Socialisez

FacebookTwitterRSS

Politique: L’UPG opterait-elle pour la rupture et la responsabilité?

Auteur/Source: · Date: 18 Nov 2010
Catégorie(s): Politique

L’Union du peuple gabonais (UPG), pourtant parti de l’Alliance pour la restauration et le Changement (ACR, opposition), annonçant ce jeudi qu’il ne participera ni au meeting ni à la marche organisés par certains partis et regroupements de partis de l’opposition gabonaise, samedi prochain, a, à ce qui semble, voulu marquer une rupture, mieux, afficher sa « désormais » responsabilité devant la classe politique nationale et internationale.

LA POLITIQUE N’A PAS BESOIN DE LA RUE POUR EXISTER

Alors que l’on s’attendait à voir le contraire, notamment la participation de l’Union du peuple gabonais, principal locomotive de l’Alliance pour la restauration et le Changement, au meeting et à la marche de samedi prochain au carrefour historique, Rio, voilà que contre toute attente, l’UPG a fait fort en indiquant qu’elle n’y sera pas.

Première leçon à tirer, l’on peut aisément comprendre que la politique, la vraie, n’a pas que besoin de la rue pour exister. En effet, l’histoire nous rappelle que le parti de Pierre Mamboundou est un habitué inconditionnel de la rue, des mouvements de foules qui, en réalité, n’ont jamais rien apporté à cette formation de plus d’une vingtaine d’années.

Aujourd’hui donc, l’heure est à la sagesse; c’est ce que l’on est en droit de pense, ou encore de croire, lorsque l’on voit l’attitude qu’a adopté le directoire du parti de l’homme fort de Ndendé et que d’aucuns qualifient déjà de « responsable » face à ce meeting et à la marche de samedi.

Deuxième leçon, cette sortie de l’UPG pourrait être le voile qui cachait la discorde dans la maison Opposition gabonaise. Si non, pourquoi certains alliés de l’ACR se retrouvent aux côtés de l’Union nationale (UN) et de la Coalition des Partis Politiques pour l’Alternance (CPPA) ? Ne seraient-ce pas là les prémices d’un effondrement de ces différentes coalitions à l’approche des législatives de 2011?

CHANGER DE STRATEGIE

Les observateurs, eux, estiment que l’UPG a simplement compris qu’il fallait changer de stratégie pour procéder par le dialogue, la concertation et la patience.

Par ailleurs, l’année 2011 est l’année test pour le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba qui a un an à la magistrature suprême et son sa formation politique, le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), qui voudrait conforter royalement son positionnement à la représentation du peuple. Mais, en face l’UPG, en force de proposition, mais aussi de contestation se positionne. Le jeu est donc orienté vers les législative de 2011, d’où le la décrispation annoncée par l’UPG le 11 octobre dernier.

Déjà, le 27 septembre 2010 dernier, les prémices de la nouvelle stratégie qui est désormais mise en branle par l’Union du peuple gabonais, avec plus de communication, avait été signalées par la rencontre et l’échange qui a eu lieu à Paris (France) entre Pierre Mamboundou et le Chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba.

Toute chose qui a fait beaucoup de bruit avec des sorties et les interprétations de la Coalition des partis politiques pour l’Alternance (CPPA, opposition) qui y voyait « une trahison ».

Or, l’Union du peuple gabonais (UPG), par la voix de son porte-parole, Jean Romain Mourou Mbina, avait vite fait, le 11 octobre, d’éclairer l’opinion sur « la rencontre qui avait plutôt pour but de décrisper le climat politique », tout en qualifiant de « tendancieux », la déclaration du CPPA qui insinuait que la rencontre entre le leader de l’UPG, et le n°1 gabonais, tendait à légitimer le pouvoir du Chef de l’Etat.

LA DECRISPATION SEMBLE VERITABLEMENT S’AMORCER

Sans verser dans la réplique et encore moins dans les « faux débats », l’UPG avait convié, via une « mise au point » les autres adversaires du régime, autrement dit, la Coalition des Partis Politiques pour l’Alternance (CPPA) à l’« ouverture urgente des discussions sur les stratégies politiques portant sur la préparation et l’organisation des élections législatives prochaines afin de garantir la majorité attendue à l’opposition à l’Assemblée nationale ».

Globalement, l’on voit que le parti a littéralement changé de stratégie. De toute évidence, depuis cette rencontre du 27 septembre dernier à Paris, Pierre Mamboundou (deuxième à la présidentielle anticipée avec 25,64 % des suffrages exprimés), et Ali Bongo Ondimba (élu président de la République avec 41,73 % des voix, lors de l’unique tour du scrutin du mois d’août 2009), le landerneau politique gabonais suppute voire émet diverses hypothèses.

Dans tous les cas, d’aucuns s’accordent sur le fait que la décrispation semble véritablement s’amorcer entre une frange importante de l’opposition et le régime.

Et si l’on en croît une partie de la presse, il n’est pas exclue une accélération dans la détente entre les deux bords. D’où l’idée de la nomination, déjà avancée par plusieurs observateurs de la politique gabonaise, du leader de l’UPG, au poste de Vice –président de la République tandis que son parti hériterait de quelques porte feuilles ministériels de premier plan dans le prochain gouvernement.


SUR LE MÊME SUJET
Le Parti de l’Union du Peuple Gabonais (UPG, opposition), encore endeuillé par la disparition de son président, Pierre Mamboundou, décédé le 15 octobre dernier, serait entrain de revisiter sa position dans les coulisses afin de participer aux élections législatives du 17 décembre prochain, battant ainsi en brèche et contre toute attente sa première décision de ne pas présenter des candidatures à cette échéance importante, a révélé ce vendredi, en début de soirée, à Mouila, un upégiste proche de la famille de l’illustre disparu. Sous le couvert de l’anonymat, ce militant de l’UPG, a indiqué que le parti, contrairement à ce ...
Lire l'article
Le Groupe d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique centrale (GABAC) organise une mission d’évaluation sur les diligences observées par les assujettis en matière du blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme au Gabon. Appuyé par la Banque mondiale et le Groupe d’Action financière (GAFI), cette manifestation aura lieu les 11 et 12 août prochains. Le Groupe d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique centrale (GABAG), appuyé par la Banque mondiale et le Groupe d’Action financière (GAFI), organise une mission d’évaluation sur les diligences observées par les assujettis en matière du blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme au ...
Lire l'article
L’ancien secrétaire général de l’U.P.G (parti de l’opposition) animera un point de presse le samedi 30 juillet 2011 à 10 heures à l’amphithéâtre de l’immeuble Arambo. Richard Moulomba Mombo fera une déclaration afin de situer l’opinion nationale et internationale sur son avenir politique. Une déclaration tant attendue dans la mesure ou le pays va vibrer au rythme des élections législatives au mois de novembre prochain. Et l’éphémère député de la Doutsila voudrait à cette occasion se présenter pour barrer la route au Parti de Pierre Mamboundou dans cette localité de la province de la Nyanga. D’aucun ont ...
Lire l'article
La majorité républicaine pour l’émergence serait-elle une dynamique à géométrie variable
(Par Marinette ENGONGA). Les résultats des élections législatives et sénatoriales partielles qui constituaient un véritable test pour toutes les forces politiques en présence se sont déroulées le dimanche 6 juin dernier sur cinq circonscriptions électorales pour ce qui est des législatives, et sur trois sièges de sénateurs. Les résultats ont été rendus publics dans la soirée de mercredi par le ministre de l’Intérieur, Jean François Ndongou. Une annonce qui a donné vainqueur le Parti Démocratique gabonais (PDG), qui remporte ainsi trois sièges notamment ceux de Mulundu, de Ntoum et de Bendjé, révèle par ailleurs la capacité et le dynamisme de ce ...
Lire l'article
Une affaire de prétendus déchets toxiques découverts à Mounana par des proches du maire adjoint, Rodrigue Bokoko, dans la verse industrielle de la compagnie des mines d’uranium de Franceville (Comuf), a signé leur divorce après une union vieille d’un demi-siècle. Depuis le début de cette année, le maire adjoint de Mounana, Rodrigue Bokoko, et quelques proches accusent la Comuf d’avoir autorisé l’enfouissement des ‘’déchets toxiques’’ dans sa ville. Cette opération a été effectuée par l’entreprise Geofor, sous-traitante de la Comuf, entre le 5 et le 15 novembre 2009, a indiqué M. Bokoko, ajoutant que ces produits proviendraient du Centre international ...
Lire l'article
Il est impensable que les dérapages de Mounana soient traités sérieusement. Le pouvoir destructeur gabonais joue avec le temps, comme toujours, pour endormir le Peuple quant aux révélations qui on été faites sur les dégâts suites à l’exploitation de l’uranium dans cette ville. Pour soulager ces populations endeuillées et malades, il faut engager immédiatement des actes sur le plan sanitaire ET sur le plan administratif et judiciaire: - Pour ce qui concerne l’urgence sanitaire: * Suivi médical : Prise en charge immédiate des malades aux frais d’AREVA et/ou de l’Etat (la maladie n’attend pas d’hypothétiques dénouements et les malades souffrent présentement le ...
Lire l'article
Un an après un voyage éclair de six heures à Luanda, Nicolas Sarkozy renoue jeudi et vendredi avec l'Afrique pour un périple tout aussi minuté à Kinshasa, Brazzaville et Niamey conçu comme un exemple des liens rénovés qu'il veut instaurer avec le continent noir. En visite en Afrique du Sud en février 2008, le chef de l'Etat avait jeté les bases d'un nouveau "modèle de relations" franco-africaines, enfin débarrassé des outrances de la "Françafrique". Mais la rupture annoncée reste balbutiante, illustrée par le départ précipité il y a un an du secrétaire d'Etat à la Coopération, Jean-Marie Bockel. C'est donc avec ...
Lire l'article
Le candidat UPG aux élections sénatoriales du 18 janvier prochain, Diméma Kombila Itsitsa a appelé au cours d’une réunion d’ouverture de campagne à l’hôtel de ville de Ndendé, dimanche dernier, ses collègues conseillers de l’Union du peuple gabonais (UPG, opposition) à la « responsabilité et à la dignité », rapporte mercredi le correspondant de GABONEWS. « Un homme digne et responsable ne se fait pas acheter. Nous prônons le changement. Alors nous ne devons pas être les premiers à nous laisser prendre par l’achat de consciences », a déclaré le candidat UPG de la commune. Diméma Kombila Itsitsa a ...
Lire l'article
« La discipline, le respect de la hiérarchie et la ponctualité doivent désormais guider les directeurs généraux et autres responsables de l'hôtel de ville dans l'exercice de leurs fonctions », a rappelé le maire de Libreville, Jean François Ntoutoume Emane, à ses principaux collaborateurs réunis lundi après midi dans la salle de conférence de cette institution. Occasion pour l’édile de la capitale gabonaise d’égrener les maux qui plombent l'appareil administratif depuis son arrivée à l'hôtel de ville, il ya 6 mois. Il s'agit notamment, selon lui, de l’insouciance dont fait montre le personnel au quotidien : « les retards, les vêtements ...
Lire l'article
Un reportage E-D-I-F-I-A-N-T sur la Françafrique diffusé sur Canal + le 13/04/2008. Autrefois, la Françafrique se cachait. A présent, tout se fait au grand jour sans que personne ne semble trouver à y redire. Reportage sur la visite à Libreville du secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant et du secrétaire d'Etat français à la Coopération Alain Joyandet le 10 avril dernier. Voir article AFP.
Lire l'article
Politique : l’UPG se prépare-t-elle en coulisse pour les législatives ?
Gabon : La politique anti-blanchiment est-elle au point ?
Gabon/Politique : Quel avenir politique pour Richard Moulomba Mombo ?
La majorité républicaine pour l’émergence serait-elle une dynamique à géométrie variable
Environnement : Rupture pour une affaire des prétendus déchets toxiques entre la mairie de Mounana et la COMUF
Condamner AREVA pour sa responsabilité professionnelle dans la pollution des espaces et des ‘biens’ naturels à Mounana par bhenen
Sarkozy de retour en Afrique pour y réaffirmer le virage de la rupture
Gabon: Le candidat de l’UPG à Ndendé appelle ses collègues conseillers à la responsabilité
Gabon: Municipalité: plus de responsabilité pour les collaborateurs de l’hôtel de ville
Françafrique: La non rupture: La Françafrique a de beaux jours devant elle

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 18 Nov 2010
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*