- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

« Biens mal acquis » : France 24 trappe une vidéo « off »

La chaîne publique France 24 a retiré une vidéo potentiellement embarrassante de son site internet, à la demande d’une ambassade africaine, et sans en informer ses internautes. S’agissait-il d’une parodie, comme le suggère l’explication officielle donnée en interne, ou d’un cas classique de pression diplomatique sur la « voix de la France » ? Les internautes auraient mérité une explication…

Cette vidéo est liée à l’affaire dite des « biens mal acquis », c’est-à-dire l’utilisation de l’argent de la corruption par des chefs d’Etat africains pour acheter des biens immobiliers en France. L’affaire, lancée par des associations (Sherpa, Transparence international (TI) France et le CCFD), et que nous avons régulièrement suivie sur Rue89, est engagée dans un parcours du combattant judiciaire, dont le dernier épisode, début novembre, est le feu vert de la Cour de cassation pour le renvoi du dossier devant un juge d’instruction.

Trois chefs d’Etat sont visés par cette enquête : Denis Sassou Nguesso du Congo, Ali Bongo du Gabon, et Téodoro Obiang Nguema de Guinée équatoriale.
Conversation « off » filmée

Le 28 novembre, les chefs d’Etat africains se retrouvent en sommet à Tripoli (Libye), et le président camerounais Paul Biya croise ses collègues du Sénégal, Abdoulaye Wade, et de Guinée équatoriale, Téodoro Obiang Nguema. Ils bavardent sous une tente tandis que les caméramen font leur travail. Seul problème, leur conversation est également enregistrée.

La conversation, ou du moins ce qu’on en capte, révèle l’agacement des chefs d’Etat africains contre cette procédure en France visant trois d’entre eux et potentiellement d’autres comme Paul Biya, au pouvoir depuis plus d’un quart de siècle.

Disponible quelques jours sur le site de France 24, l’article racontant cette histoire, vidéo à l’appui, en a été retiré. Les internautes ont droit désormais à cette seule phrase d’accueil : « vous n’êtes pas autorisé à accéder à cette page ». (Voir la capture d’écran) 


SUR LE MÊME SUJET
France/biens mal acquis: Robert Bourgi a été entendu par les juges
L'avocat Robert Bourgi, ancien conseiller officieux du président français pour l'Afrique, a été entendu jeudi après-midi par les juges chargés de l'enquête sur les biens mal acquis en France par trois chefs d'Etat africains, a-t-on appris de source proche de l'enquête. Entendu en qualité de témoin, Robert Bourgi a toutefois expliqué ne rien connaître des détails de ce dossier, a déclaré à la sortie de l'audition Me William Bourdon, avocat de l'ONG anticorruption Transparency International (TI), partie civile dans ce dossier. Il dit qu'il a tout appris par la presse concernant le patrimoine acquis en France par plusieurs chefs d'Etat africains, a ...
Lire l'article [1]
Le dossier sensible des « biens mal acquis » a été confié à deux juges d’instruction français. Leur mission est d’enquêter sur le patrimoine en France de trois présidents africains : le Gabonais feu Omar Bongo Ondimba, l’Équato-Guinéen Teodoro Obiang Nguema et le Congolais Denis Sassou N’Guesso. Les juges d’instruction Roger Le Loire (doyen des juges d’instruction parisiens) et René Grouman ont été choisis pour prendre en main l’enquête sur les conditions dans lesquelles des biens ont été acquis en France par plusieurs familles de chefs d’État africains, a-t-on appris vendredi 3 décembre. La Cour de cassation de Paris a autorisé le ...
Lire l'article [2]
La Cour d’appel de Paris a annulé une décision d’enquêter sur le patrimoine détenu en France par trois chefs d’Etat africains; une demande déposée en 2008 par Transparence international France, organisation non gouvernementale, spécialisée dans la lutte contre la corruption, rapporte ce mercredi le site Radio France International (RFI). La chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Paris s’est opposée ce jeudi à l’ouverture d’une enquête judiciaire sur les conditions d’acquisition en France du patrimoine de trois chefs d’Etat africains et de leurs proches. A l’origine de la plainte, Transparence international France, une organisation spécialisée dans la lutte contre la ...
Lire l'article [3]
Le Conseil des Camerounais de la Diaspora (CCD) a déposé ce mardi une plainte à Paris contre Paul Biya le président camerounais pour "recel de détournement de fonds publics" . Dans cette plainte dont Camer.be a pu s'en procurer une copie, le chef de l'Etat Camerounais est accusé d'avoir constitué un patrimoine immobilier en France financé par des détournements des fonds publics. Selon le CCD, des enquêtes multiples et variées ainsi que certaines investigations émanant de publications et magazines reconnus, Français ou Camerounais tel «Le Monde», «Le Canard Enchaîné» ou «Germinal»sans oublier différents observateurs tel l’organisme CCFD ont recueilli un ...
Lire l'article [4]
La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris doit dire le 29 octobre prochain si elle valide ou non la décision de la doyenne des juges d'instruction du tribunal de grande instance de Paris d'instruire la plainte déposée, notamment pour "blanchiment", qui vise les conditions d'acquisition en France du patrimoine de trois chefs d'Etat africains, a-t-on appris jeudi de source judiciaire. Le 7 mai dernier, le parquet de Paris avait fait appel de la décision de la doyenne, un appel soutenu jeudi par le parquet général également opposé à ce qu'un juge français mène une enquête. Le 20 avril dernier, ...
Lire l'article [5]
Les dictateurs africains ont la cote à Paris ! À chaque fois qu'une plainte est déposée par des associations de lutte contre la corruption comme Transparency international France ou encore l'association Sherpa, celle-ci se heurte à une fin de non-recevoir. En 2007 déjà, une première plainte avait été déposée contre les biens mal acquis en France d'Omar Bongo, de Denis Sassou N'Guesso et de Téodoro Obiang Mbasogo, accusés d'avoir détourné des fonds publics de leurs pays via leurs multiples comptes en banque pour s'acheter des villas, des appartements ou des voitures de luxe. Elle s'était enlisée et l'affaire avait été classée ...
Lire l'article [6]
La justice française va enquêter sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains. Un juge d'instruction a en effet décidé d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" par une association, Transparence internationale France, a-t-on appris mardi de source judiciaire. "C'est une décision sans précédent. C'est la première fois qu'une enquête est possible s'agissant de chefs d'Etat en exercice", s'est félicité Me William Bourdon, l'avocat de Transparence internationale France. L'avocat se dit confiant, en dépit d'un probable appel du parquet. "Le droit est l'allié des plaignants depuis le début de cette affaire. Cet appel sera perçu comme une tentative politique ...
Lire l'article [7]
Le parquet de Paris s'est opposé à l'ouverture d'une information judiciaire sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains, Omar Bongo, Denis Sassous Nguesso et Théodore Obiang, estimant que la plainte déposée par deux associations et un ressortissant gabonais, notamment pour "blanchiment", était irrecevable, a-t-on appris lundi de sources judiciaires. En décembre, les associations Transparence International France et Sherpa, ainsi qu'un ressortissant gabonais, Grégory Ngbwa Mintsa, ont déposé une plainte contre X pour "recel de détournement de fonds publics", "blanchiment", "abus de biens sociaux" et "abus de confiance". Elle vise les présidents Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso ...
Lire l'article [8]
AP | 01.04.2009 | 16:13 Le parquet de Paris s'oppose à l'ouverture d'une information judiciaire à la suite d'une plainte visant trois chefs d'Etat africains par des associations qui les accusent d'avoir acquis en France des biens immobiliers grâce à des fonds publics détournés de leur pays, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Le 2 décembre, deux associations, Transparence International France et Sherpa ainsi qu'un ressortissant gabonais ont déposé une plainte contre X pour "recel de détournement de fonds publics", "blanchiment", "abus de biens sociaux" et "abus de confiance". Elle vise les présidents Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et Théodore ...
Lire l'article [9]
Les biens, ils sont en France, des dizaines de comptes bancaires, des collections de voitures de luxe et des propriétés de rêve… Ils appartiennent à trois dirigeants africains : le Congolais Denis Sassou N'Guesso, le Gabonais Omar Bongo et le président de Guinée Equatoriale, Teodoro Obiang. Il y en a pour des millions d’euros. Au départ un rapport sorti en mars 2007 du CCFD, le Comité catholique contre la Faim et pour le Développement. Son titre : "Biens mal acquis... profitent trop souvent". On y apprend qu'en quelques décennies, des dirigeants, des dictateurs, du monde entier, ont détourné au bas ...
Lire l'article [10]
France/biens mal acquis: Robert Bourgi a été entendu par les juges
Biens mal acquis : deux juges d’instruction pour trois présidents
Politique / Biens mal acquis: la Cour d’appel de Paris enterre l’enquête (RFI, intégral)
France- Cameroun,Biens mal acquis: Le Conseil des Camerounais de la diaspora (CCD) dépose une plainte contre Biya à Paris
“Biens mal acquis”: décision de la chambre de l’instruction le 29 octobre
Biens mal acquis des dictateurs africains – Des dictateurs bien protégés par la France
“Biens mal acquis”: le juge décide d’instruire sur les biens de chefs d’Etat africains
France – Afrique: “Biens mal acquis”: le parquet s’oppose à l’ouverture d’une information judiciaire
France – Afrique: “Biens mal acquis”: le parquet de Paris opposé à l’ouverture d’une information judiciaire
Les biens mal acquis de 3 dirigeants africains en France

1 Comment (Open | Close)

1 Comment To "« Biens mal acquis » : France 24 trappe une vidéo « off »"

#1 Comment By Mengue Me Nzome , Marie-Claire On 18 Jan 2011 @ 17:05

La réaction de la France 24 n’est pas surpenante , car la presse française n’a jamais été libre , mais contrôlée par le haut nioveau et ce en pire depuis que le Franco-Hongrois est au pouvoir . Soyons patients , l’avenir nous relatera toutes cette saleté aussi wikileaks est là pour dénoncer cette barbarie . Aoujourd’hui nous savons à peu-près comment la plupart des meilleurs voir des vrais dirigeants africains ont été éliminés à savoir Lumumba , Thoma Sankara , Nkourouma , etc…la liste est longue . Donc la suite nous sera aussi unjour raconté ou dénoncée .