Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : L’introduction de la biométrie peut se faire en 45 jours affirme François Ondo Edou

Auteur/Source: · Date: 4 Déc 2010
Catégorie(s): Politique

Pour l’opposition dans sa grande majorité, la biométrie est une des conditions essentielles pour garantir un minima de transparence du processus électoral. Elle peut-être à l’ordre du jour pour le scrutin de 2011. Une exigence approuvée par le pouvoir mais dont l’application est renvoyée pour le long terme. Le gouvernement évoque « le coût exorbitant » de l’opération et certaines voix de la majorité républicaine opposent « l’impossibilité du vote électronique », suggérant ainsi un lien entre biométrie et vote électronique. Interviewé par l’hebdomadaire NKu Le Messager, François Ondo Edou, directeur général des élections au ministère de l’Intérieur de 2006 à 2007 qui a suivi de près ce dossier, apporte une dose de clarté sur cette question qui divise pouvoir et opposition. Selon ce dernier, pour un collège électoral d’environ 500.000 personnes, les inscriptions sur une base biométrique peuvent se faire en deux mois au maximum et pour un coût global de 6 milliards de FCFA.

La question de la biométrie est au centre du débat politique national aujourd’hui. Ancien directeur général des élections, vous avez longtemps travaillé sur ce dossier, qu’entendez-vous par la biométrie ?

La biométrie est une technique visant à établir l’identité d’un individu par un procédé de reconnaissance d’une ou plusieurs de ses caractéristiques personnelles qui sont uniques à chacun d’entre nous : ADN, empreintes digitales, voix, rétine de l’œil, sang, photo, écriture etc. Ces caractéristiques personnelles sont aussi infalsifiables, c’est-à-dire qu’on ne peut pas tricher avec ça. Contrairement à une idée que certains tentent de véhiculer, la biométrie ne crée pas l’identité d’une personne, elle la sécurise. Ainsi, grâce à cette technique, on est sûr que la personne qui s’identifie est bien celle prétendue être. Nous comprenons aisément pourquoi ce procédé a été utilisé tout dernièrement dans l’opération de recensement des agents de l’Etat. La même technique utilisée dans l’élaboration du fichier électoral permet de résoudre, une fois pour toutes, le sempiternel problème des inscriptions et votes multiples.

En votre qualité de directeur général des élections, vous avez pris part, comme expert, à la concertation politique majorité/opposition de 2006. Cette rencontre a permis des avancées sur la voie de la transparence électorale que l’opposition réclame depuis 1990. Est-on parvenu à un accord sur la question de la biométrie au cours de cette rencontre ?

Je voudrais très sincèrement saluer le professionnalisme dont vous faites montre en venant aussi collecter l’autre information ; l’information différente de celle que distillent les canaux officiels. L’information officielle, vous le savez, a ceci de particulier qu’elle est souvent orientée parce que visant un objectif politique déterminé quand elle n’est pas tout simplement tronquée. La démocratie s’abreuve à la source du débat contradictoire qui constitue en quelque sorte son levain. C’est lui qui permet d’éclairer les points d’ombre volontairement laissés obscurs par certains hommes politiques au gré de leurs intérêts partisans, points qui sont pourtant porteurs de vérités. Ils ont toujours tendance à étouffer leurs contradicteurs, ce qui leur permet de préparer et de servir aux citoyens un cocktail de contre vérités et de vérités, le tout donnant l’impression de vrai. Ce n’est plus l’information, c’est l’intox.

Pour revenir à votre question, on peut noter avec regret que ceux du camp de la majorité ayant pris part à ces négociations, ceux qui savent ce qui s’est dit et ce qui s’est fait au cours de cette rencontre historique n’interviennent pas dans ce débat. Ceux qui le font aujourd’hui donnent plutôt l’impression de ne pas trop savoir ce dont il s’agit. Certains vont même jusqu’à confondre biométrie et vote électronique. C’est lamentable ! En effet, c’est à l’issue de la concertation de la classe politique nationale, demandée par l’opposition en mai 2006 et acceptée par feu président Omar Bongo Ondimba, que le principe de l’introduction de la biométrie pour la confection du fichier électoral avait été retenu. Les débats étaient assez vifs et longs, mais au bout du compte on est parvenu à un accord. Omar Bongo, arbitre du jeu, voulait, avant l’extension du procédé à l’ensemble du pays, qu’une étude appropriée fut faite et que l’expérimentation de la biométrie commençât dans la commune de Libreville à l’occasion des législatives de 2006. Cette décision se heurta malheureusement au refus de la Cour Constitutionnelle qui, s’appuyant sur le principe de l’égalité des citoyens face au vote, estimait qu’il ne pouvait y avoir deux types de gestion du fichier électoral intégrant deux cartes électorales différentes. L’une contenant des informations de type biométrique et l’autre n’en disposant pas.

En juillet 2007, réunis à nouveau autour de l’ancien chef de l’Etat, les mêmes acteurs politiques gabonais confirmaient l’adoption de la biométrie pour son application à l’ensemble du territoire national aux élections locales de 2008. S’il y a aujourd’hui dans l’un des deux camps des personnalités qui ne le reconnaissent plus, c’est qu’il y a un réel problème d’éthique chez nos hommes politiques. Quand on donne sa parole et quelle que soit la situation particulière qui peut intervenir, on la tient. On assume. Cela relève non seulement de l’honnêteté intellectuelle mais de l’éthique et des bonnes mœurs politiques.

Vous affirmez que le président Omar Bongo avait exigé qu’une étude appropriée soit faite sur la biométrie. Quelle suite le ministère de l’intérieur a- t-il réservée à la décision du président ?

Quelle autre suite le ministre de l’intérieur et les hauts fonctionnaires pouvaient-ils réserver à cet ordre ? Nous avons exécuté les instructions du chef de l’Etat en mettant en place très rapidement une commission quadripartite, comprenant des experts de la majorité, de l’opposition, de la Cenap et du ministère de l’intérieur. Cette commission a travaillé sur la question pour définir en détails les modalités de mise en œuvre de la biométrie dans la confection de la liste électorale. Parallèlement, le ministère de l’Intérieur a entrepris un certain nombre d’actions : c’est ainsi que sur le plan technique, divers prestataires compétents dans le domaine de la biométrie ont été consultés afin d’appréhender les contours pour la mise en œuvre d’un nouveau fichier électoral et la production de cartes d’électeurs numérisées avec photo.

Ce travail technique a abouti à des conclusions qui ont fait l’objet d’un rapport remis à l’ensemble des parties. Il ressort de ce rapport que pour un collège électoral d’environ 500.000 personnes, les inscriptions sur une base biométrique peuvent se faire en un temps réduit, deux mois au maximum. Pour ce qui est du coût du projet, je précise que les consultations qui avaient été lancées en 2007 avaient retenu des propositions se chiffrant à environ 6 milliards de francs CFA et non sur 16 ou 20 milliards comme l’a affirmé le Ministre de l’Intérieur dans son interview au journal l’Union. Sur cette question de la biométrie, contrairement à ce qu’affirme Jean François Ndongou, le dossier est bien ficelé. Certains de ses collaborateurs encore en poste au ministère de l’intérieur l’ont suivi de près. Ils connaissent ses contours. Un séminaire de formation des agents enrôleurs a même été organisé courant septembre 2007, ceci pour vous dire qu’un travail sérieux a été fait.

Les adversaires du projet d’introduction de la biométrie dans l’élaboration du fichier électoral avancent que cette opération n’est pas réalisable parce qu’il n’y a pas de courant électrique dans tous les coins du Gabon.

De deux choses l’une. Ou bien ceux qui parlent de cette question aujourd’hui n’ont aucune connaissance du dossier, ce qui est possible. Ou alors ils confondent volontairement la biométrie qui est une technique visant à sécuriser l’identité de l’électeur et le vote électronique qui, lui, fait appel à des machines qui fonctionnent avec le courant électrique. Il ne faut pas mélanger les serviettes et les torchons.

Tous les développements faits par divers acteurs de la majorité sur cette question, ainsi que les arguments utilisés pour tenter de démontrer que l’introduction des données biométriques dans l’élaboration du fichier électoral n’est pas possible, intègrent plutôt les aspects du vote électronique, ce qui n’est ni la revendication de l’opposition, ni l’objet du débat. Nous sommes ici devant un cas flagrant d’intox. Il faut arrêter d’assener des contre vérités ! En vérité, l’étude réalisée par des experts nationaux et expatriés a envisagé tous les cas de figure pour permettre l’inscription des citoyens quels que soient leurs lieux de résidence. Deux types de stations d’enrôlement ont été prévus : 70 stations fixes collecte installées dans les grandes villes et chefs lieux de départements et 50 stations mobiles utilisant chacune un ordinateur portable muni de deux batteries de réserve pour une plus grande autonomie. Mieux, la durée de l’opération a fait l’objet d’une estimation : 45 jours environ.

La biométrie n’intervient qu’en amont du processus électoral, c’est-à-dire au moment de la collecte des caractéristiques personnelles et lors du traitement des données. Ces opérations s’effectuent des semaines, voire des mois avant les élections. Le jour du scrutin, en dehors de la liste électorale sur laquelle figure la photo de l’électeur en face de son nom et la carte d’électeur biométrique, on assiste à un vote classique : des bulletins des candidats, des enveloppes accolées, un isoloir, une urne transparente, de l’encre indélébile. Le dépouillement et le comptage manuel des bulletins se font à partir de dix huit heures suivis de la proclamation des résultats en présence des électeurs et la signature des procès-verbaux. A quel moment intervient le courant électrique dont parlent ceux qui n’ont manifestement aucune connaissance du dossier ?

Le ministre de l’intérieur affirme par ailleurs que le fichier d’état civil est encore défectueux, ce qui expliquerait la réticence du gouvernement à accéder à l’exigence de l’opposition.

Quel rapport ? Vous a-t-il donné une date précise à partir de laquelle il aura corrigé les défaillances constatées ? Sans doute dans…dix huit ans. Sur quel fichier d’état civil s’appuie-t-il pour établir les passeports biométriques, les cartes nationales d’identité ? De quel fichier sont issus les actes de naissance qui lui permettent de procéder à l’opération de révision de la liste électorale actuellement en cours ? Non, soyons sérieux ! Comme on peut le constater, le pouvoir utilise des arguments spécieux, j’allais dire des arguties, pour justifier son refus de voir organiser des élections libres et transparentes. En Côte d’Ivoire, pays qui compte 5.700.000 électeurs, une opération similaire a été réalisée en très peu de temps. Le Gabon peut faire la même chose. C’est un manque de volonté politique qui cache mal l’intention persistante du PDG et ses dirigeants de confisquer le pouvoir. Qu’ils le disent clairement !

Publié le 04-12-2010 Source : NKU Le Messager Auteur : Gaboneco


SUR LE MÊME SUJET
La Françafrique peut-elle faire ses valises en 2012 ?
En 2007 déjà, certains candidats à la présidentielle avaient rivalisé de promesses sur le thème de la rupture avec la Françafrique. Les révolutions dans le monde arabe et les revendications démocratiques qui s’expriment en Afrique subsaharienne ont depuis changé la donne. Alors que les peuples africains dénoncent de plus en plus bruyamment les élections truquées et que le financement occulte de la vie politique française s’étale au grand jour, le contexte 2012 est favorable à l’irruption de la thématique « Françafrique » dans le débat de la présidentielle et des législatives. A quelques mois de l’échéance, Billets d’Afrique inaugure une ...
Lire l'article
Ancien directeur général des élections au ministère de l’Intérieur entre 2007 et 2009, disposant à cet effet d’une expertise en la matière, le journaliste François Ondo Edou a été amené, dans l’interview ci-après, à commenter le très fort taux d’abstention observé durant les toutes dernières législatives organisées au Gabon. Il en tire quelques observations, remonte aux scrutins de 2006 et 2008 et indique des pistes, notamment l’introduction de la biométrie, pour éviter un remake de ce qui s’est produit le 17 décembre dernier. François Ondo Edou, entre 2006 et 2009, vous avez eu en charge, de par vos anciennes ...
Lire l'article
Invité par la radio panafricaine (Africa n°1), en vue d’éclairer l’opinion sur la capacité du gouvernement à garantir la transparence lors des prochaines élections législatives, le Ministre de l’Intérieur, Jean François Ndongou, a déclaré que « la contestation est une maladie africaine malgré les avancées démocratiques ». « Malheureusement, la contestation est une maladie africaine malgré les avancées démocratiques et la volonté des différents gouvernements d’abriter la transparence, elle est toujours là. Ce qui signifie qu’en Afrique, nous avons souvent des mauvais perdants », a-t-il regretté. « Que les partis politiques de manière générale se préoccupent de l’introduction de la ...
Lire l'article
Par RFI La date des prochaines élections législatives gabonaises n’est pas encore connue mais d’ores et déjà, le président Ali Bongo Ondimba a déclaré le 16 août dans un message à la nation (à l’occasion de la célébration du 51ème anniversaire de l’indépendance) que ces élections ne seront pas reportées et se tiendront sans biométrie. Ali Bongo s’aligne quasiment sur une décision de la Cour constitutionnelle. Ali Bongo Président du Gabon La biométrie n'est pas une fin en soi. La Cour a procédé à son arbitrage,en tant que garant de la Constitution, je m'y soumets. Il nous revient désormais à tous d'accepter cette décision ...
Lire l'article
Lors de sa visite officielle à Libreville (16-17 juillet 2011), le chef du gouvernement français, François Fillon, qui a devisé avec le président de la République gabonaise Ali Bongo Ondimba, s’est adressé aux Français du Gabon dans une allocution qui fait le tour des relations stratégiques entre le Gabon et son pays, mais aussi, il qui a salue « la sagesse des dirigeants et du peuple gabonais qui ont su maintenir leur pays dans la paix et aujourd’hui dans le progrès ». Cette visite du premier ministre français au Gabon, comme tous se sont accordés à dire, entendait renforcer le partenariat ...
Lire l'article
Le président Ali Bongo s’est entretenu le 13 juillet à Libreville avec Pierre Mamboundou, président de l’Union du peuple gabonais (UPG, opposition). L’introduction de la biométrie dans le processus électoral était le principal point d’achoppement au cours de la seconde rencontre officielle entre les deux hommes. Les élections législatives 2011 et l’introduction de la biométrie dans le processus électoral étaient au centre de l’entretien, le 13 juillet à Libreville, entre le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo, et l’opposant Pierre Mamboundou, figure historique de l’Union du peuple gabonais (UPG) qui célèbre son 22e anniversaire ce 14 juillet. Des sujets importants ...
Lire l'article
L'ex-ministre de l'Intérieur et opposant gabonais André Mba Obame a réitéré ses déclarations controversées sur l'éventualité d'"un coup d'Etat à la nigérienne" dans son pays, dans un entretien diffusé mardi par la télévision privée panafricaine Africa24. "En trois mois, je crois qu'on a fait pire qu'en dix ans. (...) Les militaires, c'est là où il y a le plus gros risque. Si la situation perdure, la méthode ou le cas du Niger peut faire école", a déclaré M. Mba Obame, secrétaire exécutif de l'Union nationale (UN) à l'antenne d'Africa24, basée à Paris. Dans un entretien publié sur Internet le 11 mars par ...
Lire l'article
Malgré une campagne peu imposante, l'ancien Premier ministre et ministre d'Etat aux Mines jusqu'au 22 juillet dernier, Casimir Oyé Mba, dissident du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), reste l'un des principaux «présidentiables» au soir du 30 août prochain. Dans une interview accordée à RFI le 26 août, que nous publions in extenso, «Cam la classe» balaie la polémique du vote ethnique, et réfute celui des troubles post électoraux, arguant qu'il faut d'abord s'intéresser à ce qui pourrait entraîner ces troubles, à savoir la fraude électorale. © D.R. - Casimir Oyé Mba, ancien Premier ministre et ...
Lire l'article
Le ministre de l'Intérieur, Jean François Ndongou, a convoqué le 1er juillet dernier les représentants des partis politiques de la majorité et de l'opposition pour leur soumettre une ébauche de chronogramme tenant compte des délais constitutionnels. Ce calendrier donne 10 jours aux autorités pour réviser le fichier électoral, un délai jugé irréaliste par la plupart des acteurs politiques, qui attendent la saisine de la Cour Constiutionnelle pour constater le cas de force majeure qui donnera droit à un délai pour l'organisation du scrutin. Le nouveau ministre de l'Intérieur, Jean-François Ndongou, dont le département est chargé de préparer les élections, a ...
Lire l'article
Le Secrétaire général du Syndicat national des personnels de santé (SYNAPS), Serge Mickala Moundounga, a exhorté vendredi, l’ensemble des responsables des structures sanitaires et hospitalières, à regagner les postes conformément à la circulaire signée du ministre de la Santé. Car, a-il dit « On ne peut pas poursuivre les négociations et en même temps faire grève ». C’est à la suite d’une réunion de travail qui a eu lieu mercredi dernier, que le bureau exécutif de ce syndicat a planché sur les trois questions exposées ce vendredi au cours de la conférence de presse tenue au Centre hospitalier de Libreville (CHL). A ...
Lire l'article
La Françafrique peut-elle faire ses valises en 2012 ?
Gabon : La lecture de François Ondo Edou sur l’abstention électorale du 17 décembre
Politique-Biométrie / « La contestation est une maladie africaine malgré les avancées démocratiques», Jean François Ndongou (Ministre de l’Intérieur)
Le Gabon confirme la tenue des législatives sans biométrie
« En venant d’Abidjan, on ne peut que saluer la sagesse des dirigeants et du peuple gabonais », François Fillon, Premier ministre Français
Gabon : Mamboundou discute de biométrie avec Ali Bongo
Au Gabon, l’opposant Mba Obame persiste: “le cas du Niger peut faire école”
Gabon : Oyé Mba, «Ali Bongo ne peut pas se faire élire à la régulière»
Gabon : Peut-on réviser les listes électorales en 10 jours ?
Gabon: « On ne peut pas poursuivre les négociations et en même temps faire grève » (Secrétaire général du SYNAPS)

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 4 Déc 2010
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*