Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: l’opposition demande la démission d’Ali Bongo

Auteur/Source: · Date: 18 Déc 2010
Catégorie(s): Politique

Le président de l’Union nationale (UN), un des deux principaux partis d’opposition du Gabon, a demandé samedi la démission du président Ali Bongo Ondimba et l’arrêt de la révision de la Constitution.

“L’Union nationale demande la démission d’Ali Bongo Ondimba et rejette son projet de révision de la Constitution”, a affirmé Zacharie Myboto lors d’un meeting rassemblant un peu plus d’un millier de personnes au siège de son parti à Libreville.

Citant le documentaire “Françafrique” diffusé en décembre par la chaine publique française France2, M. Myboto a affirme: “Un extrait du documentaire (…) montre des autorités françaises (…) qui déclarent que l’élection présidentielle d’août 2009 remportée par Ali Bongo, fils d’Omar Bongo décédé en juin, a été bien truquée. Ces mêmes autorités confirment que c’est bel et bien André Mba Obame (actuel secrétaire exécutif de l’UN) qui avec 42% des suffrages a été élu président de la République”.

Un orateur a promis de distribuer mille DVD à la foule de l’extrait en question. Dans cet extrait, Michel de Bonnecorse, ex-conseiller Afrique du président français Jacques Chirac affirme que les résultats ont été inversés. Michel de Bonnecorse a depuis parlé de “montage” de ses propos affirmant: “Je disais que la dernière rumeur du jour (…) c’était que c’était inversé (le résultat). En aucune façon, je n’ai endossé cette affaire, mais j’ai sans doute été maladroit”.

“Ali Bongo n’a pas gagné il doit partir (..) Non à l’usurpation, non à la dictature non à toute forme de monarchisation du Gabon”, a poursuivi M. Myboto.

Le président de l’UN a également demandé le soutien de la communauté internationale en vue des législatives de 2011. Pour lui, la révision en cours de la Constitution qui prévoit notamment “l’attribution de pouvoirs exceptionnels au président en cas de force majeure sans contrôle du parlement” montre qu’il y a une “volonté farouche de se maintenir coûte que coûte au pouvoir (…) C’est un recul des libertés publiques”.

Plusieurs centaines de ses militants ont manifesté dans le calme devant l’Assemblée nationale, déserte le week-end, avec des banderoles sur lesquelles était écrit: “Sarkozy, Obama, Ping (président UA), Ban Ki-Moon. Gabon Côte d’Ivoire: deux poids deux mesures” ou “Communauté internationale, rendez-nous notre victoire. Y a pas que la Côte d’Ivoire”.

“Si Gbagbo (le président de la Côte d’Ivoire) part, Ali (Bongo) doit partir”. La France et Sarkozy mettent la pression à Gbagbo mais pourquoi Sarkozy n’a pas fait ça à Bongo. Ici aussi il y a eu un coup d’Etat électoral”, a affirmé à l’AFP, Pierre, un militant de 37 ans. 


SUR LE MÊME SUJET
Par RFI Les partis gabonais d'opposition refusent la date des élections législatives fixées au 17 décembre prochain. Les opposants réclament le report de ces élections depuis des mois afin d'introduire la biométrie dans le processus électoral. Zacharie Myboto, président de l'Union nationale, formation dissoute en janvier dernier, est l’un des plus farouches partisans de cette réforme. Zacharie Myboto "Il est nécessaire d'avoir une liste électorale fiable"
Lire l'article
Dans une lettre datée du 23 février et faxée aux Nations Unies, les Gabonais des Etats-Unis demandent la démission immédiate d'Ali Bongo Ondimba et condamnent Ban Ki-moon pour son indifférence. "Combien de Gabonais attendez-vous de voir mourir avant d'agir?" demandent-ils essentiellement à Ban Ki-moon.  Pour la lettre en version PDF: cliquez ici. Ban Ki-moon Secretary-General United Nations 760 United Nations Plaza New York, NY 10017 Wednesday, February 23, 2011 RE: Condemnation of Meeting with Dictator Ali Bongo Ondimba of Gabon Dear Mr. Secretary-General: The Gabonese people as well as the Gabonese Community residing in the United States are stunned by your decision to meet with dictator Ali Bongo Ondimba as part of ...
Lire l'article
Après la diffusion du documentaire Françafrique sur France2, les opposants estiment que leur victoire a été volée Le président de l’union nationale, Zacharie Myboto a demandé au chef de l’Etat Gabonais, Ali Bongo Ondimba, de quitter le pouvoir, au cours d’un meeting organisé samedi 18 décembre dernier à Libreville. Selon lui, le documentaire Françafrique, de Patrick Benquet, diffusé sur France 2 et qui passe régulièrement sur la chaîne nationale ivoirienne RTI, apporte une nouvelle preuve de la victoire d’André Mba Obame à la présidentielle 2009. M. Myboto a rejeté également le projet de révision de la Constitution déposé depuis deux semaines ...
Lire l'article
Huit candidats de l'opposition réclament la démission du gouvernement d'Ali Ben Bongo et de Pierre Claver Maganga Moussavou. c'est une coalition qui ne dit pas son nom et qui semble préfigurer un climat politique agité lors de l'élection présidentielle du 30 août prochain au Gabon, pour la désignation du successeur d'Omar Bongo Ondimba, décédé le 8 juin dernier après 42 ans à la tête du pays. Huit candidats à ce scrutin (qui en aligne vingt-trois) se sont donné la voix pour réclamer la démission du gouvernement d'Ali Ben Bongo, inamovible ministre de la Défense depuis dix ans et fils du défunt ...
Lire l'article
Le Premier ministre gabonais Jean Eyeghé Ndong ne devrait finalement démissionner qu'après l'inhumation du président Omar Bongo Ondimba, prévue jeudi, a appris dimanche l'AFP de sources concordantes. La démission du Premier ministre avait dans un premier temps été annoncée comme imminente samedi. "Le Premier ministre s'est entretenu deux fois aujourd'hui (dimanche) avec la présidente" intérimaire Rose Francine Rogombé, a affirmé une source proche des services du chef du gouvernement. "Ils sont tombés d'accord sur une démission qui interviendrait à la fin des obsèques", soit après l'inhumation d'Omar Bongo jeudi, a-t-elle ajouté. Cette source a rappelé que le Premier ministre avait effectivement rédigé une lettre ...
Lire l'article
Le Premier ministre gabonais, Jean Eyeghé Ndong, devait démissionner de manière imminente samedi soir sur recommandation de la Cour constitutionnelle, tandis que des milliers de Gabonais continuaient à rendre hommage à Libreville à leur défunt président, Omar Bongo Ondimba. Samedi en soirée, des négociations étaient toujours en cours entre les différentes tendances de la majorité pour trouver un accord politique sur la démission de M. Ndong, qui a assisté à un culte en hommage à M. Bongo au palais présidentiel à 22H00 locales (21H00). Jusque là, les négociations n'avaient pas encore abouti. Le ministre de la défense Ali Ben Bongo, le ...
Lire l'article
Le Premier ministre gabonais Jean Eyeghé Ndong devait démissionner samedi sur la recommandation de la Cour constitutionnelle, tandis que des milliers de Gabonais continuaient de rendre hommage à Libreville à leur défunt président Omar Bongo Ondimba. "Le Premier ministre a préparé sa lettre de démission vendredi soir et attend le moment opportun pour la présenter à la présidente", a indiqué à l'AFP une source proche de la présidence, confirmée par une source proche du Premier ministre soulignant l'imminence de sa démission. Saisie par la présidente par intérim Rose Francine Rogombé, la Cour Constitutionnelle a décidé vendredi soir que "les fonctions du gouvernement ...
Lire l'article
Un mouvement d'opposition gabonaise, ''Bongo doit partir'' (BDP), a appelé jeudi à Libreville le Premier ministre gabonais, Jean Eyéghé Ndong, et son gouvernement à démissionner pour avoir ''cautionné volontairement un flou'' autour de la maladie du président Omar Bongo Ondimba, actuellement hospitalisé en Espagne. ''Nous disons que le Premier ministre et son gouvernement doivent démissionner pour avoir cautionné volontairement un mensonge, un flou (sur l'état de santé du président Bongo)'', a déclaré Edgard Moussavot, l'un des coordinateurs du BDP, lors d'une conférence de presse. ''Ce que le porte-parole de la présidence (Robert Orango Berre, Ndlr) a dit (dans deux communiqués différents) était ...
Lire l'article
Gabon/santé Bongo: manifestation demandant la démission de Bongo interdite
Une manifestation du groupuscule d'opposition "Bongo doit partir" (BDP) réclamant la "démission" du président Omar Bongo Ondimba, actuellement hospitalisé, a été interdite samedi par un important dispositif policier, a constaté un journaliste de l'AFP sur place. Une dizaine de membres du mouvement, très présent sur internet, se sont rendus sur place mais n'ont pas déployé de matériel, la police leur ayant indiqué que le rassemblement était interdit. "BDP n'a pas d'existence légale. Leur +structure+ existe depuis quatre ou cinq ans mais ils n'ont jamais déposé de statuts, ils n'ont pas de personnalité juridique. Ils n'ont jamais présenté un candidat aux élections. Leur ...
Lire l'article
Au Gabon, l’opposition demande le report des législatives du 17 décembre
La Communauté gabonaise des USA écrit à Ban Ki-moon et demande la démission d’Ali Bongo Ondimba
Gabon: L’opposition exige la démission d’Ali Bongo Ondimba
Bongo Doit Partir
Gabon: Présidentielle – Appel à la démission des ministres candidats
Gabon: report de la démission du gouvernement après l’inhumation d’Omar Bongo
Gabon: démission attendue du gouvernement en plein hommage à Omar Bongo
Gabon: démission attendue du gouvernement en plein hommage à Omar Bongo
Gabon : Un mouvement politique non reconnu demande la démission du gouvernement Jean Eyéghé Ndong
Gabon/santé Bongo: manifestation demandant la démission de Bongo interdite


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne 3,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 18 Déc 2010
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à Gabon: l’opposition demande la démission d’Ali Bongo

  1. BOB

    20 Déc 2010 a 06:19

    Mes pauvrent amis Du Gabon, personne ne stop une affaire qui marche, vous avez un président qui se courbe pour l’argent du petrole, tant que votre économie sera gerer à Paris, rien ne compte, en cote d’Ivoire le Président Gbagbo est la bête à tuer pour la France c’est qu’il refuse d’être celui qui signe les décret faient à Paris au nom de vos pays. Faite votre vie, gerer vos produits ( petrolier, et autres) vous êtes des hommes Libres.

  2. vivienne

    19 Déc 2010 a 17:17

    la france exclut les présidents qui veulent le bien de leurs pays. la france soutient le candidat qui fait son affaire. gbagbo est le président 100°/° de la cote d’ivoire ali n’est pas président du gabon. luttez arraché votre victoire ne comptez pas sur la france pour le faire . gabonnais mes frères vous êtes fort c’est votre combat pour la liberté . haut les coeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*