Socialisez

FacebookTwitterRSS

Côte d’Ivoire : sanctions européennes contre onze proches de Gbagbo

Auteur/Source: · Date: 14 Déc 2010
Catégorie(s): Afrique

L’Union européenne va prendre des sanctions à l’encontre de onze proches de Laurent Gbagbo, ont indiqué, mardi 14 décembre, des sources diplomatiques européennes. Parmi les noms se trouvant sur cette liste figurent le conseiller pour la sécurité de M. Gbagbo, Kadet Berlin, le secrétaire général de la présidence, Désiré Tagro, et le président du Conseil constitutionnel, Yao N’Dre. Y figurent également les noms de Pascal Affi N’Guessan, secrétaire général du parti de Laurent Gbagbo, le Front populaire ivoirien et le directeur général de la radio-télévision d’Etat, Pierre Israël Amessan Brou.
Lundi, l’UE avait annoncé qu’elle comptait accroître la pression sur le régime de M. Gbagbo via des restrictions de visas et un gel d’avoirs, face à son refus de reconnaître la victoire d’Alassane Ouattara à l’élection présidentielle. L’Union européenne avait indiqué son intention de cibler notamment “les responsables qui ont refusé de se placer sous l’autorité du président démocratiquement élu”.
Deux semaines après la présidentielle du 28 novembre, la Côte d’Ivoire reste plongée dans une crise institutionnelle sans précédent avec deux chefs d’Etat proclamés, le sortant Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara, reconnu par une communauté internationale quasi unanime comme étant le président légitime.

Pour tenter de calmer le jeu, le ministre des affaires étrangères du gouvernement de Laurent Gbagbo, Alcide Djédjé, a annoncé qu’une nouvelle médiation africaine allait “très bientôt” se rendre en Côte d’Ivoire. “Aujourd’hui, l’heure est à la médiation, il y a des approches qui sont faites pour envoyer des médiateurs africains”, a déclaré M. Djédjé dans une interview.
“Cela a été proposé par le secrétaire général de l’ONU [Ban Ki-moon] à l’Union africaine, et très bientôt il y aura des médiateurs qui vont se rendre en Côte d’Ivoire”, a-t-il ajouté, sans donner de précisions de date. L’Union africaine avait envoyé à Abidjan les 5 et 6 décembre l’ancien président sud-africain Thabo Mbeki, mais sa médiation n’avait pas permis de lever le blocage politique.
Mais le camp d’Alassane Ouattara a de nouveau rejeté mardi toute “négociation” tant que celui-ci n’est pas reconnu président de la Côte d’Ivoire. “Tant qu’il n’y a pas eu de reconnaissance claire et définitive par l’ancien président Laurent Gbagbo des résultats du scrutin du 28 novembre, à savoir la victoire du président Alassane Ouattara, il n’y a aucune discussion possible, aucune négociation possible”, a réaffirmé le porte-parole du gouvernement Ouattara, Patrick Achi.

APPEL À MANIFESTER DU CAMP OUATTARA

Mardi, le parti de M. Ouattara, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), a lancé un appel à des manifestations dans les jours qui viennent : “Le RHDP appelle la population ivoirienne à mener un combat pacifique (…) pour installer les autorités légales et légitimes de la Côte d’Ivoire”, a déclaré Djedjé Mady, porte-parole de cette coalition. Il a ajouté que les partisans de M. Ouattara marcheraient jeudi sur la Radio-Télévision ivoirienne et, le lendemain, sur les bâtiments du gouvernement.
Autre point chaud de cette crise institutionnelle : le blocage, lundi, par les forces de sécurité fidèles à Laurent Gbagbo de l’hôtel d’Abidjan servant de QG à Alassane Ouattara. Il s’agissait du premier face-à-face armé entre les deux camps en deux semaines de crise. Aucun incident n’a eu lieu. Cet hôtel restait accessible mardi, avec néanmoins la présence de deux barrages filtrants en place, comme lundi soir, à quelques centaines de mètres de part et d’autre de l’entrée principale du bâtiment, devant lequel stationnent une dizaine de chars des Nations unies.
 


SUR LE MÊME SUJET
Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo et ses proches dans le collimateur de la justice
En Côte d'Ivoire, des « enquêtes préliminaires » ont été ouvertes contre le président déchu, Laurent Gbagbo, son épouse, et une soixantaine de personnes parmi ses proches. C’est ce qu’a annoncé Patrick Achi, le porte-parole du gouvernement, à la télévision ivoirienne TCI , le 26 avril, à l'issue du conseil des ministres du gouvernement d'Alassane Ouattara. Les enquêtes qui sont en cours concernent « les crimes et délits commis » par Laurent Gbagbo et son clan. Près de 1 000 personnes ont été tuées dans des violences lors de la crise post électorale. « Des procédures d'enquêtes préliminaires sont en cours ...
Lire l'article
Des "enquêtes préliminaires" ont été ouvertes contre le président ivoirien déchu Laurent Gbagbo et ses proches, a annoncé mardi le gouvernement du nouveau chef d'Etat Alassane Ouattara sur la télévision ivoirienne TCI. "Concernant les personnes capturées depuis le 11 avril (...), l'ancien chef d'Etat, son épouse et une soixantaine de personnes de son clan ont été assignées en résidence surveillée à Abidjan et dans d'autres villes", a déclaré le porte-parole Patrick Achi dans son compte-rendu du conseil des ministres. "Des procédures d'enquêtes préliminaires sont en cours pour les crimes et délits commis par Laurent Gbagbo et son clan", a-t-il ajouté. Laurent Gbagbo, son ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire: La traque des proches de Laurent Gbagbo
Ralliement à Alassane Ouattara, fuite ou arrestation: tels sont les trois scénarii qui s'offrent aux caciques du clan Gbagbo, après l'arrestation du président déchu lundi. Parfois, les informations sont très confuses, comme pour Charles Blé Goudé, annoncé entre la vie et la mort hier avant que cela ne soit démenti. Marie Desnos - Parismatch.com La confusion est totale sur le sort de Charles Blé Goudé, ancien leader des "Jeunes Patriotes" ivoiriens et ministre de la Jeunesse de Laurent Gbagbo. Hier, des sources, dont Patrick Achi, l'un des porte-paroles du nouveau président ivoirien, Alassane Ouattara, annonçaient l'arrestation de cet activiste, qui était activement ...
Lire l'article
L'implication de plus en plus forte de la force française Licorne en Côte d'Ivoire suscite des critiques en France. Sur RFI, le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon, a exprimé de sérieuses réserves. A Paris, a eu lieu une importante manifestation de partisans du président sortant Laurent Gbagbo. Invité ce dimanche 10 avril 2011 de l'émission Internationales, le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon, a estimé que « ce n'est pas un service à rendre à la Côte d'Ivoire et à M. Ouattara que ce soient les forces militaires françaises qui obtiennent la reddition de M. Gbagbo et que ce soit ...
Lire l'article
La Côte d’Ivoire suspendue à l’assaut final contre Gbagbo
Les combattants pro-Ouattara ont attaqué mercredi à Abidjan la résidence du président sortant Laurent Gbagbo, qui continue de négocier avec l’ONU. La justice internationale souhaite ouvrir une enquête sur les massacres. Plus de quatre mois après le scrutin présidentiel du 28 novembre, une page d’histoire est en train de se tourner en Côte d’Ivoire. Lassées d’attendre l’issue des pourparlers engagés avec Laurent Gbagbo, les forces armées d’Alassane Ouattara ont décidé d’intervenir manu militari pour capturer le président sortant, retranché dans un bunker avec quelques fidèles. Un assaut qui semble s’être heurté à une résistance féroce. Les riverains de la résidence présidentielle ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire: assaut final contre le camp Gbagbo?
Abidjan résonne ce mardi matin de tirs à l'arme lourde, où les forces pro-Ouattara affrontent celles de son rival Laurent Gbagbo, après des frappes de l'ONU et de la France. Des tirs à l'arme lourde étaient entendus mardi matin dans Abidjan, où les forces du président ivoirien reconnu par la communauté internationale Alassane Ouattara affrontent celles de son rival Laurent Gbagbo, après des frappes de l'ONU et de la France. Les tirs étaient entendus depuis le quartier du Plateau, où se situe le palais présidentiel. Ils interviennent au deuxième jour d'une offensive des combattants pro-Ouattara contre les ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire : l’assaut final contre Gbagbo “ne saurait tarder”
Les tirs à l'arme lourde ont repris samedi matin à Abidjan, alors que les militaires pro-Gbagbo ont appelé à la mobilisation des troupes. Les tirs d'armes lourdes ont repris samedi 2 avril au matin à Abidjan, autour des derniers bastions tenus par les combattants fidèles à Laurent Gbagbo, rapportent des habitants et des journalistes de l'AFP. La bataille avait fait rage vendredi toute la journée dans la capitale économique ivoirienne. Plusieurs fronts A Cocody, au nord d'Abidjan, "on entend des tirs irréguliers, des coups sourds d'armes lourdes et des rafales d'armes automatiques", témoigne un résident. Les affrontements parmi les plus intenses se déroulaient ...
Lire l'article
Les trois chefs d'Etat ouest-africains envoyés à Abidjan pour demander à Laurent Gbagbo de quitter le pouvoir, ont entamé mardi leur entretien avec lui peu avant 14H00 au palais présidentiel. Les présidents béninois Boni Yayi, sierra-léonais Ernest Koroma et capverdien Pedro Pires, sont arrivés dans des voitures séparées qui se suivaient au palais présidentiel du Plateau, quartier administratif d'Abidjan. Laurent Gbagbo les attendait à la sortie de leurs véhicules et a donné l'accolade à chacun d'eux, avant de les faire entrer dans un salon de la présidence. Les trois émissaires venaient de rencontrer Choï Young-jin, patron de l'Opération des Nations unies en Côte ...
Lire l'article
La demande par Laurent Gbagbo du départ de la mission onusienne et de la force française Licorne est "ridicule" car Laurent Gbagbo "n'est plus président", a affirmé ce soir Guillaume Soro, premier ministre d'Alassane Ouattara, l'autre président proclamé de Côte d'Ivoire. "Cette décision ne peut pas être (appliquée) puisque M. Gbagbo n'est plus président", a déclaré Guillaume Soro. "Nous trouvons tout à fait ridicule et ubuesque cette démarche d'un président vaincu". "Tout le monde sait que M. Gbagbo n'a aucune qualité pour prétendre demander le départ de la force Licorne et de la force onusienne", l'Onuci, a-t-il insisté. Guillaume Soro a souhaité ...
Lire l'article
Laurent Gbagbo doit se plier sans délai au verdict des urnes sous peine d'encourir des sanctions européennes et d'avoir affaire au tribunal pénal international, a déclaré vendredi Nicolas Sarkozy. Le président ivoirien sortant et son épouse "ont leur destin entre leurs mains", a dit le chef de l'Etat français lors d'une conférence de presse à l'issue du Conseil européen. Si Laurent Gbagbo n'a pas quitté "avant la fin de la semaine" le poste qu'il continue d'occuper "en violation de la volonté du peuple ivoirien, lui et sa femme seront nommément sur la liste des sanctions" européennes, a ajouté Nicolas Sarkozy. Un conseiller de ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo et ses proches dans le collimateur de la justice
Côte d’Ivoire: “enquêtes préliminaires” contre Laurent Gbagbo et ses proches
Côte d’Ivoire: La traque des proches de Laurent Gbagbo
Côte d’Ivoire: critique du PS contre l’intervention militaire française et manifestations pro-Gbagbo à Paris
La Côte d’Ivoire suspendue à l’assaut final contre Gbagbo
Côte d’Ivoire: assaut final contre le camp Gbagbo?
Côte d’Ivoire : l’assaut final contre Gbagbo “ne saurait tarder”
Côte d’Ivoire: début des entretiens entre Gbagbo et les émissaires africains
Côte d’Ivoire: Gbagbo “ridicule” (Soro)
Gbagbo doit partir sous peine de sanctions, dit Sarkozy


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Déc 2010
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*