Socialisez

FacebookTwitterRSS

“Biens mal acquis”: appel au boycott des produits de Total Gabon

Auteur/Source: · Date: 16 Nov 2010
Catégorie(s): Françafrique,Politique

Une association proche du pouvoir au Gabon a appelé mardi à boycotter pendant une semaine les produits du groupe français Total, qu’elle accuse d’être “le symbole de l’occupation française”, pour protester contre la France dans l’affaire dite des “biens mal acquis”.

Dans une déclaration lue devant la presse par sa présidente, Chantal Ondo, le Mouvement Génération Omar Bongo Ondimba (OBO) – du nom du président gabonais décédé en juin 2009 – affirme avoir décidé ce boycott “suite à la réouverture en France du dossier des présumés biens mal acquis” par M. Bongo, “affaire introduite il y a quelques années par les ONG Transparency International (TI) et Sherpa”.

En décembre 2008, la section française de TI, TI-France, avait déposé une plainte à Paris avec constitution de partie civile pour “recel de détournement de fonds publics” contre les présidents Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang Nguema de Guinée équatoriale et Omar Bongo.

Cela faisait suite à deux plaintes simples en mars 2007 et juillet 2008, d’après TI-France, qui accuse les trois chefs d’Etat d’avoir acheté d’importants biens immobiliers en France avec de l’argent provenant des fonds publics de leurs pays.

Le 9 novembre, la Cour de cassation française a jugé recevable la constitution de partie civile de TI. Cette décision a ouvert la voie à une enquête et à la nomination d’un juge d’instruction indépendant.

Selon le Mouvement Génération OBO, l’opération de boycott, “dénommée +Tout sauf Total Gabon+”, doit être lancée jeudi pour sept jours.

Elle “consiste à refuser tout produit Total Gabon, à savoir le carburant, le gaz, les huiles et autres accessoires”, explique cette organisation qui revendique quelque 2.000 membres nés à partir de 1967, année de l’arrivée au pouvoir d’Omar Bongo qui a dirigé pendant 41 ans le Gabon. Le pays est aujourd’hui présidé par son fils aîné, Ali Bongo Ondimba, élu en 2009.

“Charles de Gaulle (ex-président français) l’a dit: +La France n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts+, et parmi ces intérêts chez nous, il y a Total Gabon”, ajoute le mouvement.

Il qualifie Total de “symbole de l’occupation française en Afrique et au Gabon” et dénonce une “cabale” des ONG françaises “dont l’objectif est de défendre les intérêts français et non du peuple gabonais”.

Total Gabon est une société de droit gabonais détenue à 58% par le groupe Total à travers sa filiale Elf Aquitaine, à 25% par l’Etat gabonais, le reste (17%) appartenant à d’autres actionnaires, selon le site Internet de l’entreprise.

Le mouvement Génération OBO entend privilégier les manifestations pacifiques pendant la durée du boycott, a précisé à l’AFP Chantal Ondo, par ailleurs membre du Parti démocratique gabonais (PDG, créé par Omar Bongo et actuellement présidé par Ali Bongo).

Lundi, plusieurs associations et ONG gabonaises – mais pas Génération OBO – ont déposé une plainte au parquet de Libreville contre TI “pour propos diffamatoires et calomnieux” envers Omar Bongo.


SUR LE MÊME SUJET
Après les accusations de Robert Bourgi, voici celles de Mike Jocktane. Dans un livre à paraître ce jeudi en France, Le scandale des biens mal acquis, cet ancien collaborateur d'Omar Bongo confirme les accusations de Robert Bourgi et va plus loin, en affirmant que le défunt président gabonais a « contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy ». Mike Jocktane a été conseiller d'Omar Bongo à partir de 2005, promu directeur adjoint de son cabinet en janvier 2009, avant de rejoindre l'opposition au fils Bongo quand celui-ci a pris la succession de son père. Accessoirement, ...
Lire l'article
Nouvelle découverte dans l’affaire des “biens mal acquis”
L'ancien président du Gabon et sa famille ont dépensé des centaines de milliers d'euros en espèces pour l'achat de costumes, selon une enquête judiciaire à Paris pour détournement de fonds publics révélée par le Canard enchaîné. Cette instruction déclenchée contre l'avis du parquet par un arrêt en 2009 de la plus haute juridiction française vise les biens détenus en France et les dépenses de plusieurs chefs d'Etat de pays africains stratégiques pour la France. Le président gabonais Omar Bongo, mort en juin 2009 après 41 ans à la tête de cette ancienne colonie française, a dépensé 344.000 euros en espèces le 30 ...
Lire l'article
Les juges d'instruction Roger Le Loire et René Grouman ont été désignés pour enquêter sur l’affaire des biens mal acquis. Un dossier brûlant qui concerne les conditions d'acquisition d'un important patrimoine en France par les chefs d'État du Congo, de Guinée équatoriale et du Gabon. On connait désormais les juges qui auront la lourde tâche de faire la lumière sur l’affaire des biens mal acquis. Il s’agit des juges d'instruction parisiens Roger Le Loire et René Grouman qui enquêteront sur le patrimoine en France de trois présidents africains, Denis Sassou Nguesso (Congo), Teodoro Obiang Nguema (Guinée équatorial), le défunt chef ...
Lire l'article
L'appel à boycotter à partir de jeudi et pendant une semaine les produits du groupe français Total au Gabon lancé dans le cadre d'une protestation contre la France a été peu suivi à Libreville, a constaté un correspondant de l'AFP. Le boycottage est réclamé par le Mouvement Génération Omar Bongo Ondimba (OBO) -du nom du président gabonais décédé en juin 2009- dans le cadre d'une campagne de protestation "suite à la réouverture en France du dossier des présumés +biens mal acquis+", faisant allusion à une plainte de l'ONG Transparency International-France visant M. Bongo et les présidents Denis Sassou Nguesso (Congo) et ...
Lire l'article
Ali Bongo ne pouvait rester insensible dans l’affaire des biens mal acquis déclenchée par une plainte de Transparency International sur le patrimoine en France de trois dirigeants africains dont son défunt père Omar Bongo Ondimba. Le président gabonais s’est publiquement prononcé sur la question le 18 novembre à Libreville en dénonçant notamment une «attitude arrogante et prétentieuse» des plaignants. Le président Ali Bongo s’est prononcé le 18 novembre à Libreville sur l’affaire des biens mal acquis, relative au patrimoine en France de trois dirigeants africains dont son défunt père Omar Bongo Ondimba son prédécesseur à la tête du pays. ...
Lire l'article
La décision de la justice française sur les "biens mal acquis" va-t-elle nuire aux intérêts des groupes industriels français sur le continent ? C'est en tout cas ce qu'espère le mouvement génération Omar Bongo Ondimba. "Tout sauf Total Gabon" Cette association, réputée proche du pouvoir gabonais, a annoncé hier le lancement d'une opération de boycott des produits du groupe français Total, intitulée « tout sauf Total Gabon ». Sa présidente, Chantal Ondo, affirme avoir pris cette décision « suite à la réouverture en France du dossier des présumés biens mal acquis ». Elle « consiste à refuser tout produit Total Gabon, à savoir ...
Lire l'article
Plusieurs associations gabonaises ont déposé lundi une plainte contre l'ONG Transparency International (TI) dans l'affaire dite des "biens mal acquis" sur le patrimoine en France de présidents africains, pour des "propos diffamatoires" contre l'ex-président Omar Bongo. La plainte des associations gabonaises vise TI "pour propos diffamatoires et calomnieux à l'endroit du défunt président Omar Bongo Ondimba, incitation aux troubles et à la révolte des Gabonais par médias internationaux interposés", selon un document montré à la presse par leur avocat, Me Ferdinand Abéna Bidzo'o. En décembre 2008, TI-France avait déposé une plainte à Paris, demandant une enquête sur le patrimoine en France ...
Lire l'article
Les chiffres dans l'affaire des « biens mal acquis » (lire encadré) sont impressionnants. Entre 105 et 180 milliards de dollars (75 à 130 milliards d'euros) ont été détournés par une trentaine de dictateurs, selon le rapport du Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) publié hier, intitulé « Biens mal acquis, à qui profite le crime ? ». Au « palmarès » des dirigeants ayant détourné le plus d'argent figurent l'Irakien Saddam Hussein (entre 7,2 et 28,8 milliards d'euros), le dernier chah d'Iran, Mohammed Reza Pahlavi (25,2 milliards), le dictateur indonésien Suharto (entre 12,6 et 25,2 milliards), ...
Lire l'article
Le parquet de Paris a fait appel jeudi après-midi de la décision de la doyenne des juges d'instruction du tribunal de grande instance d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" qui vise les conditions d'acquisition en France du patrimoine de trois chefs d'Etat africains, a-t-on appris de source judiciaire. Il appartient désormais à la chambre de l'instruction de décider si oui ou non un juge français est habilité à mener une enquête. "Les engagements du candidat Sarkozy de mettre fin à certaines pratiques qui ont terni les relations entre la France et l'Afrique sont aujourd'hui totalement caduques", a commenté l'avocat des plaignants, ...
Lire l'article
La justice française va enquêter sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains. Un juge d'instruction a en effet décidé d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" par une association, Transparence internationale France, a-t-on appris mardi de source judiciaire. "C'est une décision sans précédent. C'est la première fois qu'une enquête est possible s'agissant de chefs d'Etat en exercice", s'est félicité Me William Bourdon, l'avocat de Transparence internationale France. L'avocat se dit confiant, en dépit d'un probable appel du parquet. "Le droit est l'allié des plaignants depuis le début de cette affaire. Cet appel sera perçu comme une tentative politique ...
Lire l'article
Biens mal acquis : les accusations d’un ex-collaborateur d’Omar Bongo
Nouvelle découverte dans l’affaire des “biens mal acquis”
Justice : Les juges de l’affaire des biens mal acquis connus !
Gabon: appel au boycott des produits de Total peu suivi à Libreville
Gabon : Ali Bongo se prononce sur les biens mal acquis
“Bien mal acquis” : Total va-t-il faire les frais de la décision de la justice française ?
“Biens mal acquis” : une plainte déposée au Gabon contre Transparency International
Le scandale des « biens mal acquis » perdure
“Biens mal acquis”: le parquet de Paris fait appel de l’ouverture d’enquête
“Biens mal acquis”: le juge décide d’instruire sur les biens de chefs d’Etat africains

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 16 Nov 2010
Catégorie(s): Françafrique,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*