Socialisez

FacebookTwitterRSS

“L’armée seule n’est pas en mesure de maintenir Laurent Gbagbo au pouvoir”

Auteur/Source: · Date: 5 Déc 2010
Catégorie(s): Afrique

Coupée en deux depuis près de dix ans, la Côte d’Ivoire s’est réveillée avec deux présidents, dimanche 5 décembre. La veille, le président sortant Laurent Gbagbo et son adversaire Alassane Ouattara ont chacun revendiqué la victoire et prêté serment. Jeudi, la commission électorale avait donné Ouattara vainqueur avec 54,1 % des voix contre 45,9 % à Gbagbo. Quelques heures plus tard, le Conseil constitutionnel invalidait ce résultat et donnait Gbagbo vainqueur avec plus de 51,45 % des voix. Plusieurs scénarios de sortie de crise se dessinent, explique Philippe Hugon, spécialiste de la Côte d’Ivoire, qui redoute un “troisième tour dans la rue”.

Laurent Gbagbo a prêté serment samedi au palais présidentiel. Au même moment, son adversaire Alassane Ouattara prêtait serment par écrit. Dans quelle situation se retrouve le pays ?

On se retrouve dans une situation avec deux chefs d’Etat, qui ont chacun prêté serment. Sauf que dans le cas présent, la validité de l’élection de Laurent Gbagbo est extrêmement faible. Le Conseil constitutionnel, qui a renversé le résultat de l’élection pour donner Laurent Gbagbo vainqueur, n’a pas fourni d’argumentaire correspondant aux faits. Les irrégularités évoquées dans quelques bureaux de vote du nord du pays [fief d’Alassane Ouattara] sont réelles, mais il y en a eu également dans le sud. Et en tout état de cause, elles ne suffisent pas à faire passer le score de Laurent Gbagbo de 45 % des voix [selon les résultats de la commission électorale] à 51 %. Les observateurs présents sur place le confirment.
Cette décision n’est donc pas valide, d’autant que la commission électorale a été empêchée de communiquer les résultat dans les délais [mardi soir, des représentants du chef de l’Etat au sein de la commission électorale avaient empêché physiquement l’annonce de résultats partiels, contestant des votes “frauduleux” dans le Nord, tenu par l’ex-rebellion des “Forces nouvelles”]. Il s’agit d’un hold-up électoral. Gbagbo a tenté un coup de force en prêtant serment, auquel Ouattara a répondu par un autre coup de force en prêtant serment à son tour pour ne pas se laisser distancer.
Il y a déjà eu des précédents dans l’histoire africaine, notamment à Madagascar, au Zimbabwe ou au Kenya. Dans ces deux derniers cas, l’opposant s’était retrouvé premier ministre. Mais cette solution est totalement exclue en Côte d’Ivoire. Ouattara ne sera pas le premier ministre de Gbagbo.

Quels sont les scénarios possibles de sortie de crise ?

Il y a trois possibilités. Un compromis diplomatique avec une médiation de l’ancien président sud-africain Thabo Mbeki, qui vient d’être nommé médiateur de l’Union africaine en Côte d’Ivoire, et est arrivé dimanche à Abidjan. Mais il me semble difficile d’y croire. Laurent Gbagbo a réalisé un coup de force, et on ne voit pas pourquoi il reviendrait en arrière.
Sans compter que la précédente médiation de Thabo Mbeki en Côte d’Ivoire [de 2004 à 2006] s’était soldée par un échec. [L’ancien président sud-africain avait arraché un accord proclamant la “fin des hostilités” entre les “Forces nouvelles” et l’armée régulière, qui était resté lettre morte. Accusé par les rebelles du nord d’être un “partisan acharné” de Laurent Gbagbo, il s’était vu retirer le dossier en octobre 2006].
Une deuxième possibilité serait un embargo international qui déboucherait sur la mise au banc de la Côte d’Ivoire par la communauté internationale. Enfin, l’hypothèse que tout le monde redoute : un troisième tour dans la rue avec une nouvelle flambée de violence [plusieurs centaines d’Ivoiriens se sont déjà réfugiés au Liberia voisin par crainte que la situation dégénère].

Gbagbo bénéficie du soutien de l’armée, Ouattara de celui de la communauté international. De quel côté penche le rapport de force ?
Laurent Gbagbo n’a aucun soutien, il est totalement isolé [seuls deux pays étaient représentés à sa prestation de serment : l’Angola et le Liban]. Le soutien de la communauté internationale et de l’Union africaine à Alassane Ouattara est logique. L’écart de voix est tel [54,1 % pour Ouattara contre 45,9 % pour Gbagbo] qu’il n’y a aucun débat possible sur la validité de l’élection de Ouattara. Si l’écart avait été plus faible, l’union africaine aurait peut-être été plus prudente.

Certes, Laurent Gbagbo a reçu l’armée dès sa prestation de serment et celle-ci le soutient. Mais le pays est coupé en deux. L’ex-rebellion du nord du pays, les “Forces nouvelles” du premier minitre Guillaume Soro [qui a reconnu la victoire de Ouattara] peuvent intervenir à tout moment. On peut donc craindre des affrontements entre les forces armées du nord et du sud, que la communauté internationale tente justement d’éviter depuis bientôt dix ans (Lire : “Les ingrédients de la crise”). L’armée seule n’est pas en mesure de maintenir Gbagbo au pouvoir.
 


SUR LE MÊME SUJET
Réconciliation en Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara reçoit les partisans de Laurent Gbagbo
Le président Alassane Ouattara a reçu, le jeudi 29 septembre 2011, la coalition de partis soutenant le chef de l'Etat déchu Laurent Gbagbo. Le Congrès national pour la résistance et la démocratie fait planer la menace d'un boycott des législatives du 11 décembre prochain, ce qui serait un coup dur pour la réconciliation. Le FPI, le parti de Laurent Gabgbo, a déjà annoncé le 21 septembre qu'il suspendait sa participation à la Commission électorale indépendante. La délégation du CNRT (Congrès national pour la résistance et la démocratie) a-t-elle reçu des réponses à tous les problèmes qu’elle a soulevés en une heure ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire: Laurent et Simone Gbagbo inculpés de “crimes économiques”
L'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo et son épouse Simone, en résidence surveillée dans le nord du pays depuis avril, ont été inculpés et placés en détention préventive pour "crimes économiques", a annoncé jeudi le procureur de la République d'Abidjan. L'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo et son épouse Simone, en résidence surveillée dans le nord depuis leur chute en avril après une sanglante crise post-électorale, ont été inculpés et placés en détention pour "crimes économiques", a annoncé jeudi le procureur d'Abidjan. C'est la première fois que leur statut judiciaire est clarifié depuis leur arrestation le 11 avril, à l'issue de deux semaines de guerre qui ...
Lire l'article
Ouattara en appelle à la CPI pour juger Laurent Gbagbo
INFO LE FIGARO - Le nouveau président ivoirien a écrit à la Cour pénale internationale pour lui demander d'enquêter sur les massacres. Que faire de Laurent Gbagbo, assigné à résidence dans le nord de la Côte d'Ivoire depuis son arrestation, le 11 avril dernier ? Alassane Ouattara a tranché en décidant de soumettre son ancien rival à la justice internationale. Le nouveau président ivoirien, qui sera investi samedi prochain, a écrit le 3 mai dernier en ce sens au procureur de la Cour pénale internationale (CPI). Dans sa lettre, dont Le Figaro a pu prendre connaissance, il demande à Luis Moreno ...
Lire l'article
Des "enquêtes préliminaires" ont été ouvertes contre le président ivoirien déchu Laurent Gbagbo et ses proches, a annoncé mardi le gouvernement du nouveau chef d'Etat Alassane Ouattara sur la télévision ivoirienne TCI. "Concernant les personnes capturées depuis le 11 avril (...), l'ancien chef d'Etat, son épouse et une soixantaine de personnes de son clan ont été assignées en résidence surveillée à Abidjan et dans d'autres villes", a déclaré le porte-parole Patrick Achi dans son compte-rendu du conseil des ministres. "Des procédures d'enquêtes préliminaires sont en cours pour les crimes et délits commis par Laurent Gbagbo et son clan", a-t-il ajouté. Laurent Gbagbo, son ...
Lire l'article
Le chef du parti de Laurent Gbagbo emmené de force par des soldats
Des soldats ont emmené de force, vendredi, le puissant chef du parti politique de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, même s'il était sous la protection des casques bleus de l'ONU dans un hôtel d'Abidjan. La porte-parole du gouvernement d'Alassane Ouattara, Ahoussy Bamba, a indiqué qu'elle n'avait pas d'informations sur ce qui est arrivé à l'ancien premier ministre Pascal Affi N'Guessan, chef du Front populaire ivoirien. Une demi-douzaine d'hommes vêtus d'uniformes militaires sont arrivés à l'hôtel Pergola, vendredi soir, et ont défoncé la porte de la suite où se trouvait M. N'Guessan. Un journaliste de l'Associated Press était présent quand les soldats ont ...
Lire l'article
Dans les rues d'Abidjan, les forces de Laurent Gbagbo auraient regagné du terrain ce vendredi soir 8 avril 2011. Selon Alain Le Roy, chargé des opérations de maintien de la paix des Nations unies, les forces loyales au chef de l'Etat sortant contrôlent désormais les quartiers du Plateau et de Cocody et disposent toujours d'un arsenal militaire avec chars et armes lourdes. CLIQUER POUR VOIR LE PLAN D'ABIDJAN La guerre est une affaire incertaine où les promesses de victoire d’un jour se retrouvent souvent démenties le lendemain. Jeudi soir, Alassane Ouattara annonçait qu’un blocus allait être imposé autour de la résidence présidentielle. ...
Lire l'article
● Dans une interview exclusive sur RFI, le président sortant de Côte d'Ivoire reconnaît que son armée a été en grande partie détruite mais il refuse pour le moment de parler de reddition ● Laurent Gbagbo rejette la demande de Paris de reconnaître la victoire d’Alassane Ouattara ● «Pas encore de reddition » du président sortant ivoirien, affirme la présidence française, mais «des tractations» ● Paris exige que Gbagbo signe un document de renonciation au pouvoir ● «Deux généraux proches de Gbagbo négocient une reddition», déclare François Fillon. ● Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a déclaré ce ...
Lire l'article
Le temps est compté pour Laurent Gbagbo, selon Washington
Le temps est compté pour le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo dont la position est considérablement affaiblie et qui devrait céder le pouvoir maintenant afin d'éviter des violences supplémentaires, ont averti jeudi les Etats-Unis. "Il est absolument clair qu'il est dans une position fortement affaiblie après avoir perdu la plus grande partie du territoire qu'il tenait dans le sud et avec les défections dans les rangs" de son armée, a déclaré le secrétaire d'Etat adjoint Johnnie Carson. "Il reste une possibilité pour Gbagbo de s'effacer de manière à prévenir une effusion de sang. Nous espérons qu'il verra et saisira cette occasion de ...
Lire l'article
L'avion de Laurent Gbagbo a été immobilisé sur l'aéroport de Bâle-Mulhouse à la demande des "autorités légitimes" de Côte d'Ivoire, a-t-on appris, dimanche, auprès du ministère français des Affaires étrangères. Le porte-parole du ministère, Bernard Valero, a déclaré : "Les autorités légitimes de Côte d'Ivoire nous ont demandé l'immobilisation de l'appareil, c'est précisément ce que nous avons fait en réponse à cette requête." Le président sortant Laurent Gbagbo, qui n'est pas à bord de l'appareil immobilisé, est sous la menace d'un recours à la force de la part des chefs d'État ouest-africains qui lui demandent de démissionner après l'élection contestée ...
Lire l'article
Alors qu'un climat de violence règne sur Abidjan, Laurent Gbagbo a été officiellement investi président de la République ce samedi après-midi un peu après 15 heures. Si le Conseil Contitutionnel avait proclamé vendredi le président sortant vainqueur des élections avec 51 % des voix, la commission électorale indépendante (cei), appuyée par l'ONU a pour sa part donné victoire à son rival Alassane Ouattara avec 54% des voix. Les contestations et les violences ont fait deux morts cette nuit à Abidjan, la capitale du pays.
Lire l'article
Réconciliation en Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara reçoit les partisans de Laurent Gbagbo
Côte d’Ivoire: Laurent et Simone Gbagbo inculpés de “crimes économiques”
Ouattara en appelle à la CPI pour juger Laurent Gbagbo
Côte d’Ivoire: “enquêtes préliminaires” contre Laurent Gbagbo et ses proches
Le chef du parti de Laurent Gbagbo emmené de force par des soldats
Côte d’Ivoire : les troupes de Laurent Gbagbo ont regagné du terrain à Abidjan
Laurent Gbagbo sur RFI : «On n’est pas au stade des négociations»
Le temps est compté pour Laurent Gbagbo, selon Washington
L’avion de Laurent Gbagbo bloqué dans un aéroport franco-suisse à la demande de Ouattara
Laurent Gbagbo investi président de la République


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 5 Déc 2010
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à “L’armée seule n’est pas en mesure de maintenir Laurent Gbagbo au pouvoir”

  1. lala

    6 Déc 2010 a 16:23

    Oui c’est vrai mr le soi disant spécialiste de la Côte d’Ivoire l’armée seule n’est pas en mesure de maintenir Gbagbo au pouvoir mais il a L’ETERNEL DES ARMEES avec lui. Alors venez, essayez d’enlever gbagbo de force. Vous trouverez aussi des gens en face de vous.

  2. edboub

    6 Déc 2010 a 03:35

    J’ai toujours été pour Laurent GBAGBO, mais je sais que tous ceux qui s’accrochent mordicus au pouvoir en Afrique sombrent inévitablement dans la dictature. GBAGBO sortirait grandi de cette situation s’il laissait le pouvoir à Alassane WATARA. Le pouvoir est une drogue qui mènent à la perte lorsque l’on s’y accroche à tous prix. Les Africain ont besoin d’un modèle de démocratie, et j’ai vraiment cru que la cote d’ivoire allait en être un, je suis vraiment très déçu aujourd’hui de cette situation en cote d’ivoire aujourd’hui.

    Que Dieu bénisse la cote d’ivoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*