Socialisez

FacebookTwitterRSS

“Bien mal acquis” : Total va-t-il faire les frais de la décision de la justice française ?

Auteur/Source: · Date: 17 Nov 2010
Catégorie(s): Economie,Politique

La décision de la justice française sur les “biens mal acquis” va-t-elle nuire aux intérêts des groupes industriels français sur le continent ? C’est en tout cas ce qu’espère le mouvement génération Omar Bongo Ondimba.

“Tout sauf Total Gabon”

Cette association, réputée proche du pouvoir gabonais, a annoncé hier le lancement d’une opération de boycott des produits du groupe français Total, intitulée « tout sauf Total Gabon ». Sa présidente, Chantal Ondo, affirme avoir pris cette décision « suite à la réouverture en France du dossier des présumés biens mal acquis ».

Elle « consiste à refuser tout produit Total Gabon, à savoir le carburant, le gaz, les huiles et autres accessoires » et doit commencer jeudi pour une durée de sept jours précise l’organisation, qui revendique 2 000 membres.

Cette affaire, qui vise le défunt président Omar Bongo Ondimba (ainsi que les présidents congolais Denis Sassou Nguesso et équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema), a été relancée le 9 novembre par une décision de la Cour de cassation française.

Contre la volonté du ministère français de la Justice, la plus haute juridiction française a décidé de valider la plainte avec constitution de partie civile de l’ONG Transparency International déposée à Paris en décembre 2008 pour « recel de détournement de fonds publics », qui avait été initialement rejetée par la Cour d’appel.

Total Gabon détenu à 25 % par l’État gabonais

Cette décision devrait aboutir à la nomination d’un juge d’instruction pour enquêter sur le patrimoine des chefs d’État et sur la façon dont il a été acquis.

« Charles de Gaulle l’a dit : “La France n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts.”, et parmi ces intérêts chez nous, il y a Total Gabon », a ajouté le mouvement qui qualifie Total de « symbole de l’occupation française en Afrique et au Gabon ».

Reste que les intérêts de Total Gabon sont aussi en partie ceux de l’État gabonais : selon le site internet du groupe, l’entreprise est détenue à 25 % par les fonds publics gabonais.


SUR LE MÊME SUJET
Les juges d'instruction Roger Le Loire et René Grouman ont été désignés pour enquêter sur l’affaire des biens mal acquis. Un dossier brûlant qui concerne les conditions d'acquisition d'un important patrimoine en France par les chefs d'État du Congo, de Guinée équatoriale et du Gabon. On connait désormais les juges qui auront la lourde tâche de faire la lumière sur l’affaire des biens mal acquis. Il s’agit des juges d'instruction parisiens Roger Le Loire et René Grouman qui enquêteront sur le patrimoine en France de trois présidents africains, Denis Sassou Nguesso (Congo), Teodoro Obiang Nguema (Guinée équatorial), le défunt chef ...
Lire l'article
De retour à Libreville au terme d’un séjour en Arabie Saoudite et à Singapour, le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, a déploré jeudi soir « une attitude arrogante et prétentieuse », des plaignants de l’affaire des biens supposés mal acquis, en référence à la plainte de Transparency International sur le patrimoine, en France de trois dirigeants africains dont feu Omar Bongo Ondimba. S’exprimant face à la presse, à l’aéroport international Léon Mba de Libreville, le président de la République de déclarer : « Je dois dire que ce qui me vient à l’esprit, c’est un adage français qui ...
Lire l'article
Une association proche du pouvoir au Gabon a appelé mardi à boycotter pendant une semaine les produits du groupe français Total, qu'elle accuse d'être "le symbole de l'occupation française", pour protester contre la France dans l'affaire dite des "biens mal acquis". Dans une déclaration lue devant la presse par sa présidente, Chantal Ondo, le Mouvement Génération Omar Bongo Ondimba (OBO) - du nom du président gabonais décédé en juin 2009 - affirme avoir décidé ce boycott "suite à la réouverture en France du dossier des présumés biens mal acquis" par M. Bongo, "affaire introduite il y a quelques années par les ...
Lire l'article
Une association gabonaise a annoncé samedi à l'AFP qu'elle portera plainte lundi à Libreville avec plusieurs ONG locales contre l'ONG Transparency International (TI)-France qui a porté plainte en France contre le président gabonais Omar Bongo Ondimba, décédé en 2009. "Nous avons déjà saisi notre avocat, il a la plainte qui sera déposée lundi auprès du procureur général de la République" de Libreville, a déclaré Albert Kassa, porte-parole de Cashbo qu'il présente comme "une association politique de soutien aux actions du pouvoir en place" au Gabon. "Nous sommes une trentaine d'associations et d'ONG gabonaises" à l'origine de cette "plainte pour propos diffamatoires, calomnieux ...
Lire l'article
Un arrêt de la Cour de cassation autorise une enquête judiciaire française sur la manière dont trois présidents africains se sont constitué un important patrimoine parisien Audacieux, l’arrêt de principe rendu mardi par la Cour de cassation ouvre des perspectives nouvelles aux associations qui dénoncent la corruption et agissent pour en faire condamner les responsables, aussi puissants soient-ils. En relançant l’enquête sur les «biens mal acquis» par trois potentats d’Afrique, la plus haute juridiction judiciaire française peut aussi faire frémir quelques palais du continent. En filigrane, elle réaffirme aussi, dans une affaire sensible, la prééminence du juge d’instruction que Nicolas Sarkozy ...
Lire l'article
« En date du 09 novembre 2010, la Cour de cassation Française a rendu une décision, annulant un arrêt de la Cour d’appel de Paris, rendu en mai 2009 et ayant conclu au rejet de la demande de l’organisation Transparency International dont la Cour d’appel avait estimé, à juste titre, qu’elle n’avait aucun intérêt juridique pour agir en la matière. Cette décision, d’une rare gravité, ne saurait laisser sans réaction, tous ceux qui sont attachés aux principes d’une société internationale organisée sur la base du respect du droit international et de la souveraineté des Etats. En effet, en décidant que les ...
Lire l'article
La Cour de cassation rendra mardi sa décision finale sur l'ouverture d'éventuelles poursuites en France concernant les logements de luxe et avoirs bancaires détenus par trois présidents africains. Ce dossier est à hauts risques diplomatiques pour Paris. Une éventuelle réponse favorable de la plus haute juridiction française mettrait en péril les relations avec certains pays-clés de son influence économique et politique en Afrique. "Au-delà des relations franco-africaines, c'est bien la capacité de la justice française à poser des limites au pillage des pays du Sud qui est en jeu", estime lundi dans un communiqué l'association CCFD-Terre solidaire. L'enquête menée en 2007 a mis ...
Lire l'article
La Cour de cassation dira le 9 novembre si un juge français a le droit ou non d'enquêter sur l'affaire dite des "biens mal acquis", concernant le patrimoine en France des présidents du Gabon, du Congo et de Guinée équatoriale et de leur entourage. C'est sans surprise que le ministère public s'est opposé mardi, lors de l'audience devant la chambre criminelle de la Cour de cassation, à la tenue d'une telle enquête. En mars 2007, l'ONG Transparence International (TI), spécialisée dans la lutte contre la corruption, avait déposé plainte contre les conditions d'acquisition d'un important patrimoine immobilier et mobilier en France par ...
Lire l'article
Elle refuse d’annuler les saisies de neuf comptes bancaires du président gabonais Le juge d’exécution du tribunal de grande instance de Paris a refusé, mardi, d’ordonner la mainlevée des saisies de neuf comptes bancaires appartenant au président Omar Bongo Ondimba. Ces comptes, domiciliés à la BNP-Paribas et au Crédit Lyonnais, en France, avaient été bloqués en février après une décision de la cour d’appel de Bordeaux. A Monaco, dans "l’affaire des biens mal acquis", une enquête judiciaire ordonnée par la justice de la principauté révèle l’existence de deux comptes au nom de la défunte première dame du Gabon, Edith Bongo. Mais ...
Lire l'article
Au nom du peuple gabonais, du mouvement " Bongo Doit Partir " (BDP-Gabon Nouveau), et de mon nom propre en tant que Président de ce mouvement, je tiens ici à saluer la décision rendue ce mardi 5 mai par la juge d'instruction française Françoise Desset trouvant recevable la plainte déposée par les associations Sherpa et Transparency International contre les trois dictateurs kleptocrates africains que sont Denis Sassou Nguesso du Congo Brazza, Omar Bongo du Gabon et Teodoro Obiang Nguéma de Guinée Equatoriale. Dans ce dossier qui a connu mille revirements et rebondissements, la recevabilité de cette plainte pour recel, blanchiment et ...
Lire l'article
Justice : Les juges de l’affaire des biens mal acquis connus !
Politique / Bien mal acquis: Ali Bongo dénonce « une attitude arrogante et prétentieuse »
“Biens mal acquis”: appel au boycott des produits de Total Gabon
“Bien mal acquis”: plainte lundi au Gabon contre une ONG française
Bien Mal Acquis: Une décision qui pourrait «casser la culture du pillage»
« Bien mal acquis » : le Parti démocratique gabonais dénonce (Texte intégral)
Décision sur les “biens mal acquis” des présidents africains
Biens mal acquis par des dirigeants africains: décision le 9 novembre
La justice française ne lâche pas Omar Bongo
Communiqué: Le mouvement “Bongo Doit Partir” salue la décision de la justice française jugeant recevable la plainte contre Omar Bongo et appelle le parquet de

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 17 Nov 2010
Catégorie(s): Economie,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*