Socialisez

FacebookTwitterRSS

Côte-d’Ivoire : quels scénarios de sortie de crise ?

Auteur/Source: · Date: 26 Déc 2010
Catégorie(s): Afrique

Intervention étrangère, guerre civile, démission de Laurent Gbagbo, compromis, manifestations : passage en revue des scénarios qui pourraient conduire à la fin de la crise institutionnelle dans laquelle le pays est plongé depuis plusieurs semaines.
Menacé d’être renversé militairement par ses voisins, le régime de Laurent Gbagbo a mis en garde samedi contre les graves conséquences économiques et humaines d’une telle opération. Elle pourrait mener la Côte d’Ivoire à “la guerre civile” selon le camp du président sortant. Intervention étrangère, guerre civile, démission de Laurent Gbagbo, compromis, manifestations de protestation, quels sont les scénarios possibles de sortie de crise?
Une intervention militaire étrangère
Les dirigeants de la Communauté économique des Etats del’Afrique de l’Ouest (Cedeao) réunis à Abuja ont prévenu vendredi qu’ils pourraient recourir à “une force légitime” pour obliger Laurent Gbagbo à céder le pouvoir à son rival Alassane Ouattara, reconnu sur le plan international comme le vainqueur du scrutin présidentiel du 28 novembre. La prise de position de la Cedeao est une première puisque le président sortant, qui n’a eu de cesse de critiquer les Occidentaux ces dernières semaines pour ingérence, a reçu cette fois-ci un avertissement direct de la part de ses voisins. L’organisation sous-régionale s’est donnée toutefois une marge de manoeuvre avant une éventuelle intervention militaire en demandant aux présidents du Bénin, de Sierra Leone et du Cap Vert de se rendre mardi en Côte d’Ivoire afin de convaincre Gbagbo de se retirer. Dans l’hypothèse où le président sortant refuserait, un conflit ouvert pourrait alors voir le jour entre l’armée ivoirienne, qui soutient Gbagbo, et la force militaire de la Cedeao, connu sous le nom d’Ecomog. Cette dernière, composée essentiellement de soldats nigérians, est déjà intervenue dans trois conflits civils de la sous-région – Liberia, Sierra Léone et Guinée-Bissau.

Une guerre civile
En dépit d’un embargo sur les armes en vigueur à travers le pays, les analystes estiment que les forces gouvernementales, comme les ex-rebelles, ont reconstitué des stocks d’armes significatifs ces dernières années. La semaine dernière, les tensions se sont exacerbées entre les deux camps et les anciens rebelles du Nord, fidèles à Ouattara, avec des échanges de tirs à Tiébissou, une ville du centre du pays qui marque la frontière entre le nord du pays, fief des rebelles, et le Sud, sous l’influence de Gbagbo. Dans l’hypothèse d’une escalade des violences, de plus en plus d’Ivoiriens pourraient continuer à fuir en direction des pays limitrophes, qui ne disposent pas forcément d’infrastructures d’accueil suffisantes. Depuis le second tour de la présidentielle, le 28 novembre, près de 14.000 Ivoiriens ont fui au Libéria, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Sur le plan économique, une guerre civile pourrait avoir des répercussions sur les exportations de cacao, dont la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial, si jamais les routes, les moyens de transport et les deux ports d’expédition, Abidjan et San Pédro, étaient paralysés.

Gbagbo démissionne
La menace d’une intervention militaire de la Cedeao, destinée à faire abandonner le pouvoir au président sortant, pourrait fonctionner. Gbagbo et ses proches, déjà touchés par des restrictions de déplacement par les Etats-Unis et l’Union européenne, ont vu leur marge de manoeuvre se réduire ces derniers jours avec
l’annonce de la Banque mondiale de geler 800 millions de dollars destinés à la Côte d’Ivoire. La Banque centrale de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a emboîté le pas à cette décision en annonçant jeudi qu’elle ne reconnaissait plus l’autorité du président sortant. Un autre argument pourrait éventuellement faire plier Gbagbo, celui de la menace qui pèse sur lui de la tenue d’un procès international pour violation des droits de l’homme. Bientôt confronté à des problèmes de trésorerie évidents, qui rendront difficile le paiement des traitements des fonctionnaires ivoiriens et surtout de la solde des militaires, Gbagbo pourrait alors accepter une offre d’exil dans un autre pays africain, ce qui lui a déjà été proposé.

Un compromis
Un compromis semble difficile entre les deux parties puisque chacun campe sur ses positions depuis le 28 novembre et la communauté internationale, la Cedeao, a clairement choisi de reconnaître l’autorité d’Alassane Ouattara. Le clan Ouattara a toujours dit qu’il n’accepterait aucune solution au sein de laquelle Gbagbo resterait président. Qui plus est, la Cedeao mais aussi l’Union africaine (UA) ont fait savoir qu’elles n’étaient pas en faveur d’une solution incluant un partage du pouvoir, à l’image de ce qui s’est passé ces dernières années au Zimbabwe et au Kenya. Un compromis semble d’autant plus difficile à trouver que Gbagbo a construit toute sa carrière politique et développé son charisme en défiant la communauté internationale, une ligne de conduite à laquelle il est resté fidèle ces dernières semaines.

Le peuple ivoirien dans la rue
Les partisans d’Alassane Ouattara sont pour le moment peu enclins à descendre dans la rue, refroidis par la répression policière sanglante qui a suivi les manifestations du début du mois. Ils préfèrent pour le moment faire confiance au processus diplomatique. Et pour cause, la semaine dernière, lorsque ces derniers ont tenté de prendre le contrôle de la Radio-Télévision ivoirienne (RTI), des affrontements avec les forces de sécurité ont fait au moins 20 morts. Le scénario d’une sortie de crise à la faveur de manifestations massives, quoique peu probable, porterait en son sein une pointe d’ironie. En 2000, pour chasser le général Robert Guéï avec qui il se disputait la présidence de la Côte d’Ivoire, un certain Laurent Gbagbo s’était servi du pouvoir de la rue pour arriver à ses fins.
 


SUR LE MÊME SUJET
Les trois chefs d'Etat ouest-africains envoyés à Abidjan pour demander à Laurent Gbagbo de quitter le pouvoir, ont entamé mardi leur entretien avec lui peu avant 14H00 au palais présidentiel. Les présidents béninois Boni Yayi, sierra-léonais Ernest Koroma et capverdien Pedro Pires, sont arrivés dans des voitures séparées qui se suivaient au palais présidentiel du Plateau, quartier administratif d'Abidjan. Laurent Gbagbo les attendait à la sortie de leurs véhicules et a donné l'accolade à chacun d'eux, avant de les faire entrer dans un salon de la présidence. Les trois émissaires venaient de rencontrer Choï Young-jin, patron de l'Opération des Nations unies en Côte ...
Lire l'article
La coalition de partis politiques soutenant Alassane Ouattara a appelé dimanche 26 décembre à "cesser les activités" en Côte d'Ivoire à compter de lundi "jusqu'au départ du pouvoir de Laurent Gbagbo". De plus en plus isolé sur la scène internationale, menacé d'être renversé militairement par ses voisins, le camp Gbagbo a mis en garde contre les graves conséquences économiques et humaines d'une telle opération qui exciterait le patriotisme et pourrait mener la Côte d'Ivoire à "la guerre civile". Le porte-parole du gouvernement Gbagbo, Ahoua Don Mello, a par ailleurs dénoncé la décision "inacceptable" des dirigeants de la Communauté économique des Etats d'Afrique ...
Lire l'article
Le camp d'Alassane Ouattara, président ivoirien reconnu par la communauté internationale, espère que l'organisation régionale de la Cédéao se prononcera vendredi sur une option militaire pour chasser du pouvoir Laurent Gbagbo, selon un de ses porte-parole. Pour résoudre la crise née de l'élection présidentielle du 28 novembre, il y avait "trois leviers, la diplomatie, les finances et l'armée", a déclaré à l'AFP Patrick Achi, soulignant que son camp l'avait déjà emporté sur les deux premiers. L'ONU a reconnu mercredi Youssouf Bamba, l'ambassadeur désigné par Alassane Ouattara auprès de l'organisation internationale. Jeudi, l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) a reconnu que M. Ouattara était ...
Lire l'article
Au lendemain de l'échec de la tentative de médiation de l'Union africaine via l'ex-chef d'Etat sud-africain Thabo Mbeki, un sommet extraordinaire des Etats membres de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) s'est ouvert mardi 7 décembre à Abuja, au Nigeria, pour tenter de résoudre la grave crise politique en Côte d'Ivoire. Depuis une semaine pays, le pays est déchiré entre deux présidents proclamés, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara : le premier a été investi vendredi 3 décembre par le Conseil constitutionnel de Côte d'Ivoire, tandis que le second a été reconnu vainqueur de la présidentielle par la Commission ...
Lire l'article
OuattaraThabo MbekiMalgré la médiation de l'ex-chef d'Etat sud-africain , la crise politique persistait dimanche en Côte d'Ivoire après l'annonce d'un gouvernement d'Alassane , qui revendique la présidence comme son rival Laurent Gbagbo. Premier ministre de M. Gbagbo depuis l'accord de paix de 2007, Guillaume Soro, chef de l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) qui contrôle le nord du pays depuis le putsch raté de 2002, dirige cette équipe et détient aussi le portefeuille de la Défense. Les autres ministères sont confiés à des membres du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), coalition d'opposition qui avait soutenu M. Ouattara ...
Lire l'article
La sortie de crise est en vue dans le secteur de l'éducation au Gabon, perturbé par la grève déclenchée samedi 2 octobre dernier, à deux jours de la rentrée scolaire 2010-2011, par la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED), rejoint par le Syndicat des enseignants contractuels de l'Etat gabonais (SECEG). Le puissant syndicat des enseignants avait préparé, pour cette rentrée scolaire, une véritable "bombe", qui est en train d'être désamorcée petit à petit par le gouvernement. L'incorporation dans la fonction publique des enseignants qui étaient en attente d'intégration est une avancée significative réalisée par les pouvoirs publics. Les 889 instituteurs ...
Lire l'article
En grève depuis le 9 décembre dernier, les agents du ministère de la Fonction publique ont paraphé le 6 mars dernier en présence du ministre de tutelle le procès verbal de la commission paritaire chargée de l’examen des revendications du Syndicat des agents du ministère de la Fonction publique et de la réforme administrative (SYNAFOPRA). Ce document qui établi les points de revendications sur lesquels les agents et les autorités se sont accordés doit encore être signé par le gouvernement pour mettre fin au mouvement de grève des agents. La crise qui paralyse le département de la Fonction publique ...
Lire l'article
Présents lundi à Libreville à la table de la réunion de suivi des accords globaux de paix sur la République centrafricaine, l’opposition armée, représentée par Jean-Jacques Demafouth de l’Armée populaire pour la restauration de la Démocratie (APRD) et Djarnib Grebaye de l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR), a affiché sa volonté de poursuivre le dialogue inclusif en vue d’une réelle sortie de crise dans ce pays. Pour le représentant de l’APRD, Jean-Jacques Demafouth, l’application des Accords bloquait simplement parce qu’il y avait des incompréhensions au niveau de l’Assemblée nationale centrafricaine. Mais, souligne –t-il, l’APRD veut aller vers un accord ...
Lire l'article
En grève depuis 24 jours et toujours sans réponses satisfaisantes des autorités compétentes, le syndicat national de l’Aviation civile et météorologique (SYNACM) a déposé le 5 mai auprès de la direction de l’aviation civile et de météorologie à Libreville, une dernière lettre présentant leurs propositions pour une sortie de crise amiable. Sans réelles réactions des autorités concernées suite à près d’un mois de grève, le syndicat national de l'Aviation civile et de météorologie (SYNACM) a tendu une dernière fois la main à la direction générale de l'Aviation civile et de Météorologie pour une issue amiable de cette crise en leur déposant ...
Lire l'article
Le président kényan Mwai Kibaki a annoncé dimanche la nomination du chef de l'opposition Raila Odinga au poste de Premier ministre, en rendant publique la composition d'un gouvernement de coalition devant régler la sanglante crise post-électorale qui a ébranlé le pays. Ce gouvernement de "grande coalition", selon l'expression de M. Kibaki, devra s'attacher selon lui à "construire un nouveau Kenya", après les violences politico-ethniques qui ont suivi la contestation par l'opposition de l'élection présidentielle du 27 décembre, entachée de graves irrégularités. "Construisons un nouveau Kenya où la justice est notre bouclier (...) et où la paix, la justice et l'abondance existeront ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire: début des entretiens entre Gbagbo et les émissaires africains
Côte d’Ivoire : le camp Ouattara appelle à la grève générale
Côte d’Ivoire: le camp Ouattara espère une décision sur l’option militaire
Côte d’Ivoire : sommet extraordinaire des Etats d’Afrique de l’Ouest
Côte d’Ivoire: la crise persiste, Ouattara nomme son gouvernement
Sortie de crise en vue dans le secteur de l’éducation au Gabon (Par Lucien Minko)
Gabon : La Fonction publique fait un pas vers la sortie de crise
Gabon: A Libreville, l’opposition centrafricaine affiche ses ambitions pour une sortie de crise
Gabon : Dernière sommation du SYNCAM pour une sortie de crise consensuelle
Kenya: L’opposant Odinga Premier ministre d’un cabinet de sortie de crise


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Déc 2010
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Côte-d’Ivoire : quels scénarios de sortie de crise ?

  1. Pingback: Côte d’Ivoire quels scénarios de sortie de crise ? BDP Gabon Nouveau Sun, 26 Dec 2010 16:13:29 | Region MAG Côte d'Ivoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*