Socialisez

FacebookTwitterRSS

Affaire « bien mal acquis »: Le Congo fustige l’injustice des organes occidentaux contre l’Afrique

Auteur/Source: · Date: 14 Nov 2010
Catégorie(s): Afrique,Françafrique,Révélations

Le parti au pouvoir et le gouvernement de la République du Congo ainsi que la presse locale fustigent cette semaine l’injustice des organes occidentaux contre l’Afrique, après que la Cour de cassation française eut annoncé mardi que la justice pouvait poursuivre l’enquête sur le patrimoine en France de trois présidents africains, soit l’affaire dite des “biens mal acquis”.

La plainte visant les présidents gabonais Omar Bongo, congolais Denis Sassou Nguesso et équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema, avait été sollicitée en mars 2007 par l’organisation non-gouvernementale, Transparence Internationale (TI) France.

Selon l’accusation de l’ONG, les trois chefs d’Etats ont détourné des fonds publics pour s’offrir en France de luxueux biens, notamment immobiliers. L’accusation a été déclarée irrecevable en octobre de la même année, selon le porte-parole du gouvernement congolais, Bienvenu Okiemy.

Le 9 novembre, la Cour de cassation française a jugé recevable la constitution de partie civile de TI, permettant la désignation d’un juge d’instruction et l’ouverture d’une information judiciaire.

Le parti congolais du Travail (PCT), parti au pouvoir du Congo, a invité samedi dans une déclaration ses militants à “manifester partout sur la nouvelle idéologie de la cour de cassation française et l’association Transparence internationale” en réponse à la décision de la Cour de cassation française.

“En choisissant de s’attaquer, par la calomnie et la médisance au président du Congo, la section française de l’association Transparence internationale cache très mal la manipulation dont elle est l’objet par les forces obscures entretenues par les ennemis du Congo installés en France”, a fait part le responsable du secrétariat du PCT, François Ibovi, dans la déclaration.

“Le secrétariat permanent du Bureau politique considère que la campagne en cours contre le président Denis Sassou N’ guesso et certains chefs d’Etat africains n’est pas innocente, qu’elle vise en définitive à jeter l’opprobre sur les dirigeants africains et à déstabiliser les gouvernements africains…”, a indiqué M. Ibovi.

Il a invité également le gouvernement du Congo à riposter vigoureusement contre cette “attaque ignoble” par une série de mesures concrètes dans tous les domaines de la coopération avec la France et la Francophonie.

De la part gouvernementale, Bienvenu Okiemy a déclaré que la Cour de cassation française “viole le principe de l’égalité souveraine des Nations Unies, proclamé par l’article 2, paragraphe 1, de la Charte de l’ONU , en permettant à l’Association Transparence Internationale France, une organisation non-gouvernementale, de pouvoir faire poursuivre et juger un Etat”.

“La vérité est que l’ONG Transparence Internationale est très sélective dans ses dénonciations. Une fois de plus, c’est l’ Afrique qui est visée”, a-t-il indiqué le 11 novembre lors d’un point de presse organisé au centre national de radio et de télévision à Brazzaville.

Le porte-parole a également expliqué que pour le président congolais, Denis Sassou Nguesso, un bien immobilier en France lui permet de “multiplier les contacts dans une constante volonté d’élargir toujours davantage le cercle de ses interlocuteurs”, et “se justifie dans l’intérêt de la nation”.

En outre, il a précisé que les prix de l’immobilier ont explosé dans la plupart des grandes villes du monde et qu’évaluer le coût d’un appartement aujourd’ hui est sans rapport avec ce qu’il était il y a quelques années.

Le seul quotidien de la capitale congolaise de Brazzaville, “Les dépêches de Brazzaville”, a publié vendredi dernier un éditorial intitulé “Néocolonisme” pour relever la nature des organisations non gouvernementales occidentales.

“Les organisations non gouvernementales (ONG) qui attaquent sans cesse les dirigeants africains ne sont que les instruments dociles, serviles, de puissances occultes dont le seul but est d’ asservir à nouveau l’Afrique”, souligne l’article.

“Il replace au centre de ce drame les organisations non gouvernementales comme Transparency international, Survie, Sherpa, Global Witness qui tentent depuis des années, par tous les moyens, de déstabiliser les deux Congo, le Gabon, le Cameroun, la Guinée-Équatoriale, mais aussi le Soudan, la Centrafrique, le Tchad”, indique l’éditorial.

Par Han Bing, Prince Lepo et Guy Gervais Kitina (Xinhua)


SUR LE MÊME SUJET
De retour à Libreville au terme d’un séjour en Arabie Saoudite et à Singapour, le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, a déploré jeudi soir « une attitude arrogante et prétentieuse », des plaignants de l’affaire des biens supposés mal acquis, en référence à la plainte de Transparency International sur le patrimoine, en France de trois dirigeants africains dont feu Omar Bongo Ondimba. S’exprimant face à la presse, à l’aéroport international Léon Mba de Libreville, le président de la République de déclarer : « Je dois dire que ce qui me vient à l’esprit, c’est un adage français qui ...
Lire l'article
La décision de la justice française sur les "biens mal acquis" va-t-elle nuire aux intérêts des groupes industriels français sur le continent ? C'est en tout cas ce qu'espère le mouvement génération Omar Bongo Ondimba. "Tout sauf Total Gabon" Cette association, réputée proche du pouvoir gabonais, a annoncé hier le lancement d'une opération de boycott des produits du groupe français Total, intitulée « tout sauf Total Gabon ». Sa présidente, Chantal Ondo, affirme avoir pris cette décision « suite à la réouverture en France du dossier des présumés biens mal acquis ». Elle « consiste à refuser tout produit Total Gabon, à savoir ...
Lire l'article
Plusieurs associations gabonaises ont déposé lundi une plainte contre l'ONG Transparency International (TI) dans l'affaire dite des "biens mal acquis" sur le patrimoine en France de présidents africains, pour des "propos diffamatoires" contre l'ex-président Omar Bongo. La plainte des associations gabonaises vise TI "pour propos diffamatoires et calomnieux à l'endroit du défunt président Omar Bongo Ondimba, incitation aux troubles et à la révolte des Gabonais par médias internationaux interposés", selon un document montré à la presse par leur avocat, Me Ferdinand Abéna Bidzo'o. En décembre 2008, TI-France avait déposé une plainte à Paris, demandant une enquête sur le patrimoine en France ...
Lire l'article
Une association gabonaise a annoncé samedi à l'AFP qu'elle portera plainte lundi à Libreville avec plusieurs ONG locales contre l'ONG Transparency International (TI)-France qui a porté plainte en France contre le président gabonais Omar Bongo Ondimba, décédé en 2009. "Nous avons déjà saisi notre avocat, il a la plainte qui sera déposée lundi auprès du procureur général de la République" de Libreville, a déclaré Albert Kassa, porte-parole de Cashbo qu'il présente comme "une association politique de soutien aux actions du pouvoir en place" au Gabon. "Nous sommes une trentaine d'associations et d'ONG gabonaises" à l'origine de cette "plainte pour propos diffamatoires, calomnieux ...
Lire l'article
Un arrêt de la Cour de cassation autorise une enquête judiciaire française sur la manière dont trois présidents africains se sont constitué un important patrimoine parisien Audacieux, l’arrêt de principe rendu mardi par la Cour de cassation ouvre des perspectives nouvelles aux associations qui dénoncent la corruption et agissent pour en faire condamner les responsables, aussi puissants soient-ils. En relançant l’enquête sur les «biens mal acquis» par trois potentats d’Afrique, la plus haute juridiction judiciaire française peut aussi faire frémir quelques palais du continent. En filigrane, elle réaffirme aussi, dans une affaire sensible, la prééminence du juge d’instruction que Nicolas Sarkozy ...
Lire l'article
« En date du 09 novembre 2010, la Cour de cassation Française a rendu une décision, annulant un arrêt de la Cour d’appel de Paris, rendu en mai 2009 et ayant conclu au rejet de la demande de l’organisation Transparency International dont la Cour d’appel avait estimé, à juste titre, qu’elle n’avait aucun intérêt juridique pour agir en la matière. Cette décision, d’une rare gravité, ne saurait laisser sans réaction, tous ceux qui sont attachés aux principes d’une société internationale organisée sur la base du respect du droit international et de la souveraineté des Etats. En effet, en décidant que les ...
Lire l'article
Le Parquet de Paris a jugé irrecevable le 26 février la plainte du Cri du conseil de la diaspora (CCD) camerounaise déposé le 2 février contre le président Paul Biya pour «recel de détournement de fonds publics». La décision de la justice française aurait été motivée par un manque flagrant d’indices des plaignants. Accusé de «recel de détournement de fonds publics» par plusieurs ressortissants réunis autour du Cri du conseil des camerounais de la diaspora (CCD), le président Paul Biya a été blanchi par la justice française le 26 février. Cette association lui reprochait d’avoir constitué en France ...
Lire l'article
C'est ce qu'affirme l'avocat d'une des associations qui a porté plainte devant la justice française sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etats africains, dont Omar Bongo. "La disparition du président Bongo ne change rien aux poursuites en cours dans l'affaire des biens mal acquis", a indiqué, lundi 8 juin, à l'AFP l'avocat Me William Bourdon, en rappelant que "plusieurs membres de sa famille" sont également visés par une plainte devant la justice française. "Une enquête de police a montré que les détournements de fonds dénoncés par Tranparence Internationale France sont imputables à une entreprise familiale", explique l'avocat de ...
Lire l'article
Omar Bongo et les bien mal acquis : Le grand journal CANALPLUS, le 12/02/2009, l'émission Le Grand Journal met a nu les biens mal acquis d'Omar Bongo (42 ans au pouvoir) et de Sassou Nguesso respectivement president du Gabon et du Congo Brazaville
Lire l'article
PCCI Plateforme Congolaise contre la Corruption et l’Impunité ACT-LIB Acteurs Libres de la Société Civile Gabonaise Lundi 15 décembre 2008 Communiqué de Presse CONTRE LES BIENS MAL-ACQUIS La Plate-forme Congolaise Contre la Corruption et l’Impunité présidée par M. Benjamin Toungamani et les Acteurs Libres de la Société Civile Gabonaise présidés par M. Bruno Ben-Moubamba apportent leur soutien plein et entier à la démarche initiée par Sherpa et Transparence International France. Le mardi 2 décembre 2008, Transparence International France et M. Grégory Ngbwa Mintsa, citoyen gabonais,tous deux représentés par Maître William Bourdon, ont déposé une plainte à Paris avec constitution de partie civile devant ...
Lire l'article
Politique / Bien mal acquis: Ali Bongo dénonce « une attitude arrogante et prétentieuse »
“Bien mal acquis” : Total va-t-il faire les frais de la décision de la justice française ?
“Biens mal acquis” : une plainte déposée au Gabon contre Transparency International
“Bien mal acquis”: plainte lundi au Gabon contre une ONG française
Bien Mal Acquis: Une décision qui pourrait «casser la culture du pillage»
« Bien mal acquis » : le Parti démocratique gabonais dénonce (Texte intégral)
Justice : Paris blanchit Biya dans une affaire de biens mal acquis
Bien mal acquis : la mort d’Omar Bongo ne change rien
Omar Bongo et les bien mal acquis : Le grand journal CANALPLUS
Gabon / Congo: Contre les biens mal acquis

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Nov 2010
Catégorie(s): Afrique,Françafrique,Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*