saisis fin 2010 grâce à ...
Lire l'article
Nouvelle découverte dans l’affaire des “biens mal acquis”
L'ancien président du Gabon et sa famille ont dépensé des centaines de milliers d'euros en espèces pour l'achat de costumes, selon une enquête judiciaire à Paris pour détournement de fonds publics révélée par le Canard enchaîné. Cette instruction déclenchée contre l'avis du parquet par un arrêt en 2009 de la plus haute juridiction française vise les biens détenus en France et les dépenses de plusieurs chefs d'Etat de pays africains stratégiques pour la France. Le président gabonais Omar Bongo, mort en juin 2009 après 41 ans à la tête de cette ancienne colonie française, a dépensé 344.000 euros en espèces le 30 ...
Lire l'article
L’avocat Robert Bourgi entendu dans l’affaire des « biens mal acquis »
Par RFI. Interrogé, le 22 septembre 2011, par les policiers de la brigade financière dans l'enquête préliminaire ouverte après ses accusations de financement occulte de politiciens français par des chefs d'Etat africains, l'avocat franco-libanais est à nouveau entendu ce jeudi 6 octobre 2011. Cette fois, c'est le juge chargé de l'instruction du dossier des « biens mal acquis » qui doit l'auditionner. Trois chefs d'Etat, ainsi que plusieurs membres de leurs familles, sont visés par cette procédure judiciaire dite des « biens mal acquis » : le Congolais Denis Sassou Nguesso, l'Equato-Guinéen Téodoro Obiang Nguema, et feu le Gabonais Omar Bongo. Ils ...
Lire l'article
France/biens mal acquis: Robert Bourgi a été entendu par les juges
L'avocat Robert Bourgi, ancien conseiller officieux du président français pour l'Afrique, a été entendu jeudi après-midi par les juges chargés de l'enquête sur les biens mal acquis en France par trois chefs d'Etat africains, a-t-on appris de source proche de l'enquête. Entendu en qualité de témoin, Robert Bourgi a toutefois expliqué ne rien connaître des détails de ce dossier, a déclaré à la sortie de l'audition Me William Bourdon, avocat de l'ONG anticorruption Transparency International (TI), partie civile dans ce dossier. Il dit qu'il a tout appris par la presse concernant le patrimoine acquis en France par plusieurs chefs d'Etat africains, a ...
Lire l'article
“Biens mal acquis” : le parquet de Paris refuse d’élargir l’enquête
Les juges enquêtant en France sur les biens de plusieurs présidents africains n'ont pas été autorisés par le parquet de Paris à étendre leurs investigations. Une nouvelle plainte a été déposée par Transparency international. Le parquet de Paris a refusé d'élargir l'enquête sur le patrimoine en France des trois présidents africains visés par une plainte déposée en 2008 par Transparency International France dans l'affaire dite des « biens mal acquis ». « C'est une décision ahurissante, contraire à l'efficacité de l'enquête et en ligne avec la logique d'obstruction du parquet depuis 2007 », s'est insurgé Me Bourdon, l'un des avocats de ...
Lire l'article
Le parquet de Paris a refusé un réquisitoire supplétif au juge Roger Le Loire, qui enquête sur les biens mal acquis, en France, par les chefs d’Etat de la Guinée Equatoriale, du Gabon, du Congo et leurs proches. Selon l’enquête du juge d'instruction, les familles visées par la plainte déposée à Paris en 2008 par l'organisation Transparence International France (TIF), pour "recel de détournement de fonds publics", ont continué sur leur lancée en procédant à de nouvelles acquisitions. Les menaces liées à l'instruction judiciaire en cours sur leurs éventuels biens mal acquis en France n'ont pas tempéré leur goût du ...
Lire l'article
L'affaire concerne les conditions d'acquisition en France du patrimoine de présidents africains dont l'ancien chef d'Etat gabonais. Le Gabon s'est constitué partie civile dans l'enquête dite des "Biens mal acquis" concernant les conditions d'acquisition en France du patrimoine de présidents africains dont l'ancien chef d'Etat gabonais, a-t-on appris, vendredi 14 janvier, de sources judiciaires. Cette constitution de partie civile a été décidée par le président Ali Bongo, a expliqué à l'Associated Press l'avocat de l'Etat gabonais, Me Patrick Maisonneuve. Ali Bongo a succédé à son père, Omar Bongo, décédé en juin 2009. "Ce ne sont pas des organisations non gouvernementales comme Transparency ...
Lire l'article
La justice française va enquêter sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains. Un juge d'instruction a en effet décidé d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" par une association, Transparence internationale France, a-t-on appris mardi de source judiciaire. "C'est une décision sans précédent. C'est la première fois qu'une enquête est possible s'agissant de chefs d'Etat en exercice", s'est félicité Me William Bourdon, l'avocat de Transparence internationale France. L'avocat se dit confiant, en dépit d'un probable appel du parquet. "Le droit est l'allié des plaignants depuis le début de cette affaire. Cet appel sera perçu comme une tentative politique ...
Lire l'article
Sur cette page, vous trouverez des liens vers les divers meetings de la Coalition. Meeting de Bruxelles des 30 et 31 mai 2009, "Etats-Généraux de la Réforme au Gabon" portant Modification et révision de la Constitution Gabonaise Meeting de Paris des 20, 21 et 22 février 2009 portant naissance de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National Vous pouvez aussi suivre les activités et news de la Coalition.
Lire l'article
L’affaire des “biens mal acquis” africains prend de l’ampleur
Nouvelle découverte dans l’affaire des “biens mal acquis”
L’avocat Robert Bourgi entendu dans l’affaire des « biens mal acquis »
France/biens mal acquis: Robert Bourgi a été entendu par les juges
Gabon : Rencontre société civile TVplus : Pas de biométrie pas d’élection…
“Biens mal acquis” : le parquet de Paris refuse d’élargir l’enquête
Biens Mal acquis : Les acquisitions continuent malgré la plainte
“Biens mal acquis”, le Gabon se constitue partie civile
“Biens mal acquis”: le juge décide d’instruire sur les biens de chefs d’Etat africains
Meetings de la Coalition

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 13 Nov 2010
Catégorie(s): Françafrique,Politique,Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Biens Mal Acquis, remastérisés, remixés et biafrisés

  1. edboub

    14 Nov 2010 a 04:48

    Quel mauvais destin pour le peuple Gabonais. Comment peut on défendre farouchement la famille Bongo aujourd’hui dans l’affaire des biens mal acquis quand on sait que les Bongo ont largement détruit notre pays. Les Bongo ont les moyens de se défendre devant toute juridiction, il est donc inutile pour certains de montrer un excès de zèle à des fins politiciens; c’est une vrai malédiction. Laissons la justice de Dieu s’accomplir. D’ailleurs si les Bongo sont condamnés ce sera uniquement sur le plan financier et non pénal; Ils seront contraint certainement de rendre une partie de l’argent volé au peuple Gabonais; Ce qui permettra aux gabonais de s’offrir des écoles et des hôpitaux dignes de ce nom. Dieu est juste et il n’a pas oublié les Gabonais ; la vérité de Dieu finit toujours par triompher. Je suis très déçu par la mentalité de certains compatriotes qui n’arrivent toujours pas à comprendre que notre pays va mal à cause du manque d’Amour des Bongo pour notre pays . S’ils avaient seulement dépensé le dixième de ce qu’ils ont investi en Europe au Gabon, nous sérions heureux. Que la justice divine s’accomplisse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*