Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Le scandale WikiLeaks confirme qu’il y a eu coup d’État au Gabon

Auteur/Source: · Date: 13 Déc 2010
Catégorie(s): Société

Francois Gouahinga on Tuesday, November 30, 2010 – Dans un télégramme classé SECRET et adressé à la Secrétaire d’État américaine Hillary Clinton à la veille de sa visite en France en 2009, l’ambassadeur Charles Rivkin en poste à Paris fait le tour d’horizon des relations entre la France et son pays.

Les relations avec l’Afrique figurent sur la liste des dossiers où les deux pays ne sont pas sur la même page, même si, en fin diplomate, M. Rivkin reconnait l’apport de la France sur les dossiers prioritaires pour Washington: sécurité dans le Sahel et au large des côtes somaliennes, Soudan…

Le télégramme, enregistré sous le numéro 1473 début novembre 2009, était censé demeurer secret jusqu’au 3 novembre 2019. Mais c’était sans compter sur le zèle de WikiLeaks.

Revenons donc au document. Parmi les sources de tension entre les USA et la France, l’ambassadeur américain note ceci:

« Pour ce qui est de l’Afrique, la France peine à mettre en pratique la rupture pronée par [Nicolas] Sarkozy. Ceci découle en partie du fait que lorsque des crises liées à la gouvernance ont éclaté dans plusieurs pays francophones, notamment en Mauritanie, au Gabon, à Madagascar, au Niger et en Guinée [Conakry], la France a privilégié de manière expéditive le maintien de l’ordre ancien au détriment des principes plus nobles. »L’observateur averti remarque alors que les 5 pays sur cette liste n’ont qu’un point commun.

->Août 2008: le président démocratiquement élu Ould Abdallahi est renversé en Mauritanie->Décembre 2008: le capitaine Moussa Dadis Camara prend le pouvoir en Guinée suite au décès de Lansana Conté->Mars 2009: l’Union africaine suspend Madagascar après la prise du pouvoir par l’ancien maire de Tana, Andry Rajoelina->Mai-juin 2009: Mamadou Tandja « dissout » les institutions et la Constitution du Niger et s’arroge des pouvoirs exceptionnels->Octobre 2009: Ali Bongo inverse le décompte des voix et se déclare président du Gabon

Ainsi informée par l’un de ses plus fins diplomates, Mme Clinton conseille alors au président américain Barack Obama de ne pas reconnaitre la prétendue victoire de bébé Bongo.

Il a donc fallu attendre que le Gabon assume la présidence du Conseil de sécurité de l’ONU en mars 2010 pour que Mme Clinton appelle Bongo Ali « président ». Le prix? Rénonciation publique de l’Iran et interdiction formelle de vendre l’uranium à Téhéran ou à ses alliés. Comme disait le Nègre de Suriname dans le roman Candide: « C’est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe ». Et nous, la misère.

source: ivoirenews 


SUR LE MÊME SUJET
WikiLeaks : Robert Bourgi, le dernier des Mohicans
En 2009 et 2010, six télégrammes de l’ambassade américaine à Paris, révélés par WikiLeaks, évoquent le rôle de Robert Bourgi dans les affaires africaines. Morceaux choisis. Le 25 février 2010 : « Maréchaux [conseiller Afrique à l’Élysée, NDLR] a critiqué de façon virulente l’avocat français, l’homme d’affaires et le réputé intrigant Robert Bourgi, souvent considéré comme le dernier représentant de l’ère classique de la “France-Afrique” (dont les vestiges sont encore présents). Selon Maréchaux, Bourgi […] est toujours prêt à travailler pour son propre intérêt en gagnant la faveur des dirigeants africains, notamment Bongo au Gabon ou, plus récemment, Rajoelina [Madagascar]. » Le ...
Lire l'article
Wikileaks confirme les incohérences et les inepties de l’opposition gabonaise
Wikileaks vient, en quelque sorte, de confirmer l'analyse faite par le Dr. Daniel Mengara à son retour du Gabon en septembre 2009 suite aux élections présidentielles. A peu de chose près, son analyse est la même que celle présentée par l'ambassadrice américaine Reddick dans les cables ci-dessous rendus publics par Wikileaks. En gros, sur un ton irrité, l'ancienne ambassadrice des Etats-Unis au Gabon s'étonne de l'ineptie généralisée de l'opposition gabonaise au moment où les USA semblaient attendre de cette opposition une action de protestation de nature à défaire le régime en place. L'ambassadrice semble penser qu'il aurait suffi de très ...
Lire l'article
WikiLeaks met à mal la Françafrique. Des notes diplomatiques américaines s'interrogent sur l'usage fait de la trentaine de millions d'euros détournés à la Banque des Etats d'Afrique centrale. Selon une de leurs sources, ils auraient permis d'enrichir Omar Bongo et de financer des partis politiques français. Des notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks et publiées le 29 décembre sur le site du quotidien espagnol El País, assurent que des dirigeants gabonais, dont Omar Bongo, auraient détourné une trentaine de millions d'euros de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) à leur profit mais aussi pour financer des partis politiques français. ...
Lire l'article
D'après une note de l'ambassade des Etats-Unis au Cameroun, l'élite gabonaise aurait détourné de nombreux milliards à la Beac pour leur compte et pour quelques cadeaux aux partis politiques français. Les révélations Wikileaks des notes de l’ambassade américaine au Cameroun continuent. Après le document de Janet Garvey sur la présence chinoise au Cameroun, un document autrement plus polémique a été publié, faisant état de « cadeaux » d’Omar Bongo à Jacques Chirac et à son successeur, Nicolas Sarkozy. Ces cadeaux du président gabonais, d’après le document auraient été financés par de gros détournements de fonds à la Banque des Etats d’Afrique Centrale ...
Lire l'article
Des notes diplomatiques américaines s'interrogent sur l'usage fait de la trentaine de millions d'euros détournés à la Banque des Etats d'Afrique centrale. Selon une de leurs sources, ils auraient permis d'enrichir Omar Bongo et de financer des partis politiques français. es notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks et publiées le 29 décembre sur le site du quotidien espagnol "El Pais", assurent que des dirigeants gabonais, dont Omar Bongo, auraient détourné une trentaine de millions d'euros de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) à leur profit mais aussi pour financer des partis politiques français. On savait que le chef d'Etat ...
Lire l'article
Des dirigeants gabonais, dont Omar Bongo, auraient détourné une trentaine de millions d'euros d'une banque africaine à leur profit mais aussi pour financer des partis politiques français, selon un télégramme diplomatique américain obtenu par WikiLeaks et publié par El Pais. Ce télégramme de juillet 2009, en provenance de l'ambassade des Etats-unis au Cameroun, repris par le site internet du quotidien espagnol, s'appuie sur les dires d'un responsable anonyme de la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC). Son auteur mentionne l'ancien président français Jacques Chirac et son successeur Nicolas Sarkozy parmi les bénéficiaires de ce financement politique, tout en affirmant ne pas être ...
Lire l'article
Près de 30 millions d'euros auraient été détournés de la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC) à son profit par le défunt président gabonais Omar Bongo et auraient aussi profité à des partis français, selon des notes diplomatiques américaines divulguées par Wikileaks, visibles mercredi sur le site de El Pais. Cette information a été donnée quatre jours après la mort de M. Bongo, en juin 2009, par un haut fonctionnaire de la BEAC à un diplomate de l'ambassade américaine au Cameroun, précise le journal espagnol. Selon la même source, "les dirigeants gabonais ont utilisé les fonds détournés pour leur enrichissement personnel et, ...
Lire l'article
Certaines "clauses secrètes" des anciens accords de défense liant la France à plusieurs pays africains ont été décrite aux diplomates américains par des conseillers de Nicolas Sarkozy. De nouveaux télégrammes diplomatiques américains obtenus par Wikileaks et dont le contenu a été révélé par le quotidien français "Le Monde" samedi, rendent publiques ces échanges. Certaines clauses secrètes d'accords conclus dans les années 60 entre la France et ses ex-colonies africaines ont été évoquées devant des Américains afin de justifier leur révision, selon des mémos américains de WikiLeaks, rendus publics samedi par Le Monde. "Les accords avec le Cameroun et le Gabon contiennent des ...
Lire l'article
(Par B NZANG NANG) Des nombreux hauts responsables de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) sont depuis quelques mois, cités dans les malversations financières qui ont secoué cette institution financière sous régionale a amené le président gabonais, Ali Bongo Ondimba à mettre la justice en branle pour inculper les gabonais dont les noms ont été cités dans cette sombre affaire. Le président, Ali Bongo avait dans la foulée de l’éclatement de ce scandale financier, réclamé la démission du gouverneur de la BEAC, Philibert Andzembé, par ailleurs gabonais qu’il a finalement obtenu de ses pairs. Le numéro un ...
Lire l'article
Les chiffres dans l'affaire des « biens mal acquis » (lire encadré) sont impressionnants. Entre 105 et 180 milliards de dollars (75 à 130 milliards d'euros) ont été détournés par une trentaine de dictateurs, selon le rapport du Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) publié hier, intitulé « Biens mal acquis, à qui profite le crime ? ». Au « palmarès » des dirigeants ayant détourné le plus d'argent figurent l'Irakien Saddam Hussein (entre 7,2 et 28,8 milliards d'euros), le dernier chah d'Iran, Mohammed Reza Pahlavi (25,2 milliards), le dictateur indonésien Suharto (entre 12,6 et 25,2 milliards), ...
Lire l'article
WikiLeaks : Robert Bourgi, le dernier des Mohicans
Wikileaks confirme les incohérences et les inepties de l’opposition gabonaise
les notes de wikileaks:”Ali Bongo inverse le décompte des voix et se déclare président du Gabon.”
Wikileaks : Bongo et cie auraient fait des cadeaux à Chirac et Sarkozy
WikiLeaks met à mal la Françafrique
Omar Bongo aurait financé des partis français, selon WikiLeaks
WikiLeaks: des détournements de fonds par Bongo auraient profité à des partis français
WikiLeaks : les télégrammes américains dévoilent les clauses secrètes de la “Françafrique”
Scandale à la BEAC : qui suivra l’exemple du Gabon
Le scandale des « biens mal acquis » perdure


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 13 Déc 2010
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Gabon : Le scandale WikiLeaks confirme qu’il y a eu coup d’État au Gabon

  1. Mengue Me Nzome , Marie-Claire

    13 Déc 2010 a 16:45

    PAUVRE GABON ET TOUTE L’AFRIQUE !!! … JUSQU’A QUAND ENCORE FAUT-IL SUPPORTER CETTE HUMILIATION ????????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*