Socialisez

FacebookTwitterRSS

Politique / Biens mal acquis: la Cour d’appel de Paris enterre l’enquête (RFI, intégral)

Auteur/Source: · Date: 17 Nov 2010
Catégorie(s): Françafrique,Politique

La Cour d’appel de Paris a annulé une décision d’enquêter sur le patrimoine détenu en France par trois chefs d’Etat africains; une demande déposée en 2008 par Transparence international France, organisation non gouvernementale, spécialisée dans la lutte contre la corruption, rapporte ce mercredi le site Radio France International (RFI).

La chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Paris s’est opposée ce jeudi à l’ouverture d’une enquête judiciaire sur les conditions d’acquisition en France du patrimoine de trois chefs d’Etat africains et de leurs proches. A l’origine de la plainte, Transparence international France, une organisation spécialisée dans la lutte contre la corruption, qui soupçonne Denis Sassou Nguesso, du Congo, Teodoro Obiang, de Guinée-Equatoriale, et le défunt chef d’Etat gabonais, d’avoir financé leurs biens par de l’argent public détourné.

Dans son arrêt, la Cour d’appel de Paris a estimé que les plaignants ne pouvaient arguer d’un préjudice dans ce dossier: « la preuve que Transparence international France subirait un préjudice personnel, économique, directement causé par les infractions qu’elle dénonce », n’est pas rapportée, souligne-t-elle.

En 2007 et 2008 déjà, le parquet de Paris avait classé sans suite des plaintes visant les trois chefs d’Etat africains, dont le patrimoine est évalué à 160 millions d’euros. En mai 2009, suite à un rapport d’enquête de police, Françoise Desset, la doyenne des juges du pôle financier, avait donné son aval à l’ouverture d’une enquête judiciaire. Mais contrairement à la juge Desset, la cour d’appel a jugé irrecevable la plainte avec constitution de partie civile de l’association Transparence international France.

« Aujourd’hui, c’est champagne pour l’association des malfaiteurs franco-africains qui vont interpréter cette décision comme le retour de l’omerta judiciaire », a déclaré Maître William Bourdon, avocat de l’association Transparence international France.

Patrick Maisonneuve, avocat de la famille Bongo, a salué la décision de la cour d’appel, estimant que l’on « ne peut autoriser n’importe quelle association à se prononcer à la place des citoyens de ces pays ».

Maître Olivier Pardo, conseiller du chef de l’Etat équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema, au pouvoir depuis trente ans, exprime lui aussi sa satisfaction: « C’est une décision importante. Cela montre que l’instrumentalisation de la justice française n’a pas fonctionné ». Il ajoute avoir déposé une plainte pour « dénonciation calomnieuse » afin, dit-il, de « lever l’opacité sur ces associations que personne ne connaît et qui prétendent se substituer aux Africains ».

Quant à Maître William Bourdon Bourdon, avocat de Transparence international France, il annonce un pourvoi en cassation. 


SUR LE MÊME SUJET
Dans le cadre de l’enquête au sujet des "biens mal acquis en France", le parquet de Paris a procédé, le 15 juin, à des perquisitions chez les avocats et notaires des chefs d’Etats africains, Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang Nguema de la Guinée équatoriale et le défunt président gabonais Omar Bongo. Il fallait s’y attendre après la décision de la Cour de cassation française du 9 novembre 2010, autorisant la justice à enquêter sur les conditions d'acquisition en France du patrimoine des trois chefs d’Etats africains, Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang Nguema de la Guinée équatoriale ...
Lire l'article
“Biens mal acquis” : le parquet de Paris refuse d’élargir l’enquête
Les juges enquêtant en France sur les biens de plusieurs présidents africains n'ont pas été autorisés par le parquet de Paris à étendre leurs investigations. Une nouvelle plainte a été déposée par Transparency international. Le parquet de Paris a refusé d'élargir l'enquête sur le patrimoine en France des trois présidents africains visés par une plainte déposée en 2008 par Transparency International France dans l'affaire dite des « biens mal acquis ». « C'est une décision ahurissante, contraire à l'efficacité de l'enquête et en ligne avec la logique d'obstruction du parquet depuis 2007 », s'est insurgé Me Bourdon, l'un des avocats de ...
Lire l'article
Cinq ONG gabonaises ont déposé une plainte, lundi, au tribunal de grande instance de Libreville, contre une ONG française, Transparency International, pour « propos diffamatoires et injurieux » à l’encontre du défunt chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba, a constaté GABONEWS. Ces cinq ONG, représentées par Me Ferdinand Abena Bidzo’o, se référant à l’article 283 du code pénal en République gabonaise qui stipule que « toute allégation ou imputation qui font atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne à laquelle elle est adressée, est une diffamation » sont montées au créneau pour protester contre l’ONG française qui ...
Lire l'article
Biens mal acquis: “Une grande victoire pour les peuples spoliés”
En jugeant recevable ce mardi la constitution de partie civile de l'association Transparence International France dans l'affaire dite des biens mal acquis, la cour de cassation a ouvert la voie à une enquête sur le patrimoine dans l'Hexagone de trois présidents africains. C'est une nouveauté. Pour la première fois en France, une enquête sur l'origine du patrimoine d'un chef d'Etat étranger va être ouverte à la demande d'une association, Transparence International. Cette décision va permettre la désignation d'un juge d'instruction et l'ouverture d'une information judiciaire pouvant mettre en cause plusieurs présidents africains. Tout commence en 2007, lorsque le rapport "Biens mal acquis" ...
Lire l'article
La Cour de cassation dira le 9 novembre si un juge français a le droit ou non d'enquêter sur l'affaire dite des "biens mal acquis", concernant le patrimoine en France des présidents du Gabon, du Congo et de Guinée équatoriale et de leur entourage. C'est sans surprise que le ministère public s'est opposé mardi, lors de l'audience devant la chambre criminelle de la Cour de cassation, à la tenue d'une telle enquête. En mars 2007, l'ONG Transparence International (TI), spécialisée dans la lutte contre la corruption, avait déposé plainte contre les conditions d'acquisition d'un important patrimoine immobilier et mobilier en France par ...
Lire l'article
L'ONG Transparence internationale avait porté plainte en 2008 concernant les biens acquis en France par Omar Bongo du Gabon, Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang de Guinée Equatoriale. Clos avant d’être ouverte ? La Cour d'appel de Paris a refusé jeudi qu'un juge d'instruction lance une enquête sur l'affaire dite des «biens mal acquis» présumés par les présidents du Gabon, du Congo et de Guinée équatoriale et de leur entourage, a-t-on appris de source judiciaire et auprès de l'un des avocats. La chambre de l'instruction de la cour d'appel a jugé irrecevable la plainte de l'ONG Transparence International, spécialisée dans la ...
Lire l'article
La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris doit dire le 29 octobre prochain si elle valide ou non la décision de la doyenne des juges d'instruction du tribunal de grande instance de Paris d'instruire la plainte déposée, notamment pour "blanchiment", qui vise les conditions d'acquisition en France du patrimoine de trois chefs d'Etat africains, a-t-on appris jeudi de source judiciaire. Le 7 mai dernier, le parquet de Paris avait fait appel de la décision de la doyenne, un appel soutenu jeudi par le parquet général également opposé à ce qu'un juge français mène une enquête. Le 20 avril dernier, ...
Lire l'article
Le parquet de Paris a fait appel jeudi après-midi de la décision de la doyenne des juges d'instruction du tribunal de grande instance d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" qui vise les conditions d'acquisition en France du patrimoine de trois chefs d'Etat africains, a-t-on appris de source judiciaire. Il appartient désormais à la chambre de l'instruction de décider si oui ou non un juge français est habilité à mener une enquête. "Les engagements du candidat Sarkozy de mettre fin à certaines pratiques qui ont terni les relations entre la France et l'Afrique sont aujourd'hui totalement caduques", a commenté l'avocat des plaignants, ...
Lire l'article
Trois chefs d'Etat africains pourraient répondre devant la justice française d'accusation de prédation commis au détriment de leur peuple. Juridiquement incertaine, politiquement explosive, l'affaire des "biens mal acquis" a rebondi, mardi 5 mai, lorsque Françoise Desset, doyenne des juges d'instruction du pôle financier de Paris, a jugé recevable la plainte pour "recel de détournement de fonds publics" visant les présidents Omar Bongo du Gabon, Denis Sassou-Nguesso du Congo et Teodoro Obiang de Guinée équatoriale. Conséquence : une information judiciaire peut être ouverte. La procédure met en cause l'acquisition par ces chefs d'Etat en France d'un imposant patrimoine d'immeubles et de ...
Lire l'article
La justice française va enquêter sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains. Un juge d'instruction a en effet décidé d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" par une association, Transparence internationale France, a-t-on appris mardi de source judiciaire. "C'est une décision sans précédent. C'est la première fois qu'une enquête est possible s'agissant de chefs d'Etat en exercice", s'est félicité Me William Bourdon, l'avocat de Transparence internationale France. L'avocat se dit confiant, en dépit d'un probable appel du parquet. "Le droit est l'allié des plaignants depuis le début de cette affaire. Cet appel sera perçu comme une tentative politique ...
Lire l'article
Biens mal acquis : Le parquet de Paris perquisitionne
“Biens mal acquis” : le parquet de Paris refuse d’élargir l’enquête
Politique / « Biens mal acquis »: Cinq ONG gabonaises portent plainte contre Transparency International
Biens mal acquis: “Une grande victoire pour les peuples spoliés”
Biens mal acquis par des dirigeants africains: décision le 9 novembre
Biens mal acquis : la justice refuse l’ouverture d’une enquête
“Biens mal acquis”: décision de la chambre de l’instruction le 29 octobre
“Biens mal acquis”: le parquet de Paris fait appel de l’ouverture d’enquête
L’affaire des “biens mal acquis” relancée à Paris
“Biens mal acquis”: le juge décide d’instruire sur les biens de chefs d’Etat africains


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 17 Nov 2010
Catégorie(s): Françafrique,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*