Socialisez

FacebookTwitterRSS

Chasse aux faux médecins au Gabon: Arrestations d’usurpateurs et fermetures de cliniques à Libreville

Auteur/Source: · Date: 19 Nov 2010
Catégorie(s): Santé

par Pierre Eric Mbog Batassi

Trois faux médecins ont été emprisonnés à Libreville, a annoncé mercredi l’inspecteur général de la Santé, Stéphane Iloko. Une opération de lutte contre la pratique illégale de la médecine moderne et la prolifération incontrôlée des cliniques privées à Libreville a débuté au mois de septembre dernier.
De notre correspondant

Trois faux médecins expatriés qui exerçaient clandestinement le métier viennent d’être écroués à la maison d’arrêt de Libreville pour usurpation de titre, a révélé le 17 novembre l’inspecteur général de la Santé, Stéphane Iloko. Ce dernier a annoncé également la fermeture de 30 cliniques privées de la capitale gabonaise, lesquelles sont tombées sous le coup de la loi. En effet la plupart de ces cabinets médicaux employaient un personnel sous qualifié, lequel travaillait sans équipements techniques ni structures adéquates. On y trouvait, selon le rapport de l’Etat, des infirmiers jouant le rôle de médecin généraliste et des sages femmes faisant office de gynécologues. Toutes choses condamnées par la loi.

Les responsables de ces structures sanitaires épinglées par l’inspection générale de la santé payeront des lourdes amendes à l’Etat. Des sources officielles évoquent des montants allant de 500 000 à 1 500 000 francs CFA. Cette opération qui vise également l’amélioration de la qualité des soins dans les cabinets médicaux privés devrait se poursuivre le week-end prochain dans la capitale gabonaise.

Les promoteurs des cabinets médicaux privés ont profité dans le passé de l’absence de contrôle dans l’organisation, la gestion et l’ouverture des établissements sanitaires au Gabon. Beaucoup se sont enrichis dans l’illégalité, profitant du vide laissé par les hôpitaux publics régulièrement en grève.

Mais il ne faut pas mettre toutes les structures sanitaires privées dans le même panier. Certaines d’entre elles sont largement sollicitées par les populations, en raison de la qualité de leurs prestations, même si le coût des soins reste très élevé dans ces cliniques pour les Gabonais moins nantis.
 


SUR LE MÊME SUJET
Deux maires adjoints écroués pour faux et usage de faux à Oyem
Deux maires adjoints de l’hôtel de ville d’Oyem, Martin Ndong Mintsa et Gisèle Mizé Mbeng, respectivement premier et deuxième maires adjoints, ont été arrêtés par les agents de l’antenne provinciale de la PJ, vendredi dernier, et transférés à la prison centrale, pour avoir établi des faux actes de naissance aux expatriés. Le premier et deuxième maires adjoints de la commune d’Oyem, chef-lieu de la province du Woleu-Ntem, Martin Ndong Mintsa et Gisèle Mizé Mbeng ont été arrêtés, vendredi dernier, par les agents de l’antenne provinciale de la police judiciaire (PJ) pour avoir établi des faux actes de naissance aux expatriés. ...
Lire l'article
Une Béninoise, la quarantaine habitant le quartier Dikongo 1 dans le deuxième arrondissement de la commune de Mouila, Falariwon Abessedem, a été placée sous mandat de dépôt pour faux et usage de faux documents et de maltraitance d’enfants de moins de 18 ans. Mme Falariwon Abessedem, d’origine béninoise, la quarantaine habitant le quartier Dikongo 1 dans le deuxième arrondissement de la commune de Mouila, a été placée sous mandat de dépôt, mardi dernier, au tribunal de première instance de la localité pour et faux usage de faux documents et de maltraitance d’enfants de moins de 18 ans. Son interpellation fait ...
Lire l'article
L’inspecteur général de la santé (IGS) du ministère gabonais de la Santé, le Dr Stéphane Iloko Boussiengui, procède actuellement à la réouverture des 45 cliniques privées fermées aux mois de novembre et décembre 2010 à Libreville et à Owendo, dans la banlieue sud de la capitale, pour non-conformité à certaines règles propres à la santé, a appris l'AGP. Conformément à une décision du ministre de la Santé, Flavien Nziengui Nzoundou, le Dr Iloko Boussiengui, procède à la levée des scellés posés aux portails des 45 cliniques réhabilitées dont les responsables ont bénéficié d’une campagne d’information et de ...
Lire l'article
L’inspecteur régional de santé (IRS) du Woleu-Ntem, dans le nord du Gabon, Pierre N’nang Obame, a placé les cliniques, les cabinets médicaux, les unités de soins, les pharmacies et les dépôts pharmaceutiques sous étroite surveillance. ‘’Vous avez jusqu’au mercredi 1er décembre pour régulariser vos structures et les dossiers des personnels qui y exercent’’, a déclaré M. N’nang Obame, au cours d’une réunion à Oyem avec les propriétaires des cliniques, officines et autres structures de soins. L’ultimatum concerne également les laboratoires, les écoles de formation du domaine de la santé, les maisons des pompes funèbres ainsi que les entreprises disposant d’infirmeries, telles ...
Lire l'article
Face à la prolifération des structures sanitaires privées illicites et la pratique illégale de la médecine par des personnes non autorisées, les autorités entendent sévir par la fermeture des différentes officines, a-t-on appris. Cette décision a été communiquée aux médecins, infirmiers, sages-femmes, entre autres (issus du secteur public et privé), exerçant, à Libreville et ses environs, à la faveur d’une réunion dirigée, lundi, par l’Inspecteur Général de la Santé (IGS), le Dr Stéphane Germain Iloko Boussengui. Elle découle d’une inspection menée par le patron de l’IGS et qui a révélé des disfonctionnements énormes dans la pratique de la ...
Lire l'article
Trois personnes ont été inculpées et écrouées à Libreville pour exercice illégal de la médecine lors d'une opération d'inspection des autorités sanitaires ayant abouti à la fermeture d'une trentaine de cliniques, a appris l'AFP jeudi de source officielle. Trois hommes, responsables de trois cliniques différentes, "ont été écroués parce qu'ils exerçaient illégalement la fonction de médecin alors qu'ils n'avaient pas de qualifications", a déclaré Stéphane Iloko, inspecteur général de la Santé. Ils ont été inculpés d'"usurpation de titre et exercice illégal de la fonction de médecin", et conduits mercredi soir à la prison centrale de Gros-Bouquet (ouest de Libreville), a expliqué M. ...
Lire l'article
Le ministre de la Santé, Idriss Ngari, a rencontré le 4 mars dernier au Centre hospitalier de Libreville (CHL) les médecins regroupés au sein du Syndicat des médecins fonctionnaires du Gabon (SYMEFOGA) afin de négocier pour la résolution des points inscrits dans leur cahier des charges avant l’échéance de leur préavis de grève. Cette séance de travail a permis d’établir un dialogue entre les médecins fonctionnaires et la tutelle pour désamorcer le mouvement de grève de médecins qui pourrait aggraver la paralysie du secteur de la Santé qui sort d’une grève générale de près de deux mois. Le Syndicat des ...
Lire l'article
Les médecins regroupés au sein du Syndicat des médecins fonctionnaires gabonais (SYMEFOGA), ont décidé jeudi à Libreville, de déposer un préavis de grève, suite à la suspension de leurs salaires, a appris l’AGP lors d’une assemblée générale tenue jeudi par les médecins. Selon le président du SYMEFOGA, Raymond Nguema Mvé, la réaction des médecins fait suite à la décision prise par le gouvernement gabonais de payer les salaires des personnels de santé sur bon de caisse. ''Lors de l'assemblée générale du 18 février dernier, nous avons bien signalé à la tutelle qu'on n'était pas en grève et que nous la subissons. Malheureusement, ...
Lire l'article
Le syndicat des médecins fonctionnaires gabonais (SYMEFOGA) a fait parvenir cet après – midi un communiqué de presse à la Rédaction de GABONEWS, réagissant ainsi à la décision gouvernementale relative au versement conditionnel des salaires aux agents de la Santé publique. Nous publions ci-dessous ce communiqué dans son intégralité. « Les médecins, regroupés au sein du SYMEFOGA (Syndicat des Médecins fonctionnaires Gabonais) se sont réunis en assemblée générale extraordinaire le 18 février 2009 à l’hôtel Méridien Re-Ndama de Libreville à 15heures, afin d’une, de statuer sur la situation de crise qui prévaut dans les structures sanitaires publiques de Libreville et de ...
Lire l'article
Les structures médicales de Libreville relevant du domaine privé sont quelque peu débordées par l’affluence des malades dont le nombre au quotidien va croissant, depuis le début de la grève des syndicats de la santé, il y a un peu plus d’une semaine. " Nous enregistrons depuis quelques jours une réelle affluence. Des malades que l’on ne voit pas souvent sont obligés de recourir à nos services, en dépit des coûts qui sont les nôtres », a déclaré Jeanne Marie, infirmière exerçant dans un cabinet médical privé de la capitale gabonaise. « Cela augmente bien évidement le volume de travail du ...
Lire l'article
Deux maires adjoints écroués pour faux et usage de faux à Oyem
Une Béninoise placée sous mandat de dépôt pour faux et usage de faux
Réouverture de 45 cliniques privées fermées à Libreville et Owendo
Cliniques privées et pharmacies sous étroite surveillance dans le nord du Gabon
Santé / Fermeture attendue des structures sanitaires privées illicites
Gabon: trois personnes incarcérées pour exercice illégal de la médecine
Gabon : Idriss Ngari tend l’oreille aux médecins du secteur public
Gabon: Santé/Grève : Les médecins du secteur public menacent d’aller en grève
Gabon: Santé/ Grève du SYNAPS: les médecins fonctionnaires réagissent
Gabon: Les structures médicales du privé de Libreville affichent comble


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 19 Nov 2010
Catégorie(s): Santé
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*