Socialisez

FacebookTwitterRSS

WikiLeaks : les télégrammes américains dévoilent les clauses secrètes de la “Françafrique”

Auteur/Source: · Date: 4 Déc 2010
Catégorie(s): Françafrique

Certaines “clauses secrètes” des anciens accords de défense liant la France à plusieurs pays africains ont été décrite aux diplomates américains par des conseillers de Nicolas Sarkozy. De nouveaux télégrammes diplomatiques américains obtenus par Wikileaks et dont le contenu a été révélé par le quotidien français “Le Monde” samedi, rendent publiques ces échanges.
Certaines clauses secrètes d’accords conclus dans les années 60 entre la France et ses ex-colonies africaines ont été évoquées devant des Américains afin de justifier leur révision, selon des mémos américains de WikiLeaks, rendus publics samedi par Le Monde.
“Les accords avec le Cameroun et le Gabon contiennent des dispositions absurdes, obligeant la France, sur demande, à intervenir en cas de troubles dans ces pays”, rapporte ainsi un télégramme américain, citant Rémy Maréchaux, ancien conseiller Afrique de Nicolas Sarkozy.
Lors d’un entretien avec un diplomate américain, le même conseiller souligne le caractère “ridicule” dautres clauses secrètes accordant à la France le monopole des ressources naturelles dans certains pays. “Imaginez-vous, lance-t-il, que nous puissions invoquer notre accord avec le Togo pour lui ordonner de bouter la Chine hors de “notre” pays?”, aurait-il ajouté.
Quand les Etats-Unis veulent profiter de la fin annoncée de la “Françafrique”
La rupture de la politique française en Afrique, affichée depuis 2007 par le président français Nicolas Sarkozy, a été bien accueillie par les Américains qui y ont vu une possibilité d’accroître leur influence sur le continent, montrent d’autres télégrammes diplomatiques.
“Les Français accueillent favorablement l’extension de la présence américaine en Afrique comme moyen de contrebalancer lexpansion régionale de la Chine”, note un mémo. La nouvelle politique française “peut donner aux Etats-Unis des occasions détendre leur influence en Afrique sans rencontrer de résistance ni dinterférence de la France”, relève un autre télégramme.
Aujourd’hui, “la France est un de nos plus puissants alliés en Afrique”, résume un mémo datant du 25 janvier 2010 de l’ambassade américaine à Paris à la secrétaire d’Etat Hillary Clinton.
 


SUR LE MÊME SUJET
WikiLeaks : Robert Bourgi, le dernier des Mohicans
En 2009 et 2010, six télégrammes de l’ambassade américaine à Paris, révélés par WikiLeaks, évoquent le rôle de Robert Bourgi dans les affaires africaines. Morceaux choisis. Le 25 février 2010 : « Maréchaux [conseiller Afrique à l’Élysée, NDLR] a critiqué de façon virulente l’avocat français, l’homme d’affaires et le réputé intrigant Robert Bourgi, souvent considéré comme le dernier représentant de l’ère classique de la “France-Afrique” (dont les vestiges sont encore présents). Selon Maréchaux, Bourgi […] est toujours prêt à travailler pour son propre intérêt en gagnant la faveur des dirigeants africains, notamment Bongo au Gabon ou, plus récemment, Rajoelina [Madagascar]. » Le ...
Lire l'article
WikiLeaks met à mal la Françafrique. Des notes diplomatiques américaines s'interrogent sur l'usage fait de la trentaine de millions d'euros détournés à la Banque des Etats d'Afrique centrale. Selon une de leurs sources, ils auraient permis d'enrichir Omar Bongo et de financer des partis politiques français. Des notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks et publiées le 29 décembre sur le site du quotidien espagnol El País, assurent que des dirigeants gabonais, dont Omar Bongo, auraient détourné une trentaine de millions d'euros de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) à leur profit mais aussi pour financer des partis politiques français. ...
Lire l'article
D'après une note de l'ambassade des Etats-Unis au Cameroun, l'élite gabonaise aurait détourné de nombreux milliards à la Beac pour leur compte et pour quelques cadeaux aux partis politiques français. Les révélations Wikileaks des notes de l’ambassade américaine au Cameroun continuent. Après le document de Janet Garvey sur la présence chinoise au Cameroun, un document autrement plus polémique a été publié, faisant état de « cadeaux » d’Omar Bongo à Jacques Chirac et à son successeur, Nicolas Sarkozy. Ces cadeaux du président gabonais, d’après le document auraient été financés par de gros détournements de fonds à la Banque des Etats d’Afrique Centrale ...
Lire l'article
Des notes diplomatiques américaines s'interrogent sur l'usage fait de la trentaine de millions d'euros détournés à la Banque des Etats d'Afrique centrale. Selon une de leurs sources, ils auraient permis d'enrichir Omar Bongo et de financer des partis politiques français. es notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks et publiées le 29 décembre sur le site du quotidien espagnol "El Pais", assurent que des dirigeants gabonais, dont Omar Bongo, auraient détourné une trentaine de millions d'euros de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) à leur profit mais aussi pour financer des partis politiques français. On savait que le chef d'Etat ...
Lire l'article
Des dirigeants gabonais, dont Omar Bongo, auraient détourné une trentaine de millions d'euros d'une banque africaine à leur profit mais aussi pour financer des partis politiques français, selon un télégramme diplomatique américain obtenu par WikiLeaks et publié par El Pais. Ce télégramme de juillet 2009, en provenance de l'ambassade des Etats-unis au Cameroun, repris par le site internet du quotidien espagnol, s'appuie sur les dires d'un responsable anonyme de la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC). Son auteur mentionne l'ancien président français Jacques Chirac et son successeur Nicolas Sarkozy parmi les bénéficiaires de ce financement politique, tout en affirmant ne pas être ...
Lire l'article
Près de 30 millions d'euros auraient été détournés de la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC) à son profit par le défunt président gabonais Omar Bongo et auraient aussi profité à des partis français, selon des notes diplomatiques américaines divulguées par Wikileaks, visibles mercredi sur le site de El Pais. Cette information a été donnée quatre jours après la mort de M. Bongo, en juin 2009, par un haut fonctionnaire de la BEAC à un diplomate de l'ambassade américaine au Cameroun, précise le journal espagnol. Selon la même source, "les dirigeants gabonais ont utilisé les fonds détournés pour leur enrichissement personnel et, ...
Lire l'article
Manifestation du 17 août 2010 à Washington: Françafrique enterrée (Partie 2)
Ceci est la deuxième partie du rapport de la manifestation symbolique d'enterrement de la Françafrique qui s'est tenue devant l'ambassade de France à Washington le 17 août 2010. C'est en effet à l’occasion du 50e anniversaire de l’indépendance du Gabon que des Gabonais, amis du Gabon et autres africains victimes des méfaits avilissants du colonialisme français en Afrique ont organisé cette manifestation ayant pour objectif réel et symbolique de prier pour les martyrs africains et enterrer définitivement, au cours d’une cérémonie funéraire en bonne et due forme, la Françafrique. Le Gabon des Bongo étant l'un des derniers grands symboles, bastions et vestiges ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy est arrivé mercredi au Gabon pour apporter son soutien au nouveau chef de l'Etat du pays, Ali Bongo Ondimba, et réaffirmer sa volonté d'en finir avec les relations troubles de la "Françafrique". C'est la deuxième visite de M. Sarkozy au Gabon, après celle qu'il avait faite en juillet 2007 au père de l'actuel chef de l'Etat, Omar Bongo, allié historique de la France qui a tenu le pays d'une main de fer pendant plus de 40 ans, jusqu'à sa mort en juin 2009 à l'âge de 73 ans. Le président français a été l'un des premiers ...
Lire l'article
Les amitiés sélectives La « rupture » promise par le candidat Sarkozy est-elle tombée aux oubliettes ? Pas si simple. Tous les pays ne sont pas logés à la même enseigne. Au Togo par exemple, le président français essaie de se démarquer de son prédécesseur Jacques Chirac. Dès avril 2005, il a qualifié de « mascarade » l’élection très controversée du fils du défunt Gnassingbé Eyadema – un scrutin qui, selon l’Onu, s’est soldé par la mort d’au moins 500 personnes. FRANCE/ TOGO Lomé, 2 septembre 2008. Le président Faure Gnassingbé et Alain Joyandet, secrétaire d’État à la Coopération. La France vient d’octroyer 140 ...
Lire l'article
A la veille d'une tournée éclair de Nicolas Sarkozy en Afrique, plusieurs ONG dénoncent une dérive commerciale. Plusieurs ONG ont dénoncé mercredi 25 mars, à la veille d'une tournée éclair de Nicolas Sarkozy en République démocratique du Congo (RDC), au Congo et au Niger, une "Françafrique décomplexée" très éloignée des discours présidentiels sur une "rupture" avec les pratiques du passé. Fabrice Tarrit, secrétaire national de l'association Survie, s'est inquiété au cours d'une conférence de presse de voir "les intérêts économiques de grandes entreprises françaises primer sur les questions de démocratie et de droits de l'Homme dans le cadre de ce que ...
Lire l'article
WikiLeaks : Robert Bourgi, le dernier des Mohicans
les notes de wikileaks:”Ali Bongo inverse le décompte des voix et se déclare président du Gabon.”
Wikileaks : Bongo et cie auraient fait des cadeaux à Chirac et Sarkozy
WikiLeaks met à mal la Françafrique
Omar Bongo aurait financé des partis français, selon WikiLeaks
WikiLeaks: des détournements de fonds par Bongo auraient profité à des partis français
Manifestation du 17 août 2010 à Washington: Françafrique enterrée (Partie 2)
Sarkozy au Gabon pour tourner la page de la “Françafrique”
50 ans après, la Françafrique bouge encore
Des ONG dénoncent une “Françafrique décomplexée”


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 4 Déc 2010
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*